Navigation – Plan du site

Maíra Mamede et Julien Netter (dir.), « Former pour lutter contre les inégalités », Recherche & Formation, n° 87, 2019

Imène Torkhani
Former pour lutter contre les inégalités
Maira Mamede, Julien Netter (dir.), « Former pour lutter contre les inégalités », Recherche & Formation, n° 87, avril 2019, 142 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9791036201288.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À cet égard, voir notamment les évaluations PISA (programme international pour le suivi des acquis (...)

1Le numéro 87 de la revue Recherche & Formation est dédié aux liens entre la formation des enseignants et la réduction d’inégalités d’apprentissage, principalement en France. Ces inégalités se traduisent par des classes très hétérogènes (excepté dans les milieux socialement plus favorisés), dont une partie des élèves possèdent de fortes lacunes en lecture, mathématiques et sciences1. Comme le rappellent les coordonnateurs de ce dossier, Maíra Mamede et Julien Netter, ces inégalités d’apprentissage ne s’expliquent pas seulement par le milieu socio-culturel des élèves. Celles-ci seraient plutôt le fruit d’une « co-construction » de difficultés d’apprentissage, initialement portées par ces élèves et qui sont ensuite accentuées par les pratiques routinières des enseignants et des étudiants. Les articles se concentrent sur le contenu même des formations ainsi que sur les processus et conditions par lesquels ces formations peuvent réduire de manière efficace les inégalités d’apprentissage dès l’école primaire.

2Le premier article, rédigé par Alejandra Birgin, dresse une chronologie de l’évolution des politiques publiques d’éducation liées à la formation des enseignants en Argentine, depuis le retour de la démocratie en 1983. À travers une analyse de discours politiques, l’auteure explique que, jusqu’aux années 2000, si les inégalités sociales sont croissantes, les discours des politiciens sur la formation des enseignants ne prennent pas en compte ces enjeux d’égalité alors même que l’école se massifie plus en plus. Le début du XXIe siècle est marqué par la création d’un ensemble de dispositifs contradictoires pour lutter contre les inégalités scolaires. D’abord, la mise en œuvre de « politiques socio-éducatives » a entrainé la création de différents programmes et formations pédagogiques innovants afin de favoriser l’égalité d’apprentissage à l’école. Mais l’auteure rappelle que, si une partie des discours et politiques d’éducation prêtent une attention particulière aux liens entre la formation des enseignants et la réduction des inégalités, d’autres encouragent la création de formations enseignantes « techno-instrumentales standardistantes », qui répondent à des impératifs de modernisation de l’État.

3Dans le second article, Sylvain Broccolichi, Christophe Joigneaux et Catherine Couturier cherchent à comprendre pourquoi les professeurs débutants en France, initialement soucieux de réduire les inégalités scolaires au sein de leurs classes, finissent souvent par être démotivés. Les résultats de leurs enquêtes de terrain, débutées en 2010 auprès de professeurs d’école (PE) pendant et après leur formation initiale montrent que ces enseignants ne parviennent pas à lutter efficacement contre les inégalités d’apprentissage de leurs élèves. Découragés par le fait qu’ils n’ont reçu ni outils ni techniques pendant leur formation, les PE finissent souvent par « abandonner » les élèves en difficulté, en les orientant vers des classes spécialisées. Cependant, les auteurs proposent quelques pistes de solution afin de pallier ces problèmes : renforcer l’accompagnement des PE débutants lors de leur formation continue et repenser celle des formateurs ; faire un suivi continu avec les néo-titulaires pendant les premières années d’enseignement afin de s’assurer qu’ils ne font pas face à des situations trop éprouvantes et de les conseiller si besoin ; lutter contre le défaitisme des PE débutants en accordant plus de temps au partage d’expériences et de stratégies des PE lors des formations.

4Dans l’article suivant, Laurence Espinassy, Fabienne Brière-Guenoun et Christine Félix encouragent les chercheurs à utiliser l’approche ergonomique de l’activité et le cadre méthodologique de l’autoconfrontation afin de placer les enseignants en situation d’analyse de leur propre pratique. Par exemple, c’est à travers l’enregistrement vidéo de leur cours que les enseignants peuvent se confronter et réfléchir avec des chercheurs aux dispositifs didactiques qu’ils utilisent en classe pour lutter contre les inégalités. Les chercheurs ont mené deux interventions-recherches en France : l’une centrée sur l’obligation d’enseigner l’histoire des arts, et l’autre sur le dispositif « Devoirs faits » initié en 2007. Leurs enquêtes ont mis en exergue des dilemmes récurrents du métier d’enseignant face à l’usage de nouveaux dispositifs : le sentiment d’incompétence des enseignants face à des dispositifs trop interdisciplinaires ou encore la nécessité de garantir une cohésion de groupe tout en prenant en compte les difficultés individuelles des élèves liées à leurs profils socioculturels. Les auteurs préconisent ainsi la création d’un répertoire des dilemmes de métier lors des formations afin d’offrir un cadre de co-analyse et co-confrontation des difficultés vécues par un ensemble d’enseignants.

5Dans leur article, Denis Bulten et Pascale Masselot offrent des pistes de solutions pour mieux adapter les formations des enseignants de mathématiques en éducation prioritaire en France face aux difficultés scolaires de leurs élèves. Leurs résultats suggèrent trois recommandations. Tout d’abord, il convient de s’interroger lors des formations sur les pratiques des enseignants à différents niveaux : niveau global (les grands choix didactiques), niveau local (routines liées aux processus de dévolution et d’institutionnalisation) et niveau micro (gestes quotidiens comme écrire au tableau). Ensuite, il importe de renforcer l’esprit de communauté entre les professeurs des établissements lors des formations en construisant une mémoire collective d’équipe. Enfin, il faut accentuer la coopération « duelle » entre professeur et formateur afin que les deux puissent apprendre, évaluer et améliorer leurs pratiques respectives.

6Dans l’article suivant, Sylvie Cèbe et Roland Goigoux considèrent que l’une des manières les plus efficaces de lutter contre les inégalités est de mieux « outiller » les enseignants. Les auteurs ont entrepris une démarche collaborative avec des enseignants d’école maternelle et montrent comment l’usage d’outils didactiques innovants favorise simultanément l’apprentissage des élèves, mais aussi le développement professionnel des enseignants. Ils donnent l’exemple de la conception de l’outil didactique Narramus (apprendre à comprendre et à raconter), qui a débuté en 2014-2015 et qui est actuellement soumise à l’étape d’évaluation (2016-2019). L’objectif de cet outil est d’apprendre aux enfants à raconter seuls à leurs amis ou familles les histoires qu’ils ont étudiées en classe. Par exemple, avec la méthode Narramus, les élèves apprennent du vocabulaire, et des expressions dans le but de pouvoir raconter l’histoire que le professeur a mimée. Puis, c’est au tour de tous les enfants de jouer l’histoire. Cet outil permet de développer les compétences de compréhension langagières et narratives de tous les élèves, sans exclure ceux qui sont en difficulté. Quant aux enseignants, la co-conception de cet outil avec les chercheurs leur a permis de « regagner en sentiment de compétences professionnelles, d’éprouver de la fierté au travail et du plaisir à enseigner » (p. 90).

7Enfin, dans une dernière section qui s’intitule « autour des mots de la formation », Patrick Rayou interroge l’utilisation de la « pédagogie explicite », fortement encouragée par les décideurs politiques en France au cours de ces dernières années afin de lutter contre les inégalités scolaires. Si l’auteur reconnait qu’expliciter aux élèves ce qu’ils doivent faire est nécessaire, il questionne cependant la manière dont les professeurs doivent expliciter ce qu’ils attendent, afin de ne pas être contre-productifs. Aussi, en raison de la complexité de cette notion « d’expliciter », Patrick Rayou recommande de mieux former les enseignants à cette pratique, en insistant sur l’analyse spécifique de ce qui doit être explicité et la manière de le faire, pour les élèves en difficulté.

8Pour clore ce dossier, les coordonnateurs exposent un entretien qu’ils ont mené avec l’ancien directeur du centre Alain-Savary, Patrick Picard. Il explique comment le centre contribue à lutter contre les inégalités scolaires en milieux défavorisés en renforçant les ponts entre la recherche, la formation et les acteurs de l’éducation. Il fait part des différents outils, séminaires et autres dispositifs que le centre met en place pour améliorer la formation des formateurs et ainsi celle des enseignants. L’objectif du centre est de créer un espace de partage de connaissances scientifiques et d’expériences pratiques afin de lutter collectivement contre les inégalités scolaires.

9Par la diversité de ses thématiques, approches scientifiques et solutions proposées, ce dossier permet à une multitude d’acteurs de l’éducation de se questionner sur les moyens les plus efficaces à mettre en œuvre afin de favoriser l’égalité scolaire. On peut cependant regretter la brièveté des articles, qui ne permet pas cerner en profondeur les démarches théoriques et méthodologiques des auteurs. Néanmoins, la force de ce dossier tient au fait qu’il s’adresse simultanément aux chercheurs en sciences sociales, mais surtout aux praticiens de l’éducation (formateurs, professeurs, directeurs d’établissements, etc.) ainsi qu’aux décideurs politiques.

Haut de page

Notes

1 À cet égard, voir notamment les évaluations PISA (programme international pour le suivi des acquis des élèves) de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Imène Torkhani, « Maíra Mamede et Julien Netter (dir.), « Former pour lutter contre les inégalités », Recherche & Formation, n° 87, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 septembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37172

Haut de page

Rédacteur

Imène Torkhani

Imène Torkhani est doctorante en science politique à l’Université de Montréal. Ses recherches portent principalement sur le rôle d’acteurs supranationaux (UNESCO, OCDE, UE, etc.) dans la gouvernance de politiques d’éducation. Elle est membre du Centre d’études sur la paix et sécurité internationale (CEPSI) ainsi que du Centre Jean Monnet de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page