Navegación – Mapa del sitio
Les musiques particularistes

Les musiques particularistes

Chanter la langue d'oc en Provence à la fin du XXe siècle.
Elisabeth Cestor, Les musiques particularistes. Chanter la langue d'oc en Provence à la fin du XXe siècle., L'Harmattan, col. « Logiques sociales », 2006, 321 p., @ean : 9782296002487.
Anuncio publicado en 26 mayo 2006

Presentación del editor

Quelle est la place des chanteurs s’exprimant dans l’une des différentes langues autochtones de France, et notamment celle des Provençaux ? Si les Corses, les Bretons et les Basques semblent être mieux parvenus à s’imposer dans le paysage musical que leurs voisins du Midi, nombreux sont ceux qui chantent la langue d’oc, vivent de leur art et stimulent un espace créatif.Régulièrement plébiscités par la presse, les musiciens d’expression occitane sont pourtant difficilement diffusés et leur parcours est semé d’embûches. D’où provient alors ce décalage entre acteurs, productions artistiques et public ?

Après une étude de la situation du marché de la musique, avec l’engouement pour les « musiques du monde » dans les années 1980 et les caractéristiques spécifiques de la France, l’auteure s’interroge sur l’histoire des sociabilités du milieu des musiques d’expression occitane. Une description très documentée des comportements de ces acteurs et du processus de professionnalisation complète cette étude, qui traite aussi de la question capitale de la réception d’une musique prise en étau entre les représentations de la culture provençale et la spécificité des compositions artistiques contemporaines.

Inicio de página