Navigation – Plan du site

Gilles Dostaler, Wojtek Kalinowski, Alexandre Reichart (dir.), « Les grands économistes de Keynes à Stiglitz », Dossiers d’Alternatives économiques, n° 17, 2019

Anaïs Henneguelle
Les grands économistes
Gilles Dostaler, Wojtek Kalinowski, Alexandre Reichart (dir.), « Les grands économistes. de Keynes à Stiglitz », Dossiers d'Alternatives économiques, n° 17, avril 2019, 98 p., Paris, Alternatives économiques, ISBN : 3780523109509.
Haut de page

Texte intégral

1Ce riche dossier thématique présente trente portraits d’économistes de ces soixante dernières années. Il s’agit majoritairement d’anciens textes republiés de Gilles Dostaler (1946-2011), professeur d’économie à l’université du Québec à Montréal. L’ensemble du dossier est homogène et pédagogique : on y trouve en trois pages, pour chaque économiste, des éléments sur leurs travaux théoriques et empiriques, sur leurs positions respectives dans la discipline mais également sur leurs parcours universitaires et leurs vies personnelles. L’ouvrage est structuré en trois grandes parties, comprenant chacune dix présentations : « Keynes et son héritage » (où l'on trouve, par exemple, Hayek, Robinson ou Galbraith), « Des voies multiples » (Sen, Lucas, Leontief…) et « Une nouvelle ère » (Lewis, Kuznets, Malinvaud…). Pour chaque auteur, les publications les plus significatives sont mises en avant, ce qui permet de bien hiérarchiser l’importance des diverses contributions.

2La lecture dessine au fur et à mesure un panorama relativement exhaustif des évolutions de la discipline économique de l’après 1945, même si on peut s’étonner de l’absence de certaines figures (comme Gary Becker, fer de lance de « l’impérialisme économique », George Akerlof, avec ses travaux sur l’asymétrie d’information, Esther Duflo et sa méthodologie de l’expérimentation aléatoire, ou Thomas Piketty et ses analyses sur la formation des inégalités). Malgré cela, ce hors-série s’avère extrêmement précieux pour quiconque souhaite aller au-delà des traditionnels cours d’histoire de la pensée économique dispensés dans la plupart des cursus économiques, qui s’arrêtent précisément à Keynes et Schumpeter, figures qui ouvrent le dossier. Il faut préciser néanmoins que, malgré sa grande pédagogie, ce dossier ne constitue pas une porte d’entrée pour la discipline économique : le lecteur doit avoir à l’esprit certaines connaissances antérieures sur la structuration du champ. Par exemple, un rappel systématique sur la distinction entre « néo-keynésiens », « post-keynésiens » et « nouveaux keynésiens » aurait pu s’avérer utile pour les personnes non averties.

3Ces remarques préliminaires mise à part, on retiendra trois apports majeurs de cet ouvrage. Le premier concerne la richesse des éléments réunis, que ce soit d’un point de vue théorique ou empirique. Les concepts de demande effective chez Keynes, d’ordre spontané chez Hayek, de zones monétaires optimales chez Mundell ou encore d’indice q chez Tobin sont ainsi bien développés. Certains portraits permettent d’aller plus loin que l’image simpliste que l’on peut avoir des économistes, comme de Simon Kuznets et de sa « courbe en U inversée », censée relier la croissance aux inégalités de revenus mais dont la teneur est en fait loin d’être automatique. De nombreuses présentations reprennent également des interrogations méthodologiques : le lecteur est pris à témoin entre deux positions cardinales concernant la place respective que doivent occuper les données et les modèles dans la discipline. D’un côté, la modélisation est perçue comme première par Friedman ou par Lucas, selon lesquels le réalisme des hypothèses n’a d’ailleurs pas d’importance : il faut en déduire des prédictions que l’on confronte dans un second temps avec la réalité. D’un autre côté, d’après Leontief, l’économie doit se confronter en premier lieu aux données réelles, tout comme pour Ostrom chez qui la théorie économique doit partir de travaux de terrain.

4Les portraits sont toujours remis en contexte avec de nombreux détails sur l'environnement scientifique de l'époque (par exemple, les découvertes mathématiques de Von Neumann et de Nash), mais également sur la vie universitaire et personnelle des économistes. On apprend ainsi que Schumpeter disait souvent à ses étudiants américains qu’étant jeune, il avait « décidé de devenir le meilleur amant d’Autriche, le meilleur calier d’Europe et le plus grand économiste du monde », tout en ajoutant qu’il n’avait pas réussi à atteindre le deuxième objectif (p. 9). On lit ailleurs que la distinction entre microéconomie et macroéconomie, désormais classique, a été popularisée par le manuel écrit par Samuelson en 1948 car ce dernier avait besoin d’argent, sa femme venant de donner naissance à des triplés !

5Le dossier met, par ailleurs, très bien en lumière l’évolution des pensées d’un même économiste dans le temps. Par exemple, Kaldor commence sa carrière dans les années 1930 en tant qu’enseignant à la London School of Economics, fasciné par son collègue Hayek. Peu à peu, il s’éloigne de la vision néolibérale et devient même, dans les années 1950, l’un des fondateurs du courant « post-keynésien », passant ainsi « de la droite à la gauche de Keynes », comme l’indique le titre de son portrait. Le lecteur peut également reconstituer des filiations, en apprenant que Sen a effectué sa thèse de doctorat sous la direction de Robinson, ou encore que Minsky a été dirigé par Schumpeter. Les présentations n’évacuent pas les paradoxes existant au sein d’une même trajectoire et donnent à en voir la complexité, comme chez Allais qui peut tout à la fois se voir qualifié d’altermondialiste (il dénonce « l’idéologie libre-échangiste mondialiste »), de conservateur (il a adhéré à la Société du Mont-Pèlerin fondée par Hayek), de libéral (il prône la flexibilité des salaires) mais aussi d’interventionniste (il pense que le secteur public doit être renforcé et se réclame de Keynes).

6Enfin, on peut souligner que les présentations mettent en lumière des œuvres parfois moins connues, ou en tout cas moins étudiées dans les parcours universitaires classiques, comme celles de François Perroux (qui s’intéresse aux inégalités de richesses à différents niveaux géographiques ainsi qu’au sous-développement), de William Arthur Lewis, seul économiste noir du dossier (qui cherche à expliquer les inégalités de développement et la pauvreté qui s’en suit), ou encore de l’économiste japonais Michio Morishima (qui met en avant les travaux de Marx à une époque où celui-ci est marginalisé).

7Le second apport de ce hors-série repose sur les nombreuses controverses qu’il met en perspective au sein de la discipline (contrairement à ce que peut laisser croire la pensée économique dominante ou « orthodoxe » actuelle). Par exemple, on retrouve les oppositions bien connues entre Keynes et Hayek, ou entre le Cambridge d’Angleterre (avec les post-keynésiens) et le Cambridge des États-Unis (avec les néoclassiques). On retrouve également des débats de fond entre Solow, théoricien de la croissance exogène pour qui l’économie possède un sentier de croissance stable, et Harrod et Domar, pour qui la croissance est un phénomène instable (c’est le sens de leur modèle « sur le fil du rasoir »).

8Plus largement, le lecteur ne peut qu’être frappé du nombre d’économistes qui critiquent le mouvement général de mathématisation de l’économie durant tout le XXsiècle : il en va ainsi de Keynes, de Hayek, de Myrdal, de Solow mais également de Coase (qui parle « d’économie du tableau noir »), pour n’en citer que quelques-uns. Galbraith, de son côté, rejette le modèle classique du marché où se rencontrent offre et demande, qui décrit un « monde qui n’existe pas ». Pour comprendre selon lui le capitalisme moderne, il faut s’intéresser à la « technostructure » qui gouverne les grandes entreprises, souvent en situation de monopole et qui peuvent avoir un pouvoir direct sur les prix mais aussi sur la demande (via le marketing et la publicité). Beaucoup soulignent également que l’économie ne peut être une science « à part » et doit dialoguer avec les autres sciences sociales : Arrow estime ainsi qu’il faut tenir compte des institutions et de l’histoire, Sen place ses travaux à la frontière entre économie et sociologie…

9Le troisième apport concerne les liens toujours effectués entre la discipline économique et ses applications politiques. Ainsi, les recommandations prônées par les différents économistes sont systématiquement mises en avant. On apprend que Friedman se prononce contre les interdictions liées à la consommation ou à la possession de drogues, qui constitueraient une entorse au libre jeu du marché, que Kaldor propose un impôt sur les dépenses pour remplacer le traditionnel impôt sur les revenus, que Krugman prend fermement position pour une politique de relance pour sortir de la crise de 2008, ou encore que Stiglitz s’insurge contre les politiques imposées par la Banque mondiale et par le FMI en Argentine.

10Les différents portraits posent également des questions essentielles sur l’avenir du capitalisme moderne. Par exemple, pour Mundell, la principale menace auquel le système peut être confronté concerne la volatilité des taux de change. Il préconise ainsi la mise en place d’une monnaie mondiale unique (reprenant ainsi la proposition de Keynes) ou a minima d’un taux de change fixe entre le dollar, l’euro et le yen. Pour Minsky, la menace vient plutôt des dérèglements financiers qui peuvent conduire à des crises potentiellement catastrophiques. Seules de profondes réformes structurelles, comme la socialisation de l’investissement (là encore, c’était déjà une préconisation de Keynes), peuvent stabiliser l’économie.

11Finalement, ce dossier constitue une synthèse très précieuse pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances en histoire récente de la pensée économique. Malgré la succession de portraits, sa lecture est loin d’être fastidieuse, tant le style est clair et limpide et alterne régulièrement entre passages théoriques et mises en contexte politiques et personnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Henneguelle, « Gilles Dostaler, Wojtek Kalinowski, Alexandre Reichart (dir.), « Les grands économistes de Keynes à Stiglitz », Dossiers d’Alternatives économiques, n° 17, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 octobre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37733

Haut de page

Rédacteur

Anaïs Henneguelle

Maîtresse de conférences en économie à l’Université de Rennes 2 (LiRIS), chercheuse associée à l’ENS Paris-Saclay (IDHES).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page