Navigation – Plan du site

Bérengère Stassin, (Cyber)harcèlement

Jonathan Pirez-Huart
(Cyber)harcèlement
Bérengère Stassin, (Cyber)harcèlement. Sortir de la violence, à l'école et sur les écrans, Caen, C&F Editions, coll. « Les enfants du numérique », 2019, 176 p., ISBN : 978-2-915825-94-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le 7 octobre 2019, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, réunissait des expert·e·s des questions de harcèlement scolaire, marquant ainsi une nouvelle étape dans la lutte contre ce fléau que les autorités françaises ont tardé à combattre. Si les chercheur/se·s et politiques scandinaves et anglo-saxons se sont emparé·e·s de ce thème dès les années 1970, ce n’est qu’en 2010 que le harcèlement scolaire est devenu un objet distinct dans les discours sur les violences scolaires en France1. Pourtant, 700 000 élèves scolarisés en France sont victimes de harcèlement à l’école2.

2C’est sur ce constat que s’ouvre l’ouvrage de Bérengère Stassin. La réflexion de l’autrice pour « sortir de la violence, à l’école et à l’écran » s’articule autour de quatre chapitres dans lesquels elle décrit les phénomènes de harcèlement scolaire, de cyberviolence, de cyberharcèlement puis analyse les moyens de lutte contre ces fléaux à l’école. De grandes questions structurent le propos : harcèlement et cyberharcèlement sont-ils toujours liés ? Existe-t-il un profil type des agresseur/se·s et des victimes ? Quelles conséquences la cyberviolence a-t-elle sur les harcelé·e·s et leur(s) harceleur/se(s) ? De quels moyens dispose l’école pour endiguer ces violences ?

3Bérengère Stassin analyse dans cet ouvrage un nombre conséquent de cas récents de (cyber)harcèlement pour mettre en avant les mécanismes de ces violences. Elle appuie son propos sur des textes réglementaires et institutionnels, mobilise la recherche récente en sciences de l’information et de la communication et en sciences de l’éducation, ainsi que les écrits de diverses professions médicales. L’ouvrage dispose d’une bibliographie étoffée permettant d’approfondir les problématiques abordées3.

  • 4 Voir notamment l’éditorial de Jean-Michel Blanquer et l’intervention de Frédérique Vidal : https:// (...)
  • 5 Le vol ou la casse constituent des exemples de violence matérielle. Pour ce que l’autrice appelle l (...)
  • 6 Debarbieux Éric (dir.), L’école face à la violence. Décrire, expliquer, agir, Paris, Armand Colin, (...)
  • 7 Ensemble des conditions de vie dans lesquelles évoluent les élèves et les équipes éducatives au sei (...)

4L’autrice indique que le harcèlement est présent dans tous les établissements, du primaire au supérieur4. C’est une violence répétée qui peut prendre plusieurs formes : psychologique, physique, sexuelle, matérielle ou alimentaire5. Le harcèlement est le fait d’un ou plusieurs individus qui cherchent à nuire à une victime qui ne peut se défendre. Face au groupe d’agresseur/se·s, la victime est humiliée et socialement marginalisée. Rappelant que les adolescent·e·s se construisent avec et face au regard de leurs pairs, Bérengère Stassin explique que le harcèlement scolaire fait écho au phénomène de bouc émissaire : s’en prendre à un même individu permet de souder un groupe. L’autrice met en avant le caractère subjectif du ressenti face à la violence : le seuil de tolérance à celle-ci et à sa répétition est propre à chacun·e. De même, une unique agression peut apparaître multiple à une victime dès lors que des témoins sont connu·e·s et se taisent. En s’appuyant sur les travaux d’Éric Debarbieux6, Bérengère Stassin montre que la violence scolaire est d’abord un ensemble de microviolences (bousculades, insultes, vols…) qui touchent l’intégralité de la communauté éducative. L’autrice casse ensuite les clichés sur la violence liée à une « sauvagerie » des enfants issus de l’immigration ou à la déconstruction du modèle familial traditionnel. Les causes, multiples, des violences scolaires sont à chercher ailleurs et peuvent être liées à des facteurs personnels, familiaux, socio-économiques, à l’influence des pairs ou au climat scolaire7. Un bon climat scolaire favorise la réduction des violences.

  • 8 L’autrice précise que si la violence est un élément des pratiques numériques des jeunes, elle n’est (...)
  • 9 En 2007, des photographies intimes de Laure Manaudou circulent sur la toile. La nageuse accuse son (...)

5Avec l’utilisation des outils numériques, les violences scolaires ne s’arrêtent plus à la grille des établissements, elles s’étendent au web et aux médias sociaux : on parle alors de cyberharcèlement, de cyberviolence. En ciblant son approche sur les pratiques numériques des adolescent·e·s8, Bérengère Stassin dresse une liste d’agissements violents auxquels elles/ils peuvent être soumis·e·s : exclusion sociale en ligne, usurpation d’identité, outing (révélation de l’homosexualité d’un individu ou d’éléments de sa vie privée), violences verbales, slut shaming (blâme d’une fille pour ses tenues ou comportements sexuels), body shaming (insulte en raison de l’apparence physique), roasting (mutilation digitale qui consiste à s’auto-dénigrer ou à demander à quelqu’un de le faire), sexting (envoi de contenus à caractère sexuel qui peuvent être violents s’ils sont non désirés ou captés à l’insu d’une personne), revenge porn (diffusion par un·e ex petit·e ami·e, un·e ami·e, un voyeur ou extorqueur de contenus intimes, notamment pour se venger), happy slapping (film d’une agression dans le but de la diffuser), flaming (lancement volontaire d’un conflit ouvert sur une plateforme), raid numérique (cyberviolence de meute), challenges dangereux. L’exemple de Laure Manaudou9 prouve que les différentes manières de nuire peuvent être interdépendantes : le sexting peut aboutir au revenge porn, lui-même initiateur d’une vague de slut ou de boby shaming.

  • 10 Slogan du clip de la deuxième journée de mobilisation nationale contre le harcèlement scolaire (3 n (...)
  • 11 Au début de l’année 2018, Mennel Ibtissem participe à l’émission de télévision The Voice. Des inter (...)

6Grâce à de nombreuses citations de chercheur/se·s, Bérengère Stassin montre que la définition du cyberharcèlement ne fait pas consensus dans la littérature scientifique : il est parfois défini comme l’envoi numérique de contenus violents, d’autres fois ce sont les critères propres au harcèlement appliqué à l’espace numérique qui sont mis en avant (p. 93). En prenant appui sur le slogan « Liker, c’est déjà harceler »10, l’autrice explique qu’en ligne, la fragmentation des actions peut conduire à la répétition : un contenu est posté, liké par d’autres jeunes, partagé et commenté à de multiples reprises. Même si chaque internaute n’a effectué qu’une seule action, chacune est un nouveau coup pour la victime. La répétition peut naître de l’exhumation de publications anciennes, qui sont autant d’éléments constitutifs de l’identité numérique d’un individu. L’exemple de Mennel lors de son passage dans The Voice atteste que la pérennité des contenus et des traces numériques peut aboutir, des mois plus tard, à des situations de cyberviolence ou de cyberharcèlement, et compromettre des ambitions personnelles11.

  • 12 C’est notamment le cas de Charlotte, victime de revenge porn suivi de cyberharcèlement le soir du 3 (...)

7Parfois fruit d’actes opérés sans volonté de nuire et sans réfléchir aux conséquences judiciaires et pour autrui, le cyberharcèlement se distingue aussi du harcèlement par le potentiel anonymat du cyberharceleur/se ainsi que par l’espace et la temporalité dans lesquels il s’exerce : par la médiation numérique, il n’y a plus forcément d’espace de repli pour la victime et la viralité fait qu’un contenu peut être vu par des milliers d’internautes dans une période très courte, incluant au passage des personnes totalement extérieures à la sphère hors ligne de la victime12.

  • 13 Pour montrer que les cyberviolences sont des violences de genre, l’autrice s’appuie sur : Felmlee D (...)
  • 14 Blaya Catherine, Les ados dans le cyberespace. Prise de risque et cyberviolence, Bruxelles, de Boec (...)

8Si chacun·e peut être une victime, les cyberviolences touchent plus les filles que les garçons, davantage les jeunes homosexuel·le·s et transexuel·le·s ou issus de minorités que les hétérosexuel·le·s cisgenres ou les individus non racisés13. Les travaux de Catherine Blaya soulignent que la cyberviolence peut ou non être liée à la violence hors ligne, qu’un·e agresseur/se peut ou non être cyberagresseur/se, qu’une victime peut ou non être une cybervictime14. Face à l’écran ou grâce à l’anonymat, certain·e·s jeunes s’autorisent en ligne des comportements qu’elles/ils s’interdiraient ailleurs.

  • 15 Victimes de harcèlement scolaire, Mathilde Monnet, Noémya Grohan et Nicolas Bouvier ont trouvé dans (...)

9Les témoignages de victimes ou de proches attestent des conséquences lourdes du (cyber)harcèlement (anxiété, chute des notes, relations compliquées avec l’entourage…), parfois jusque dans la vie d’adulte. L’étau est tel que certaines victimes se suicident. D’autres victimes, comme Mathilde Monnet, Nicolas Bouvier et Noémya Grohan, trouvent les ressources pour se relever et lutter, en écrivant ou en créant leur association15.

10Parmi les raisons qui poussent à cyberviolenter ou harceler, l’autrice indique la volonté de mettre à mal l’image ou la réputation de sa victime : par exemple, faire d’une ex petite-amie une fille facile ou semer le doute sur la virilité d’un ex petit-ami, les stéréotypes de genre étant de puissants leviers de nuisance. La cyberviolence peut aussi être un moyen pour booster l’audience de celle/celui qui s’y adonne : se moquer pour gagner un temps de gloire numérique.

  • 16 Bulletin officiel de l’Éducation nationale n° 30 du 26-7-2018, voir l’annexe Programme d'enseigneme (...)
  • 17 Bulletin officiel spécial n° 1 du 22 janvier 2019, voir l’annexe 2, Programme d'enseignement moral (...)

11Depuis la loi du 8 juillet 2013, « la lutte contre toutes les formes de harcèlement [est] une priorité pour chaque établissement d’enseignement scolaire ». La question du (cyber)harcèlement est au programme d’enseignement moral et civique des cycles 2, 3 et 416, et est une entrée possible dans les programmes de lycée17. Même si harcèlement et cyberharcèlement ne sont pas toujours liés, Bérengère Stassin estime qu’il faut lutter indifféremment et dès le plus jeune âge, à la maison comme à l’école, contre ces fléaux qui constituent « les deux faces d’une même pièce ». Au regard des travaux précédemment cités, elle propose deux leviers d’action : l’éducation à l’empathie et l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

  • 18 San Louis, « Lutte contre le harcèlement scolaire : les méthodes qui marchent à l’étranger », Franc (...)

12Les compétences émotionnelles sont nécessaires à la socialisation d’un individu et lui permettent de s’adapter à son environnement et de développer sa sensibilité aux autres. Dans les situations de harcèlement les émotions jouent un rôle, aussi bien pour l’agresseur/se, les suiveur/se·s, la victime que les témoins. Éduquer à l’empathie, travail de fond qui doit être répété en classe et à la maison, permet de développer une bonne estime de soi et un goût pour les autres. À l’étranger, ces méthodes ont déjà fait la preuve de leur efficacité18.

13L’EMI, quant à elle, permet d’éveiller l’esprit critique, de former les élèves aux différentes sources d’information, de maîtriser leur identité numérique, de les amener à être des protagonistes réfléchi·e·s de l’usage du numérique (notamment en termes de publication). L’EMI est préconisée par le ministère de l’Éducation nationale pour faire des élèves des acteurs/trices responsables du web et de la lutte contre les cyberviolences.

14Bérengère Stassin propose ici une synthèse accessible à tous/toutes. Dans le cadre plus spécifique de l’école, c’est un livre qui trouvera toute sa place dans les CDI et qui peut, au travers des nombreux exemples actuels, servir de base à des activités pédagogiques pour parler, décortiquer et lutter contre le fléau du (cyber)harcèlement.

Haut de page

Notes

1 Ce sont les résultats des enquêtes de victimation en milieu scolaire menées par le pédagogue Éric Debarbieux qui permettent la mise en place des premières actions de sensibilisation et de prévention.

2 https://www.education.gouv.fr/cid122362/non-au-harcelement-le-harcelement-pour-l-arreter-il-faut-en-parler.html.

3 Bérengère Stassin fait parfois référence à son carnet de recherche, eviolence.hypotheses.org, dont la lecture est plus qu’instructive sur le sujet.

4 Voir notamment l’éditorial de Jean-Michel Blanquer et l’intervention de Frédérique Vidal : https://www.education.gouv.fr/cid122362/non-au-harcelement-le-harcelement-pour-l-arreter-il-faut-en-parler.html ; https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid127988/stop-aux-violences-sexistes-et-sexuelles-dans-l-enseignement-superieur.html.

5 Le vol ou la casse constituent des exemples de violence matérielle. Pour ce que l’autrice appelle les violences alimentaires, elle renvoie par exemple au fait de jeter le plateau repas de sa victime ou de cracher dans son plat.

6 Debarbieux Éric (dir.), L’école face à la violence. Décrire, expliquer, agir, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2016. Voir également cette interview : Breteau Anne, « Violence scolaire : “Le système est totalement à côté de ses pompes !” », Le Point, 31 octobre 2017, en ligne : https://www.lepoint.fr/societe/violence-scolaire-le-systeme-est-totalement-a-cote-de-ses-pompes-31-10-2017-2168827_23.php.

7 Ensemble des conditions de vie dans lesquelles évoluent les élèves et les équipes éducatives au sein d’un établissement.

8 L’autrice précise que si la violence est un élément des pratiques numériques des jeunes, elle n’est pas représentative de leur usage au quotidien.

9 En 2007, des photographies intimes de Laure Manaudou circulent sur la toile. La nageuse accuse son ex petit ami d’être à l’origine de ces fuites. En 2016, le rappeur Booba évoque ces photographies dans une chanson puis dans l’émission de télévision Touche pas à mon poste. Les photographies intimes refont alors surface et Laure Manaudou subit une vague de cyberviolence.

10 Slogan du clip de la deuxième journée de mobilisation nationale contre le harcèlement scolaire (3 novembre 2016) : https://youtu.be/ANDOrJeHUQ0.

11 Au début de l’année 2018, Mennel Ibtissem participe à l’émission de télévision The Voice. Des internautes explorent le passé numérique de la candidate et exhument des messages écrits par cette dernière sur les réseaux sociaux à la suite des attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray. Des groupuscules identitaires l’accusent de faire l’apologie du terrorisme et les réseaux sociaux s’enflamment. La jeune femme tente de s’expliquer puis, poussée vers la sortie, quitte l’émission.

12 C’est notamment le cas de Charlotte, victime de revenge porn suivi de cyberharcèlement le soir du 31 décembre 2015 : Kristinadjaja Gurvan, « Une ado harcelée sur Twitter pour une photo intime : analyse d’un lynchage », Libération, 5 janvier 2016, en ligne : https://www.liberation.fr/france/2016/01/05/une-ado-harcelee-sur-twitter-pour-une-photo-intime-analyse-d-un-lynchage_1424253.

13 Pour montrer que les cyberviolences sont des violences de genre, l’autrice s’appuie sur : Felmlee Diane Helen, Faris Robert, « Toxic Ties: Networks of Friendship, Dating, and Cyber Victimization », Social Psychology Quarterly, vol. 79, n° 3, p. 243-262, https://doi.org/10.1177/0190272516656585. Dans le cadre de la lutte contre la cyberhaine, le rapport Renforcer la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet remis le 20 septembre 2018 au Premier Ministre est consultable ici : https://www.gouvernement.fr/rapport-visant-a-renforcer-la-lutte-contre-le-racisme-et-l-antisemitisme-sur-internet.

14 Blaya Catherine, Les ados dans le cyberespace. Prise de risque et cyberviolence, Bruxelles, de Boeck, coll. « Pédagogies en développement », 2013.

15 Victimes de harcèlement scolaire, Mathilde Monnet, Noémya Grohan et Nicolas Bouvier ont trouvé dans l’écriture et l’engagement associatif les moyens de mener le combat. Les deux jeunes autrices ont retracé leur parcours dans les ouvrages suivants : Monnet Mathilde, 14 ans, harcelée, Paris, Mazarine, 2016 ; Grohan Noémya, De la rage dans mon cartable, Paris, Hachette Romans, 2014. Également auteur, Nicolas Bouvier s’implique plus particulièrement dans l’association Les Parents et dans le collectif You are Heroes en intervenant dans les établissements scolaires ou en proposant des conférences sur le thème du harcèlement scolaire.

16 Bulletin officiel de l’Éducation nationale n° 30 du 26-7-2018, voir l’annexe Programme d'enseignement moral et civique de l'école et du collège (cycles 2, 3 et 4) : https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=132982.

17 Bulletin officiel spécial n° 1 du 22 janvier 2019, voir l’annexe 2, Programme d'enseignement moral et civique de première des voies générale et technologique : https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=138115.

18 San Louis, « Lutte contre le harcèlement scolaire : les méthodes qui marchent à l’étranger », Francetvinfo.fr, 10 février 2015, en ligne : https://www.francetvinfo.fr/societe/education/harcelement-a-l-ecole/lutte-contre-le-harcelement-scolaire-les-methodes-qui-marchent-a-l-etranger_819997.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Pirez-Huart, « Bérengère Stassin, (Cyber)harcèlement  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38358

Haut de page

Rédacteur

Jonathan Pirez-Huart

Professeur-documentaliste et référent égalité filles-garçons.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page