Navigation – Plan du site

Razmig Keucheyan, Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme

Alexandre Klein
Les besoins artificiels
Razmig Keucheyan, Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme, Paris, Zones, 2019, 202 p., ISBN : 9782355221262.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Keucheyan Razmig, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, Zones (...)
  • 2 Keucheyan Razmig, La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, Zones, 201 (...)

1Comment sortir du consumérisme ? À l’heure de l’urgence écologique, l’interrogation semble plus cruciale que jamais tant la production constante et effrénée de marchandises influe directement sur la santé, et donc le sort, de notre planète. C’est pourtant une question délicate et complexe, car le consumérisme et son pendant le productivisme sont au cœur du modèle capitaliste autour duquel se sont construites, depuis près de deux siècles au moins, nos sociétés. Dès lors, se confronter, en deux cents petites pages, à ce problème de fond relève d’un projet pour le moins ambitieux. C’est pourtant ce défi que veut relever le sociologue Razmig Keucheyan dans cet ouvrage où, faisant fi du point d’interrogation, il entend proposer des pistes concrètes pour sortir du consumérisme. Connu pour ses travaux sur Gramsci autant que pour sa cartographie des nouvelles pensées critiques1, celui qui est aujourd’hui professeur de sociologie à l’Université de Bordeaux avait, dans son dernier ouvrage2, confronté l’écologie politique à la pensée marxiste, dont il est l’un des spécialistes autant que l’un des représentants en France. C’est encore à ce titre qu’il se penche aujourd’hui sur le problème de la consommation, ou plus exactement sur celui de nos besoins et sur la question de leur assouvissement dans l’ordre capitaliste qui est le nôtre.

2Pour introduire son questionnement, Keucheyan se penche tout d’abord sur l’obscurité nocturne. Dans son prologue, il rappelle en effet que nous avons perdu la nuit, et avec elle l’expérience subjective et cosmique de contemplation des étoiles, et ce, du fait du développement massif de l’éclairage urbain continu. « L’obscurité est désormais un bien rare » (p. 18-19) constate-t-il, et donc un objet de revendication politique et sociale. Il faudrait maintenant payer, d’une manière ou d’une autre, pour assouvir un besoin autrefois gratuit : celui de pouvoir contempler le ciel étoilé. Ainsi, si l’éclairage artificiel est devenu un besoin légitime dans nos modes de vie actuels, il est à l’origine d’une pollution importante qui atteint directement l’équilibre biologique de nos organismes et tend à faire disparaitre ce qui était autrefois un besoin anthropologique premier et peut-être fondamental : la contemplation de la voute céleste. Cet exemple inattendu pose ainsi avec acuité le problème autour duquel va s’articuler la réflexion de Keucheyan: comment distinguer les besoins nécessaires de ceux qui sont superflus, et ce en vue de sortir de la prolifération des besoins artificiels créés par le capitalisme consumériste ?

  • 3 Winnicott Donald, Déprivation et délinquance, Paris, Payot, 1994.

3Pour répondre à cette question, le sociologue s’attache dans un premier temps à établir une théorie critique des besoins humains. Partant de la théorie marxiste des besoins développée par André Gorz et Agnès Heller, dont il précise les tenants et aboutissants dans le premier chapitre, il en propose, dans un deuxième chapitre, une adaptation à notre époque de capitalisme mondialisé et de crise environnementale grandissante. Pour ce faire, il s’appuie sur le concept de déprivation, théorisé par le psychanalyste Donald Winnicott3. Selon l’auteur, la déprivation caractérise au mieux la situation de nos besoins dans ce capitalisme contemporain qui porte tant sur la vie elle-même (biocapitalisme), biologique, sociale et subjective, que sur l’ensemble des sphères de l’existence et donc sur le monde même (cosmocapitalisme). En effet, contrairement à la privation, c’est-à-dire la simple non-satisfaction d’un besoin, la déprivation signale la perte de la satisfaction d’un besoin autrefois comblé. C’est l’exemple proposé en introduction de la nuit étoilée que je ne peux plus contempler ou des printemps silencieux dénoncés depuis les années 1960 et aujourd’hui devenus réalité. En plus de ne plus pouvoir assouvir mon besoin, je ressens le manque d’un besoin auquel je pouvais auparavant aisément répondre. La déprivation caractérise donc, selon Keucheyan, l’aliénation propre au capitalisme contemporain. Heureusement, le système est bien fait et le consumérisme s’offre alors comme un baume pour nos subjectivités aliénées puisqu’il assure la création de besoins certes artificiels, mais qui peuvent être aisément et rapidement satisfaits par l’achat de marchandises. Les phénomènes de dépendance à la consommation, dont traite le troisième chapitre de l’ouvrage, témoignent de cette réalité. Mais que faire alors pour sortir de ce cercle vicieux du consumérisme et de l’aliénation capitaliste ?

4L’une des solutions proposées par Keucheyan – c’est l’objet d’un long quatrième chapitre – est l’extension de la garantie légale dans le temps, mais également à des objets aujourd’hui non couverts comme les biens semi-durables (vêtements, chaussures, certains meubles, etc.). En effet, cette double extension permettrait, notamment parce qu’elle invite les consommateurs à faire réparer leurs objets plutôt que d’en changer, de lutter contre l’obsolescence programmée sur laquelle s’appuient le productivisme et le consumérisme capitalistes. À terme, elle favoriserait également la fabrication de marchandises plus durables, ainsi que la renaissance des centres de réparation (ou de ce qu’on appelle aujourd’hui les « ressourceries »), tendant ainsi à relocaliser l’emploi et peut-être même la production. « Il faut, résume Keucheyan, étendre l’anticapitalisme aux objets » (p. 137), et donc produire des biens dits « émancipés », c’est-à-dire, précise le sociologue au chapitre 5, des biens caractérisés par leur robustesse, leur démontabilité, leur interopérabilité et leur évolution. C’est seulement ainsi que pourra s’opérer le renversement, au profit de la première, du rapport de force entre la valeur d’usage et la valeur d’échange. Bref, il faut instaurer ce que l’auteur nomme un « communisme du luxe ». Derrière cette idée apparemment contradictoire, une volonté, déjà présente lors de la Commune de Paris précise Keucheyan, de rendre le luxe accessible à tous, non pas en démocratisant les produits les plus coûteux, mais en banalisant l’accès à des biens à la fois singuliers et beaux, et surtout irréductibles à une fonction d’utilité.

5La stratégie de mise place de cette infrastructure de l’égalité soutenant l’avènement d’une civilisation matérielle émancipée du productivisme et du consumérisme capitalistes fait l’objet des deux derniers chapitres de l’ouvrage. D’abord, Keucheyan explique qu’il convient de mettre en place une politique des besoins (chapitre 6), autrement dit de fonder une action et une pratique politiques sur la théorie critique des besoins exposés dans les premiers chapitres de l’ouvrage. Pour ce faire, le sociologue suggère d’envisager la création de nouvelles alliances entre le mouvement écologiste et le mouvement ouvrier, en écologisant les syndicats traditionnels, mais aussi en sensibilisant les mouvements écologistes aux enjeux de classes inhérents à leur lutte. Il affirme aussi la nécessité de faire (à nouveau) converger les producteurs et les consommateurs dans un mouvement commun. Pour cela, la mobilisation des travailleurs de la logistique est selon lui essentielle, car ce sont eux qui constituent aujourd’hui à la fois la principale interface entre producteurs et consommateurs et une nouvelle classe ouvrière exploitée et encore peu syndicalisée. Ensuite, il importe pour Keucheyan de construire une démocratie écologique (chapitre 7), en insufflant notamment de la politique dans les scénarios de transition, pour beaucoup uniquement technophiles, qui se présentent aujourd’hui à nous. L’une des voies de cette démocratisation de la transition écologique consiste à engager des débats et des délibérations collectives sur les besoins et plus particulièrement sur la distinction entre les besoins authentiques et les besoins superflus. Il faut donc inventer, selon Keucheyan, de nouvelles formes d’existence et d’expression politiques, qui, contrairement aux cahiers de doléances environnementales imaginés par Bruno Latour ou à l’Assemblée du futur suggérée par le philosophe Dominique Bourg, s’emparent du problème central du consumérisme et du productivisme. Pour le sociologue, le municipalisme libertaire du penseur anarchiste Murray Bookchin ou les conseils ouvriers de la révolution russe apparaissent comme des exemples inspirants pour penser, par exemple, la mise en place d’associations de producteurs-consommateurs et ainsi assurer l’avènement, à terme, d’une société postcapitaliste.

6Au terme de la lecture de cet ouvrage, on peut finalement se demander si son achat relève lui aussi d’un besoin nécessaire ou superflu. Si les propositions de Keucheyan sont stimulantes, notamment parce qu’elles sont pour beaucoup très concrètes et accessibles, et son approche pertinente pour traiter l’objet qui est le sien, force est néanmoins de constater que le sociologue peine finalement à convaincre son lecteur. Il faut dire que l’unité argumentative de l’ouvrage laisse souvent à désirer. Les chapitres semblent avoir été écrits indépendamment les uns des autres, sans souci pour la cohérence de l’argumentation globale, et donc pour l’unité du développement de l’analyse. Cette dernière se trouve ainsi décousue, ou plus exactement, difficilement recousue par l’introduction ici et là de rappels aux éléments développés précédemment. Pourtant, la cohérence intellectuelle du propos, comme les liens ténus entre ses différents éléments, ne fait aucun doute. Mais l’argumentation reste fragmentée et au final assez floue dans son déploiement, que ce soit à l’échelle de l’ensemble de l’ouvrage ou, parfois même, à celle de certains chapitres. On a ainsi régulièrement la désagréable impression de lire un recueil de textes butinant à gauche, à droite, et réunis avec peu d’efforts de mise en lien. Le seul souci constant de l’auteur semble être celui de rappeler la pertinence de la pensée de Marx dans l’analyse de la crise environnementale actuelle, quitte à risquer pour cela l’écart superflu ou même la digression. Mais peut-être que le but de l’ouvrage était finalement là : rappeler la pertinence du propos marxiste en temps de crise écologique, et pour ce faire, défendre la réunion de différents courants complémentaires, mais restés jusqu’alors divisés. C’est en tout cas ce que semble laisser entendre le tout dernier chapitre qui, en lieu et place d’une conclusion qui aurait pu ramasser les éléments principaux et peut-être tisser a posteriori le fil rouge argumentatif qui fait si cruellement défaut à l’ouvrage, s’attache à rappeler la nécessité de combiner les théories marxistes des besoins (Gorz et Heller) et celles des transformations de l’État (Gramsci et Poulantzas). Mais ce serait faire un mauvais procès à l’auteur que de réduire son ouvrage et son ambition à ce seul objectif. Car, au-delà des manques dans la construction de l’argumentation et de la cohérence globale de l’ouvrage, on apprécie la pertinence des analyses sur le consumérisme contemporain, ainsi que l’originalité des propositions faites, qu’elles soient théoriques, comme le recours au concept winnicottien pour penser l’aliénation capitaliste d’aujourd’hui, ou pratiques, comme la très concrète et accessible extension de garantie. On tend alors à croire que l’auteur, déchiré entre des enjeux internes à son domaine d’exercice et des ambitions propres à son sujet de recherche, n’est pas parvenu à choisir, laissant dès lors l’un et l’autre dans une coexistence parfois bancale et toujours inachevée. Bref, si l’achat de cet ouvrage ne répond assurément pas à un besoin nécessaire, sa lecture n’en est pas pour autant superflue, loin de là. Il est, autrement dit, et en accord avec son propos même, un livre qu’il vaut mieux emprunter dans votre bibliothèque la plus proche.

Haut de page

Notes

1 Keucheyan Razmig, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, Zones, 2013 ; compte rendu d’Olivier Gras pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/13349.

2 Keucheyan Razmig, La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, Zones, 2014 ; compte rendu de Kimberley Mees pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/15003.

3 Winnicott Donald, Déprivation et délinquance, Paris, Payot, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Razmig Keucheyan, Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 novembre 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38148

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page