Navigation – Plan du site

Manon Pignot, L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918

Nicolas Haesler
L'appel de la guerre
Manon Pignot, L'appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918, Paris, CNL, Anamosa, 2019, 320 p., ISBN : 979-10-95772-65-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants, 1914-1918. Essai d’histoire culturelle, Paris, Arma (...)

1« Les combattants juvéniles de la Grande Guerre constituent un angle mort de l’historiographie contemporaine » (p. 14). Dès l’introduction de son passionnant ouvrage, Manon Pignot pointe ainsi la singularité de sa recherche. Certes, la thématique des enfants a bien été traitée dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale, notamment par Stéphane Audoin-Rouzeau ou les ouvrages collectifs dirigés par Jay Winter ou Bruno Cabanes1. Mais le livre de Manon Pignot revêt une importance particulière dans la mesure où il s’intéresse aux combattants de 13 à 17 ans, aux adolescents-soldats et à leur expérience de la guerre. Ce point de vue très ciblé permet de porter un regard différent et complémentaire sur la guerre et ceux qui la font.

  • 2 Irruption que l’auteure analyse en regard des apports de ce que l’historienne Sarah Bornhost appell (...)

2L’ouvrage de Manon Pignot est constitué de six chapitres. Dans le premier, l’auteure s’intéresse à la « rencontre » entre l’adolescent et la guerre. Elle montre que le phénomène guerrier ne fait pas seulement irruption2 dans le quotidien de l’adolescent qui est confronté à l’absence du père, mais entre en résonance avec un ethos combattant précis dans l’imaginaire juvénile, caractérisé par les romans d’aventure et la figure de l’enfant héros. D’une part, cette rencontre entre le fait guerrier et l’ethos combattant est accompagnée d’un régime discursif de propagande qui érige l’enfant héros en « métonymie de la Nation en lutte, sa jeunesse et sa fragilité mettant en exergue la brutalité de l’ennemi, son courage la veulerie de l’adversaire » (p. 49). D’autre part, le conflit exacerbe l’excitation et la propension juvénile à participer à un « jeu dangereux » (p. 70) et permet à l’adolescent de s’affranchir par ce biais de son statut d’enfant. « La guerre provoque ainsi, chez certains adolescents, des gestes de rébellion d’un genre nouveau, qui, bien qu’ensevelis sous la masse des comportements délictueux, pourraient revêtir une signification très différente » (p. 73-74). L’engagement juvénile est tout empreint d’ambiguïté. D’un côté c’est un acte émancipateur, de l’autre c’est un exutoire et un catalyseur de la violence juvénile. Tantôt considérés comme « bonnes » ou comme « mauvaises » fugues (p. 78) par les adultes –parents et autorités –, ces engagements suscitent également des regards ambivalents.

3Le deuxième chapitre s’intéresse aux stratégies mises en place par les soldats juvéniles pour pouvoir s’engager avant l’âge légal de 17 ans. Parmi les nombreuses observations de l’auteure qui caractérisent cette « sociologie des départs » (p. 87), deux nous paraissent essentielles. Premièrement, l’historienne constate « la grande variabilité des origines et des milieux » (p. 91). Aucune classe sociale n’est épargnée par les départs illicites des jeunes combattants. Deuxièmement, les jeunes soldats devaient appliquer de nombreuses stratégies d’évitement ou de contournement pour pouvoir s’engager, tels que le mensonge, la falsification d’identité, l’anonymat ou encore l’engagement dans les troupes coloniales. Notons ici que la thématique de l’engagement militaire des adolescents soulève une question épistémologique et méthodologique centrale, sur laquelle nous reviendrons dans la conclusion.

4Le troisième chapitre analyse les motivations de l’engagement juvénile. C’est certainement la question centrale mais aussi la plus difficile à aborder car les sources – pour l’essentiel des témoignages et récits – sont rares. Parmi les raisons de l’engagement, il y a bien évidemment des facteurs de précarité, de fierté patriotique et de socialisation soldatesque, surtout pour les enfants dont les pères sont partis ou morts au front. Manon Pignot met en évidence des liens de filiation et de mentorat qui peuvent exister entre soldats aguerris et soldats juvéniles (p. 166) – lesquels expliquent en partie expliquer le « désir de guerre » (p. 153). Or, c’est précisément dans cette volonté, cette « opiniâtreté des combattants juvéniles » (p. 152) que réside un aspect difficilement saisissable mais pourtant fondamental de l’engagement des adolescents combattants. En effet, l’auteure mentionne des sources qui parlent du désir de combattre et de rechercher l’aventure dangereuse, faisant écho à un profond ennui et venant activer un « sentiment d’être indestructible » (p. 149), propre à la psyché de l’adolescent. Elle met cette volonté de combattre en lien avec la controverse qui anima les historiens dans les années 2000 autour de la problématique de la guerre consentie ou subie. Manon Pignot montre ainsi que l’approche à travers un autre acteur de la guerre permet d’apporter un regard nouveau sur les violences de guerre que le soldat subit mais aussi, et par-dessus tout, inflige.

5Les chapitres 4 et 5 éclairent le sujet sous le point de vue du rite initiatique. Le fait guerrier et l’épreuve du feu articulent selon Manon Pignot le passage d’un monde à un autre, celui de l’enfant à celui du soldat, d’une part, et celui du garçon ou de la fille à celui de l’homme ou de la femme, d’autre part. La question initiatique est à notre sens la plus intéressante et la plus dense au vu des contenus abordés et des sources invoquées. En effet, les sources mobilisées par la chercheuse montrent que les adolescents-soldats vivent l’expérience du feu – surtout lorsqu’ils donnent la mort pour la première fois – comme un moment d’effroi et de sidération face auquel certains d’entre eux s’effondrent. Mais d’autres vivent cela comme un moment d’endurcissement, d’« apprentissage de la violence par la violence » (p. 188), qui articule le passage à l’âge adulte. Après que les combattants juvéniles subissent la première fois le feu lors des tirs de barrage, la mort qu’ils donnent constitue un acte libérateur qui les fait entrer dans l’âge adulte.

6C’est à la lumière de cette transition que les rares témoignages portant sur des gestes de brutalité commis par des soldats juvéniles doivent être lus. Ces récits de la violence infligée par l’enfant soldat sont peut-être exagérés parce que celui-ci veut monter qu’il est à la hauteur ou parce que le destinataire adulte de ces récits est confronté à un phénomène – la violence juvénile donc – incompréhensible pour lui. « [C]e que l’un nomme cruauté et insensibilité ne paraît être, pour les […] autres, qu’endurcissement viril et évidence de l’expérience de guerre » (p. 189).

7L’expérience du front constitue également un rituel initiatique d’un point de vue sexuel. Pour les garçons, l’engagement militaire permet ce que Manon Pignot appelle une réappropriation des rituels de masculinité – fumer, boire, aller dans les « BMC » (bordels militaires de campagne). Pour les filles – actrices certes extrêmement rares de la guerre – l’expérience du combat requiert une suspension de leur identité sexuelle – cacher leurs seins, couper leurs cheveux – afin d’améliorer leur intégration et leur acceptation dans la communauté soldatesque. Dans le sixième et dernier chapitre, l’auteure présente quelques parcours individuels durant et après le conflit pour incarner et illustrer les éléments abordés précédemment.

8Manon Pignot a écrit un livre indéniablement intéressant et important. Elle vient compléter une vision de l’enfant principalement perçu par l’historiographie de la Grande Guerre comme victime de guerre – ce que les enfants ont été sans aucun doute – en montrant qu’il y avait aussi des adolescents et des adolescentes qui désiraient partir à la guerre pour tuer. Cette part active des combattants juvéniles est assez difficile à saisir et à exploiter dans les archives : on parle de moins de 1% d’ado-combattants dans les armées française et allemande. Paradoxalement, les récits sont relativement muets concernant ces expériences tandis que la figure juvénile est très visible dans les sources iconographiques. Et c’est par rapport à cette difficulté que s’ouvre à notre sens un champ de réflexion épistémologique et méthodologique intéressant que l’auteure évoque mais ne traite malheureusement pas. En effet, comment l’historien peut-il faire « sortir de l’anonymat » ces adolescents combattants alors qu’ils ont fréquemment tout fait pour passer inaperçus ?

9Cette petite réserve ne diminue en rien l’intérêt de l’ouvrage de Manon Pignot, qui n’aborde pas seulement un questionnement complémentaire et très intéressant de la violence guerrière mais soulève également des interrogations d’ordre épistémologique sur la construction de savoirs historiques.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants, 1914-1918. Essai d’histoire culturelle, Paris, Armand Colin, 1993 ; Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2014 ; Bruno Cabanes (dir.), Une histoire de la guerre. Du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018.

2 Irruption que l’auteure analyse en regard des apports de ce que l’historienne Sarah Bornhost appelle la war criminality.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Manon Pignot, L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 octobre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37698

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page