Navigation – Plan du site

Blandine Barlet, La santé au travail en danger. Dépolitisation et gestionnarisation de la prévention des risques professionnels

Jennifer Laussu
La santé au travail en danger
Blandine Barlet, La santé au travail en danger. Dépolitisation et gestionnarisation de la prévention des risques professionnels, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Travail & Activité humaine », 2019, 178 p., préf. Nicolas Sandret, postf. Valérie Boussard, ISBN : 978-2-36630-090-1.
Haut de page

Texte intégral

1L’ambition de ce livre est de présenter les dynamiques de transition entre la « médecine du travail », centrée sur les médecins du travail, et la « santé au travail », qui intègre de multiples professionnels. Blandine Barlet analyse les recompositions et les rapports de force entre les différents groupes professionnels pris dans des processus de gestionnarisation des structures de santé au travail, dans un contexte de pénurie de main d’œuvre médicale. L’objet de cet ouvrage est de « mettre en évidence les modifications de l’organisation de la prévention opérée dans les services interentreprises de santé au travail et les enjeux et problématiques qu’elles soulèvent » (p. 16). Extrait de sa recherche doctorale en sociologie réalisée au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (Idhes), l’ouvrage s’inscrit dans les champs de la sociologie du travail, des groupes professionnels et de la santé publique. Il propose une lecture éclairante des enjeux de pluridisciplinarité, de gestionnarisation et de santé publique qui traversent les services de santé au travail, questionnant les frontières de l’activité des professionnels. La pluridisciplinarité est présentée comme une forme de division du travail entre les médecins du travail et les non-médecins. Les matériaux d’enquête, recueillis entre 2010 et 2012, sont nombreux et variés : 88 entretiens formels et 35 entretiens informels auprès des différents acteurs de la santé au travail, observations de réunions et de rencontres professionnelles.

2La première partie de l’ouvrage, composée de trois chapitres, montre comment les logiques gestionnaires et marchandes s’implantent et recomposent l’organisation des services de santé au travail (SST). Blandine Barlet décrit la rationalisation à l’œuvre en commençant par retracer l’histoire de la médecine du travail et en interrogeant les conséquences de la pénurie de main d’œuvre médicale (chapitre 1). Celle-ci justifierait les changements législatifs, qui débutent par la loi de modernisation sociale en 2002, introduisant de nouveaux professionnels et la construction de la pluridisciplinarité. À une perspective historique interne, Blandine Barlet privilégie une analyse des intérêts des pouvoirs publics dans la mise en place de cette pluridisciplinarité, qui facilite l’évaluation et qui réoriente l’activité des médecins du travail. L’ouvrage décrit ensuite le SST1 (regroupement de plusieurs services médicaux du travail), « pionnier » dans la mise en œuvre de la pluridisciplinarité (chapitre 2). L’introduction de nouveaux acteurs (« assistantes en santé au travail », « infirmières en santé au travail » et « intervenants en prévention des risques professionnels ») ne se fait pas sans heurts et la direction du service entend distinguer les professionnels nouvellement introduits suivant leur rôle auprès du médecin du travail. Le « niveau 1 » de la pluridisciplinarité concerne les infirmières en santé au travail (IST) et les assistantes en santé au travail (AST) (termes toujours utilisés au féminin). Les professionnelles de ce niveau effectuent l’ensemble des tâches qui ne sont pas considérées par les médecins du travail comme leur « cœur de métier », et qu’ils peuvent donc déléguer. À l’inverse, le « niveau 2 » constitue un « pôle d’expertise » regroupant les « intervenants en prévention des risques professionnels » (IPRP), catégorie très hétérogène de professionnels plus diplômés (bac+5). Le troisième chapitre expose les changements de modèles organisationnels. Blandine Barlet montre de quelle manière l’objectif des SST devient la satisfaction du client (c’est-à-dire les entreprises) à travers des prestations de services standardisées et homogènes. De ce fait, le modèle gestionnaire s’impose à l’ensemble des acteurs, y compris les médecins du travail qui participent, pour certains, à la « mise en place du carcan normatif » (p. 55), en espérant ainsi pouvoir conserver leur autonomie. Cette gestionnarisation des services de santé au travail consiste en une rationalisation et une harmonisation des pratiques, ce qui rappelle les évolutions récentes des services publics, par exemple l’hôpital ou les universités.

  • 1 Arborio Anne-Marie, « Quand le “sale boulot” fait le métier : les aides-soignantes dans le monde pr (...)

3Les quatre chapitres suivants rendent compte de l’appropriation de la pluridisciplinarité, et de la division du travail qui en découle, par chaque groupe de professionnels. Comment s’adaptent-ils à la gestionnarisation et comment composent-ils avec elle ? Dans une approche de sociologie du travail et des groupes professionnels, Blandine Barlet met au jour les rapports de pouvoir et de domination entre les professionnels. Le médecin du travail est le premier acteur à se confronter à la pluridisciplinarité et à la redéfinition de son activité de travail (chapitre 4). L’auteure montre que la plupart d’entre eux sont réfractaires à ce que l’entreprise et la direction du SST attendent d’eux, à savoir une prestation de service et une « assistance à l’employeur » (p. 79), en tant que managers « porteur[s] de projets de santé publique » (p. 80). Pour les médecins du travail interrogés, tout cela s’inscrit dans un processus de démédicalisation de la santé au travail. Les assistantes en santé au travail, qui sont pour la plupart d’anciennes secrétaires médicales en reconversion, éclairent sur les processus gestionnaires du service public (chapitre 5). Cantonnées à des tâches peu qualifiées et peu valorisées, à l’instar des aides-soignantes décrites par Anne-Marie Arborio1, elles effectuent le « sale boulot » que les médecins leur délèguent, constituant ainsi une main d’œuvre mobilisable et dont on cherche à « optimiser l’action » (p. 109). Les infirmières en santé au travail éprouvent les mêmes difficultés au quotidien que les assistantes (chapitre 6), face aux médecins du travail. La difficulté supplémentaire repose sur le fait que les infirmières réalisent, comme les médecins du travail, le « suivi individuel » des salariés. Par conséquent, les médecins se font « les gardiens » (p. 115) des limites de l’activité des infirmières. Le dernier groupe, les « intervenants en prévention des risques professionnels » (IPRP), se positionne différemment dans l’équipe pluridisciplinaire (chapitre 7). S’ils sont considérés comme des experts complémentaires à l’activité du médecin du travail, ils sont pris dans des contraintes implicites mais réelles et des rapports de pouvoir qui jouent en leur défaveur. Pour exemple, ces professionnels sont présentés par le SST1 comme des ressources, « une boîte à outils » (p. 137) à disposition des médecins, entérinant ainsi une division verticale du travail entre médecins et non-médecins.

4Pour Blandine Barlet, dès l’arrivée en 2002 des assistantes en santé au travail, les médecins du travail, bien que salariés protégés, se sont interrogés sur leur avenir. En effet, loin d’« endiguer la pénurie », les réformes ont permis l’introduction de professionnels aux tâches différentes (p. 156). D’après l’auteure, l’une des raisons qui expliquent ces difficultés est « [l]e climat d’incertitude sur l’avenir du groupe professionnel » des médecins (p. 157). Pourtant, dans les réformes, ces évolutions sont présentées comme des progrès répondant à la pénurie et augmentant l’efficacité et la modernisation de la santé au travail.

5Blandine Barlet signe un ouvrage pertinent sur la perception des professionnels de santé pris dans des jeux de pouvoirs à tous niveaux, qui les dépassent parfois. D’autres acteurs, qui n’officient pas dans l’équipe pluridisciplinaire, participent aux réformes dans des démarches « programmatiques » de la santé au travail. Tous les professionnels impliqués ont leurs propres enjeux, qui sont très bien analysés au niveau du service de santé au travail. Grâce à un retour sur le terrain dans le cadre d’un post-doctorat en 2017, Blandine Barlet confirme ses observations et les évolutions de la santé au travail qu’elle décrit.

Haut de page

Notes

1 Arborio Anne-Marie, « Quand le “sale boulot” fait le métier : les aides-soignantes dans le monde professionnalisé de l’hôpital », Sciences sociales et santé, n° 13, 1995, p. 93-126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Laussu, « Blandine Barlet, La santé au travail en danger. Dépolitisation et gestionnarisation de la prévention des risques professionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36857

Haut de page

Rédacteur

Jennifer Laussu

Doctorante en sociologie, laboratoire Printemps, UVSQ.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page