Navigation – Plan du site

Marc André et Susan Slyomovics (dir.), « L’inévitable prison », L’Année du Maghreb, n° 20, 2019

Jean-David Richaud
L'inévitable prison
Marc André, Susan Slyomovics (dir.), « L'inévitable prison », L'Année du Maghreb, n° 20, 2019, 302 p., Paris, CNRS, Iremam, ISBN : 9782271126436.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que l’actualité est marquée par un très long mouvement de contestation en Algérie, Marc André et Susan Slyomovics proposent un dossier sur un des principaux outils de répression politique dans cette partie du Maghreb : le système carcéral pendant la période coloniale et la décennie noire (1991-2000). Le dossier est composé de neuf articles, dont huit portent sur l’Algérie, et un offre une comparaison avec la Tunisie.

2L’introduction permet aux directeurs du dossier de situer la question de la prison en Algérie et ses particularités. La question carcérale algérienne a été centrale dans le parcours de penseurs qui se sont intéressés aux lieux d’enfermement, comme Michel Foucault. Elle est en outre primordiale pour l’étude de l’Algérie coloniale et contemporaine parce que le territoire a été recouvert de lieux de privation de liberté par les Français, non seulement à destination des indigènes, mais aussi des métropolitains. Les prisons sont également des lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) et la réflexion autour de la patrimonialisation des anciennes prisons françaises a fait l’objet d’un long débat tant elle cristallise toutes les controverses sur l’écriture de l’histoire de l’Algérie contemporaine.

3La colonisation de l’Algérie a largement été improvisée jusqu’au Second Empire. C’est à partir de là que la France s’est interrogée sur la façon de traiter la nouvelle colonie et notamment s’il fallait en faire une colonie pénitentiaire. Cette dernière solution a finalement été abandonnée au profit d’une colonisation de peuplement. Ce ne fut pas le cas de la Guyane, autre territoire colonial, qui fut choisie pour être colonisée par une population de forçats. L’ouverture du bagne de Cayenne répondait à un triple objectif : la fermeture des bagnes métropolitains, la relégation des mauvais sujets aux périphéries de l’Empire et la colonisation d’un territoire hostile par les condamnés européens. C’est dans ce cadre-là que des Algériens furent condamnés et déportés en Amérique du Sud. Le lien entre l’Algérie et la Guyane fut d’autant plus fort qu’entre 1867 et 1887, il a été décidé de ne plus envoyer de bagnards européens en raison de la surmortalité de ces prisonniers à Cayenne. Linda Amiri s’intéresse ainsi à un convoi de forçats arabes de 1868 et cherche à établir le profil de ces premiers condamnés colonisés. Le cas des forçats algériens est également intéressant en ce qu’il a pu créer un renversement de statuts. Les anciens forçats de Guyane devaient en effet rester un temps à proximité du bagne pour coloniser le territoire. Dans le cas des forçats algériens, on se retrouvait ainsi dans une situation où des populations colonisées étaient appelées à elles-mêmes coloniser un autre territoire. Cette situation paradoxale et ce renversement de situation n’a pas manqué d’interroger les autorités françaises. C’est une autre inversion des valeurs des colonisateurs qui intéresse Marine Coquet, puisqu’elle étudie la figure stéréotypée du « porte-clés arabe ». Les porte-clés étaient des détenus qui assistaient les gardiens et servaient d’intermédiaire entre les prisonniers et l’administration. La chercheuse montre que si le nombre de porte-clés originaires d’Algérie a bien augmenté pendant la période où les Européens n’étaient plus affectés en Guyane, la proportion de porte-clés maghrébins fut par la suite proportionnelle au nombre de prisonniers en provenance d’Afrique du Nord. Si la figure du porte-clés arabe s’est imposée dans les écrits du XIXe siècle, c’est bien parce qu’elle choquait les visiteurs du fait du renversement de valeur : c’est une population colonisée qui dirigeait et contrôlait une population européenne.

4La question algérienne a aussi été l’objet de nombreux projets de la part de la France et l’a obligée à s’adapter à diverses situations, notamment pendant la guerre d’Algérie. Nadia Biskri évoque ainsi l’établissement des fers de Douera et Bône entre 1855 et 1858. Cet établissement avait la particularité d’accueillir des militaires et des marins condamnés aux fers ; or, cette peine étant infâmante, elle entraînait une exclusion de l’armée. Le statut des prisonniers était donc intermédiaire en tant qu’ils étaient d’anciens militaires ou marins rendus à la vie civile du fait de la condamnation. Cela a entrainé de multiples hésitations quant au statut des prisonniers et à l’encadrement pénitentiaire. L’expérience de l’établissement aux fers prend fin lorsque le nouveau code de justice militaire pour l’armée de Terre de 1857 abolit cette sanction. À l’autre bout de la chronologie, Fanny Layani s’intéresse à Fresnes pendant la guerre d’indépendance. De par leur statut de plus grande prison de France jusque dans les années 1970 et leur situation près de Paris, les établissements pénitentiaires de Fresnes ont accueilli plus d’un millier de prisonniers algériens et ont dû s’adapter à cet afflux de prisonniers. Cette adaptation était nécessaire en raison du nombre important de prisonniers politiques qui devaient donc être traités différemment des prisonniers de droit commun. Par ailleurs, la prison de Fresnes a dû s’adapter aux luttes entre le Front de libération nationale (FLN) et le Mouvement national algérien (MNA), qui se disputaient la suprématie au sein du camp indépendantiste. Fanny Layani montre aussi comment la prison s’est organisée pour limiter l’activité politique des dirigeants du FLN et comment elle a fait face aux multiples revendications des indépendantistes enfermés.

5Paul Marquis s’intéresse au cas particulier des hospitalisations psychiatriques de détenus pendant la guerre d’indépendance. Ces hospitalisations étaient faites à la demande des militaires qui estimaient que l’état psychiatrique de certains détenus devenait incompatible avec l’incarcération ; les militaires craignaient alors que les personnes fussent dangereuses pour les autres prisonniers et les gardiens. L’historien s’intéresse en parallèle au cheminement de la réflexion des psychiatres quant aux conséquences psychologiques de la guerre sur les Algériens, certains niant le fait que la guerre puisse être source de névroses quand d’autres mettaient en avant le lien direct entre les « évènements » et l’apparition de certaines pathologies. Il montre enfin la perception que les patients avaient de l’institution psychiatrique, plutôt négative comme en attestent les fréquentes demandes des familles ou des patients d’être renvoyés dans leur prison d’origine ou d’être libérés.

6Plusieurs contributions utilisent de nouvelles sources, et surtout des sources orales, pour combler un manque d’information dans les archives coloniales. C’est notamment le cas du travail Khedidja Adel qui s’intéresse aux femmes de combattants du FLN. Celles-ci ont été arrêtées par les soldats français dès le début de la guerre et enfermées dans des camps temporaires en dehors de toute légalité. Ces arrestations arbitraires visaient à empêcher un ravitaillement des combattants dans les montagnes et à les humilier. Ce dernier objectif passait par la capture et la maltraitance des femmes, ce qui devait faire honte à des hommes jugés incapables de les défendre. La contribution, basée uniquement sur les témoignages de ces anciennes internées (en l’absence d’archives militaires), s’arrête aussi sur toutes les séquelles causées par ces phases d’emprisonnement. C’est un aussi un problème d’accès aux sources officielles qui fait que Saphia Arezki s’intéresse au cas des camps d’internement du sud de l’Algérie pendant la décennie noire (1991-1995). Elle montre les continuités avec l’internement pendant la colonisation et la grande improvisation de la part des autorités quant à la constitution de ces camps. La richesse de la contribution tient également aux témoignages d’officiers en fonction à cette époque. L’absence de sources peut par ailleurs s’expliquer par des cas d’emprisonnement extra-légaux. Ainsi Hocine Kahouadji, dont la situation est étudiée par Susan Slyomovics, a été mis dans un camp d’internement après avoir obtenu un non-lieu dans son procès à Paris pendant la guerre d’Algérie. Marc André s’intéresse enfin à la production picturale de Didier Poiraud pendant son enfermement. Cette contribution permet une relecture du parcours de cet objecteur de conscience, qui fut emprisonné de nombreuses années pour avoir refusé de servir sous les drapeaux ; elle offre enfin une autre perspective sur la prison.

7Dans un article qui ouvre sur une comparaison avec la Tunisie, Antoine Hatzenberger montre comment les nombreuses périodes d’emprisonnement d’Habib Bourguiba ont été utilisées pour construire son statut de leader de la cause indépendantiste. Il met en lumière les différentes stratégies déployées par Bourguiba pour se mettre en valeur et discréditer ses aînés dans la lutte indépendantiste. La prison française était alors une institution qui légitimait la réalité du combat nationaliste.

8Ce numéro de la revue L’Année du Maghreb est particulièrement intéressant. Les réflexions sont diversifiées et riches ; elles permettent pleinement de saisir les particularités de la question carcérale en Algérie et les liens que l’histoire des prisons entretient avec l’histoire de ce territoire. Ce dossier parvient en outre à dialoguer avec des travaux plus anciens sur la question carcérale en Afrique du Nord et en renouvelle les objets, les sources et les problématiques. Plusieurs articles s’annoncent d’ailleurs comme la première étape d’une recherche plus large, tout en montrant une réflexion déjà avancée. Les chercheurs ont enfin su utiliser de manière pertinente les outils produits par la sociologie et l’anthropologie afin d’enrichir l’exploitation de leurs sources, sans pour autant perdre de vue les réalités historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Richaud, « Marc André et Susan Slyomovics (dir.), « L’inévitable prison », L’Année du Maghreb, n° 20, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 novembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38147

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page