Navigation – Plan du site

Alastair Hemmens, Ne travaillez jamais. La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord

Éric David
Ne travaillez jamais
Alastair Hemmens, Ne travaillez jamais. La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord, Albi, Crise & Critique, 2019, 326 p., préf. Anselm Jappe, trad. Bernard Ferry, Nicolas Gilissen, Françoise Gollain, Richard Hersemeule, William Loveluck, Jeremy Verraes, ISBN : 978-2-490831-01-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Allusion à la formule figurant au-dessus des portes des camps de concentration nazis « Arbeit macht (...)
  • 2 Éléments (pour la culture européenne), n° 75, septembre 1992. La valeur-travail s’entend ici comme (...)

1Alors que la France reste confrontée à un chômage de masse, la parution du livre Ne travaillez jamais pourrait résonner comme une provocation. En réalité, le but du chercheur britannique Alastair Hemmens n’est pas de cet ordre. En reprenant la formule injonctive de Guy Debord (1953) comme titre de son opus, Hemmens souhaite retracer une histoire intellectuelle de la critique du travail en France, depuis le début du XIXe siècle jusqu’aux années 2000. Il est d’ailleurs à noter qu’en 1992, un numéro de la revue de la Nouvelle droite Éléments titrait, non sans provocation : « Le travail ne rend pas libre ! »1, expliquant notamment, que le travail en tant que valeur était au cœur des idéologies modernes2. C’est cette perspective critique de la « valeur » que Hemmens – par ailleurs sans lien avec ce courant de pensée – entend restituer au travers de figures phares : Marx, Charles Fourier, Paul Lafargue, André Breton ou encore Guy Debord, mais aussi, plus près de nous, André Gorz et Jean-Marie Vincent.

  • 3 Courant international développé par les revues allemandes Krisis et Exit! et qui, à partir de 1987, (...)

2Divisée en six étapes, l’étude de Hemmens revient d’abord – et longuement – sur l’apport de Marx. Reprenant les théoriciens de la Wertkritik3, Robert Kurz (1943-2012) et Moïshe Postpone (1942-2018), Hemmens distingue deux niveaux de lecture possibles de Marx : un niveau « exotérique » et un niveau « ésotérique ». Le premier développe une « analyse critique empirique, historique, éthique et morale partant du principe que le travail, en soi, n’est pas problématique mais peut le devenir dans certaines conditions » (p. 26) : c’est le Marx de la lutte des classes, celui de l’analyse phénoménologique et positiviste. Le travail est intégré comme une nécessité éternelle, naturelle et indispensable à la vie humaine ; l’homme est travail, le travail son « être-générique ». La seconde lecture, assez nouvelle dans l’histoire des idées et développée par le mouvement de la Wertkritik, se fonde sur une critique de l’idée de « travail » elle-même. En effet, une autre partie de l’œuvre de Marx révèle que le travail est aussi une catégorie intrinsèquement destructrice, fétichiste et antisociale. Le Marx « ésotérique » suggère donc une conception différente et surtout plus radicale de la transformation sociale, qui implique une rupture avec la forme-travail ; travail qui n’est donc pas, pour Marx, un fait neutre propre à toute vie sociale, mais plutôt une forme sociale historiquement spécifique jetant les bases d’un processus de domination impersonnelle et abstraite.

  • 4 Il s’agit du lieu de vie communautaire idéalisé par Fourier, organisé de manière à rendre la vie de (...)

3Le deuxième auteur analysé est l’un des premiers contempteurs du capitalisme industriel : le socialiste Charles Fourier. S’il admet, vers 1822, que le « refus du travail est le premier des droits de l’homme » (p. 86), Fourier ne remet toutefois pas nécessairement en cause l’idée de « travail » en soi. Son postulat central est que, dans une société « civilisée », le travail est une activité fondamentalement oppressive et répugnante. Le problème ne viendrait du travail en lui-même, de sa forme (répétitive, ennuyeuse, individualisée…) contraire à la loi naturelle ou divine. En réaction, Fourier propose le concept de « travail attrayant ». Librement choisi au sein du Phalanstère4, ce travail aurait les caractéristiques du jeu : créativité et plaisir. Mais en parallèle, la critique du travail affirme aussi une logique rationnelle et productiviste de la valorisation : en effet, dans la cité idéale de Fourier, on n’admet aucun moment improductif, au point de considérer la paresse comme un aspect néfaste de la société moderne. Aussi, note Hemmens, malgré sa contribution au développement d’un discours anti-travail, au vu de son approche positive de la productivité, Fourier ne fait en fin de compte « qu’effleurer l’ontologie plus profonde du travail » : il n’y a dans son œuvre pas de critique franche du travail en tant que valeur.

  • 5 Courant marxiste apparu en France vers 1880 sous l’égide de Jules Guesde et opposé au socialisme ré (...)

4La troisième figure évoquée est l’un des principaux animateurs du guesdisme5 en France : Paul Lafargue. Auteur du célèbre Droit à la paresse (1879), le gendre de Marx cherche à désigner, à travers la paresse, une forme d’activité se situant en dehors de la dyade obligatoire travail/loisir. Les motivations du Droit à la paresse, inscrites en sous-titre (Réfutation du droit au travail de 1848), font référence au livre de Louis Blanc publié en cette année 1848 qui a vu des milliers d’ouvriers manifester pour que l’Assemblée inscrive le « droit au travail » dans la Constitution. Loin d’être une norme transhistorique, la « valeur travail » est, selon Lafargue, plutôt une norme sociale particulière à la modernité capitaliste. Si son ressort est d’ordre théologique, son origine est à situer dans la volonté idéologique de la bourgeoisie (notamment protestante) d’imposer une série de normes sociales et de pratiques de gestion à un prolétariat qui, perverti par le dogme du travail, a fait de ce dernier le socle positif de son identité. Contre ce programme du « droit au travail », Lafargue propose certes de travailler moins (trois heures au plus), mais il compte surtout sur le développement de la technologie pour libérer l’homme de ce fardeau. Malgré cela, selon Hemmens, Lafargue n’échappe pas totalement aux limites phénoménologiques de la critique du travail : en maintenant une conception du travail comme nécessité naturelle et universelle, et en restant attaché à l’identité révolutionnaire du sujet « classe ouvrière », sa critique ne peut s’émanciper en totalité du fétichisme du travail comme valeur, comme habitus.

  • 6 Approche supposant que la connaissance ne peut s’obtenir qu’à partir de l’expérience et/ou par l'ac (...)

5La quatrième étape nous mène vers André Breton et les milieux artistiques et d’avant-garde. En 1925, le groupe surréaliste conduit par Breton publie ce message : « Révolution surréaliste et guerre au travail ». La critique surréaliste du travail est toutefois assez problématique car elle est autant une pratique effective de la révolte qu’un sujet pour la création poétique. Le rejet du travail par les surréalistes est d’abord de nature morale : en affinité avec l’anarchisme individualiste (Stirner) et l’illégalisme (la bande à Bonnot), les surréalistes estiment que le travail tend à résumer la vie humaine à une subjectivité étriquée. Or, la démarche surréaliste consiste précisément à opérer un dépassement de la « nécessité » et de la « valeur » pour rompre avec la conception bourgeoise de l’individu abstrait, lequel n’est validé comme « sujet » que par sa capacité particulière à domestiquer le monde conformément aux impératifs du labeur. La conception surréaliste visant au ré-enchantement de l’expérience humaine, la vie réelle n’existe donc qu’au-delà du travail. Breton accepte certes cette « obligation sinistre » comme nécessité matérielle. Mais il centre surtout sa critique sur ces « pauvres imbéciles » qui ont consenti à travailler et ont intériorisé la forme-travail comme positive ou comme fondement de l’identité. Ambitionnant une rupture fondamentale avec l’approche empiriciste6 de la société, le surréalisme cherche à éviter de réduire l’humanité à l’homo faber. En ce sens, Hemmens estime que la critique surréaliste est l’une des plus novatrices de la pensée française parce qu’elle fait le lien entre le caractère oppressif du travail et la vacuité du sujet cartésien.

6Toutefois, en matière de radicalité, la première place revient à l’Internationale situationniste (IS) et à Guy Debord qui, désireux de surpasser « la simple exaltation romantique de l’art contre le travail » (p. 220), ont opéré une synthèse entre l’aspect ésotérique de la théorie marxienne et la critique artiste du travail. Debord a certes critiqué le travail comme une forme d’exploitation, mais il a surtout critiqué le travail comme une expérience de vie qualitativement pauvre, atomisée par l’ennui et l’insignifiance personnelle. Agir à la suppression du travail salarié (aliéné) pour s’attacher à la construction de « situations » en vue d’une vie passionnante : tel fut le but de l’IS. Hemmens note qu’en condamnant toute critique de la réalité phénoménologique du travail (qui se limite à exiger de meilleures conditions de travail), l’IS franchit une étape décisive dans la radicalité critique du travail. Dans La Société du Spectacle (1967), Debord observe que la marchandise est devenue le centre de la vie sociale des sociétés modernes et que le travail humain, « transfiguré en travail-marchandise », se trouve à la base d’un processus fétichiste d’accumulation, provoquant une situation d’aliénation totale dans laquelle les individus sont de simples « spectateurs du spectacle », ce dernier n’étant rien d’autre que l’économie se développant pour elle-même. Par cette analyse, Debord atteint un niveau critique plus profond, même si, selon Hemmens, sa critique catégorielle du travail n’est pas pleinement satisfaisante. En effet, Debord préserve une conception du travail comme catégorie répondant aux besoins humains fondamentaux, le « royaume de la nécessité », lequel s’oppose au « royaume de la liberté » qui est le temps non productif et irréversible permettant aux « prolétaires » (ceux n’ayant aucun contrôle sur l’utilisation de leur existence) de goûter un mode de vie basé sur l’expérience qualitative et créatrice.

7La dernière étape proposée par Hemmens nous emmène après Mai 68. Évoquant l’ouvrage de Boltanski et Chiapello (Le Nouvel Esprit du Capitalisme, 1999) qui identifie deux formes principales de critique du capitalisme (la critique artiste et la critique sociale), Hemmens parcourt ensuite la crise du travail des années 1970, années confrontées au sous-emploi et au chômage de masse. À l’époque, plusieurs titres notables comme L’Allergie au travail (Jean Rousselet, 1974), Pour l’abolition du salariat (Claude Berger, 1976), « À bas la fête du travail aliéné » (L’Union ouvrière, 1er mai 1975) ou Un monde sans argent (1975-1976) participent à cette offensive critique. Mais il faut plutôt se tourner vers le champ universitaire ou intellectuel pour obtenir une critique sans équivoque du culte du travail : par exemple, avec ses Adieux au prolétariat (1980) ou ses Métamorphoses du travail, quête du sens (1988), André Gorz (1923-2007) est un penseur qui, contestant la persistance de l’éthique protestante du travail, chercha toute sa vie des solutions viables aux problèmes d’une société organisée autour du salariat. De même, son ami le philosophe Jean-Marie Vincent (1934-2004), qui refusait de voir l’être humain défini par le travail, affichait une profonde compréhension de la lecture ésotérique de Marx, voyant dans le travail « une catégorie historiquement spécifique, négative et fétichiste dominant le monde concret par le cycle tautologique de la valorisation de la valeur : le travail au service du travail » (p. 294).

8À suivre le préfacier du livre, Anselm Jappe, l’un des grands mérites de Hemmens – qui a eu le souci de mettre en avant la tension existante entre la critique phénoménologique et la critique catégorielle chez les auteurs cités – a été de tracer en termes théoriques, une histoire (intellectuelle) de la critique du travail, et donc de faire progresser un pan méconnu de l’histoire des idées. Placé sous le signe de l’érudition, l’ouvrage est une étude argumentée et méticuleuse qui n’en demeure pas moins militante. En effet, en tant qu’adepte de la théorie critique du travail, Hemmens se donne aussi pour objectif de rendre audible une approche idéologique critiquée pour sa marginalité et son pessimisme. Il est vrai que la Wertkritik a toujours soutenu que la lutte des classes n’était pas un conflit émancipateur mais une simple querelle de famille éloignée de la « rupture catégorielle avec l’ontologie du travail ». Cet aspect infra-polémique ne saurait toutefois entamer les belles qualités d’un ouvrage original et stimulant.

Haut de page

Notes

1 Allusion à la formule figurant au-dessus des portes des camps de concentration nazis « Arbeit macht frei » (littéralement, « Le travail fait liberté ») et tirée du roman publié en 1871 par l’écrivain nationaliste Lorenz Diefenbach (1806-1883) (p. 19-20).

2 Éléments (pour la culture européenne), n° 75, septembre 1992. La valeur-travail s’entend ici comme l’activité productive d’un individu, laquelle détermine à la fois son mérite, ses revenus et son rang.

3 Courant international développé par les revues allemandes Krisis et Exit! et qui, à partir de 1987, ambitionne – tout en reprenant certains aspects de la critique de l’économie politique de Marx –, de renouveler cette approche théorique critique en mettant l’accent notamment sur le caractère fétichiste de la production (de marchandises) et sur la dimension abstraite du travail.

4 Il s’agit du lieu de vie communautaire idéalisé par Fourier, organisé de manière à rendre la vie des habitants « harmonieuse ».

5 Courant marxiste apparu en France vers 1880 sous l’égide de Jules Guesde et opposé au socialisme réformiste d’un Jaurès.

6 Approche supposant que la connaissance ne peut s’obtenir qu’à partir de l’expérience et/ou par l'accumulation d'observations et de faits mesurables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Alastair Hemmens, Ne travaillez jamais. La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 octobre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37692

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page