Navigation – Plan du site

Morgan Jouvenet, Rap, techno, électro.... Le musicien entre travail artistique et critique sociale

Anne Philibert
Rap, techno, électro...
Morgan Jouvenet, Rap, techno, électro... Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2006, 290 p., EAN : 9782735111374.
Haut de page

Texte intégral

1Comme son titre l'indique, il n'est pas question dans l'ouvrage de Morgan Jouvenet de développer (comme ce fut le cas pendant très longtemps, et comme ça l'est encore souvent) une théorie de l'individu « possédé » par la musique techno, ni même de chercher à travers ces musiques une illustration d'un individu « isolé » dans nos sociétés modernes. Souvent associées à la toxicomanie ou au communautarisme (les musiques techno), ou alors reliées à l'émergence d'une nouvelle « question sociale » (le rap), les études sur le sujet restaient en effet peu satisfaisantes. De plus, la temporalité artistique rapide de ces genres amène à ce qu'il n'existe finalement que très peu de données sociologiques sur ces musiques. C'est donc l'un des premiers atouts de cet ouvrages : présenter une peinture des univers professionnels des musiques rap, techno et électro.

2L'ouvrage se présente comme une analyse des « relations de travail et au travail » dans les musiques électroniques et rap, où il s'agit de « rassembler dans un même tableau les manières de concevoir et de pratiquer la musique, l'organisation du travail et les modes de commercialisation des œuvres, à partir d'une enquête sur l'espace professionnel des rappeurs et des électronistes ». On appréciera tout d'abord le souci de l'auteur d'une recontextualisation très complète de ces musiques afin de mieux comprendre, à terme, les formes actuelles du travail musical des rappeurs et des électronistes. Cette historicisation, quoique aujourd'hui majoritairement admise, est néanmoins nécessaire au vu des enjeux de réappropriation des origines qui existent au sein de ceux qui se réclament des différents « sous-genres » rap et electro/techno.

3Après avoir situé les environnements historiques de ces pratiques, Morgan Jouvenet se penche ensuite sur lesdites pratiques musicales, en les re-situant cette fois dans un environnement marqué par leur engagement dans le monde social, qui n'est pas sans rappeler la tradition des musiques contestataires telles le rock, le punk, le reggae, ou le jazz. Cet engagement est certes en lien avec les logiques marchandes propres au secteur culturel, mais pas uniquement : «  Le style musical, qu'il soit moqueur, spontané, violent, représentatif, etc.. repose à la fois sur des conventions expressives attachées aux groupes sociaux d'origine et sur des conventions de lecture (et d'écoute) qui ont été forgées dans des milieux très différents » (p.109).

4Toujours dans le souci de retranscrire au plus près la réalité des univers professionnels, en mettant en avant les originalités esthétiques, culturelles, et organisationnelles, Jouvenet procède ensuite à une articulation des pratiques et des discours, qui montre comment l'artiste se sait engagé dans un espace indissociablement culturel et professionnel : « mêlant étroitement les questions esthétiques et organisationnelles, les musiques rap et électroniques apparaissent comme des espaces symboliques de médiation entre un monde social (qu'ils disent représenter) et le marché du disque, comme des cultures collectivement négociées » (p.123).

5D'univers professionnel, il en est bien question, dans les chapitres 4 et 5 notamment, que ce soit au niveau de la production ou de la diffusion. Ils présentent, notamment, les différents niveaux d'entreprises qui interviennent dans la diffusion commerciale de la musique. On y retrouve, entre autres, une réflexion sur cet état de fait que l'on peut interroger comme propre à la construction d'un genre émergent, où l'on peut voir émerger deux pôles : les firmes les plus puissantes économiquement d'un côté, celui des « majors », et les labels de moindre envergure de l'autre : « le succès des musiques rap et électroniques, dans les années 90, a confirmé le lien entre l'arrivée de nouveaux genres dans les bacs des disquaires non spécialisés et l'intensification des coopération entre majors et labels indépendants -les premières cherchant à garder un certain contrôle sur la production artistique et les seconds à accéder à un niveau supérieur de développement économique » (p169).

6En somme, l'intérêt sociologique du livre réside doncdans la croisée de la pluralité des logiques rencontrées dans ces univers musicaux, et de proposer des pistes de réflexion quant à la professionnalisation des genres musicaux émergents, de la création à la diffusion. Nous regretterons peut-être seulement la faible différenciation qui est opérée « intra-genre », à savoir par exemple entre electro et techno : en quoi peut-on parler des univers professionnels de la techno au même titre que ceux de l'electro ? Ces deux champs de production et de diffusion sont-ils facilement comparables ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Philibert, « Morgan Jouvenet, Rap, techno, électro.... Le musicien entre travail artistique et critique sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 13 février 2007, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/373

Haut de page

Rédacteur

Anne Philibert

Anne Philibert est étudiante en Master 2 de sociologie à l'université Lyon 2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page