Navigation – Plan du site

Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber

Horacio Ortiz
La sociologie de Max Weber
Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber, La Découverte, coll. « Repères », 2006, 122 p., EAN : 9782707147318.
Haut de page

Texte intégral

1Catherine Colliot-Thélène réussit à allier dans un court ouvrage une introduction globale à l'oeuvre de Max Weber, accessible aux non-spécialistes, et une proposition d'interprétation nouvelle de sa place dans les sciences sociales. L'ouvrage commence ainsi par retracer l'histoire parfois mouvementée et conflictuelle de la réception et de la traduction de l'œuvre de Max Weber en France. Ce faisant, Colliot-Thélène permet au lecteur de comprendre d'emblée où se situe la démarche qui anime son ouvrage : il s'agit de dégager l'œuvre de Max Weber de certains débats jugés dépassés, afin de voir en quoi les concepts wébériens les plus connus permettent d'appréhender la réalité sociale du XXIème siècle. L'auteur propose donc une sociologie de Max Weber qui ne s'oppose pas frontalement à l'œuvre de Marx et qui ne permet pas une justification du rationalisme transcendantal comme celle tentée par Jürgen Habermas.

2Catherine Colliot-Thélène resitue les grands thèmes et concepts de l'œuvre de Weber dans une réflexion salutaire sur les enjeux méthodologiques, en montrant leurs différents usages et redéfinitions dans l'histoire des sciences sociales. La construction toujours provisoire d'idéaux-type et l'insistance sur la pluralité des liens causaux en histoire sont, pour Max Weber, les outils d'une science du particulier, conçue comme un instrument pour agir dans le présent. La réflexion méthodologique de Max Weber a un rôle fondamental dans la manière dont il essaie de penser le droit, la rationalité et le rapport social. Plus qu'une série de catégories toutes faites et prêtes à l'emploi, l'œuvre de Weber est le produit d'une démarche toujours inachevée, qui ne sacrifie cependant pas l'explication causale à l'incomplétude constitutive de ses capacités de connaissance.

3Le décryptage de la méthodologie wébérienne permet alors de resituer ces concepts dans une vision du social beaucoup plus subtile et dynamique que ne le laissent souvent penser les débats qui ont opposé holisme et individualisme, matérialisme et idéalisme. Colliot-Thélène rappelle le lien profond entre les préoccupations de Weber et celles de Marx, le sociologue reprenant à bon compte certaines des thèses et surtout des questions marxiennes, pour les dégager d'un matérialisme dogmatique, sans pour autant tomber dans les travers d'un idéalisme tout aussi dogmatique. Plutôt que de voir un lien causal unique entre représentations religieuses et conditions matérielles et économiques, Max Weber insiste tout au long de son œuvre sur la multiplicité des causalités en jeu dans le réel. Alors que les représentations religieuses ont une influence certaine sur les possibles de l'activité économique, les conditions professionnelles sont souvent déterminantes dans la formation d'une justification morale du monde.

4Les chapitres suivants reprennent certains concepts et thèmes fondamentaux de l'œuvre wébérienne, tels que la « rationalité », l'« habitus », ou la « disposition » (Gesinnung) et la conduite de vie. Colliot-Thélène libère l'œuvre de Max Weber des interprétations rationalistes qui ont trop insisté sur la consistance du concept de rationalité, en montrant que pour Weber ce concept a des sens multiples. Elle montre ainsi comment l'œuvre de Max Weber est moins à comprendre comme une étude de la rationalité par elle-même que comme une étude des rapports de force sociaux et historiques, dans lesquels les individus développent leurs « rationalités » comme conduites de vie, styles, et dispositions éthiques, tout ceci dans leur singularité, et non pas guidés par une téléologie ou une structure de la raison transcendantales.

5On pourra néanmoins regretter deux limites de l'ouvrage. La première, théorique, tient à la tentative de dégager l'œuvre de Max Weber des débats qui ont structuré sa compréhension jusqu'à il y a peu. L'auteur réussit à resituer la sociologie wébérienne au-delà de l'opposition entre marxisme et individualisme. Pourtant, elle reproduit le silence des deux parties du débat sur le lien entre l'œuvre de Max Weber et celle de Nietzsche. Ceci est surprenant, d'autant plus que l'auteur rappelle que pour Weber, Nietzsche et Marx étaient deux auteurs fondamentaux (suite à quoi elle développe un encadré sur le lien entre Weber et Marx, sans reparler de Nietzsche). En plus, pour resituer l'œuvre de Max Weber dans une réflexion historique sur les puissances sociales, elle reprend les thèses de Wilhelm Hennis, notamment sur la formation des types humains, thème que cet auteur relie directement à l'influence de l'œuvre de Nietzsche sur celle de Weber. On aurait pu espérer d'une présentation qui se dégage des débats entre individualisme et structuralisme et qui insiste sur l'importance des rapports de pouvoir dans la dynamique des relations sociales qu'elle resitue Nietzsche dans un débat qui avait beaucoup fait pour l'écarter.

6La deuxième limite, d'un point de vue empirique, est le peu de discussion de l'intérêt de l'œuvre de Weber pour une fraction émergente des sciences sociales, qui pourrait être appelée la « sociologie économique ». Weber a placé son œuvre en amont de la division entre disciplines sociologiques et économiques, et a essayé de comprendre les liens entre politique et économie, entre valeurs morales et rapports monétaires, dans une dynamique historique qu'il percevait comme mondiale, et qui aujourd'hui est souvent appelée « globalisation ». Colliot-Thélène affirme au début de son ouvrage que pour Max Weber le mot « social » n'a pas de sens sans un prédicat, et que celui-ci est l'économie. Pourtant, elle y accorde beaucoup moins de réflexion que celle qu'elle dévoue, par exemple, à la sociologie wébérienne du droit. Malgré tout, l'apport de Weber aux réflexions actuelles des sciences sociales sur les enjeux économiques est fondamental.

7Ce livre propose une vision dynamique et systématique de la sociologie de Max Weber, et ouvre la voie à une réflexion sur son apport pour les sciences sociales contemporaines, dégagée des débats souvent simplificateurs qui l'ont enfermée jadis dans l'opposition entre les perspectives marxiennes et idéalistes. C'est en cela une porte d'entrée très stimulante pour une œuvre aussi riche que complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Horacio Ortiz, « Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 13 février 2007, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/371

Haut de page

Rédacteur

Horacio Ortiz

Horacio Ortiz est doctorant en anthropologie sociale à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page