Navigation – Plan du site

Dario Mantovani, Droit, culture et société de la Rome antique

Charles Baud
Droit, culture et société de la Rome antique
Dario Mantovani, Droit, culture et société de la Rome antique, Paris, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2019, 72 p., ISBN : 9782213712635.
Haut de page

Texte intégral

1Cet opuscule publié en 2019 s’inscrit dans la longue lignée des leçons inaugurales dont le Collège de France assure l’édition depuis 1949, en partenariat avec Fayard depuis 2003. Toute leçon inaugurale est solennellement prononcée en public et, depuis 2010, fait l’objet d’une publication sous forme électronique. Celle de Dario Mantovani, délivrée le 17 janvier 2019, ne fait pas exception1.

  • 2 Dario Mantovani, Les juristes écrivains. Les œuvres des juristes romains comme littérature, Paris, (...)

2Professeur de droit romain à l’université de Pavie depuis 1997, Dario Mantovani a été élu en 2018 au Collège de France, à la chaire « Droit, culture et société de la Rome antique », dont la création avait été proposée par Jean-Pierre Brun. L’œuvre de Dario Mantovani ne se limite pas à l’étude du droit romain comme ensemble normatif : elle l’appréhende comme science du langage et art littéraire2. Ce discours inaugural révèle la façon dont Dario Mantovani envisage son objet d’étude et, de manière plus générale, sa propre discipline.

  • 3 Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, Paris, Fayard, 2015.

3Par la chaire qu’il occupe désormais, Dario Mantovani peut être considéré comme un lointain successeur d’Édouard Laboulaye. Ce dernier, fondateur de la Revue historique de droit français et étranger, fut professeur de Législation comparée au Collège de France. Mais cette chaire avait été remplacée, en 1919, par celle d’Histoire des sciences – ce qui, souligne Dario Mantovani, était assez emblématique : Alain Supiot, également professeur au Collège de France, a suffisamment démontré la crise contemporaine du règne du droit au profit d’une « gouvernance par les nombres »3. La création en 2018 d’une nouvelle chaire consacrée à l’étude historique du droit peut ainsi être perçue comme une volonté du Collège de France de renouer avec un cycle séculaire, et de témoigner du regain d’intérêt pour la recherche en droit romain en cours dans de nombreux pays.

4Dario Mantovani est historien du droit. Le droit et l’histoire entretiennent pourtant une relation ambivalente : « Le droit est à la fois dans l’histoire et en dehors d’elle » ; en épousant les évolutions de la vie sociale qu’il est voué à régir, le droit entend imposer un ordre durable, si bien que la règle de droit revêt l’aspect d’« un programme que hier donne à demain » : le droit lui-même prétend à être « délié du temps » (p. 9). Délié du temps, le droit romain l’est assurément. Le Corpus juris civilis rassemblé par Justinien au VIe siècle après J.-C. a traversé les âges : au XIVe siècle, Évrart de Trémaugon composait ainsi son œuvre doctrinale relative à la dévolution de la Couronne à partir de fragments du corpus juridique romain : c’est le Songe du Vergier, qui révèle la façon dont le droit privé romain a servi à l’édification de règles fondamentales du droit public français. On pourrait multiplier les exemples de ce genre, le droit romain ayant imprégné la doctrine juridique de l’époque moderne et sous-tendu un effort de systématisation du droit dont nous sommes les héritiers. Le droit romain demeure le support matriciel des droits continentaux, et la culture européenne est « saturée de références au droit romain » (p. 23), y compris dans des disciplines non proprement juridiques. Le droit romain est l’objet d’un usage heuristique, les historiens, les anthropologues et autres savants l’employant, aujourd’hui encore, comme un arsenal de catégories fournissant des concepts analytiques. Ainsi des mots-clés auctoritas, persona ou encore homo sacer, qui témoignent de ce que « Le droit romain n’est pas seulement un thème de recherche, mais aussi un instrument pour faire de la recherche […] un foyer d’intelligibilité pour les sciences humaines » (p. 27).

5Si le droit romain est bel et bien un « intertexte » tel que l’entendait Roland Barthes, c’est-à-dire un « tissu nouveau de citations révolues », Dario Mantovani s’attache à la textualité et à la littérarité même de ce corpus juridique. Se définissant lui-même comme « juriste historien », il reconnaît aux juristes romains la qualité de « juristes écrivains » (p. 28 et 30). Ce n’est pas la première fois que le droit romain fait l’objet d’une approche linguistique : l’humaniste Guillaume Budé s’y était déjà livré en son temps. En se focalisant sur les œuvres des antiques jurisconsultes, Dario Mantovani nous invite à goûter « la beauté de ces pages », qui « charment par leur brièveté exquise, à laquelle rien ne manque » et par lesquelles « s’accomplit le miracle de la transformation du monde à travers des mots justes » (p. 32). L’attention portée à l’écriture juridique revient non seulement à donner la prééminence à l’œuvre par rapport à l’auteur, mais aussi à interroger la pratique du lecteur. En effet, les travaux de Dario Mantovani ont démontré que les écrits juridiques romains furent autant diffusés que les œuvres de littérature artistique latine au cours de l’Antiquité tardive. Le nombre de copies manuscrites de textes de droit romain durant cette période atteste que celui-ci n’était pas devenu inopérant, contrairement à une opinion trop souvent relayée. Dario Mantovani souhaite que son enseignement soit, entre autres, l’occasion d’étudier les rapports qu’entretient le discours juridique romain avec d’autres genres discursifs, à commencer par la rhétorique, la philosophie, et même l’économie en tant que discours.

6Cette leçon inaugurale, dont la publication n’excède pas cinquante pages – le reste étant consacré à des notes de lecture –, obéit aux règles du genre : un format court, caractéristique de tout énoncé introductif. Mais cette leçon foisonne pourtant de réflexions qui, dépassant le seul droit romain, embrassent une science juridique résolument transdisciplinaire. Elle s’adresse aux juristes et hommes de lettres désireux de faire dialoguer leurs sciences respectives – la distinction entre droit et littérature étant relativement inopérante, on l’aura compris, dans l’approche de Dario Mantovani.

Haut de page

Notes

1 La version électronique de l’ouvrage est disponible à l’adresse : https://books.openedition.org/cdf/7221.

2 Dario Mantovani, Les juristes écrivains. Les œuvres des juristes romains comme littérature, Paris, Les Belles Lettres, 2018 ; Dario Mantovani, « La secrète beauté des œuvres des juristes romains », Critique, vol. 864, n° 5, 2019, p. 440-450, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-2019-5-page-440.htm.

3 Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, Paris, Fayard, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Baud, « Dario Mantovani, Droit, culture et société de la Rome antique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38346

Haut de page

Rédacteur

Charles Baud

Archiviste-paléographe. Doctorant contractuel en droit à l’université Paris II Panthéon-Assas

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page