Navigation – Plan du site

Arlette Farge, Vies oubliées. Au cœur du XVIIIe siècle

Bénédicte Cartelier
Vies oubliées
Arlette Farge, Vies oubliées. Au coeur du XVIIIe siècle, Paris, La Découverte, coll. « À la source », 2019, 298 p., ISBN : 9782348045738.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Michon, Vies minuscules, Paris, Gallimard, 1984.
  • 2 Marcel Schwob, Vies imaginaires, Paris, Charpentier & Fasquelle, 1896.
  • 3 Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes », Cahiers du chemin, n° 29, 15 janvier 1977.

1Le livre d’Arlette Farge, Vies oubliées, aurait pu s’appeler Éclats de vies, car l’auteure a utilisé ce qu’elle nomme si joliment des « reliquats ». Il s’agit de tous ces bouts d’archives « impossibles à classer, faute de date, de noms, de provenance, d’intégrité » qu’Arlette Farge a revisités pour faire émerger des limbes de l’histoire « ces fragments de vie, ces instantanés », ces « vies minuscules », pour reprendre le titre du récit de Pierre Michon1. Arlette Farge s’inscrit ainsi dans le sillage de ces auteurs, historiens, sociologues et romanciers tels Marcel Schwob2, et surtout Michel Foucault3, qui se sont attachés à « réinventer » au sens archéologique de ce terme, les existences uniques d’hommes et de femmes du passé.

2La première partie de l’ouvrage est consacrée à des « instantanés », bribes de vies, mini-portraits singuliers, où se croisent une lettre anonyme dénonçant le scandale des « emperruqués » qui poudrent leur chevelure de farine alors que le pain manque, un billet du Mont-de-Piété, une liste d’effets trouvés sur un cadavre ou une liste de maîtresses d’un fils de famille, nommées d’après le nom de la rue où il les a trouvées… La seconde s’organise autour d’une dizaine de thèmes : l’amour, les femmes, les nouveau-nés abandonnés, la filiation, les domestiques et les maîtres, la compassion, la santé et la médecine, l’ordre et le désordre, les violences sexuelles, le travail ouvrier et les corporations.

3Dans les archives de la police, curieusement, les lettres d’amour abondent et sont souvent déchirantes comme celle que cette femme, enfermée au couvent sur ordre de son mari, adresse à son amant, ou encore celle de cet homme embastillé qui demande des nouvelles de sa femme, laquelle l’a abandonné (on l’apprend par une note marginale).

4On a dit que le XVIIIe siècle fut celui des femmes. Mais leur condition était loin d’être simple. On trouve ainsi dans les archives le texte d’une dame de la cour revendiquant l’égalité des sexes ou, à l’inverse, les annotations sans date relatives aux règles, qualifiées d’« ordures particulières à ce sexe chaque mois »…

5Les registres tenus par les commissaires de police sur les nouveau-nés abandonnés (20 000 par an à Paris) contiennent de précieuses indications sur l’âge, le sexe, parfois l’identité de ces enfants grâce aux billets que l’on retrouvait parfois dans leurs langes.

6Les reliquats contiennent également de nombreuses lettres que s’adressent entre eux parents et enfants devenus adultes. Elles témoignent de l’importance de la filiation à cette époque : un père s’inquiète de la santé de sa fille de 16 ans détenue à la Salpêtrière et demande sa liberté, une fille-mère écrit à sa mère pour lui demander pardon, ou encore un homme désespéré à la suite de la trahison de sa maîtresse écrit à ses parents peu avant de se donner la mort.

7Les relations qui unissent les serviteurs à leur maître sont complexes, entre fierté de servir dans une grande maison et ressentiment devant les richesses étalées ou l’inconduite du maître. Elles sont de ce fait très surveillées par la police et parfois punies, comme en témoigne la plainte d’une marquise injuriée par son serrurier, ou celle qui fait suite à une rixe entre domestiques de maisons rivales.

8Parmi tant d’archives relatant des violences ou des malheurs, l’auteure a exhumé de rares traces de compassion, telles cette lettre d’un curé de paroisse prenant la défense d’un couple illégitime contre le père du jeune homme qui demande l’enfermement de la jeune femme, ou cette lettre anonyme qui confirme l’innocence d’une femme détenue à la Salpêtrière dont le seul tort serait « qu’elle sort la nuit habillée en homme ».

9La santé et la médecine occupent une part importante des archives de la police, qu’il s’agisse des plaintes des malades ou des poursuites contre les charlatans qui les ont soignées. La plus belle pièce est sans conteste une ordonnance du célèbre docteur Tissot, connu pour son ouvrage sur les maladies produites par la masturbation, dans laquelle il prescrit à l’abbé de Caulaincourt de se nourrir exclusivement de bouillie de céréales et de marcher chaque jour une heure trente ou deux avant dîner. Une prescription que notre siècle ne renierait pas !

10Les désordres de la ville (les Parisiens sont environ 600 000 au XVIIIe siècle) sont de tous ordres, rixes, disputes, altercations et accidents, mais la police, nouvellement réformée, veille. Billets de prisonniers, pamphlets et lettres anonymes, dénonçant qui la misère du peuple et l’injustice, qui les trafics des concierges de prisons, lesquels s’enrichissent en cachant dans leurs geôles des protégés pour les mettre à l’abri de poursuites, rapports de police sur la conduite des quelque 105 Juifs présents dans la capitale (en 1756), etc.

11Les violences sexuelles à l’encontre des femmes ou des jeunes enfants sont fréquentes ainsi que les viols commis par des prêtres ou des abbés, mais les punitions sont sévères, généralement l’enfermement à la prison du Grand Châtelet ou à la Bastille. C’est le sort d’un homme qui a frappé une femme enceinte, du domestique qui a violé la fille de sa maîtresse, âgée d’à peine sept ans et demi, et qui témoigne. Plus rare est le cas de ce marchand boucher frappé par sa femme avec une casserole, et qui porte plainte. L’histoire ne dit pas ce qu’il advint de la coupable.

  • 4 Daniel Roche, Le peuple de Paris, Paris, Aubier-Montaigne, 1981.

12La dernière thématique est, sinon la plus intéressante, du moins la plus éclairante, car elle renseigne sur le monde du travail du « peuple de Paris »4 au XVIIIe siècle, celui « turbulent et malmené, mais aussi combatif et querelleur » des artisans et corporations ouvrières. Ici, un maître cordonnier se plaint de son garçon qui préfère faire des escarpins plutôt que des souliers. Le garçon sera envoyé en prison sans autre forme de procès ! Là, un petit juré est sanctionné pour avoir porté un coup de pommeau à l’un des enfants d’une pauvre femme qui vendait des vieilles bouteilles. Le petit juré sera arrêté : il n’avait pas le droit de porter l’épée.

13L’étude de ces lambeaux d’archives de la police, ces « déchets », ces « reliquats », révèle l’atmosphère d’une époque, mieux encore peut-être que ne le ferait une étude savante. On y retrouve le goût de l’auteure pour les archives et ses thèmes de prédilection : les femmes, l’amour, la condition ouvrière. C’est un livre qu’on picore avec un très grand plaisir, teinté parfois de surprise, d’effroi ou de mélancolie.

Haut de page

Notes

1 Pierre Michon, Vies minuscules, Paris, Gallimard, 1984.

2 Marcel Schwob, Vies imaginaires, Paris, Charpentier & Fasquelle, 1896.

3 Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes », Cahiers du chemin, n° 29, 15 janvier 1977.

4 Daniel Roche, Le peuple de Paris, Paris, Aubier-Montaigne, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Cartelier, « Arlette Farge, Vies oubliées. Au cœur du XVIIIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38347

Haut de page

Sujet

Corps

Famille

Genre

Santé - médecine

Sexualité

Travail

Violence

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Cartelier

Fonctionnaire du ministère de la Culture.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page