Navigation – Plan du site

« La colonie rapatriée », Politix, n° 76, 2006

Jennifer Bidet
La colonie rapatriée
« La colonie rapatriée », Politix, n° 76, 2006, De Boeck, EAN : 9782200921255.
Haut de page

Texte intégral

1Si l'on peut parler de « modes » en sciences humaines et sociales, on peut sans conteste affirmer que l'idée de l'importation du modèle colonial français sur le territoire métropolitain après la décolonisation représente aujourd'hui le « dernier cri » dans l'étude historique, sociologique et politiste des questions liées à l'immigration. L'ouvrage La fracture coloniale. La société française au prisme de l'héritage colonial (P. Blanchard, N. Bancel, S. Lemaire (dir) ; 2005) constitue un des nombreux signes de cet engouement qu'on peut relier à l'importation des « post colonial studies » anglo-saxonnes en France.

2Ce numéro de Politix, intitulé « La colonie rapatriée », s'inscrit bien sûr dans ce modèle : dans l'introduction au dossier, Tom Charbit et Françoise de Barros rappellent que « la question de la persistance de pratiques et de représentations sociales issues de l'expérience coloniale française dans la France contemporaine a envahi (...) l'actualité politique et provoqué des polémiques vivaces » mais « il n'en reste pas moins que cette question revêt un intérêt scientifique certain » (p. 3). Et ainsi, il s'agit ici, à travers d'études de cas, d'identifier comment s'est déroulé le rapatriement des personnels employés dans les institutions coloniales (armée, fonctionnaires, professeurs de faculté), comment ces acteurs de la domination coloniale (ou, par métonymie, « la colonie ») ont-ils été rapatriés au sein d'institutions métropolitaines à la suite de la décolonisation ?

3Il ne s'agit donc pas de se focaliser ici ni sur le rapatriement de groupes de populations comme les harkis ou les pieds-noirs ni sur l'immigration des anciens « Français musulmans d'Algérie » devenus progressivement à partir de 1962 de « simples » immigrés algériens. Bien sûr ces populations sont présentes de manière indirecte puisqu'il apparaît rapidement que la « colonie rapatriée » trouvera une reconversion plus ou moins évidente dans l'encadrement de ces populations - pieds-noirs exceptés...(directeurs de foyers Sonacotra ou de camps de harkis, juristes spécialistes de droit musulman, conseillers techniques aux affaires musulmanes ou directeurs de la Direction de la Population et des Migrations). Notons au passage qu'il s'agit d'analyses centrées exclusivement sur le cas algérien, notamment en raison de la particularité institutionnelle de cet ancien département français.

4Il faut tout de suite souligner que si ces articles réaffirment la pertinence du prisme « colonial » pour étudier les institutions en charge des populations immigrées algériennes puis immigrées tout court en France, ils refusent de céder à des idées séduisantes mais non étayées par un solide travail empirique. Dès l'introduction, le ton est donné : il s'agit de « dépasser la fascination pour l'exotisme colonial - renforcé lorsqu'on croit le débusquer en métropole (...) par l'analyse sociologique rigoureuse que mérite tout fait social » (p. 6). Cette ambition est formulée très explicitement dans le texte de Sylvain Laurens :

5« A lire les conclusions de certains travaux, le grand public pourrait légitimement penser que les sciences sociales sont en mesure d'attester l'existence en France d'une « puissante fracture raciale issue de l'histoire coloniale », redoublée d'un « racisme anti-arabe » dû au « transfert de mémoire » produit par la décolonisation algérienne. Pourtant, au risque de contrevenir à certaines entreprises mémorielles, rappelons ici que les exhortations à une « décolonisation » des institutions peuvent sembler à certains égards prématurés tant que les historiens et sociologues de l'Etat, n'auront pas fini de réunir les preuves empiriques d'éventuels transferts de savoir-faire et de savoirs pratiques issus du « moment colonial » vers d'autres modes de domination bureaucratique ».

6L'ambition est claire : dépasser les affirmations péremptoires aux enjeux mémoriels pour chercher les « preuves empiriques » d'une continuité entre institutions coloniales en Algérie et institutions post-coloniales en France. La méthode : un travail archivistique rigoureux et une attention portée au rôle des « agents de l'Etat dans la diffusion de principes de vision et de division du social » (p. 76). Tous appuyés sur un travail d'archives, ces articles ont pour point commun de s'arrêter longuement sur des trajectoires individuelles qui apparaissent comme exemplaires des mécanismes de reconversion de ressources « coloniales » spécifiques (savoir-faire ou relations).

7Que s'agit-il de tester dans ces études empiriques? Il s'agit de voir comment et dans quelle mesure des savoirs, des savoir-faire, des représentations et des réseaux de connaissance forgées dans la situation coloniale ont pu être importés en France, reconvertis par les agents porteurs de ces savoirs, représentations et relations en opportunités professionnelles sur le territoire et dans les institutions métropolitaines.

8Concernant les savoirsforgés dans et pour la domination coloniale, le dossier aborde, à travers le texte de Laure Blévis, la question de la reconversion des juristes et professeurs de droit de la faculté de droit d'Alger après la décolonisation. L'article montre comment la légitimité et la reconnaissance de cette faculté dans le champ universitaire français s'est faite par une spécialisation de cette faculté dans le droit colonial. On suppose alors que la reconversion de professeurs de droit spécialisés dans cette discipline a été plutôt difficile après la décolonisation et la disparition du droit colonial. Laure Blévis, dans un article qui se focalise surtout sur l'avant 1962 (et la mise en place de cette faculté d'Alger), montre que cette reconversion avait été anticipée dès 1945 avec les réformes menées dans les colonies françaises (évolution du droit colonial avec notamment la suppression de la législation spéciale sur l'indigénat), ce qui a rendu moins brutale la reconversion après 1962. Elle montre notamment comment certains professeurs ont pu se reconvertir en spécialistes du droit musulman en France.

9Des savoir-faireconsidérés comme spécifiques ont aussi été utilisés comme moyen de reconversion : c'est notamment le cas pour des anciens militaires en poste en Algérie reconvertis en directeurs de foyer SONACOTRA, comme le souligne Choukri Hmed. Leur expérience dans le contrôle des populations algériennes était considérée comme un atout pour assurer la discipline dans les foyers et la surveillance des résidants. La maîtrise de la langue arabe était également considérée comme une compétence fondamentale pour l'occupation de ce poste. On retrouve le même type de profils pour les personnels d'un camp de Harkis étudié par Tom Charbit.

10Mais la valorisation de ces savoir-faire dans le recrutement des agents d'encadrement des populations algériennes en France était inextricablement lié à la valorisation d'une autre compétence : la connaissance de la « mentalité musulmane ». Tom Charbit, en étudiant le recrutement du camp de Harkis de Saint-Maurice-l'Ardoise, souligne clairement dans quelle mesure « une bonne connaissance de la mentalité musulmane, qu'une carrière militaire ou civile en Algérie semble garantir, est donc une compétence indispensable pour qui souhaite « reprendre en main » ces familles » (p. 46). Ainsi, du poste de payeur (répartit les allocations et indemnités), à celui de conseiller pédagogique ou de formateur agricole, tous sont confiés à des agents ayant exercé en Algérie. Avec le temps (le camp fonctionnera jusqu'en 1975!) et quand le recours à des compétences spécifiques (éducateurs, assistantes sociales) devient pressant, le recrutement sera ouvert à des personnels non passés par l'Algérie.

11Cette valorisation de la connaissance de la « mentalité musulmane » ou plus largement de compétences acquises en Algérie apparaît dans différentes administrations, comme le souligne Charbit : « de nombreux fonctionnaires de l'administration civile ou militaire française en Algérie ont en effet poursuivi leur activité professionnelle en métropole dans les structures chargées de l'administration des « Français musulmans d'Algérie », qu'il s'agisse des foyers de la Sonacotra dont plus de 95% des directeurs en poste en 1972 partagent une carrière militaire dans les colonies, des anciens administrateurs des services civils d'Algérie, largement reconvertis à des postes de conseillers techniques aux affaires musulmanes ou encore des fonctionnaires des services en charge de l'encadrement des Algériens à la préfecture de police de Paris » (p. 46).

12Dans cette optique d'étude des reconversions de savoir-faire spécifique, l'article de Françoise de Barros traite de la reconversion d'un groupe professionnel spécifique : les anciens administrateurs des services civils en Algérie (qui assuraient l'administration des communes où réside une majorité d' « indigènes ») en conseillers techniques aux affaires musulmanes rattachés aux préfectures.

13Enfin, dernier type de ressource spécifique accumulée en Algérie et reconvertible sur le territoire métropolitain : les réseaux d'amitié et de connaissance construits dans le « moment colonial ».

14Cette ressource joue un rôle particulièrement important pour les hauts fonctionnaires étudiés par Sylvain Laurens. Cette « noblesse d'Etat » n'a pas une expérience coloniale de long terme : elle est constituée de fonctionnaires issus des grandes écoles (notamment l'ENA) tous issus de la métropole et ayant connu une expérience assez brève en Algérie. Prenons l'exemple de la promotion Vauban de l'ENA, envoyée dans sa totalité en Algérie entre 1958 et 1962 au nom du « renfort administratif ». Cet événement produit deux résultats. Tout d'abord, le passage de toute une promotion de futurs grands administrateurs de l'Etat par l'Algérie vers 1960 se traduit mécaniquement par l'apparition au sommet de l'Etat dans les années 1970 d'une génération de hauts fonctionnaires passés par l'Algérie. Ensuite, les relations liées au cours de cette expérience algérienne ont pu jouer un rôle dans l'accession à des postes de responsabilité (exemple d'un jeune attaché d'administration recommandé à des responsabilités supérieures au nom de « son attitude de fermeté et d'intransigeance au moment du putsch »). Ces liens algériens se superposent alors à d'autres formes de sociabilité décisives comme les solidarité de « promo », les solidarités de corps ou les affinités politiques.

15Le cas de ces hauts fonctionnaires souligne surtout l'importance d'un capital relationnel constitué pendant l'expérience algérienne pour accéder à certains postes davantage que la reconversion d'un savoir-faire « colonial ». Et dans le cas étudié où un savoir-faire spécifique est revendiqué (cas d'un haut fonctionnaire revendiquant un savoir-faire dans la gestion des étrangers), ce savoir-faire ne sera reconnu qu'après un travail de persuasion de l'utilité et de la validité de compétences spécifiques.

16Le résultat de ce dossier est un constat empiriquement fondé et nuancé sur l'importation de pratiques et représentations coloniales dans la France post-coloniale. Les auteurs insistent sur l'hétérogénéité des trajectoires (entre hauts fonctionnaires mais aussi entre hauts et petits fonctionnaires) et sur la nécessaire ré-inscription des trajectoires et des pratiques dans un contexte historique et institutionnel large. Un seul exemple : dans son étude de la gestion des foyers Sonacotra, Choukri Hmed souligne que l'objectif de surveillance, d'encadrement et d'éducation des populations des foyers n'est pas un mode de gestion simplement importé des camps d'encadrement algériens. Il existait déjà en métropole dans le projet plus vaste d'éducation des classes populaires et n'est donc pas spécifique à la gestion des populations algériennes.

17Dans ces articles, il ne s'agit donc pas d'instruire un procès à charge contre une abstraite « fracture coloniale » dans la société française actuelle mais de documenter de manière nuancée l'idée d'une continuité entre pratiques coloniales et pratiques post-coloniales. L'ambition du dossier était de réexaminer les rapports coloniaux entre les territoires colonisés et la métropole sous un nouvel angle d'approche : non pas l'angle généralement privilégié de la période coloniale dans les territoires colonisés mais un angle nouveau, celui de la période post-coloniale ou de la transition dans la métropole. Ce nouvel angle de vue offre alors la possibilité de penser comment la colonisation a pu affecter non seulement les pays colonisés mais aussi les pays colonisateurs.

18Outre l'apport dans les champs de l'étude de la colonisation/décolonisation et de la gestion étatique de l'immigration, ce dossier soulève trois formes de questionnements reconvertibles dans d'autres problématiques. De type historique d'abord : comment les grands changements historiques affectent-ils les trajectoires individuelles, et notamment les trajectoires professionnelles des fonctionnaires d'un système disparu (quelle reconversion des fonctionnaires du IIIe Reich? du Chili de Pinochet?...). De type politiste ensuite dans la mesure où ces articles invitent à regarder l'Etat à travers les pratiques et les trajectoires de ses agents en dépassant une vision monolithique et extérieure de l'Etat. De type sociologique enfin, les articles offrant des éléments intéressants sur la question des reconversions professionnelles, sur l'importance de la socialisation professionnelle (intériorisation de pratiques et de représentations en Algérie) et sur le rôle du capital relationnel ou capital social dans l'accès aux postes.

19----

20Table des matières

21"Tenir ses hommes". La gestion des étrangers "isolés" dans les foyers Sonacotra après la guerre d'Algérie (Choukri Hmed)

22Un petit monde colonial en métropole. Le camp de harkis de Saint-Maurice-l'Ardoise (1962-1976) (Tom Charbit)

23Une université française en terre coloniale. Naissance et reconversion de la Faculté de droit d'Alger (1879-1962) (Laure Blévis)

24La noblesse d'Etat à l'épreuve de "l'Algérie" et de l'après 1962. Contribution à l'histoire d'une "cohorte algérienne" sans communauté de destins (Sylvain Laurens)

25Contours d'un réseau administratif « algérien » et construction d'une compétence en « affaires musulmanes ». Les conseillers techniques pour les affaires musulmanes en métropole (1952-1965) (Françoise de Barros)

26Varia

27Parachutés et "hommes du cru". Le réseau des parlementaires socialistes dans la Saône-et-Loire de l'entre-deux-guerres (Bruno Dumons)

28Une matrice algérienne ? Trajectoires et recompositions militantes en terrain ouvrier, de la cause de l'indépendance aux grèves d'OS des années 1968-1975 (Laure Pitti)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Bidet, « « La colonie rapatriée », Politix, n° 76, 2006 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 27 février 2007, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/380

Haut de page

Rédacteur

Jennifer Bidet

Maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Descartes, Cerlis.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page