Navigation – Plan du site

Philippe Champy, Vers une nouvelle guerre scolaire. Quand les technocrates et les neurosciences mettent la main sur l’Éducation nationale

Maryvonne Dussaux
Vers une nouvelle guerre scolaire
Philippe Champy, Vers une nouvelle guerre scolaire. Quand les technocrates et les neuroscientifiques mettent la main sur l'Éducation nationale, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 320 p., ISBN : 9782348040627.
Haut de page

Texte intégral

1Le débat entre pro-républicains et réformistes, empreint de postures idéologiques et déconnecté des réalités scolaires, laisse les enseignants et les parents sans réponse. Tous se demandent : « où va l’école de la République ? ». Pour éclairer la question, Philippe Chamby livre ici une analyse précise et documentée en abordant principalement trois thèmes : les manuels scolaires, le numérique éducatif et la contribution des neurosciences. Observateur engagé, l’auteur fonde ses réflexions sur trente années d’expérience dans le domaine de l’éducation. Il fut successivement ingénieur de recherche à l’Institut national de la recherche pédagogique, puis auteur du Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation et enfin éditeur de manuels scolaires pour le primaire. Il s’attache, dans cet ouvrage centré sur la problématique du manuel scolaire, à mettre en lumière les rapports de forces et à décrypter ce qu’il nomme « les grandes manœuvres ».

2Doit-on craindre la disparition des manuels scolaires ? Dans l’histoire, les manuels scolaires ont toujours été l’objet de polémiques. Même s’il existe des variations d’un pays à l’autre, on trouve globalement trois systèmes de production des manuels : l’édition scolaire d’État avec le plus souvent un manuel unique, les éditions privées mais qui doivent avoir une autorisation avant publication et enfin une libre concurrence entre les entreprises privées. La France a connu successivement ces trois systèmes. Ainsi, de 1850 à 1857, existait un système d’approbation qui a été remplacé par un système de véto car jugé inapplicable. En 1873, le gouvernement de « l’ordre moral » présidé par le général Mac Mahon, revient sur cette décision. Les éditeurs s’y opposent car il est pour eux impossible d’engager des dépenses pour concevoir des manuels qui risquent de ne pas être publiés. C’est pourquoi la proposition de Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire de 1879 à 1896, fondée sur le principe des trois libertés (publier, choisir, utiliser) fait consensus depuis cette date (période du gouvernement de Vichy exceptée). De ce fait, il n’existe pas, en France, de manuels recommandés ou agréés par l’État. Les auteurs doivent prendre en compte la prescription ministérielle, mais leur liberté est entière pour ce qui touche à la conception, la rédaction, la présentation et la commercialisation des manuels. Il existe un contrôle a posteriori par les enseignants eux-mêmes, qui peuvent choisir les manuels, les utiliser ou pas, selon le principe de la liberté pédagogique. De cette manière, les ouvrages les moins pertinents et les moins adaptés pour les élèves sont automatiquement éliminés.

3Mais la tentation est grande, de la part des corps d’inspection, de modifier cet équilibre. Trois rapports successifs (1998, 2010 et 2012) ont dénoncé la trop grande liberté accordée aux éditeurs et la place prépondérante prise par les inspecteurs dans la conception et la rédaction des ouvrages. Selon l’auteur, les critiques adressées aux manuels scolaires viennent d’une confusion dans le grand public entre programmes, manuels et méthodes pédagogiques. Il dénonce plusieurs idées reçues. Tout d’abord, le manuel n’est pas le polycopié du cours que donnerait le professeur. Le métier d’enseignant ne consiste pas seulement à « faire cours » et comprend bien d’autres tâches comme l’évaluation, l’organisation de travaux de groupe, les relations avec l’administration, etc. Ensuite, tous les enseignants ne sont pas des auteurs, car l’écriture de manuels scolaires est un métier en soi, qui nécessite un recul réflexif nourri d’une connaissance pointue des recherches pertinentes. Enfin, les éditeurs scolaires ont des profils qui varient selon leur spécialisation, leurs options pédagogiques, leur positionnement, leur organisation de travail, leur statut juridique ou encore leur poids économique.

4L’annonce d’une révolution numérique qui permettrait la résolution de tous les maux de l’école laisse l’auteur dubitatif. Il rappelle que déjà, dans les années 1950, la cybernétique avait annoncé le remplacement du professeur par le processeur. Or, la présence humaine est indispensable car, si on peut numériser des données, on ne peut pas numériser le métier de l’enseignant lui-même. La révolution attendue par les TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) et les MOOC (massive open online course) tarde à venir. Il montre que la spécificité du manuel est d’être « une œuvre de l’esprit » avec sa cohérence interne, sa structuration en fonction d’usages pédagogiques et didactiques spécifiques et son originalité. Rien à voir avec le numérique éducatif qui reste centré sur les supports et les formats et se soucie finalement peu des contenus, s’éloignant par la même de la dimension éducative.

5Derrière les aspects d’ordre technologique, liés aux usages et aux mésusages du numérique, il y a fondamentalement des questions politiques. Qui sont les vrais détenteurs du numérique ? Quelles sont les visions et les stratégies qu’ils imposent ? Dans ce contexte, quelle est la marge de manœuvre de l’Éducation nationale ? Sous couvert du faux argument de la gratuité, ceux que Philippe Champy nomme non pas les GAFAM mais « les seigneurs du numérique » font en réalité commerce avec les outils indispensables à la connexion Internet (téléphone, tablettes, ordinateurs, montres, etc.) et avec les données qu’ils conservent précieusement. Ils cherchent à s’emparer d’un secteur encore vierge en mettant en avant l’innovation pédagogique, mais sans jamais reconnaitre les innovations faites par les enseignants eux-mêmes. De même, les nombreux outils numériques proposés par le monde de l’édition sont ignorés. L’échec des différents plans numériques est lié au manque de moyens financiers (les équipements sont à la charge des collectivités territoriales) et pas au désintérêt des enseignants. Ignorant les réalités scolaires et la complexité de l’apprentissage, les « seigneurs du numérique » relient de façon simpliste échec scolaire et incompétence des enseignants. Pour le ministère de l’Éducation nationale, c’est une opportunité de reprendre le contrôle sur les contenus de l’enseignement et d’occulter ainsi la crise profonde d’un système fondamentalement inégalitaire.

6Philippe Champy explique que, depuis les années 2000, prédominent au sein du ministère de l’Éducation nationale certains courants des neurosciences et de la psychologie cognitive. Ils imposent leur vision de l’éducation, confondant des expériences en laboratoire sur un individu isolé et des expériences dans la classe, lieu d’interactions. Ignorant les travaux faits par les disciplines telles l’histoire, la philosophie, la psychologie clinique et les sciences de l’éducation, une doctrine partielle et partiale s’impose à partir d’une théorisation scientifique sans lien avec le terrain et qui emprunte ses dispositifs méthodologiques à la recherche médicale appliquée au sein de l’industrie pharmaceutique.

  • 1 Inspection générale de l’Éducation nationale, Viviane Bouysse et Gilles Petréaut, Évaluation de la (...)

7L’auteur dénonce vivement cette approche exclusivement technique qui déshumanise l’enseignement et exclut les savoirs d’expérience des enseignants. Pour lui, la théorie proposée comprend deux biais, l’un naturaliste et l’autre scientiste. En affirmant que c’est le cerveau qui apprend, on exclut les dimensions historiques, culturelles et sociales de l’apprentissage. L’auteur précise qu’à la suite du programme « parler », mis en œuvre entre 2008 et 2012, un rapport de l’Inspection générale a mis en évidence le manque d’explications sur la philosophie de ces expériences menées en classe et a affirmé que les élèves ne peuvent être réduits à un statut de « cobayes »1.

8On pourrait craindre à la lecture des premiers chapitres que l’auteur s’engage dans une défense du manuel scolaire avec une vision passéiste. Il n’en est rien. Il apporte une réponse à la question posée il y a plus de dix ans par Philippe Meirieu et Pierre Frackowiack : « l’éducation peut-elle être au cœur d’un projet de société ? ». Il dénonce avec force une entreprise de reprise de contrôle de l’État sur les pratiques enseignantes grâce au numérique et avec la caution scientifique de certains chercheurs. Selon lui, l’éducation est prise dans un jeu politico-économico-social qui attaque dans ses fondements le pluralisme et la liberté pédagogique. Il affirme que, derrière ces prises de pouvoir, se cachent des logiques financières pour vendre du matériel et subventionner de coûteux travaux de recherche.

9À l’heure où les tablettes arrivent en nombre dans les établissements scolaires, ce livre a le mérite de repolitiser la question de l’Éducation et de dénoncer les dérives anti-démocratiques de l’institution. Certes, il ne suffit pas à comprendre la complexité de notre système éducatif, ni les contradictions dans lesquelles se trouvent les enseignants, mais il contribue à éclairer un débat essentiel qui devrait sortir de la seule sphère des spécialistes. Même si les critiques envers l’actuel ministre de l’Éducation nationale sont sévères, Philippe Champy éclaire utilement la controverse grâce à une analyse, certes sans complaisance, mais fondée sur une connaissance approfondie des enjeux et du fonctionnement du système éducatif.

Haut de page

Notes

1 Inspection générale de l’Éducation nationale, Viviane Bouysse et Gilles Petréaut, Évaluation de la mise en œuvre, du fonctionnement et des résultats des dispositifs « PARLER » et « ROLL », novembre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Philippe Champy, Vers une nouvelle guerre scolaire. Quand les technocrates et les neurosciences mettent la main sur l’Éducation nationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 25 octobre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/37846

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Dussaux

Maitresse de conférences en sciences de l’éducation. UPEC- INSPE de l’académie de Créteil. Laboratoire : LIPHA-PE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page