Navigation – Plan du site

Louis Marin, La traversée des signes

Alexandre Eyries
La traversée des signes
Louis Marin, La traversée des signes, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2019, 96 p., éditions établie et présentée par Pierre-Antoine Fabre, ISBN : 978-2-7132-2729-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans l’esprit de la collection « Audiographie » des éditions de l’Ehess.

1Dans ce court mais stimulant ouvrage édité par l’historien Pierre Antoine Fabre et paru en 2019, c’est l’ensemble du parcours intellectuel et scientifique de Louis Marin qui est reconstitué via la transcription d’un entretien accordé en 1991 à France Culture1.

2Ce petit livre a ainsi le grand mérite de nous restituer un penseur disparu, Louis Marin, dont l’œuvre remarquable n’a pas eu de son vivant la reconnaissance qu’elle méritait en France, outre un cercle de collègues, de disciples, d’amis, et en dépit d’une importante reconnaissance internationale en tant que professeur invité aux États-Unis, au Japon, en Italie, etc. Philosophe de formation, puis sémiologue et critique d’art, Louis Marin laisse une contribution importante à la mise en représentation du pouvoir politique et la critique d’art – dont Le récit est un piège et Le portrait du roi constituent deux jalons essentiels.

3Comme l’écrit Pierre Antoine Fabre dans l’introduction de l’ouvrage, son patronyme est une invitation au voyage, terrestre et surtout maritime, de même que son prénom invite à parcourir l’histoire de notre pays, le nom complet de Louis Marin rimant lui-même aujourd’hui avec travaux de recherche et œuvres de l’esprit (voir p. 7-8).

4Au sein de l’œuvre si riche et singulière de Louis Marin, de nombreux exégètes familiers de sa trajectoire intellectuelle s’accordent à souligner certains motifs majeurs, et notamment dans « le rapport du nom et du portrait » (p. 8), ainsi que le remarque Pierre Antoine Fabre. En effet, la grande fable eucharistique est l’une des principales sources d’inspiration et l’un des ancrages linguistiques, narratologiques et anthropologiques majeurs de la pensée marinienne. La question centrale de son œuvre est celle du pouvoir politique et de sa mise en scène et en images, à travers notamment l’étude de la peinture italienne et des portraits officiels de monarques, à l’instar de celui réalisé par Hyacinthe Rigaud pour le sacre de Louis XIV : « Marin s’interroge sur le rapport du pouvoir et de sa mise en représentation » (p. 16) et, par voie de conséquence, sur les pouvoirs de la représentation. Pour lui, la représentation est un concept forgé dans l’équilibre précaire entre le représenté, ce qui en lui se représente, et le représentant lui-même avec son épaisseur spécifique – que Marin appelait l’« opacité » du signe. Par la richesse et la cohérence de son œuvre, à la lueur lointaine de la théorie du signe transparent et opaque des logiciels de Port-Royal, Louis Marin serait probablement aujourd’hui l’un des plus farouches bien que discrets partisans de la démocratie représentative.

5Et comme l’écrit Pierre Antoine Fabre, on dénote toujours « une extrême empathie de Louis Marin vis-à-vis de ses objets » (p. 20), au point que dans les ouvrages qu’il leur consacre, Louis Marin devient tour à tour Mazarin, Pascal, Rabelais, ou même Paul Klee. Il interprète si souverainement et décrit si humblement ces auteurs et artistes que, ce faisant, il passe de l’autre côté du miroir, fait corps avec eux et s’y retrouve autant qu’il s’y adonne. Ainsi le sémiologue distingue-t-il l’empathie du chercheur pour son objet de recherche et l’apathie, cette incapacité à être touché et à ressentir des émotions qui lui semble être la caractéristique première des responsables politiques et des chefs d’État. Le mot clé du vocabulaire marinien, c’est l’exemple, « non pas l’exemple exemplaire, mais l’exemple de l’expérience jouée, totalement jouée, et jouée d’autant plus qu’elle prend toujours la forme d’un jeu sérieux, gai et grave » (p. 20).

6Répondant à une question de Francesca Piolot sur la cohérence de sa trajectoire intellectuelle, Louis Marin rappelle alors qu’on a pu lui prêter une étiquette qui le rattacherait à tort à l’histoire. Malgré sa formation de philosophe (p. 25), c’est le fait que son maître – l’historien de la philosophie Henri Gouhier – l’introduise au dialogue entre Pascal et Descartes qui a sans doute brouillé les pistes. Ce dialogue a été fondamental, le conduisant par des voies détournées à la linguistique et la sémiologie. Abordant ensuite le séminaire tenu par Algirdas Julien Greimas en 1968-1969 comme un extraordinaire lieu de fermentation, d’expérimentation et de rencontre, Louis Marin rappelle qu’il était par exemple fréquenté par Julia Kristeva et Gérard Genette (voir p. 28). Réagissant à une question sur ses nombreux déplacements professionnels et sur son éventuel statut de « jet prof », il s’insurge et rectifie : « je ne passe pas mon temps dans les avions à préparer un morceau de conférence que je donnerai avant de repartir. Non, cela fait partie de ces pas de côté » (p. 31) vis-à-vis de l’institution universitaire française. Puis Louis Marin formule une analyse clairvoyante de l’organisation de la vie intellectuelle et scientifique, de son fonctionnement par diffusion, essaimage, dissémination : « il y a des centres, et il y a des réseaux. Les centres sont les lieux où vous restez, ce ne sont pas les lieux de colloque ou de conférences, où l’on passe. Les centres, pour moi, ce sont Urbino, ou San Diego, ou Johns Hopkins » (p. 32). Également conscient du privilège d’avoir enseigné à l’École des hautes études en sciences sociales, où la moitié des étudiants et plus de la moitié du corps enseignant sont d’origine étrangère, Louis Marin y prête un rôle important dans sa maturation intellectuelle et son ouverture sur le monde.

7Dans la dernière partie de l’ouvrage, revenant sur la question du pouvoir et de sa mise en représentation, Louis Marin pose enfin que le pouvoir d’État « ne s’institue que comme théâtral, c’est-à-dire en montrant, d’une façon ostentatoire même, les signes du pouvoir. Et c’est en ce sens qu’il y a sémiotique de cour, sémiotique du pouvoir. Le pouvoir ne s’exerce comme pouvoir qu’en se montrant dans les signes qui le désignent » (p. 78). Selon lui, pouvoir et représentation sont absolument inextricables et parfaitement complémentaires. En ce sens, le pouvoir royal du Siècle d’or voit émerger une figure centrale avec l’homme de cour, véritable sémioticien à l’affût des signaux du pouvoir (voir p. 82). Reliant l’essence du pouvoir à la nature théâtrale de l’exercice politique, Louis Marin souligne que le pouvoir est représentation, que l’essence même du politique est de « fonctionner entre secret d’État, coup d’État, et d’autre part représentation, cérémonialité, répétition » (p. 83). Son efficacité réside en grande partie dans sa capacité de mise en représentation, son aptitude à dévoiler sous forme de grandes manifestations publiques et de cérémonies l’autorité, le charisme et le prestige qui siéent à la gouvernance d’un parti et à la conduite d’un pays. Pour Louis Marin, en politique et jusqu’au cœur de nos institutions, il y a une partition essentielle entre princes et conseillers, entre « ceux qui mettent en scène les décisions et ceux qui les préparent » (p. 91).

8D’une étonnante actualité, cet ouvrage remarquable donne à lire et surtout à entendre la voix vive et chaleureuse d’un penseur libre, iconoclaste, et toujours prompt à traverser les disciplines du sens à sauts et à gambades. Une lecture impérieuse et essentielle pour toutes celles et ceux que le pouvoir et sa mise en scène intéressent, captivent, fascinent.

Haut de page

Notes

1 Dans l’esprit de la collection « Audiographie » des éditions de l’Ehess.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Louis Marin, La traversée des signes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37324

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page