Navigation – Plan du site

Ségolène Débarre, Gaye Petek, Histoire des Turcs en France

Anne Kasprzack
Histoire des Turcs en France
Ségolène Débarre, Gaye Petek, Histoire des Turcs en France, Paris, éditions du Détour, coll. « Venus d'ailleurs », 2019, 224 p., ISBN : 9791097079406.
Haut de page

Texte intégral

1Bien que la France soit le deuxième pays d’accueil des Turcs en Europe, ces derniers sont nettement moins visibles qu’en Allemagne, où ils sont près de 4 millions de personnes. Le nombre d’immigrés turcs et de leurs descendants vivant en France est en effet estimé à 600 000, soit moins de 1 % de la population globale du pays. Première synthèse sur l’immigration turque en France, cet ouvrage apporte une importante contribution à la connaissance de cette population et de son histoire, généralement peu étudiées. En six chapitres illustrés de quelques documents et de témoignages, les auteures dressent un « portrait de groupe » des immigrés turcs en France, des années 1960 à nos jours. Elles présentent l’évolution des caractéristiques sociologiques de ces immigrés et de leurs descendants, leurs comportements politiques et sociaux et leurs difficultés d’intégration, ainsi que les repères temporels et certains lieux emblématiques associés à cette immigration.

2Initiée à partir du milieu des années 1960 après la signature d’un accord entre la France et la Turquie, l’immigration de travailleurs turcs a constitué pour la France le dernier moment migratoire des Trente Glorieuses (1946-1973). Cette immigration concernait principalement les secteurs de la construction mécanique, de l’industrie automobile, de la métallurgie, de la plasturgie ou encore des bâtiments et des travaux publics. Encouragée par le gouvernement turc, l’émigration des hommes était présentée comme une solution au problème du chômage et comme un atout pour la croissance économique de la Turquie, les travailleurs exilés pouvant transférer leurs économies dans leur pays d’origine. Les jeunes hommes arrivant en France viennent principalement d’Anatolie centrale et orientale et sont généralement d’origine rurale et modeste, à la différence des émigrés plus diplômés et issus de régions industrielles et urbaines de Turquie qui choisissent l’Allemagne comme pays d’accueil.

3L’une des questions qui semble guider l’écriture du livre est celle de l’intégration de ces immigrés à la société française : comment expliquer qu’aujourd’hui, plus de 50 ans après l’arrivée des « pionniers », les enfants issus de l’immigration turque soient, de tous les descendants d’immigrés, ceux qui réussissent le moins bien à l’école ? Pourquoi les jeunes franco-turcs revendiquent-ils plus volontiers leur appartenance à « la nation turque » qu’à la France, où ils sont pourtant nés ?

4Dans une approche chrono-thématique, les auteures présentent tout d’abord le contexte dans lequel sont arrivés les premiers ouvriers turcs, les motivations qui les ont poussés à s’exiler et l’accueil qui leur est réservé en France (chapitres 1 et 2). La variété des aspects de leur expérience migratoire est rendue sensible par une série de verbes à l’infinitif, qui se déroule au fil des chapitres : habiter, s’organiser, se retrouver, avoir des enfants, trouver ses marques, apprendre le français, acquérir la nationalité, « s’intégrer » sans « s’assimiler », etc. Après « le temps de l’exode et de la solitude », les travailleurs sont rejoints par leurs épouses ou leurs fiancées à partir de 1976, date de l’officialisation du regroupement familial. Les exilés comme les autorités françaises ont cependant la conviction qu’il ne s’agit que d’une immigration temporaire. Les structures d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants sont peu nombreuses et peu développées, si bien que l’on peut affirmer que, jusqu’au milieu des années 1980 au moins, « on a tout fait pour faciliter la préparation de leur hypothétique retour et peu pour faciliter l’intégration de personnes qui vont en fait s’installer durablement » (p. 62). Les Turcs seront cependant peu nombreux à retourner dans leur pays : au tournant des années 1970-1980, ils représentent 10 % des départs volontaires d’immigrés qui bénéficient du « million Stoleru ».

5Dans le chapitre 3 (« L’essor associatif »), les auteures présentent une synthèse bien contextualisée des mouvements associatifs politiques, laïques, syndicaux, religieux ou encore ethniques, auxquels ont adhéré les Turcs vivant en France. Ce chapitre met ainsi en évidence la grande diversité de cette population, à l’image de la Turquie elle-même sur les plans ethnique, religieux, linguistique, politique. L’arrivée dans les années 1980 de demandeurs d’asile et de réfugiés politiques fuyant la Turquie (plus de 78 000 demandes d’asile enregistrées en France entre 1984 et 1993) contribue à renforcer certains clivages identitaires entre les populations immigrées. Cependant, ces clivages sont à relativiser, les individus jouant souvent sur leur pluralité d’appartenances, selon les bénéfices qu’ils souhaitent en retirer. Les auteures montrent ainsi que dans le quartier du Faubourg-Saint-Denis à Paris, des mécanismes de dépendance se mettent en place entre les différents groupes identitaires, notamment dans le domaine commercial, puisqu’aucun groupe ne peut être autonome dans son réseau d’approvisionnement. Ce quartier illustre donc bien « la coexistence, parfois conflictuelle, mais souvent pacifique, sur un espace restreint, de populations et d’associations reflétant la pluralité des courants identitaires des ressortissants de Turquie » (p. 109).

  • 1 Adalet ve Kalkınma Partisi, « parti de la justice et du développement », au pouvoir en Turquie depu (...)

6Dans les chapitres suivants (« Devenir ou ne pas devenir “français” », « Enfants et jeunes de double culture »), les auteures se penchent plus directement sur les réticences et les résistances des Turcs à l’intégration à la société française et sur les difficultés scolaires rencontrées par les jeunes générations. L’attitude de défiance et de méfiance envers la société française des premiers immigrés perdure en effet et la plupart des Turcs de deuxième génération restent très attachés aux valeurs traditionnelles, notamment à la pratique des mariages arrangés entre familles turques, au maintien d’une éducation genrée, à l’usage de la langue turque au sein de la cellule familiale et à l’entretien d’un lien avec la Turquie (amitiés, voyages, suivi de l’actualité du pays par l’intermédiaire des médias turcs, etc.). Il est à noter que parmi tous les descendants d’immigrés, ce sont les descendants d’immigrés de Turquie qui ont le plus de pratiques transnationales : « Par rapport aux descendants d’immigrés du Maghreb, ceux d’origine turque ont ainsi plus de chances de conserver des liens amicaux en Turquie, de suivre les médias du pays de leurs parents, de s’intéresser à la vie politique ou de vouloir y être enterré » (p. 163). Le dernier chapitre, « une “diaspora” aux couleurs de l’AKP1 ? »), met en avant l’enjeu électoral que représente la population turque en France pour le gouvernement turc et les stratégies d’influence de certains réseaux politiques turcs en France.

7La conclusion de l’ouvrage reprend le constat déroutant de la difficile intégration des Turcs en France et ouvre une série de questions interrogeant notamment la capacité ou le désir des Turcs de France à adopter une distance critique par rapport au régime actuel de la Turquie, à réussir au sein de l’école française et à « se dédouaner des liens d’allégeance et des injonctions contradictoires qui pèsent sur eux » (p. 214).

8Très abordable, au style pédagogique et sensible, cet ouvrage constitue une précieuse synthèse sur l’histoire de cette migration turque en France. L’une des originalités de ce livre tient dans son écriture « à deux têtes et quatre mains », fruit de la collaboration entre Ségolène Debarre, géographe spécialiste de la Turquie contemporaine, et Gaye Petek, sociologue, fondatrice et présidente de l’association parisienne Elele ayant oeuvré pour l’intégration des immigrés turcs jusqu’à sa fermeture en 2010. Étonnamment, et malheureusement, la présence des auteures se fait très discrète, alors qu’il aurait été intéressant de leur donner la parole sur la manière dont elles ont collaboré, mené leurs recherches, recueilli les témoignages et construit le livre. La valeur du travail mené par une association telle qu’Elele aurait ainsi pu être mieux mise en évidence.

9De manière générale, l’ouvrage gagnerait à être plus illustré. Si la lecture est limpide, on regrette l’absence d’iconographie et le faible nombre de documents d’illustration (trois cartes montrent la présence turque en Europe, en France, et les principales régions d’origine des migrants de Turquie en France). Des graphiques ou des tableaux auraient pu aider à synthétiser certains éléments, ainsi que la présentation des mouvements associatifs ou des partis politiques, et des images d’archives auraient été bienvenues. De même, les témoignages, quelquefois donnés au lecteur sans contexte, auraient pu être mieux présentés et exploités. Des pistes de lecture intéressantes sur la Turquie contemporaine, sur l’immigration turque en Europe et en France, sont listées en annexe, accompagnées de suggestions de films. Il est cependant dommage que cette liste ne comporte pas de références littéraires.

Haut de page

Notes

1 Adalet ve Kalkınma Partisi, « parti de la justice et du développement », au pouvoir en Turquie depuis 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Kasprzack, « Ségolène Débarre, Gaye Petek, Histoire des Turcs en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 novembre 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38395

Haut de page

Rédacteur

Anne Kasprzack

Diplômée en sciences politiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page