Navigation – Plan du site

Gérard Mauger, L'accès à la vie d'artiste. Sélection et consécration artistiques

Igor Martinache
L'accès à la vie d'artiste
Gérard Mauger (dir.), L'accès à la vie d'artiste. Sélection et consécration artistiques, Editions du Croquant, coll. « Champ social », 2006, 253 p., EAN : 9782914968218.
Haut de page

Texte intégral

1Comment devient-on artiste ? La vogue des émissions de télé-réalité du style Star Academy, mais aussi la courante mythification des trajectoires de célébrités, rendent cette question aussi centrale que mystérieuse aujourd'hui. Cet ouvrage collectif tente ainsi d'y apporter quelques éléments de réponse, à travers l'étude de cas dans des domaines aussi variés que la danse contemporaine, le cinéma, la musique classique ou le rap.

  • 1 Droits d'entrée. Modalités et conditions d'accès aux univers artistiques, sous la direction de Géra (...)
  • 2 Gérard Mauger est aujourd'hui directeur adjoint du Centre de Sociologie Européenne (CNRS-EHESS) fon (...)

2Issu d'un séminaire animé par Gérard Mauger à l'EHESS entre 2000 et 2002, cet ouvrage rassemble donc des articles de jeunes chercheurs, dont le point commun est d'avoir trait aux arts du spectacle (d'autres travaux consacrés aux arts plastiques, à l'architecture et à l'écriture étant réunis dans un autre volume1), mais aussi et surtout de s'inscrire dans le cadre de la « théorie des champs » de Pierre Bourdieu2. Comme le rappelle Gérard Mauger dans son introduction, quatre « approches » de cette dernière, « distinctes et complémentaires » sont particulièrement étudiées : la frontière entre « amateurs et professionnels », les « gatekeepers » et passeurs, les ressources requises pour accéder à un univers artistique donné, et enfin « l'autonomie » des différents champs, notamment par rapport à l'Etat ou au marché.

3Mauger poursuit son cadrage introductif en rappelant les enjeux liés à la distinction entre « art pur » et « art commercial ». Il note ainsi que celle-ci renvoie d'abord aux deux principes de hiérarchisation des produits culturels identifiés par Bourdieu - l'un interne, et l'autre externe au champ considéré-, et ensuite à une série de clivages plus ou moins superposables (en termes de demande, d'autonomie, de légitimité,...). Puis, il évoque la transformation de la figure d'artiste et l'augmentation rapide de leur nombre au cours des dernières décennies. Une évolution qui résulte en grande partie de la politique de « démocratie culturelle » initiée par Jack Lang, et qui a cherché à remettre en cause les hiérarchies entretenues par les politiques antérieures de « démocratisation culturelle ».

4Dans sa contribution, Pierre-Emmanuel Sorignet livre l'observation participante d'une audition dans une compagnie réputée de danse contemporaine. Cela lui permet de montrer les ambiguïtés à l'œuvre dans ce type de processus de recrutement, où il s'agit notamment d'afficher à la fois sa singularité et sa solidarité avec les autres candidat, alors que l'essentiel de la communication passe par le corps et le regard. Il montre aussi comment évolue la relation entre les chorégraphes-employeurs potentiels et les candidats-danseurs au fil du processus de recrutement, d'une forte asymétrie initiale à un glissement progressif vers le registre de la « rencontre », qui nie en quelque sorte l'opération de classement. En somme, écrit-il, « l'appropriation du métier de danseur passe par l'apprentissage de la mise en jeu de soi sur le marché du travail » (p.47).

5Serge Katz découvre les mêmes ambiguïtés en ce qui concerne les élèves comédiens. Etudiant le célèbre « cours Florent », et notamment la sélection des éléments de la « classe libre » - l'« élite » de l'école, il montre comment sont mis en avant des principes de classement subjectifs, qui plaisent ou déplaisent de façon immédiate, comme la « présence », au détriment de la pédagogie des techniques théâtrales. Cet alignement sur les principes de recrutement audiovisuel est cependant selon lui moins le fruit d'une volonté délibérée que le signe d'une déficience, « celle d'un enseignement incapable d'imposer ses propres critères d'évaluation et de sélection face aux contraintes de rentabilité » (p.70).

6Cette « homologie structurelle » se retrouve également de manière plus inattendue dans deux autres champs : la musique punk et le rap. Concernant la première, Denis Férey montre, en étudiant notamment la formation des Sex Pistols en 1976, comment, derrière une apparence de gratuité anarchique, l'entrée dans la carrière de musicien punk est en fait aussi « coûteuse » que codifiée. De son côté, Morgan Jouvenet révèle la même existence de coûts « cachés » dans la musique rap, où domine en particulier l'impératif paradoxal de l' « authenticité ». Il s'agit en effet de montrer que l'on « reste le même » d'autant plus que l'on progresse dans ce champ, autrement dit, que l'on s'altère.

7C'est la même équation insoluble à laquelle ont à faire face Corinne et Gilles Bénizio, plus connus sous le nom de « Shirley et Dino », fondateurs de la troupe des « Achille Tonic » et dont Vanessa Pinto retrace l'itinéraire. Elle montre ainsi comment leur invention d'un genre de spectacle « inclassable », « parodie de ringards du music-hall », résulte avant tout du « retournement d'un stigmate » : celui d'une position périphérique dans le champ théâtral. Mais, dans cette perspective, la rencontre du succès se révèle alors particulièrement problématique pour ces « doux artistes aux origines modestes ».

8Le succès justement, Audrey Mariette essaie d'en démonter les rouages, en analysant l'accueil unanimement louangeur réservé par la critique à « Ressources Humaines », le premier film du réalisateur Laurent Cantet. Enfin, Hyacinthe Ravet montre, dans un article non dépourvu d'épaisseur historique, combien l'accès des femmes aux orchestres symphoniques se révèle difficile. C'est à un « double droit d'entrée » qu'elles se confrontent, symbolique en plus de l'ensemble plus ou moins explicite auquel tout musicien doit déjà s'acquitter, et que la mise en place de paravents lors de certaines auditions semble encore insuffisant à alléger.

9Ces différents articles semblent finalement justifier pleinement le recours à la « théorie des champs » bourdieusienne. Tous convergent notamment à montrer qu'au-delà de leurs spécificités, les différents arts du spectacle fonctionnent comme autant de champs organisés autour de la détention d'un « capital spécifique ». Et où le sens du jeu, l'« illusio », est d'autant plus développé que les règles y sont faiblement codifiées, largement dissimulées derrière des impératifs qui, comme l'« authenticité », engagent toute la personnalité de leurs participants. Une chose est sûre en tous cas : après cet ouvrage, vous ne regarderez plus la « Star Ac' » comme avant.

Haut de page

Notes

1 Droits d'entrée. Modalités et conditions d'accès aux univers artistiques, sous la direction de Gérard Mauger (Editions de la Maison des sciences de l'homme, 2006).

2 Gérard Mauger est aujourd'hui directeur adjoint du Centre de Sociologie Européenne (CNRS-EHESS) fondé par Pierre Bourdieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Gérard Mauger, L'accès à la vie d'artiste. Sélection et consécration artistiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 27 février 2007, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/379

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page