Navigation – Plan du site

Philippe Boursier, Willy Pelletier, Fondation Copernic (dir.), Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants

Aurélien Raynaud
Manuel indocile de sciences sociales
Philippe Boursier, Willy Pelletier, Fondation Copernic (dir.), Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants, Paris, La Découverte, 2019, 1096 p., ISBN : 9782348045691.
Haut de page

Texte intégral

1Voilà un ouvrage qui ne laisse pas indifférent. Ce manuel touffu et complet de plus de 1 000 pages réunit une centaine de contributeurs (sociologues, économistes, politistes, anthropologues, historiens mais aussi professeurs de sciences économiques et sociales et syndicalistes) autour d’un projet explicité dès le chapitre introductif : affirmer le caractère indocile des sciences sociales contre les discours dominants. À l’origine de l’ouvrage, la modification des programmes de sciences économiques et sociales à l’occasion de la réforme du lycée par le ministre Jean-Michel Blanquer. La place centrale prise dans les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales (SES) par l’enseignement de la microéconomie d’inspiration néoclassique, formalisée et normative, la relégation d’approches économiques plus hétérodoxes, l’absence de mise en perspective historique ou ethnologique de la réalité économique et sociale constituent, pour Philippe Boursier et Willy Pelletier, les coordonnateurs du livre, une offensive de classe visant à conformer l’esprit des lycéens aux discours et aux intérêts des classes dominantes. En réponse, ce manuel se présente comme une entreprise de contre-offensive. Il s’agit d’affirmer la dimension subversive des sciences sociales et de ravitailler les luttes sociales en « savoirs résistants ». On le voit, l’ouvrage est conçu comme un livre de combat.

2On aurait tort, cependant, de n’y voir qu’un instrument militant, ce à quoi il est loin de se réduire. Il faut d’abord rappeler – ce que les auteurs ne manquent d’ailleurs pas de faire – que les sciences sociales sont critiques dans leur fondement même. La rupture avec le sens commun, avec les habitudes de pensée, les évidences et les prénotions constitue la première étape de la démarche scientifique, et peut-être la plus indispensable. La critique, c’est-à-dire la mise en question de ce qui semble aller de soi, du « bon sens », n’est pas un gros mot. Elle est – ou, en tout cas, devrait être – l’un des gestes fondamentaux du métier de sociologue, d’économiste ou d’historien, qu’il est absurde de dénoncer sous couvert d’un principe de neutralité qui n’est parfois défendu que pour masquer une acceptation du monde tel qu’il est. Ainsi, si ce manuel se veut indocile, il ne trahit pas l’esprit des sciences sociales. Il a d’ailleurs le mérite d’expliciter son rapport au monde, que l’on est parfaitement en droit de ne pas partager, mais que l’on a ici l’avantage de connaître.

3Surtout, ce manuel agrège une somme impressionnante de savoirs scientifiques sur des thématiques qui couvrent toute l’étendue ou presque du champ des sciences sociales. Divisé en trois grandes parties, l’ouvrage propose une centaine de chapitres clairs et pédagogiques rédigés par des spécialistes. La première partie, intitulée « Capitalismes », s’intéresse d’abord aux impacts écologiques de l’activité économique. Y est notamment posée la question de la possibilité même d’un capitalisme écologique. Les marchés sont ensuite abordés et leur capacité à allouer les ressources de manière optimale questionnée ; ceci donne lieu à des contributions fort instructives sur les causes du chômage, le coût du travail ou encore – question bien peu présente dans le débat public – le coût du capital. Le problème de l’inégale répartition des richesses est ensuite traité avant que cette première partie ne se termine par l’étude de l’intervention de l’État dans l’économie. La seconde partie, « Démocratie ? », s’intéresse au pouvoir politique dans ses différentes dimensions. Qu’est-ce que l’État, d’où sont issus ses grands commis, qui dirige, la démocratie est-elle (vraiment) démocratique ?... Telles sont quelques-unes des grandes questions auxquelles les auteurs s’efforcent de répondre. Le problème de la représentation politique est bien analysé au travers de chapitres consacrés à la professionnalisation du personnel politique, à la représentativité des partis, au vote ou à la fabrique de l’information. De même en est-il des mouvements sociaux. Sont ainsi fortement relativisées quelques fausses évidences sur la fin du monde ouvrier et la mort du syndicalisme. La dimension internationale du pouvoir politique n’est pas non plus négligée. Enfin, la dernière partie, « Destins fermés ou indociles ? », constitue à elle seule un excellent manuel de sociologie. La question des inégalités sociales dans ses multiples aspects trame les 400 dernières pages du livre. L’idéologie du don et du mérite, la légitimité des hiérarchies sociales y sont déconstruites au gré de textes passionnants sur les inégalités scolaires, culturelles, sexuées, spatiales, pénales, alimentaires, etc. Tout cela en défendant à chaque fois le fondement empirique des sciences sociales. C’est donc à un imposant état des lieux de la connaissance disponible que l’on a ici affaire.

4Au final, cet ouvrage aux atouts multiples a tout pour faire date. Gageons qu’il saura séduire un public varié. Il convaincra bien sûr les étudiants auxquels il offre une entrée accessible à des thématiques très diverses. Les enseignants du secondaire, mais également ceux du premier cycle universitaire, pourront largement y puiser des ressources pour faire travailler et réfléchir leurs élèves. Les militants y trouveront des armes acérées pour servir leurs luttes contre les discours dominants. Enfin, il intéressera plus généralement tout ceux qui sont simplement curieux de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent. Un outil remarquable, en somme, qui fait la démonstration de l’utilité des sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Raynaud, « Philippe Boursier, Willy Pelletier, Fondation Copernic (dir.), Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 novembre 2019, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38155

Haut de page

Sujet

Travail

Emploi - chômage

Économie

Mouvements politiques et sociaux

Relations internationales

Stratification sociale

Inégalités

Genre

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Raynaud

Docteur en sociologie, membre du Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page