Navigation – Plan du site

Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan et Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux

Gabriel Voisin-Moncho
Prisons
Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Locus Solus », 2019, 181 p., préface d'Olivier Milhaud, ISBN : 979-10-351-0330-9.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chamoiseau Patrick, « Mille fois la désigner », La prison vue de l’intérieur. Regards et paroles de (...)
  • 2 D'après la définition fournie dans les travaux du sociologue américain Erving Goffman, une institut (...)

1Dans un texte de 2007, l’écrivain et ancien éducateur à Fleury-Mérogis Patrick Chamoiseau explique que la prison « se montre sans se révéler »1, soulignant ici la difficulté d’étudier et de retranscrire la complexité de cette institution totale2. L’ouvrage ici présenté explore le milieu carcéral à travers une perspective architecturale, en étudiant les espaces et matériaux ainsi que leurs usages et leurs appropriations par les détenus et employés. Les auteur·ices proposent une analyse du centre de détention du Muret à partir de plans de construction et de photos. Elsa Besson en analyse la conception, Sylvain Ferez et Gérard Neyrand étudient son service de soins psychiques et Jean-Charles Basson s’intéresse à l’aménagement des cellules. Dans cette démarche d’« écologie sociale carcérale » (p. 13), David Scheer compare les fenêtres de trois prisons belges (Namur, Ittre et Marche-en-Famenne). Enfin, Jennifer Yeghicheyan se penche sur les flux humains au sein de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, caractérisée par la présence d’un poste de contrôle de circulation central faisant office de carrefour obligatoire pour accéder aux différents quartiers de l’établissement.

2Elsa Besson commence par revenir sur la construction de la maison centrale du Muret, qui s’inscrit dans un projet de renouvellement du parc pénitentiaire mené dans les années 1950. L’autrice s’appuie principalement sur les plans de l’architecte Guillaume Gilet et les rapports de l’administration pénitentiaire pour montrer la tension entre impératifs sécuritaires d’une part, et recherche d’une modernisation de la prison susceptible d’améliorer les conditions de détention d’autre part. L’un des objectifs était de donner au travail une place nouvelle, en isolant les ateliers des espaces de vie. Néanmoins, l’administration pénitentiaire a exigé la construction d’une passerelle reliée aux chemins de ronde en surplomb des ateliers : l’impératif de sécurité venait alors recréer un lien entre la cellule et l’atelier. La séparation spatiale semble être mieux établie dans les zones de soins, décrites par Sylvain Ferez et Gérard Neyran. Celles-ci sont présentées comme « une localité acarcérale » (p. 63) puisqu’elles appartiennent à l’univers hospitalier, tout en étant pourtant enclavées dans la prison. Cette séparation entre les mondes hospitalier et carcéral explique pourquoi le service médico-psychologique régional du Muret possède une ambiance singulière au sein de la centrale : l’utilisation du bois, la présence d’œuvres d’art et de plantes, la lumière, les couleurs, le calme de la salle d’attente, le ton bienveillant ou l’attention particulière que les gardiens témoignent à ceux qui demandent une assistance médicale, sont autant d’éléments qui contribuent à faire de cet endroit un « espace refuge » (p. 64). Cette recherche d’abri peut aussi passer par l’aménagement, par exemple la décoration des cellules par les prisonniers. C’est ce qu’étudie Jean-Charles Basson en s’intéressant à l’appropriation et à la rationalisation que font les détenus de leur lieu de vie principal. Ils élaborent ainsi des stratégies afin de découper leurs 9m² pour créer différentes pièces, et optimisent chaque matériau acheté ou ramené de l’atelier pour en faire un meuble ou une décoration. L’absence d’espace implique qu’une planche le long d’un mur joue à la fois le rôle de bureau (comme objet et comme lieu) et d’extension de la cuisine ou de la table à manger. Afin d’améliorer les conditions de son emprisonnement, le détenu doit faire preuve d’ingéniosité pour organiser et recycler ce qu’il peut obtenir, souvent en bricolant et en détournant les objets de leur fonction première.

  • 3 Contrairement au système « progressif » classique, où un détenu obtient davantage de faveurs si son (...)

3Par ailleurs, le rapport à la cellule dépend de son aménagement, mais aussi de sa conception initiale. C’est ce que montre David Scheer en comparant l’appropriation des fenêtres dans trois prisons belges élaborées suivant des modèles carcéraux différents. À Namur, la petite fenêtre en hauteur préserve des regards externes et laisse une place plus importante pour décorer le mur, tout en permettant de discuter avec les détenus voisins. L’« ambiance familiale » (p. 132) qu’offre cette configuration ne se retrouve pas dans le cas d’Ittre où la fenêtre, pourtant plus grande, s’ouvre sur le mirador, donc encore sur l’enceinte de la prison, ce qui renforce le « sentiment d’expérience totale » qu’elle inspire (p. 133). Enfin, la vitre en Plexiglas dans la cellule de Marche-en-Famenne commence par provoquer chez les détenus un effet de claustrophobie considérable, effet qui s’estompe progressivement grâce au régime dégressif3 de l’établissement pénitencier. Dans cet établissement, l’exigence de sécurité semble primer sur le rôle de la fenêtre comme ouverture sur le monde. Le besoin de mobilité des prisonniers est donc pris en charge par d’autres mesures, comme la libre circulation des prisonniers.

  • 4 Concept emprunté par l’autrice à Michel Lussault et Jacques Lévy, qu’ils définissent dans leur dict (...)
  • 5 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris (...)
  • 6 Ibid.

4La thématique de la circulation dans la prison est approfondie dans la réflexion sur le poste de contrôle de circulation central (PCC) de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone proposée par Jennifer Yeghicheyan. Cette zone de flux s’avère révélatrice des rapports de forces au sein de la prison, notamment en ce qui concerne la capacité des gardiens à faire attendre les détenus pour traverser le PCC. Par leur maîtrise de l’aire de détention, de la circulation des individus, les gardiens montrent leur « capital spatial »4, c’est-à-dire leur pouvoir sur l’espace. Cependant, les détenus ont la possibilité de retourner la contrainte de l’attente : par exemple, Yeghicheyan raconte que si les détenus veulent changer de zone, les gardiens les mettent en rang devant la barrière du PCC en exigeant qu’ils patientent. Ce temps de contrôle des déplacements est un moment leur permettant de bavarder, mais surtout de se passer discrètement des objets. Les détenus retournent donc ce temps d’attente à leur avantage. Le PCC devient aussi un lieu de « sociabilité dérobée » (p. 151), puisque le moment où les détenus marchent dans la prison munis de « billets de circulation » leur offre l’opportunité de rester dans le PCC afin de se croiser et de discuter, faisant de cette zone un équivalent de la place du village. Ces pratiques font du CCP un espace de microrésistances, selon la définition de Scott5, contre un pouvoir trop imposant, le transformant en « domaine de lutte politique discrète »6, comme le rappelle l’autrice.

  • 7 Selon la direction de l’administration pénitentiaire, 62% des détenus condamnés au 1er janvier 2018 (...)
  • 8 Perec Georges, Penser/Classer, Paris, Seuil, 2003 [1985].
  • 9 Comme peuvent le faire des associations comme l’Observatoire internationale des prisons ou Prison I (...)
  • 10 Voir les rapports trimestriels de la direction de l’administration pénitentiaire, par exemple.

5Thème des journées d’étude de la direction administrative pénitentiaire de 2016, l’architecture est un angle d’analyse pertinent pour éclairer la manière dont les acteur·ices de la prison pensent, utilisent et s’approprient l’espace carcéral. Cependant, cette approche a la particularité d’être éloignée de ce que les gardiens et détenus eux-mêmes vivent quotidiennement entre ces murs. Les parties du livre se concentrant sur ces derniers sont, soit sommaires, car d’autres éléments sont mis en avant, comme chez David Scheer, soit peu représentatives, puisqu’ils s’intéressent à des individus spécifiques du milieu pénitentiaire. C’est le cas des « bons détenus » (p. 92) de l’établissement pour longues peines de Muret7, étudié par Jean-Charles Basson. Si on ajoute à cela une écriture très descriptive, parfois poétique, se rapprochant alors de Penser/Classer de Georges Perec8, certains chapitres laissent à voir la prison comme un lieu paisible qui ne serait pas pire qu’un internat sévère. Il ne fait nul doute que les outils réflexifs proposés permettent d’éclairer de façon pertinente le fonctionnement d’un établissement pénitentiaire, notamment tout ce qui concerne la circulation au sein de la détention. Néanmoins, cette méthode semble devoir venir en complément de témoignages9 ou de statistiques10, sous peine d’oublier les effets, souvent néfastes, de l’incarcération, ainsi que ses problématiques économiques et sociales.

Haut de page

Notes

1 Chamoiseau Patrick, « Mille fois la désigner », La prison vue de l’intérieur. Regards et paroles de ceux qui travaillent derrière les murs, Paris, Albin Michel, 2007, p. 7-10.

2 D'après la définition fournie dans les travaux du sociologue américain Erving Goffman, une institution totale est « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d'individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées ». Cf. Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les édition de Minuit, 1979 [1963].

3 Contrairement au système « progressif » classique, où un détenu obtient davantage de faveurs si son comportement est jugé convenable, le régime « dégressif » accorde au détenu toutes les opportunités disponibles, dès son arrivée au sein de la prison ; cependant, ces avantages peuvent être retirés au détenu si son comportement pose problème.

4 Concept emprunté par l’autrice à Michel Lussault et Jacques Lévy, qu’ils définissent dans leur dictionnaire comme l’« ensemble de ressources accumulées par un acteur lui permettant de tirer avantage, en fonction de sa stratégie, de l'usage de la dimension spatiale de la société ». Cf. Lévy Jacques et Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

5 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, éditions Amsterdam, 2009 [1992].

6 Ibid.

7 Selon la direction de l’administration pénitentiaire, 62% des détenus condamnés au 1er janvier 2018 purgés une peine de 2 ans ou moins, donc dans un établissement pour courte peine, ce qui n’est pas le cas du centre de détention de Muret.

8 Perec Georges, Penser/Classer, Paris, Seuil, 2003 [1985].

9 Comme peuvent le faire des associations comme l’Observatoire internationale des prisons ou Prison Insider.

10 Voir les rapports trimestriels de la direction de l’administration pénitentiaire, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan et Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38389

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page