Navigation – Plan du site

Sandrine Victor, Les fils de Canaan. L’esclavage au Moyen Âge

Stéphanie Pirez-Huart
Les Fils de Canaan
Sandrine Victor, Les Fils de Canaan. L'esclavage au Moyen Age, Paris, Vendémiaire, coll. « Retour au Moyen Age », 2019, 220 p., ISBN : 978-2-36358-320-8.
Haut de page

Texte intégral

1En choisissant une collection tournée vers le grand public, Sandrine Victor, maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’université d’Albi, propose avec cet ouvrage une voie d’entrée vers un questionnement plus large autour de la question de l’esclavage au Moyen Âge. L’autrice précise dès l’introduction qu’il ne s’agit pas d’une synthèse actualisée de l’ensemble des travaux parus mais plutôt un point de départ à une réflexion plus large (p. 13). L’esclavage est ancien : il apparaît dès les premières cités-Etat à l’exemple d’Uruk et est étudié dès les années 1970 par les historien·nes, bien qu’en large majorité dans les territoires anglo-saxons. Toutefois, il n’est pas possible d’en fournir une définition stricte, en raison de la diversité des réalités juridiques, économiques et sociales qu’il recouvre. L’autrice propose donc de parler d’esclavages au pluriel afin de tenter d’en cerner les multiples contours.

  • 1 Cela évoque le bannissement, également pratiqué au Moyen Âge : Zaremska Hanna, Les bannis au Moyen (...)

2Le premier chapitre vise à démontrer précisément pourquoi il est impossible de donner une définition universelle de l’esclavage au Moyen Âge, tant dans son versant spatial que temporel, en suivant deux axes principaux. D’une part, l’esclavage renvoie à différentes réalités : il s’agit de l’exploitation du travail d’un·e dominé·e, un·e humain·e nié·e dans sa nature. L’esclavage est aussi un statut juridique : déjà dans l’Antiquité l’esclave est la propriété entière de sa/son propriétaire qui peut en faire ce qu’elle/il veut et n’a d’existence qu’à travers celle de sa/son maître·sse. Il comporte également une dimension symbolique : être descendant·e d’esclaves fait de vous un esclave, indépendamment des maître·sses. L’esclave est un élément exclu de la société, ce que l’autrice qualifie de mort sociale (p. 19)1. C’est davantage un statut qu’une condition car cela ne détermine pas une profession ou un rôle social. En revanche, il comporte deux caractéristiques majeures, l’exclusion et la dépendance sociale juridique. D’autre part, l’autrice met en garde contre les termes utilisés pour désigner l’esclavage : elle explique par exemple que l’expression « société esclavagiste » renvoie à une vision marxiste et l’impact de son usage dans l’économie sur l’organisation sociale. Or, au Moyen Âge, l’esclavage se caractérise surtout par une domination et une exploitation économique. L’autrice préfère donc l’expression « société à esclaves ». Elle consacre ensuite un long passage au vocabulaire varié dans différentes langues pour désigner l’esclave (latin, grec, langues nordiques). Par exemple, elle distingue le serf de l’esclave, parce que la violence physique fait partie du quotidien du second et parce que l’esclave est la propriété d’une personne, le serf lui est attaché à une terre.

3Le second chapitre approfondit la question des droits et du statut juridique de l’esclave. Au Moyen Âge, il semble difficile de distinguer liberté, dépendance et servitude tant ces termes recouvrent des réalités différentes selon les espaces et le siècle considéré. Aussi Sandrine Victor préfère-t-elle déterminer des degrés d’aliénation qui font débat parmi les penseurs du Moyen Âge : si un courant favorise la volonté comme vecteur de liberté, un autre place l’intellect humain comme moteur principal de la liberté. Les philosophes réfléchissent également à la légitimité de l’esclavage. Dès Aristote, l’esclavage doit être justifié pour pouvoir être pratiqué. De façon générale, pour les sociétés qui le pratiquent, l’esclavage doit être justifié moralement, et intègre ensuite le monde du droit et de la coutume. Parmi les arguments avancés, on trouve la simple tradition, ainsi que l’hypothèse d’une déficience mentale des esclaves. Cette dernière théorie est confirmée au XIIIe siècle par Thomas d’Aquin pour qui certains hommes sont faits pour diriger les autres. L’Église se prononce également à plusieurs reprises : à la fin de l’Antiquité, elle adopte d’abord une posture ambivalente (à la fois respect de l’ordre du monde et établissement d’une nouvelle morale chrétienne visant à d’abord convertir les esclaves puis les libérer). L’autrice relève une dissonance à l’époque carolingienne : Alcuin, Hincmar et Raban Maur considèrent l’esclavage comme une injustice. En dépit de cette condamnation, plusieurs grands centres maintiennent leurs activités de vente d’esclaves, comme Constantinople. L’esclavage est reconnu par le judaïsme et l’islam, à condition que l’esclave soit bien traité. Dans le monde chrétien, plusieurs conciles visent à encadrer cette pratique et à définir les droits des esclaves (mariage éventuel, devenir des enfants né·es de cette union…).

4Le chapitre suivant tend à replacer la pratique de l’esclavage dans le temps long, en faisant le lien avec les formes qu’elle prend durant l’Antiquité et en revenant sur l’idée qu’elle aurait connu un recul au Moyen Âge. Souvent présentée comme l’âge d’or de l’asservissement humain, la période ancienne connaît la première trace écrite de l’esclavage en Mésopotamie au IIIe millénaire avant notre ère via un contrat de vente d’un esclave. L’autrice cite ensuite l’Égypte pharaonique, grande consommatrice d’esclaves pour l’exploitation minière ou le service domestique, puis les civilisations grecque et romaine, dans lesquelles l’esclave est l’opposé du citoyen en droit mais indispensable car il décharge ce dernier du travail. L’exploitation humaine atteint une dimension inédite avec Délos, marché international qui voit la vente quotidienne de 10 000 esclaves d’après Strabon. Elles/Ils sont alors utilisé·es dans les grands domaines céréaliers, une pratique utilisée dans les royaumes barbares au début de l’époque médiévale. Si au début de cette dernière période on trouve des centres d’approvisionnement dans toute l’Europe, à la fin du Moyen Âge on observe un déplacement en Méditerranée, en lien avec les routes commerciales les plus fréquentées.

5Dans le quatrième chapitre, l’autrice met en évidence les géographies de l’esclavage à l’époque médiévale. L’idée-phare est celle d’un brassage des populations réduites en esclavage, fréquemment déplacées loin de leur lieu de vie initial. En Europe du Nord et de l’Ouest, l’esclavage reste important (10% des travailleurs en Angleterre). Les Vikings pratiquent la traite, essentiellement à partir de captifs de guerre. Une abolition progressive se met en place (au XIIe siècle en Islande, au XIVe siècle en Allemagne actuelle et en Suède), même si on observe un maintien de la pratique esclavagiste dans les régions méridionales du royaume de France en fin de période. La Méditerranée, carrefour entre les mondes chrétien et musulman, entre l’Europe et Byzance, est l’espace privilégié de l’esclavage. En Italie, l’esclavage est surtout une pratique urbaine, et l’exploitation sexuelle, fréquente, débouche sur de nombreuses naissances. La demande explose en particulier après la grande Peste de 1348. Plusieurs lieux ont fait du trafic d’esclaves leur spécialité : Pise, la Crète, Majorque…

6Dans un chapitre consacré à la place de l’esclavage dans le système économique médiéval, Sandrine Victor défend la thèse d’un Moyen Âge non esclavagiste en ce sens que les esclaves utilisé·es ne sont pas essentiel·les, en dépit de leur nombre, au bon fonctionnement de l’économie. En outre, le nombre d’esclaves se maintient en dépit des progrès techniques, comme l’apparition du moulin à eau. Il est difficile de les estimer avec certitude, de même que l’importance des flux migratoires que l’esclavage provoque. Pour être rentables, leur coût doit être faible mais augmente fortement après la grande Peste. Il est déterminé par plusieurs critères : force de travail, capacité de reproduction, origine géographique, moralité …

7Enfin, le dernier chapitre retrace le parcours-type de l’esclave, depuis son asservissement jusqu’au recouvrement hypothétique de sa liberté. La réduction en esclavage passe le plus souvent par une prise de guerre, même si être captif·ve ne condamne pas nécessairement à la servitude. Plusieurs autres voies mènent à l’esclavage : la sanction judiciaire (toujours pour une durée déterminée, par exemple pour une amende qu’on n’a pas les moyens de payer), le remboursement de dettes (en Russie) ou les enfants abandonné·es. Les lois prévoient que les esclaves doivent être bien traité·es, vêtus·e et nourri·es, bien que cela n’exclue pas des châtiments règlementés tels que les coups, les mutilations ou la mort. Leur travail est défini par les lois, avec des périodes d’interdiction, comme le dimanche ou les périodes de jeûne en terre chrétienne. Elles/Ils travaillent aux champs, dans les ateliers urbains, les mines ou dans les maisons ; les esclaves musulman·es sont recherché·es pour leurs compétences en matière artistique ou médicale. Les femmes se voient protégées contre le harcèlement sexuel dans la mesure où cela constitue une atteinte à la propriété de leur maître. À partir du XIVe siècle apparaissent les femmes esclaves nourrices. Enfin, les esclaves peuvent recouvrer la liberté, rarement par la fuite ou la révolte, davantage par l’affranchissement, souvent par rachat. La conversion religieuse est un élément important de cette procédure, qui s’accompagne en général d’un don (vêtement, terre, pécule). Mais cela ne signifie pas pour autant une réintégration dans la société, et si certain·es esclaves accèdent à des postes importants comme comtes chez les Mérovingiens, nombre d’entre elles/eux tombent dans la marginalité.

8Si aucune illustration iconographique n’a été ajoutée, de nombreuses citations de sources ponctuent le texte. Afin de poursuivre l’enquête, l’ouvrage est doté d’une abondante bibliographie en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, italien), et les nombreuses notes qui viennent enrichir le texte sont placées en fin d’ouvrage afin de ne pas gêner la lecture. Sandrine Victor fait, avec cet ouvrage, le pari réussi de l’alliance entre science et vulgarisation pour un résultat à la fois synthétique et riche, tout en étant accessible aux non spécialistes.

Haut de page

Notes

1 Cela évoque le bannissement, également pratiqué au Moyen Âge : Zaremska Hanna, Les bannis au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1996 ; Huart Stéphanie, « Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle », Bulletin de Questes, n°32, 2016, p. 85-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Pirez-Huart, « Sandrine Victor, Les fils de Canaan. L’esclavage au Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 10 septembre 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36937

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Pirez-Huart

Doctorante en histoire médiévale sous la direction de Corinne Beck à l’Université Polytechnique des Hauts-de-France, je travaille sur les interactions entre espace rural et espace urbain à partir de l’exemple de Valenciennes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page