Navigation – Plan du site

Damien Larrouqué (dir.), « Le Paraguay : 30 ans après Stroessner », Cahiers des Amériques latines, n° 90, 2019

Marie-Aimée Romieux
Le Paraguay : 30 ans après Stroessner
Damien Larrouqué (dir.), « Le Paraguay : 30 ans après Stroessner », Cahiers des Amériques latines, n° 90, 2019, 188 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, IHEAL, ISBN : 9782371541221.
Haut de page

Texte intégral

1Ce nouveau numéro des Cahiers des Amériques latines est consacré à un pays peu mis en avant dans les publications scientifiques internationales : le Paraguay. Les auteurs nous proposent un dossier composé de cinq articles sur les évolutions politiques, économiques, sociales et culturelles du Paraguay, 30 ans après la chute du Général Alfredo Stroessner. On peut saluer d’emblée la cohérence des articles qui ouvrent des perspectives et de nombreux questionnements sur le Paraguay mais également sur sa culture politique.

  • 1 Sondrol Paul, « Paraguay: a Semi-authoritarian Regime? », Armed Forces & Société, vol. 34, n° 1, 20 (...)

2Damien Larrouqué, membre de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (Opalc-Sciences Po) et docteur associé au Ceri-Sciences Po, introduit le dossier par une réflexion sur la nature du régime politique paraguayen. Il remet rapidement en cause plusieurs clichés, plaçant ce dossier à la pointe de la recherche en sciences sociales sur la culture politique paraguayenne. L’ensemble des articles discutent l’affirmation de l’analyse du politiste américain Paul Sondrol1, qui décrivait le Paraguay comme un État semi-autoritaire. Si le Paraguay a tout d’un crony State, faisant des intérêts particuliers l’intérêt commun, l’affirmation de la société civile dans la sphère publique change désormais la donne. La politique à dominante « libérale-conservatrice », qui laissait penser que le pays resterait immobile, s’émousse, même si l’héritage du Stronato – période durant laquelle Stroessner était au pouvoir – influence encore les consciences et les pratiques. C’est bien une démocratie en construction que nous présente Damien Larrouqué, avec ses héritages, ses forces et ses faiblesses. On apprécie que l’auteur valorise la vision positive d’une avancée vers la démocratie, ce qui est loin d’être une utopie. Il sort ce dossier d’un carcan historiographique oubliant trop souvent la vivacité de la démocratie paraguayenne C’est à Gustavo Setrini et Liliana Rocio Duarte-Recalde que revient l’analyse complexe du développement des institutions participatives. Les auteurs soulignent les difficultés des habitants à surpasser l’héritage autoritaire : on est bien ici au cœur de la construction de la démocratie. Si de nombreuses initiatives ont été mises en place pour inclure les citoyens dans diverses organisations locales, la réalité du terrain ainsi que la valorisation de cette participation citoyenne sont encore trop faibles. La décentralisation des pouvoirs a des effets mitigés car elle tend à laisser aux élus locaux la possibilité de reproduire les inégalités d’accès et de participation à la démocratie. Afin d’illustrer leur propos, les auteurs développent l’exemple des conseils de développement local : à partir d’interviews de municipalités du nord du pays, Gustavo Setrini et Liliana Rocio Duarte-Recalde soulignent la coexistence des politiques participatives des conseils de développement locaux avec les pratiques autoritaires informelles clientélistes.

  • 2 Van Dijk Teun, Ideología y discurso: una introducción multidisciplinaria, Barcelona, Ariel, 2003.

3L’article suivant est consacré aux représentations du gouvernement de Stroessner dans les textes scolaires, de 1989 à aujourd’hui. Cette source est fondamentale pour comprendre les arcanes de la culture politique paraguayenne. L’auteur, Pedro R. Caballero C., reprend la théorie d’analyse des manuels scolaires d’histoire de Van Dijk2 : le manuel est à la fois objet d’analyse et contenant d’un discours idéologique. Pour chaque manuel étudié, l’auteur parcourt l’ensemble des évènements choisis pour expliquer le contexte historique. Il introduit également des éléments d’analyse de l’iconographie, aspect qui aurait pu être davantage développés. L’auteur souligne de façon claire les différences entre les choix pédagogiques de chaque manuel, en veillant à indiquer, parfois trop brièvement, les enjeux de ces choix. Une partie importante de son analyse est consacrée aux oubliés des manuels, notamment les victimes du régime de Stroessner, acteurs indispensables de la construction de la mémoire ; c’est sans doute ce qui fait toute la richesse de cet article. L’étude montre finalement qu’il n’y a pas de critiques de Stroessner dans les manuels scolaires, ce qui rend le travail de mémoire d’autant plus difficile.

  • 3 Voir Sara Sanchez del Olmo, « Sacralización, ritualización y espectáculo en torno al pasado: El Mus (...)

4Sara Sanchez del Olmo nous propose un point particulièrement documenté sur le Musée des Mémoires, situé à Asunción, capitale du Paraguay. Elle décompose avec précision la muséographie ainsi que les objets ou témoignages choisis et leurs enjeux. Ce musée est né d’une initiative non pas institutionnelle mais privée : Martin Almada, l’une des victimes de la dictature, est à l’origine de cet espace de mémoire. Cette genèse soulève des interrogations sur la place donnée par l’État à la mémoire des victimes dans l’espace public paraguayen. L’auteure souligne les difficultés à représenter un passé traumatique qui souvent s’incarne par le seul exemple du fondateur du musée. On apprécie tout particulièrement la capacité de l’auteure à mettre en perspective ce musée avec d’autres, tels que ceux sur les mémoires de la dictature (notamment latino-américaines)3.

  • 4 Il existe une abondante documentation sur la transition énergétique en Amérique latine. Soulignons (...)

5Trois autres articles inclus dans ce volume abordent d’autres terrains latino-américains. Seul l’article d’Ezequiel Zarate Toledo et Julia Fraga entre en résonnance celui de Gustavo Setrini et Liliana Rocio Duarte-Recalde sur les politiques participatives. Ils nous proposent une réflexion sur les consultations populaires préalables à la construction de parcs énergétiques au Mexique. Leur exemple porte sur les dissensions entre les responsables du projet éolien de l’Isthme de Tehuantepec et la population indigène locale. À partir d’une série d’enquêtes, les auteurs ont pu souligner la nécessité d’une réelle politique publique dédiée aux problèmes d’implantation de parcs éoliens prenant véritablement en compte les consultations préalables de la population4. Car si les objectifs d’inclusion des populations locales ont été revendiqués par les entreprises concernées, les lacunes dans la gouvernance du projet montrent clairement une mise à l’écart des populations générant des conflits fonciers et politiques. Ce projet, dont les étapes sont parfaitement explicitées, permet aux auteurs de monter à quel point les failles successives dans la transparence et le dialogue alimentent des tensions socio-politiques fortes. Elle ouvre également la voie à une réflexion à l’échelle régionale sur les modes de gouvernance dans les transitions énergétiques dans le monde, ce point étant peut-être le plus stimulant pour un lecteur néophyte.

6L’ensemble du dossier construit un tout autre visage du Paraguay. Loin des visions archaïsantes d’un Paraguay semi-autoritaire, décriées par Damien Larrouqué en introduction, les auteurs nous présentent un Paraguay en mutation. Depuis les initiatives locales telles que la création d’un musée de la mémoire jusqu’à la mise en place de politique participatives, la société civile gagne du terrain. Cependant, comme que le soulignent à plusieurs reprises les auteurs de ce dossier, l’emprise des pratiques politiques issues du Stronato reste forte et rend incertaine l’efficacité de ces initiatives.

Haut de page

Notes

1 Sondrol Paul, « Paraguay: a Semi-authoritarian Regime? », Armed Forces & Société, vol. 34, n° 1, 2007, p. 46-66.

2 Van Dijk Teun, Ideología y discurso: una introducción multidisciplinaria, Barcelona, Ariel, 2003.

3 Voir Sara Sanchez del Olmo, « Sacralización, ritualización y espectáculo en torno al pasado: El Museo de la Memoria y los Derechos Humanos en Chile », Anuario de Historia Regional y de las Fronteras, n  21, 2016, p. 193-216, disponible en ligne : https://www.academia.edu/26557227/Sacralizaci%C3%B3n_ritualizaci%C3%B3n_y_espect%C3%A1culo_en_torno_al_pasado_El_Museo_de_la_Memoria_y_los_Derechos_Humanos_en_Chile. Voir aussi le projet Vitrines du sacrifice : dimensions symbolico-rituelles et sacralisation du passé aux Musées de la Mémoire en Amérique Latine, financé par l’IRCM. Voir aussi Cynthia Leroux, « Le Musée national de Colombie et le Musée communautaire de Jacinto : processus de patrimonialisation et devoir de mémoire en Colombie de 1984 à nos jours », mémoire de master 2, dir. Olivier Compagnion, IHEAL-Paris 3, 2018, https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01963546/document.

4 Il existe une abondante documentation sur la transition énergétique en Amérique latine. Soulignons en particulier le guide de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), Energía y desarrollo sustentable en América Latina y el Caribe, guía para la formulación de políticas energéticas, 2003, voir https://www.cepal.org/es/publicaciones/27838-energia-desarrollo-sustentable-america-latina-caribe-guia-la-formulacion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Damien Larrouqué (dir.), « Le Paraguay : 30 ans après Stroessner », Cahiers des Amériques latines, n° 90, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 septembre 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37165

Haut de page

Rédacteur

Marie-Aimée Romieux

Enseignante en histoire-géographie, section euro espagnol (95).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page