Navigation – Plan du site

Karim Souanef, Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée

Frédéric Nicolas
Le journalisme sportif
Karim Souanef, Le journalisme sportif. Sociologie d'une spécialité dominée, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2019, 205 p., préf.Dominique Marchetti, ISBN : 978-2-7535-7689-6.
Haut de page

Texte intégral

1« Je ne voulais pas être journaliste, je voulais être journaliste de sport ». Cette phrase, entendue sous cette forme (p. 186) ou une autre par Karim Souanef, résume assez bien les tensions qui caractérisent le métier de journaliste sportif, dans lequel on entre encore aujourd’hui « par le sport, plus que par le journalisme » (p. 123). En faisant la sociologie de cette spécialité journalistique dominée, l’auteur entend éclairer les manières dont s’exerce le métier entre mondes sportifs et champ journalistique, sans toutefois céder à une critique légitimiste qui consisterait à ne voir dans les journalistes sportifs que des supporters un peu « beauf[s], populiste[s], sexiste[s] [et] raciste[s] » (p. 16). Les outils de la sociohistoire et de l’ethnographie sont mis à contribution pour déconstruire ces sens communs associés à la spécialité et pour mettre au jour les manières dont se négocient, au niveau individuel et collectif, les frontières du territoire professionnel et les logiques pratiques du métier, depuis la fin du XIXe siècle. Comme dans de nombreux travaux « abordant le journalisme à partir de ses spécialités » (p. 17), le matériau empirique sur lequel repose la démonstration de la preuve est riche et varié (archives et enquête ethnographique au sein de deux écoles de journalisme et de deux rédactions), et vient en soutien d’une thèse qui est énoncée d’emblée : « la professionnalisation du journalisme sportif n’est pas l’histoire d’une autonomisation mais bien celle de la légitimation d’un journalisme de marché, archétype du journalisme contemporain » (p. 28).

Une première partie sociohistorique, reposant sur l’analyse des archives des associations professionnelles, vise à comprendre l’invention du journalisme sportif, en montrant d’abord comment la (recon)naissance de la spécialité est liée à la promotion du sport comme pratique et comme espace autonome, et ensuite comment le groupe des journalistes sportifs se construit à l’interface de l’espace des sports et du champ journalistique. Dans le premier chapitre, Karim Souanef met en évidence que les liens économiques entre la spécialité et les mondes sportifs sont ténus dès les débuts du journalisme sportif. La multipositionnalité de certains « hommes doubles » (Frantz Reichel, Pierre Giffard, Henri Desgrange, etc.) vient l’attester : à la fois patrons de presse et organisateurs de manifestations sportives, ils participent à l’autonomisation du sport, notamment vis-à-vis des « entrepreneurs politiques » (p. 37). Ainsi, en organisant le premier Tour de France en 1903 et en assurant sa couverture journalistique, le journal L’auto fait par exemple exister le sport pratiquement, économiquement et symboliquement, et fonde une économie médiatico-sportive qui a toujours cours aujourd’hui (même si elle prend des formes différentes). Le chapitre 2 s’intéresse plus précisément au rôle des associations dans la délimitation du territoire professionnel des journalistes sportifs. La clôture de ce « sous-marché du travail journalistique » (p. 51) s’opère d’abord face aux organisations sportives : le rôle des associations est ainsi d’assurer aux journalistes sportifs le monopole d’accès aux tribunes de presse et de leur permettre d’y exercer leur métier (équipement et autorisations). La clôture du marché s’opère également face aux non-professionnels (correspondants de presse), aux professions voisines (communicants) et aux sportifs eux-mêmes (consultants), l’enjeu étant de faire reconnaitre le statut socio-économique des journalistes sportifs sans toutefois remettre en question l’économie médiatico-sportive sur laquelle se fonde la spécialité. Cette tension entre reconnaissance des journalistes sportifs et profitabilité des entreprises de presse est bien mise en évidence par Karim Souanef à travers plusieurs exemples (p. 54, p. 58-61, etc.) qui montrent que la défense du territoire professionnel est rendue difficile par l’indétermination des savoirs du journalisme sportif (entre distance et proximité avec l’univers couvert) et par la professionnalisation croissante du sport depuis les années 1980.

2La deuxième partie vise précisément à analyser ce tournant pour le journalisme sportif, notamment du fait du « changement d’échelle des relations économiques entre le sport et les médias » et de la « domination des médias commerciaux, en premier lieu des chaînes de télévision » : à partir des années 1980, la « division du travail journalistique […] est fortement déterminée par les lois du marché et la dépendance au spectacle » (p. 67). Le chapitre 3 revient sur la double contrainte économique que les contrats et les audiences font peser sur l’activité des journalistes. Le marché des droits sportifs (qui représente 1,45 milliard d’euros en 2016) tend à reléguer un peu plus le registre critique dans le traitement du sport, favorisant au contraire des registres esthétiques et personnels pour mettre en valeur le spectacle sportif. De ce fait, les commentateurs (qui privilégient l’émotion à l’analyse) et les consultants (qui proposent une analyse technique reposant sur leurs capitaux symbolique et technique acquis lors de leur carrière sportive) sont au cœur de l’économie médiatico-sportive qui se met en place à partir des années 1980. La sélection et la hiérarchisation des journalistes sportifs s’opèrent alors en fonction de leur plus ou moins grand ajustement à cette nouvelle division du travail (décrite pages 76-77), comme le montrent la mise au ban d’Alain Vernon de la rédaction des sports de France Télévision et, à l’inverse, le succès de Patrick Montel, Gérard Holtz ou encore Nelson Montfort au sein de la même rédaction. Le chapitre 4 creuse la même idée en montrant que le traitement subversif ou critique du sport est limité dans les médias à la presse généraliste « de référence » (Libération, Le Monde, Le Figaro), qui porte plus fréquemment la focale sur les déterminants sociaux de la performance sportive, sur les sportifs en tant que travailleurs comme les autres, sur les « petits sports », etc. La différence avec la presse spécialisée se retrouve également dans la couverture des grands événements sportifs (coupe de monde de football, jeux olympiques, tour de France, etc.) durant lesquels les efforts pour « sortir des sources » (p. 85) sont plus importants dans la presse « de référence » (exemple du Monde qui constitue des binômes composés d’un journaliste sportif et d’un journaliste d’une autre rubrique). À l’inverse, la nouvelle économie médiatico-sportive tend à refermer l’espace des possibles pour les journalistes de la presse spécialisée, comme l’illustre traitement des affaires de dopage dans le cyclisme : Karim Souanef montre en effet qu’il est impossible d’aborder ces affaires sans être accusé de « casser le jouet », les coûts de l’information alternative étant dans le cas présent à la fois collectifs (p. 87-88) et individuels (p. 89-92). Le chapitre 5 repose sur l’enquête ethnographique qu’a menée l’auteur au sein de l’École supérieure de journalisme et de l’Institut pratique de journalisme de Paris : il y montre que le journalisme sportif s’y construit en tension avec le « modèle de formation Viannay », dans lequel « l’accent est mis sur la limitation de la dépendance du journaliste aux contraintes exogènes » (p. 101). En s’intéressant aux ressources et aux expériences de socialisation des « entrants » dans la profession, aux modalités d’entrée dans les formations, aux rites d’institution et à la division du travail de formation entre les écoles de journalisme, Karim Souanef montre de manière très détaillée comment les écoles tendent à renforcer les prédispositions des étudiants à adhérer aux principes normatifs du monde sportif.

3La troisième partie repose sur une enquête ethnographique menée par l’auteur dans les deux quotidiens qui pèsent « le plus fortement sur la production de l’information sportive » (p. 127), à savoir L’Équipe et Le Parisien. Karim Souanef y expose les conditions et logiques pratiques d’exercice du métier, en essayant de comprendre ce que les transformations récentes de l’économie médiatico-sportive font au travail journalistique. Le chapitre 6 est consacré à la division du travail au sein des rédactions et montre que le champ des possibles professionnel est d’abord réduit par l’organisation verticale du travail (avec des managers pratiquant un « journalisme assis » et définissant les priorités et les formats éditoriaux), qui est elle-même contrainte par des logiques commerciales de plus en plus affirmées (comme en témoigne l’utilisation des enquêtes de consommateurs « vu-lu » pour déterminer la hiérarchie des priorités éditoriales). À cette division du travail verticale s’ajoute une division par sports et par genre : le football constitue alors un « État dans l’État », masculin, au sein des services des sports, tandis que « l’omnisport », souvent réservé aux femmes, y est peu valorisé. Le chapitre 7 montre que le champ des possibles professionnels est également limité par la matière elle-même, qui impose un traitement dans l’urgence (p. 145). Face à celle-ci, un ensemble de techniques et de réflexes narratifs sont mobilisés, notamment lors des grands évènements sportifs : la mise en place de « dispositifs collectifs et ritualisés » (p. 152) ainsi que de trames récurrentes, la rédaction d’articles intemporels (dits « mag ») dans les temps morts de l’activité, le recours au « patriotisme sportif » (qui réduit d’autant la focale sur l’évènement), etc. sont autant de stratégies d’anticipation qu’il s’agit de maitriser pour être considéré comme un bon journaliste sportif par ses pairs et ses supérieurs. Le chapitre 8 aborde dans le détail les formes du journalisme sportif pour montrer qu’elles sont hiérarchisées, avec d’un côté des formes relativement routinisées (le « question-réponse » et le « mag »), laissant peu de place à l’initiative des journalistes, et d’un autre côté des formes laissant plus de marge de manœuvre aux journalistes et qui font d’eux des « juges du jeu » (rédaction du chapeau et notation des joueurs). Le chapitre montre également que « ces jugements individualisés placent le journaliste au cœur de l’économie du sport » (p. 164), notamment en participant à la fixation de la valeur marchande des joueurs sur le marché des transferts. Ce chapitre montre enfin que ce pouvoir de relégation et de consécration est à double tranchant puisqu’il peut à terme priver les journalistes de leurs sources les plus précieuses (des joueurs déçus par leur note et le traitement qui leur est réservé). Le dernier chapitre revient enfin sur les problèmes concrets que provoquent la professionnalisation des clubs pour les journalistes sportifs. Les équipes de communication sont en effet amenées à verrouiller l’image publique des clubs, ce qui oblige les journalistes à développer des stratégies de contournement pour accéder à l’information, par exemple en développant des relations personnalisées avec les joueurs sur des bases affinitaires (langue, appartenance de classe, etc.) ou de manière plus conjoncturelle et intéressée (selon une stratégie d’intérêts mutuels bien compris entre le journaliste et sa source).

4Au final, le travail d’enquête minutieux et la démonstration empirique aboutie de Karim Souanef participent à faire de son travail une contribution importante à la littérature sur le journalisme spécialisé. Il intéressera également tous les chercheurs en sciences sociales qui s’interrogent sur les conditions de possibilité de l’hétérodoxie professionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Nicolas, « Karim Souanef, Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36968

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Nicolas

Docteur en sociologie (INRA-CESAER et Laboratoire des sciences sociales du politique), je questionne les processus de professionnalisation dans les mondes ruraux, agricoles et médiatiques à partir des outils de l’ethnographie et de la sociologie historique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page