Navigation – Plan du site

Un nouvel âge de l'enquête : une réponse à Sébastien Zerilli

Laurent Demanze
Un nouvel âge de l'enquête
Laurent Demanze, Un nouvel âge de l'enquête. Portraits de l'écrivain contemporain en enquêteur, Editions José Corti, coll. « les essais », 2019, 291 p., ISBN : 978-2-7143-1222-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Les commentaires, nombreux et généreux, de ce compte rendu sont autant d’invitations à la discussion pour préciser ma pensée et prolonger le débat.

2Malgré la belle citation de Michel Winock qui ouvre le compte rendu, je ne partage pas l’idée que l’écrivain puisse proposer, comme Perec dans Les Choses, un savoir « autrement plus fort qu’une enquête de sociologie » : je suis peu enclin à faire de l’écrivain, par sa sensibilité ou ses intuitions, un analyste plus perspicace du réel que les chercheurs, comme peut le faire Alban Bensa notamment dans Terrains d’écrivains. Au contraire, j’ai essayé de dire que dans une époque marquée par la démocratisation des sciences humaines et sociales, les écrivains qui les ont souvent rencontrées dans leur parcours d’apprentissage frottaient leurs pratiques aux méthodologies des chercheurs, s’en démarquaient, sans chercher à s’approprier leur autorité, mais plutôt en revendiquant la position de l’amateur ou de l’autodidacte, pour produire moins un savoir qu’une connaissance, au sens de Michel Foucault, c’est-à-dire une expérience ou une traversée singulière et incarnée des sciences.

3La formule « sens commun » n’apparaît qu’une fois au sein de l’essai pour souligner que dans la pensée pragmatiste de l’enquête de John Dewey, il n’y a pas de solution de continuité entre les pratiques ordinaires de l’enquête et les protocoles scientifiques. Pour autant, l’essai n’arase pas ces modes d’enquête et prend en charge les effets de légitimation et les structurations de champ. Nul éloge du sens commun, de la spontanéité ni de la naïveté (ces derniers mots ne figurent pas dans l’essai), plutôt une prise en charge des effets de circulation, une porosité des champs et une acculturation profonde des écrivains, désormais lecteurs assidus des sciences humaines et sociales : à travers ces interférences, pour reprendre le sous-titre de Pierre Lassave consacré au rapport entre littérature et sciences sociales, je n’ai au contraire cessé de mettre en évidence l’importance des pratiques de défamiliarisation et d’estrangement que mènent les écrivains, pour s’émanciper des stéréotypes et des lieux communs qui entravent la pensée.

4Si les écrivains et les artistes mènent en somme des enquêtes, aux lisières des sciences instituées, sur le mode du braconnage, de l’imitation subversive, de la reprise critique, ce n’est donc pas nécessairement pour produire un savoir positif, une somme de connaissances établies par un protocole rigoureux. C’est aussi pour dire qu’ils sont inquiets de leur place dans le champ des savoirs, et cherchent avec scrupule un espace pour dire avec justesse quelque chose sur le monde, dans un travail rigoureux de réflexivité et d’écriture : c’est précisément cela que les écrivains ont en partage avec les sciences humaines et sociales d’aujourd’hui dans leur effort pour penser le langage non comme un support transparent d’enregistrement du monde mais un outil d’élucidation et de formalisation du réel. C’est dans ce frottement que s’inventent les enquêtes artistiques (voir les essais récents de Danièle Méaux pour la photographie et d’Aline Caillet pour les arts contemporains), dans leur refus d’une mise en ordre et leurs pratiques résolument indisciplinées.

  • 1 La notion de littérature populaire est aujourd’hui d’emploi malaisé et fortement discutée. Qui plus (...)

5Enfin, je ne reviens pas sur l’antinomie très discutable posée entre littérature et engagement par Sébastien Zerilli, puisque la littérature engagée renvoie à une tradition dont s’émancipent précisément les auteurs convoqués, plus proches de ce que Bruno Blanckeman appelle justement « littérature impliquée ». En revanche, je ne confonds pas ordinaire et populaire1 : les écrivains-enquêteurs que je rassemble appartiennent pour la plupart à ce que l’on appelle la littérature restreinte, mais doivent-ils pour autant renoncer à ouvrir dans leurs œuvres un espace démocratique et à chercher de manière pragmatique des gestes de restitution, des moments de réciprocité, des pratiques de coauctorialité ? C’est ce vers quoi tendent parfois également les chercheurs en sciences humaines et sociales.

6En somme, s’il y a une différence de position entre Sébastien Zerilli et ce qui est proposé dans Un nouvel âge de l’enquête, c’est sur une pensée des partages du savoir et d’un ordre des discours : je suis peu enclin à accepter, pour des raisons épistémologiques mais aussi politiques, le partage qui est fait, sous l’autorité de Durkheim, entre « l’observateur vulgaire » et le spécialiste, qui lui apprend les déterminismes profonds qu’il ignore : le contact démocratique avec les sciences rompt aujourd’hui pour une large part avec cette confortable dissymétrie et amène chacun à devenir acteur de son propre savoir.

Haut de page

Notes

1 La notion de littérature populaire est aujourd’hui d’emploi malaisé et fortement discutée. Qui plus est, certains auteurs sont difficiles à situer sur un tel cadastre, notamment Emmanuel Carrère au très large succès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Demanze, « Un nouvel âge de l'enquête : une réponse à Sébastien Zerilli », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36950

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page