Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2019Oliver Jens Schmitt, Korčula sous...

Oliver Jens Schmitt, Korčula sous la domination de Venise au XVe siècle. Pouvoir, économie et vie quotidienne dans une île dalmate au Moyen Âge tardif

Mickaël Wilmart
Korčula sous la domination de Venise au XVe siècle
Oliver Jens Schmitt, Korčula sous la domination de Venise au XVe siècle. Pouvoir, économie et vie quotidienne dans une île dalmate au Moyen Âge tardif, Paris, Collège de France, coll. « conférences », 2019, 128 p., ISBN : 9782722605053.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La version électronique de l’ouvrage est disponible sur le site du Collège de France à l’adresse su (...)

1La côte dalmate est une grande oubliée de l’historiographie de l’empire vénitien, le Stato da Mar, et, à l’exception de Dubrovnik, a surtout été l’objet d’une production en serbo-croate nécessitant un investissement linguistique pour en maîtriser les contours. En fin connaisseur des Balkans, Oliver Jens Schmitt livre ici une étude inédite sur l’île de Korčula, pour laquelle sont conservées d’importantes archives (près de 400 cartons) et qui a fait l’objet d’une série de conférences au Collège de France1 en 2010.

  • 2 Oliver Jens Schmitt, Das venezianische Albanien (1392-1479), De Gruyter Oldenbourg, München, 2001, (...)

2L’auteur avait déjà abordé les rapports de la Sérénissime avec les Balkans occidentaux à travers une étude très fouillée de l’Albanie vénitienne, suivie d’une remarquable biographie de Scanderbeg, un noble albanais entré en révolte contre les Ottomans dans la seconde moitié du XVe siècle2. Cette fois, il propose une analyse micro-historique qui présente de façon concrète le processus vénitien de domination d’un petit espace insulaire de l’Adriatique. Il a, depuis ces publications, dirigé plusieurs volumes sur les rapports entre Venise et la Dalmatie.

3L’île de Korčula, au large de Dubrovnik/Raguse, est achetée par la République de Venise en 1420. Elle est immédiatement intégrée à l’empire de la Sérénissime, même si on ne peut pas véritablement parler de colonisation puisque la présence de ressortissants vénitiens est relativement réduite (le gouverneur, le comte, quelques officiers). Venise s’appuie d’abord sur les structures politiques et sociales existantes, respectant l’accord conclu lors de la prise de possession de l’île. Malgré tout, Korčula subit bien l’influence vénitienne dans tous les secteurs de la vie insulaire et c’est ce point qui constitue le fil rouge des trois conférences publiées ici.

4La société insulaire apparaît extrêmement divisée entre patriciens, peuplant la ville de Korčula, et populares, regroupant les paysans des villages parsemés sur l’île. D’une part, le patriciat entend profiter de l’annexion vénitienne pour faire prospérer ses activités commerciales et voit ses institutions confirmées par le pacte de rattachement de 1420. D’autre part, les villages connaissent une poussée revendicative et s’appuient sur Venise pour essayer de faire plier les élites urbaines. Les assemblées villageoises contestent la suprématie des patriciens, qui exercent un pouvoir quasi seigneurial sur le territoire, et réclament un appareil judiciaire séparé, placé sous la tutelle directe de Venise. Dès lors, on voit parmi les élites paysannes certains personnages se détacher et entreprendre des allers-et-retours réguliers pour négocier avec le Doge ou le Sénat vénitien. La documentation est alors assez précise pour décrire par le bas ces conflits, à travers des cas biographiques ou des moments de démonstration de force qui ne basculent cependant jamais dans l’émeute violente.

5La Sérénissime gère, arbitre parfois ces conflits, mais n’impose pas un nouvel ordre politique. Les changements les plus profonds que la domination vénitienne induit sur les îliens sont d’abord économiques. Les investissements vénitiens semblent rares, mais l’île est soumise à des règles strictes qui font de Venise le principal débouché des productions de Korčula. Celles-ci se modifient progressivement pour répondre aux attentes du marché vénitien : croissance d’une viticulture déjà bien implantée, augmentation de la production de de figues et d’amandes, développement de la fabrication de poix destinée à l’arsenal de la Sérénissime. Tout cela ne se fait pas sans conséquences. L’augmentation des surfaces de vignes réduit en effet la superficie des terres arables capables de produire les grains nécessaires à la subsistance de l’île (qui n’a jamais été autosuffisante en la matière). Les patriciens s’en plaignent régulièrement aux autorités vénitiennes. La production de la poix provoque, quant à elle, d’importants défrichements qui modifient le paysage insulaire. Ces défrichements, dus aussi à l’abattage d’arbres nécessaires à la construction navale, s’accompagnent d’incendies qui réduisent la couverture forestière à néant en moins d’un siècle. Une catastrophe écologique avant l’heure…

6Korčula s’avère un excellent laboratoire pour l’historien des mondes ruraux. L’auteur en aborde divers aspects qui dressent un portrait assez précis des campagnes dalmates du XVe siècle : élevage domestique, pastoralisme, gestion des nuisibles comme le loup, mais aussi stratigraphie sociale de la société paysanne. Chacun de ces thèmes, objet de quelques pages, révèle la richesse de la documentation locale tant les précisions apportées sont rarement soulignées ailleurs.

7Naturellement, la monographie d’une île se devait de porter un regard particulier sur le rapport des Curzolains à la mer. Avec la domination vénitienne, le rôle maritime de Korčula prend un nouvel essor. L’île devient une étape entre les côtes dalmates ou albanaises et l’Italie. De nouveaux horizons semblent donc s’ouvrir à son commerce. Toutefois, Oliver Jens Schmitt nous rappelle justement que Korčula ne se transforme pas en une société de marins. S’il existe toute une économie de pêche (engendrant des conflits avec la ville voisine de Dubrovnik) et de cabotage (parfois en contrebande), la plupart des habitants n’ont pas de lien direct avec la mer qui les entoure.

8À la lecture de cet ouvrage, on comprend pourquoi l’auteur affirme que les sources disponibles sur l’île de Korčula ont le potentiel pour en faire un « Montaillou balkanique » (p. 38). La taille réduite du livre présenté ici n’empêche pas la découverte d’une multitude de détails inédits sur les communautés insulaires de l’Adriatique, avec un intérêt qui dépasse parfois ce cadre géographique. Espérons qu’un volume plus conséquent verra bientôt le jour pour mettre à disposition du public toutes les richesses de cette recherche. Cette publication montre également le potentiel historiographique des monographies, une approche rarement utilisée par les historiens occidentaux des Balkans qui ont trop tendance à privilégier une lecture régionale ou globale.

Haut de page

Notes

1 La version électronique de l’ouvrage est disponible sur le site du Collège de France à l’adresse suivante : https://books.openedition.org/cdf/6261.

2 Oliver Jens Schmitt, Das venezianische Albanien (1392-1479), De Gruyter Oldenbourg, München, 2001, Oliver Jens Schmitt, Skanderbeg. Der neue Alexander auf dem Balkan, Friedrich Pustet Verlag, Regensburg, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Wilmart, « Oliver Jens Schmitt, Korčula sous la domination de Venise au XVe siècle. Pouvoir, économie et vie quotidienne dans une île dalmate au Moyen Âge tardif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 septembre 2019, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.37130

Haut de page

Rédacteur

Mickaël Wilmart

Ingénieur d’études à l’EHESS, centre de recherches historiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search