Navigation – Plan du site

Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, Introduction à la sociologie urbaine

Julia Chryssomalis
Introduction à la sociologie urbaine
Jean-Marc Stébé, Hervé Marchal, Introduction à la sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2019, 288 p., 1re éd. 2010, ISBN : 978-2-200-62370-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La sociologie urbaine, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2010 ; (...)
  • 2 Le texte de cette seconde édition a été entièrement revu et augmenté par les auteurs.

1Initialement parue en 2010 sous le titre Sociologie urbaine (à ne pas confondre avec le « Que sais-je » La sociologie urbaine1, des mêmes auteurs), cette Introduction propose aux lecteurs une entrée progressive dans les champs de la sociologie des rapports spatiaux et des espaces urbains2. Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé offrent une appréhension de la sociologie urbaine enrichie d’analyses venues de la géographie, de la science politique, de la philosophie. L’ouvrage cherche davantage à nous familiariser avec ce sous-champ disciplinaire qu’à synthétiser « “[s]a réalité” socio-historique » : les auteurs proposent ainsi « un récit doté […] d’une cohérence analytique et d’un véritable souci pédagogique inévitablement en lien avec [leurs] positionnements aussi bien institutionnels qu’analytiques » (p. 13). Et en effet, l’ouvrage assume clairement une visée pédagogique : le récit débute par les fondamentaux de la sociologie et montre comment les « pères fondateurs » tels que Marx, Durkheim, Weber et enfin Simmel ont été « les précurseurs d’une réflexion sociologique sur la ville » (p. 17). La seconde partie s’intéresse aux fondateurs de la sociologie urbaine en tant que telle, pour introduire une troisième et dernière partie qui retrace les grandes problématiques de recherche qui traversent ce sous-champ disciplinaire.

2La première partie présente la ville telle qu’elle est appréhendée dans les œuvres fondatrices de la sociologie. Dans ces travaux, la ville y est considérée soit comme un symptôme, soit comme un facteur de la modernité : elle est alors au cœur des réflexions sur les transformations des sociétés européennes. L’ouvrage s’intéresse en premier lieu aux commencements de la sociologie urbaine à proprement parler, qui s’inscriraient dans un héritage marxiste. Certes « Marx n’est pas sociologue urbain » (p. 17). Pourtant, dans son œuvre, la ville « est logiquement appréhendée à travers les grands principes structurant l’entreprise marxiste » (p. 17). Si Marx et Engels se sont tous deux intéressés à la ville, c’est surtout dans les œuvres de Marx qu’on la retrouve comme scène historique de la lutte des classes. Les travaux de Marx et Engels tendent à définir la ville par opposition à la campagne. Cette dernière renvoie à la propriété féodale tandis que la ville est le lieu où se développent le prolétariat et les nouveaux conflits de classes. Mais la campagne n’est pas seulement opposée à la ville : elle lui est aussi en partie inféodée. Les instances politiques, administratives, de contrôle et de gestion sont concentrées dans les villes. En outre, Marx voit dans la bourgeoisie naissante de l’époque féodale une classe qui provoquera à terme une domination urbaine sur les campagnes : concurrençant les seigneurs, cette bourgeoisie développe une activité marchande centrée sur les villes.

3Lieu du développement économique, la ville devient ainsi synonyme de modernité. Incarnation ou aboutissement des mutations des solidarités chez Durkheim, la ville joue un autre rôle dans l’œuvre de Weber. Il s’agit pour Weber de saisir comment « un certain type de ville a favorisé la naissance du capitalisme occidental » (p. 48). Weber a consacré une grande partie de son œuvre à la question du passage à la modernité capitalistique. Aussi les auteurs rappellent que le développement des villes nord occidentales n’en est qu’un facteur parmi d’autres. Les apports de Durkheim et de Weber à une réflexion sur les implications de la ville dans les transformations des sociétés occidentales sont indéniables, mais Marchal et Stébé ne les envisagent pas comme les assises principales de la sociologie urbaine. Celle-ci prend appui sur d’autres travaux, centrés sur la constitution de sous-groupes sociaux ou les pratiques individuelles en milieu urbain.

4En fait, c’est le travail de thèse de Maurice Halbwachs que les auteurs considèrent comme « l’acte inaugural de la sociologie urbaine » (p. 40). Élève de Durkheim, Halbwachs reprend l’analogie organique de la société dans son ouvrage Morphologie urbaine et retient de l’analyse durkheimienne la disposition des individus sur le sol, les mobilités individuelles au sein des villes et les formes que prennent les regroupements d’habitations. Là où les études de Halbwachs sont fondatrices, c’est dans leur recours à l’analyse quantitative et dans leur justification de cette méthode : il s’agit, avec la statistique, de révéler la variété des profils derrière les moyennes produites, et ainsi de dégager des régularités distinctes de la « moyenne ». Cette approche marque une rupture avec ce que Marchal et Stébé appellent « l’idée très durkheimienne que la sphère religieuse est le stade suprême de la société, une sorte de sphère totale déterminant in fine l’ensemble des autres dimensions de la vie sociale » (p. 41). Car s’il y a des régularités qui marquent une irrégularité par rapport aux moyennes, alors cela montre que « la société » recouvre différents groupes, groupes qui développent leurs propres normes morales, sociales, et leur propre mémoire. Dès lors, il n’y a plus de confusion entre « la société » et l’espace religieux : c’est pourquoi la distinction des espaces s’apparente aussi en partie à une distinction des groupes sociaux. L’impulsion de la sociologie urbaine aurait donc eu lieu avec Halbwachs, en ceci qu’il nous invite « à étudier le rapport des groupes sociaux à l’espace matériel » (p. 41) faisant de l’espace un cadre relationnel.

5C’est dans la seconde partie de l’ouvrage qu’on entre dans le cœur de la sociologie urbaine et des courants sociologiques dont elle tire ses origines. Les auteurs rappellent un consensus autour des origines de la sociologie urbaine française : celle-ci se serait déployée après un colloque du CNRS de 1951, organisé par George Friedman. Mais cette deuxième partie ne se contente pas de dérouler les théories développées à la suite du colloque « Ville et Campagne » : les auteurs remontent aux premiers apports de l’École de Chicago des années 1920. L’École de Chicago fait de la ville un laboratoire social, notamment avec les enquêtes de Park, McKenzie et Kellog. Wirth s’intéresse au ghetto et offre les premiers éléments pour une définition du quartier qui consiste en un sous-espace rendu cohérent par un « état d’esprit », structuré par le bâti, un code moral singulier et des institutions propres. En outre, Burgess théorise une morphologie urbaine en aires concentriques, dont s’inspire Chombart de Lauwe, figure constitutive de la sociologie urbaine. Chombart de Lauwe, qui a développé une large réflexion sur l’urbain, a notamment mené un travail de qualification de la classe ouvrière. Mais on peut surtout retenir la mise en avant d’une dialectique homme-espace, notamment aux travers de ses travaux sur le logement. Le chez-soi et le logement revêtent un caractère symbolique et affectif, et sont constitutifs d’une image de soi. Ainsi les individus, certes façonnés par les espaces, les façonnent à leur tour et disposent d’un pouvoir relatif sur la transformation des espaces. D’autres « promoteurs de la sociologie urbaine » sont abordés ensuite. Incontournables, les œuvres de Ledrut, Raymond et Remy permettent aux auteurs d’amener doucement le lecteur aux grandes problématiques de recherche exposées en dernière partie. Y sont notamment retracés les apports de Ledrut pour penser l’espace social du quartier, les études pionnières de Raymond sur l’habitat pavillonnaire et l’on s’arrête sur la notion de transaction sociale (Remy). La transaction sociale rend possible la cohabitation d’acteurs nombreux et divers dans « la forme d’économie de dimension liée à la concentration d’entreprises et de populations » qu’est la ville. Elle autorise la rencontre d’attentes et d’usages distincts vis-à-vis de la ville, et elle explique le partage de l’espace.

6La dernière partie, plus dense que les deux précédentes, synthétise les principales problématiques de recherche de la sociologie urbaine contemporaine. Cette troisième partie se distingue des premières en ceci qu’elle est organisée de façon thématique : elle rassemble les apports et les débats théoriques qui traversent les études dans la ville, de la ville et de lurbain. Elle donne ainsi une vue d’ensemble des thématiques privilégiées par les auteurs rencontrés au fil de l’ouvrage et permet de les situer selon ces trois axes.

  • 3 Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2008.
  • 4 Laure Célérier, « Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine », Lectures, Les comptes re (...)

7Dans la ville, on retrouve la problématique majeure de la ségrégation. « La ségrégation urbaine a pour caractéristique de séparer des individus, des groupes et des territoires, sans pour autant remettre en cause la ville en tant que système capable d’englober ses composantes » (p. 153). Mais que la ségrégation sociale se manifeste à travers une division des espaces est une observation qui ne recouvre pas la diversité des problématiques liées à la thématique. D’ailleurs, des auteurs tels que Yves Grafmeyer3 ont relevé l’ambiguïté du terme. Il semble que « cette notion occupe en sociologie une position paradoxale ; elle ne fait pas partie des concepts majeurs qui ont structuré la discipline (tels que “classe sociale”, “mixité sociale”, “mobilité sociale”, “intégration”) mais elle questionne les rapports entre les phénomènes sociaux et les espaces dans lesquels ils s’inscrivent et fait souvent l’objet de controverses et de traitements ambigus chez les sociologues »4. Mais il reste que la notion renvoie à de nombreuses études en sociologie urbaine. Évoquant souvent une action d’exclusion ou de rapprochement, elle peut être abordée selon l’angle classique de la constitution des ghettos, de « l’autoségrégation des plus riches » (p. 158), des phénomènes de gentrification et de périurbanisation, de la division et des usages genrés de l’espace public, ou encore de la déségrégation entre catégories moyennes supérieures et catégories populaires.

8Une sociologie de la ville est produite avec un regard plus macrosociologique. Les auteurs s’intéressent ici aux travaux sur la gouvernance des villes et les phénomènes de métropolisation, et nous confrontent aux apports et aux enjeux contemporains des urbanistes et architectes. Cette sociologie de la ville constate, notamment avec Julien Aimé, que des enjeux sociaux et politiques pourtant nouveaux (tels que le développement durable) ne sont pas à l’abri de la standardisation, et sont l’objet d’une « généralisation de nouveaux modèles urbanistiques » (p. 206). Que les projets se revendiquent d’une originalité propre n’empêche pas qu’ils s’appuient sur de nouveaux standards urbains, dits écologiques. On perçoit dans ces derniers chapitres un intérêt certain de l’ouvrage d’Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, qui prend la liberté de dépasser le champ de la sociologie et permet ainsi une ouverture large vers les enjeux politiques et socio-économiques contemporains. Enfin, avec la sociologie de l’urbain, les axes d’enquête débordent de la seule question des villes et de leur organisation pour interroger les mutations des rapports spatiaux et les transformations des espaces catégorisés comme urbains et ruraux.

9Nous clôturons cette recension de l'ouvrage en rappelant la grande richesse de ses références, et sa portée pédagogique. En outre, si la forme de l’ouvrage s’apparente davantage à un manuel qu’à un essai ou une simple synthèse, les repères pluridisciplinaires autorisent le lecteur à s’interroger au-delà du seul raisonnement sociologique. Cette Introduction à la sociologie urbaine ne relève certes pas de la vulgarisation scientifique, mais elle n’est pas non plus réservée à un lectorat initié. La structure de l’ouvrage, la clarté des titres et de l’écriture non seulement rendent accessible le raisonnement sociologique – et a fortiori le raisonnement en sociologie urbaine –, mais aussi lui confèrent un aspect extensible.

Haut de page

Notes

1 Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La sociologie urbaine, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2010 ; compte rendu d’Éric Keslassy pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1263.

2 Le texte de cette seconde édition a été entièrement revu et augmenté par les auteurs.

3 Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2008.

4 Laure Célérier, « Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine », Lectures, Les comptes rendus, 22 novembre 2009, en ligne : http://journals.openedition.org/lectures/825.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Chryssomalis, « Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, Introduction à la sociologie urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 octobre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37574

Haut de page

Rédacteur

Julia Chryssomalis

Doctorante en sociologie au Centre Max Weber (équipe Travail, institutions, professions, organisations). Thèse en cours de préparation sur les usages de nouvelles catégories d’action publique (fragilité, vulnérabilité, parcours) dans l’organisation des prises en charge sanitaire, sociale et médico-sociale des personnes dites « fragiles », vieillissantes ou âgées.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page