Navigation – Plan du site

Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail

Mallaury Bolanos
Le nouvel âge des femmes au travail
Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2019, 207 p., ISBN : 978-2-7246-2470-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son premier ouvrage, publié à l’issue de sa thèse doctorale, l’auteure s’est intéressée aux fe (...)
  • 2 Par « politique du genre » l’auteure se réfère au « volet égalité professionnelle entre les femmes (...)

1Les travaux de Nathalie Lapeyre sont aujourd’hui incontournables pour quiconque s’intéresse aux enjeux relatifs à la féminisation de divers groupes professionnels qualifiés, voire hautement qualifiés1. Dans cet ouvrage, la chercheure – fidèle à son objet de prédilection – interroge les carrières de femmes cadres et ingénieures à l’aune de la « politique du genre »2 mise en œuvre au sein de l’entreprise Airbus, géant européen de l’aéronautique. Dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage, l’auteure s’attache à dépeindre rigoureusement le contexte dans lequel se déploie cette politique. D’une part, l’entreprise y apparaît très nettement comme un bastion masculin (chapitre 1, « Dynamiques de féminisation dans l’aéronautique »), d’autre part, une fine analyse de ladite politique révèle ses nombreuses limites (chapitre 2, « Politique du genre et réseaux de femmes »). Le troisième chapitre est consacré aux femmes bénéficiaires de la politique du genre et à la manière dont elles s’emparent des opportunités offertes par cette dernière afin de « booster » leurs carrières (chapitre 3, « L’empowerment au travail »).

2Les cinq années d’enquête de terrain, dont cet ouvrage est le fruit, se sont ouvertes sur une importante phase d’observation ethnographique. Nathalie Lapeyre a également réalisé une soixantaine d’entretiens biographiques auprès de femmes et d’hommes cadres et ingénieur·e·s, ainsi que trois entretiens collectifs, notamment auprès de salariées membres du réseau de femmes interne à l’entreprise. Une large majorité des enquêté·e·s est blanche, hétérosexuelle et appartient aux classes moyennes et supérieures. Par ailleurs, l’auteure souligne que bon nombre d’entre elles·eux entretiennent une relation conjugale avec un·e homologue ingénieur·e travaillant également chez Airbus.

  • 3 Nathalie Bajos et Michèle Ferrand, « L’interruption volontaire de grossesse et la norme procréative (...)
  • 4 Paola Cappellin, « Plafond, parois de verre ou ciel de plomb ? », Cahiers du genre, vol. 48, n° 1, (...)

3Dans le premier chapitre, l’auteure place la focale sur les facteurs sociaux et politiques qui façonnent les parcours professionnels des femmes étudiées et tendent à faire obstacle à une égalité professionnelle réelle entre les femmes et les hommes. Les premiers mécanismes de ségrégation genrée interviennent en amont de l’embauche chez Airbus. À ce propos, les statistiques relatives aux taux de féminisation des écoles d’ingénieur·e·s sont saisissantes : 8,5% de femmes dans les formations en informatique, entre 10,9% et 24,5% dans les formations en ingénierie aéronautique. Au sein même de l’entreprise, les carrières des femmes subissent de lourds désavantages : existence de puissants réseaux masculins, rites de passage formalisés récompensant « la conformité aux normes masculines » (p. 27), inégalités de salaire, carrières freinées par la « norme procréative »3. En termes de ségrégation sexuée, verticale et horizontale, les airbusiennes n’échappent pas aux phénomènes bien connus du plafond de verre, des « parois de verre »4 ou encore à l’effet « tuyau percé », soit « l’évaporation » des femmes à mesure que l’on monte dans la hiérarchie. Ainsi, tandis que le « cœur du métier » demeure l’apanage des hommes, les femmes sont majoritairement cantonnées dans les services périphériques où elles n’ont qu’une faible perspective de progression. En outre, les nouvelles arrivantes peinent à trouver un modèle identificatoire féminin satisfaisant parmi les générations précédentes. Les carrières de ces dernières reposent sur des vies extraprofessionnelles sacrifiées pour un surinvestissement au travail, ce qui rejoint difficilement les aspirations égalitaires des premières.

4Le deuxième chapitre porte, d’une part, sur l’inscription de la politique du genre menée depuis les années 2000 par Airbus dans sa stratégie globale d’adaptation au marché et, d’autre part, sur le rôle des différent·e·s acteur·rice·s de cette politique. En l’espèce, la diversité de genre est avant tout pensée comme « une source de performance pour l’entreprise » (p. 69). Selon cette croyance – qui repose sur une essentialisation des genres masculin et féminin – la féminisation de l’entreprise serait vectrice d’une innovation sociale et culturelle nécessaire en vertu de l’importance croissante accordée aux soft skills, pour lesquelles les femmes seraient naturellement compétentes. L’auteure identifie quatre catégories d’acteur·rice·s impliqué·e·s dans la mise en œuvre de la politique du genre d’Airbus : les professionnel·le·s des ressources humaines ; le réseau de femmes interne ; la commission égalité professionnelle et les syndicats ; les partenariats externes. Elle soulève que les discours et actions de ce « quatuor de velours » sont traversé·e·s par des logiques diverses qui entrent parfois en contradiction, notamment à propos de la conception même de l’égalité femmes-hommes. Ainsi, au fil de ce chapitre et particulièrement à la fin de celui-ci, Nathalie Lapeyre met en exergue les paradoxes et les limites dont souffre la politique du genre menée par Airbus. Politique qui, selon les termes de l’auteure : « ne comporte pas de réelle ambition de modifier les règles du jeu et les normes androcentriques dominantes » (p. 118).

  • 5 À noter, comme le précise l’auteure, que le concept d’empowerment désigne « à la fois l’acquisition (...)

5Enfin, dans le troisième et dernier chapitre, il s’agit de considérer l’empowerment professionnel, soit le pouvoir d’agir5 au travail conféré aux femmes par la politique du genre d’Airbus. En 2012, Airbus lance le programme de formation GROW (Growing Opportunities for Women), pour lequel certaines jeunes femmes cadres, considérées comme prometteuses, sont sélectionnées. Ladite sélection est posée comme première étape de l’empowerment et ouvre la voie aux suivantes : l’émergence d’une conscientisation, une mobilisation concrète des salariées, et enfin, une lutte contre les inégalités et un « contrôle » véritable des salariées sur leurs carrières. L’auteure montre que cette formation a permis à ces femmes « d’élaborer une conscience et une compréhension critique de leur environnement de travail » (p. 125). Toutefois, la politique du genre n’échappe pas à quelques résistances masculines, celles-ci s’attaquant notamment à la légitimité professionnelle des femmes à mesure qu’elles acquièrent du pouvoir. Pour affronter un environnement qui leur demeure hostile, elles font de l’humour une « arme du genre » et jouent sur les stéréotypes de sexe pour retourner une situation à leur avantage ou pour faciliter leur intégration parmi leurs collègues masculins. Cependant, l’humour comme mécanisme de défense et de dédramatisation atteint une de ses limites lorsque ces problématiques se poursuivent jusqu’au sein des couples où les femmes gagnent plus que leurs conjoints.

6La force de ce dernier chapitre résulte en grande partie de l’explicitation des trajectoires professionnelles de neufs enquêtées, qui permet de saisir le processus d’empowerment de façon incarnée. Ainsi, cette partie de l’ouvrage fait directement écho au titre, en promettant de révéler la mesure dans laquelle il est possible de parler d’un « nouvel âge » des femmes au travail. Au regard de cette promesse, la lecture de ce chapitre s’accompagne d’une certaine déception. En effet, le titre de l’ouvrage et le propos de son auteure nous semblent faire preuve d’un optimisme démesuré quant à une éventuelle émancipation des femmes vis-à-vis des normes patriarcales de l’univers professionnel. S’il est effectivement question d’une dynamique enclenchée vers une égalité femmes-hommes réelle, notamment en termes de prise de conscience féminine, d’acquisition d’une certaine réflexivité face aux normes sexuées et de sororité, le nombre effrayant d’entraves à cette égalité nous contraint à douter de l’avènement d’un « nouvel âge » des femmes au travail. Marchandisation du principe d’égalité professionnelle, opportunités d’empowerment réservées au sommet de la hiérarchie, responsabilisation individuelle des femmes, prégnance du stigmate féministe, viennent, entre autres, s’ajouter aux traditionnels désavantages précédemment cités (chapitre 1). L’obstacle majeur, que l’auteure ne manque pas d’invoquer à maintes reprises, réside, finalement, dans le maintien d’un ordre où le masculin reste détenteur de l’hégémonie.

7Outre cette observation concernant un certain décalage entre le titre et le contenu de l’ouvrage, nous nous devons de relever la richesse d’une enquête qui offre un panorama très complet des divers enjeux relatifs à la politique du genre menée par Airbus. Au-delà de la finesse de ses analyses, Nathalie Lapeyre réussit à « faire voyager » le·la lecteur·rice au sein du monde de l’aéronautique, qui de prime abord peut paraître aussi froid et sec qu’il est technique.

Haut de page

Notes

1 Dans son premier ouvrage, publié à l’issue de sa thèse doctorale, l’auteure s’est intéressée aux femmes médecins, avocates et architectes : Nathalie Lapeyre, Les professions face aux enjeux de la féminisation, Octarès Éditions, 2006 ; compte rendu d’Emmanuelle Zolesio pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/401.

2 Par « politique du genre » l’auteure se réfère au « volet égalité professionnelle entre les femmes et les hommes de la politique de diversité et d’inclusion » menée par une entreprise ou institution (p. 13).

3 Nathalie Bajos et Michèle Ferrand, « L’interruption volontaire de grossesse et la norme procréative », Sociétés contemporaines, vol. 61, n° 1, 2006, p. 91-11.

4 Paola Cappellin, « Plafond, parois de verre ou ciel de plomb ? », Cahiers du genre, vol. 48, n° 1, p. 31-57.

5 À noter, comme le précise l’auteure, que le concept d’empowerment désigne « à la fois l’acquisition d’un pouvoir et le processus d’apprentissage pour y accéder » (p. 125).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mallaury Bolanos, « Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 23 octobre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37824

Haut de page

Rédacteur

Mallaury Bolanos

Étudiante en master 2 Études sur le genre, parcours sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page