Navigation – Plan du site

Norbert Elias, Le déclin de l’art de cour

François-René Julliard
Le déclin de l'art de cour
Norbert Elias, Le déclin de l'art de cour, Paris, CNRS, coll. « Biblis », 2019, 152 p., traduit de l'allemand par Anthony Burlaud et Barbara Thiérault, préface de Roger Chartier, ISBN : 978-2-271-12726-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Norbert Elias, Die höfische Gesellschaft. Untersuchungen zur Soziologie des Königtums und der höfis (...)
  • 2 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, puis Pocket, 2002 ; La Dynamiq (...)
  • 3 Sur le rôle de Roger Chartier, voir Marc Joly, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d'un process (...)

1La société de cour est un thème central de l’œuvre de Norbert Elias. Cela se vérifie bien sûr dans sa thèse justement intitulée La Société de cour, achevée en 1933 et publiée près de quarante ans plus tard1, mais également dans son œuvre majeure, Über den Prozess der Zivilisation (1939), publiée en deux volumes en français (La Civilisation des mœurs et La Dynamique de l’Occident)2. Les trois essais publiés ici et accompagnés d’une préface de l’historien Roger Chartier, l’un des principaux introducteurs d’Elias en France3, montrent que ce sujet demeura une préoccupation du sociologue allemand jusqu’à la fin de sa vie : si le plus ancien article est contemporain de la thèse d’Elias, les deux autres datent de ses dernières années.

2Plus précisément, ce qu’Elias cherche à comprendre est la relation entre, d’une part, ce qu’il appelle une configuration sociale (ici, la société de cour) et, d’autre part, la production artistique qui lui correspond. Comme le souligne Roger Chartier, cette interrogation était déjà présente au sixième chapitre de La Société de cour : Elias y mettait en relation l’épanouissement d’une puissante société curiale dans la France du XVIIe siècle, et la vogue du roman pastoral. Développant l’exemple de L’Astrée, d’Honoré d’Urfé, il montrait que le « romantisme aristocratique » qui imprégnait cette œuvre était pour son auteur une manière d’exprimer sa nostalgie d’une campagne idéalisée, dont la vie de cour et ses contraintes le tenaient éloigné.

  • 4 Norbert Elias, Mozart, sociologie d’un génie, Paris, Seuil, 1991.

3Les articles qui nous intéressent ici, à savoir « Le style kitsch et l’ère du kitsch » (1935), « Le Pèlerinage à l’île de Cythère de Watteau » (1983, publié après la mort de l’auteur en 1998) et « Le destin de la poésie baroque allemande. Entre tradition de cour et tradition bourgeoise » (1987), portent sur une époque postérieure au XVIIe siècle. Durant cette phase de transition, l’art de cour décline progressivement au profit d’un art soumis à un marché élargi de consommateurs. La périodisation varie selon les États évoqués par Elias (France, Saint Empire, Angleterre). Le cas français est sans doute le plus simple puisque la Révolution de 1789 constitue une rupture évidente. Le cas germanique est plus complexe car l’art de cour s’y maintient plus longtemps, du fait du grand nombre de cours princières : « En France, l’hydre n’avait qu’une tête ; en Allemagne, elle en avait beaucoup » (p. 54). Il n’en reste pas moins que, là aussi, la seconde moitié du XVIIIe siècle semble être décisive. À ce titre, dans un autre essai célèbre qui aborde au fond la même problématique du lien entre configuration sociale et style esthétique, Elias fait de Mozart une figure exemplaire de ce déclin de l’art de cour4. Le sociologue présentait la rupture de Mozart avec le prince-archevêque de Salzbourg, son protecteur, comme le tournant essentiel de la carrière du compositeur, qui le faisait passer d’un statut d’artiste de cour à celui d’un artiste « moderne ».

4« Le style kitsch et l’ère du kitsch », écrit peu après La Société de cour, est en un sens le texte le plus ambitieux sur le plan intellectuel, en tout cas celui qui propose la synthèse la plus ample. Par « style kitsch », Elias indique qu’il entend quelque chose de tout à fait différent de ce que l’on comprend d’ordinaire par cette expression ; non pas un synonyme de mauvais goût et d’inauthenticité, mais plutôt un style indéfectiblement lié à l’existence d’un marché. Il s’appuie sur l’une des étymologies allemandes du terme, « verkitschen », qui signifie vendre à bas prix. Le « style kitsch » désigne alors le style moderne qui a succédé à l’art de cour dans les sociétés européennes occidentales. Il correspond à la condition inédite de l’artiste, confronté à la crise de l’art de cour, et pour qui l’imitation des modèles traditionnels ne va plus de soi. La société de cour était garante du bon goût, mais celui-ci perd son évidence dans une société industrielle et bourgeoise dotée d’un marché de l’art élargi. Cette configuration sociale dessine des tensions nouvelles et fondamentales auxquelles se confronte tout artiste : faut-il écrire pour un petit groupe de connaisseurs ou pour le grand public profane ? Et faut-il malgré tout rester fidèle au legs du passé et s’adosser à la tradition curiale, ou bien inventer son propre style et traiter de nouveaux sujets ? L’une des définitions paradoxales du « style kitsch » est ainsi d’être soumis à un renouvellement permanent. Plutôt que d’un « style », peut-être est-il plus clair de parler d’une « ère kitsch », comme Elias le fait par exemple à la page 140. L’un des aspects qui relient fortement cet article aux deux autres du recueil est l’intérêt du sociologue pour les artistes de la transition entre les deux régimes esthétiques, qui furent capables de se nourrir à la fois des modèles antérieurs et du souffle du renouveau : ainsi Goethe qui « développa une grandeur qui était liée, au sens strict, à la forme classique mais qui affichait en même temps une coloration très personnelle et individuelle » (p. 133).

  • 5 Sur ce thème, voir les articles regroupés dans Norbert Elias, L’Utopie, Paris, La Découverte, 2014.

5Watteau est une autre de ces figures de la transition. « Le Pèlerinage à l’île de Cythère de Watteau » analyse la réception du tableau célèbre peint pendant la Régence, à la fois chez ses contemporains, chez les révolutionnaires de 1789, et chez les romantiques regroupés autour de Nerval dans le cénacle de la rue du Doyenné. Elias considère, à la suite d’autres interprètes, que l’œuvre est éminemment équivoque : d’un côté, des personnages qui semblent ceux d’une fête galante, de l’autre l’embarquement pour un ailleurs légèrement inquiétant, aux contours indécis et estompés. Dans un tableau qu’il a réalisé pour intégrer l’Académie royale, donc censé obéir à un cadre rigide, Watteau a su instiller une touche personnelle de mélancolie subtile. Ses contemporains n’y voient qu’une illustration brillante du thème de la fête galante alors en vogue. Les révolutionnaires condamnent en Watteau le peintre d’une vie de cour idéalisée et indifférente à la condition du peuple, sans voir que le mythe de Cythère est aussi une utopie du retrait hors du politique. Les romantiques en revanche perçoivent bien la dimension mélancolique du tableau. Leur admiration pour Watteau est le signe d’une attention plus grande à la volonté individuelle de l’artiste, qui correspond bien à la sensibilité nouvelle. Dépassant l’analyse du tableau, Elias montre que c’est l’utopie de Cythère elle-même qui se retourne sous la plume de poètes désabusés comme Nerval : l’île de l’amour devient l’île de la déception amoureuse. Chez Baudelaire (« Un voyage à Cythère »), le mythe acquiert même une coloration franchement macabre, l’amoureux étant comparé à un pendu dont les bêtes dévorent la charogne. On retrouve ici l’intérêt d’Elias pour la question de l’utopie et de son renversement en contre-utopie (ou dystopie, même si le mot n’était pas encore à la mode)5.

  • 6 L’importance de la notion de culture en Allemagne, comparée à la notion de civilisation, fait l’obj (...)

6Enfin, l’article « Le destin de la poésie baroque allemande. Entre tradition de cour et tradition bourgeoise », s’intéresse à une tradition oubliée. La poésie baroque est, en Allemagne, l’appellation qui désigne la poésie de cour. Les représentants de cette poésie baroque (Martin Opitz, Christian Hoffmann von Hoffmannswaldau…) jouissent d’une renommée bien moindre que celle des poètes baroques et classiques en France. La raison qu’en donne Elias illustre sa capacité à relier structures sociales, structures psychologiques et formes esthétiques. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la bourgeoisie des pays du Saint Empire, privée d’un accès véritable au pouvoir politique, fait de l’art le moyen d’affirmer sa rupture avec les goûts aristocratiques de la cour. La valeur que la bourgeoisie attribue à l’art comme lieu d’affirmation sociale et politique ne se comprend qu’en rapport avec sa situation politique dominée. Ce « mouvement d’émancipation bourgeois » (p. 44) est visible notamment dans le Sturm und Drang, ainsi que chez les philosophes de l’Aufklärung, mais souvent de façon voilée : en dénonçant trop clairement la situation politique, les intellectuels risquaient la censure. Ce mouvement continue à s’affirmer tout au long du XIXe siècle. L’absence d’accès au pouvoir politique, plus marquée en Allemagne qu’en France ou en Angleterre, explique que la révolution contre le modèle aristocratique ait été transférée dans le domaine de la culture6. Il n’est donc pas étonnant que cet art de cour ait été fortement ignoré lorsque la culture bourgeoise est finalement devenue la culture nationale. Pour Elias, cet oubli n’a plus de raison d’être ; il plaide donc pour une redécouverte de ces œuvres dont il commente quelques extraits.

  • 7 Norbert Elias, La dynamique sociale de la conscience, Paris, La Découverte, 2016 ; compte rendu de (...)
  • 8 Norbert Elias, Au-delà de Freud, Paris, La Découverte, 2010 ; note critique de Quentin Deluermoz po (...)
  • 9 Norbert Elias, Humana conditio, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016 ; compte rendu de Matthias Fringan (...)

7Cet ouvrage s’inscrit dans un mouvement plus large de traduction des textes du sociologue, dans les domaines les plus variés (sociologie des sciences7, psychanalyse8, géopolitique9…). La reconnaissance tardive dont l’œuvre d’Elias a fait l’objet a pour contrepartie un engouement certain, aujourd’hui, pour sa pensée. L’ordre de présentation des articles présentait un dilemme : fallait-il choisir l’ordre des périodes historiques abordées, ou bien l’ordre chronologique de la rédaction des essais ? L’éditeur a préféré la première option, qui est discutable, mais la seconde option l’eût été également. Ce qui n’est pas discutable, en revanche, est l’intérêt de proposer au lectorat francophone ces trois contributions d’un auteur désormais considéré comme incontournable au sein des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Norbert Elias, Die höfische Gesellschaft. Untersuchungen zur Soziologie des Königtums und der höfischen Aristokratie, Neuwied/Berlin, Luchterhand, 1969. Première édition française : La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985.

2 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, puis Pocket, 2002 ; La Dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975, puis Pocket, 2003.

3 Sur le rôle de Roger Chartier, voir Marc Joly, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d'un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard, 2012 ; compte rendu de Franck Bousquet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/9106.

4 Norbert Elias, Mozart, sociologie d’un génie, Paris, Seuil, 1991.

5 Sur ce thème, voir les articles regroupés dans Norbert Elias, L’Utopie, Paris, La Découverte, 2014.

6 L’importance de la notion de culture en Allemagne, comparée à la notion de civilisation, fait l’objet d’un développement célèbre au début de La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, puis Pocket, 2002.

7 Norbert Elias, La dynamique sociale de la conscience, Paris, La Découverte, 2016 ; compte rendu de Jean Frances pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22237.

8 Norbert Elias, Au-delà de Freud, Paris, La Découverte, 2010 ; note critique de Quentin Deluermoz pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1358.

9 Norbert Elias, Humana conditio, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016 ; compte rendu de Matthias Fringant pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/21816.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-René Julliard, « Norbert Elias, Le déclin de l’art de cour », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 octobre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37806

Haut de page

Rédacteur

François-René Julliard

Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, doctorant en histoire à l’université Clermont-Auvergne (laboratoire du CHEC) et à l’université Paris Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page