Navigation – Plan du site
Partis politiques et changement de régime

Partis politiques et changement de régime

Myriam Aït-Aoudia, Jérôme Heurtaux (dir.), « Partis politiques et changement de régime », 2006, 214 p., Les Presses de Sciences Po.
Notice publiée le 19 mai 2006

Présentation de l'éditeur

La naissance du Front islamique du salut : une politisation conflictuelle (1988-1989)
par Myriam Aït-Aoudia
Cet article propose de saisir la genèse d’un parti politique, le FIS, en croisant une approche configurationnelle et une analyse en termes de construction sociale des organisations. Il s’agit d’abord de reconstituer les réseaux qui président à la structuration partisane, en insistant notamment sur les trajectoires de ses fondateurs et sur leurs expériences socialisatrices communes dans le champ religieux militant. Ensuite, l’étude de leurs perceptions positives d’une conjoncture politique nationale inédite et la concurrence interne de la sphère religieuse permet de comprendre les intérêts pratiques et symboliques à se structurer en parti à un moment particulier. Enfin, l’enquête sur les discours et les pratiques des fondateurs établit l’indétermination initiale de la nature de l’organisation ainsi créée. Cette perspective illustre l’intrication complexe entre les sphères religieuses et politiques dans le contexte de changement de régime en Algérie.

Des militants par intermittence ? Le Parti de la révolution démocratique au Mexique (1989-2000)
par Hélène Combes
Le PRD est né avec « la transition » mexicaine en 1989. Face à la nécessité de construire rapidement une structure partisane et de faire face à la répression dans certaines régions, les dirigeants de mouvements sociaux et d’organisations sociales ont composé une part essentielle des cadres du PRD. Ils ont entraîné dans leur sillage leurs militants qui, à l’échelle locale et régionale, individuellement ou collectivement, ont contribué à bâtir le PRD à travers un vaste milieu partisan. L’accès des organisations sociales à des financements publics et d’ONG a garanti aux militants des rétributions matérielles. Les organisations sociales ont ainsi constitué une armée de réserve mobilisable par la machine partisane. Il s’agit cependant d’une structure partisane aléatoire et fragile, dépendante des dirigeants sociaux qui peuvent prendre des positions de retrait vis-à-vis du PRD.

Démocratisation en Pologne : la première loi sur les partis (1989-1990)
par Jérôme Heurtaux
Loin de s’imposer naturellement, l’emprise des partis sur la compétition politique en Pologne postcommuniste est le produit d’un processus long et controversé. L’étude des conditions dans lesquelles a été votée la première loi sur les partis politiques en 1990 permet de restituer les luttes symboliques qui ont marqué la genèse de la démocratie de partis, et mis aux prises des personnels politiques aux intérêts différents qui s’affrontent pour imposer une vision légitime du combat politique. Cette concurrence trouve plus sa raison d’être dans l’état du jeu politique que dans une nécessité juridique. C’est la raison pour laquelle, d’abord proposée par les élus communistes, la loi s’est heurtée à l’hostilité des élites de Solidarité, qui ont cependant fini par s’y rallier. L’étude de la codification de la politique au cours d’un changement de régime révèle l’importance des enjeux de définition des acteurs habilités à participer à la représentation démocratique et du découpages des frontières de la politique.

L’emprise partisane au Kenya : regard sur deux campagnes électorales locales (novembre 2001 et décembre 2002)
par Mathieu Mérino
En tant qu’objets de recherche, les partis politiques africains suscitent peu la curiosité des scientifiques. En effet, le passage au multipartisme au début des années 1990 n’a pas apporté les changements de régime escomptés en Afrique subsaharienne. Ce désintérêt provient également du sentiment que peut provoquer une observation non avisée du système de partis : celui d’un dysfonctionnement eu égard à une norme présupposée, celle des partis politiques occidentaux. Cette impression naît le plus souvent d’une méconnaissance des dynamiques locales. Dans le cas du Kenya, les pratiques des partis au niveau local témoignent en effet de leur réussite, au prix d’un travail parfois paradoxal, à opérer une clôture progressive des champs politique et électoral. Plus particulièrement, l’analyse de leurs pratiques lors des élections législatives de 2001 et 2002 dans la Province de l’Est montre comment les partis ont réussi à transformer des tendances potentiellement déstructurantes en instruments fondamentaux dans la construction de leur emprise monopolisatrice sur le champ électoral. Ils ont fait de l’appartenance partisane, outre un réquisit pour l’accès à la compétition électorale, une ressource de plus en plus déterminante pour la victoire électorale.

Haut de page