Navigation – Plan du site

Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points

Sofian Beldjerd
In Girum
Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 190 p., ISBN : 9782348043765.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis 2006 (année de la mobilisation contre le Contrat de première embauche), les mouvements natio (...)
  • 2 Le soulèvement se caractérise par une absence de leaders « stables » et par la faiblesse de sa stru (...)
  • 3 Cf. les enquêtes comme celles conduites par le sociologue Benoît Coquard ou l’anthropologue Serena (...)
  • 4 Selon les termes d’Arthur Jatteau, « Les Gilets jaunes et les sciences sociales », Lectures [En lig (...)

1Comment une protestation, aussi atypique de prime abord que celle des Gilets jaunes, a-t-elle pu gagner en consistance, perdurer pendant près d’un an désormais, mais aussi contraindre nos gouvernants à des reculs dont ils n’étaient plus coutumiers1 ? L’affaire paraît d’autant plus étrange que cette contestation a donné lieu à une répression policière débridée, à d’incessantes campagnes médiatiques de dépréciation, tandis que – et c’est là un point crucial – la plupart des ressources jugées indispensables au déploiement d’un mouvement social semblaient lui faire défaut2. Dès le mois de novembre 2018, des chercheu·r·se·s en sciences sociales ont entrepris de documenter et de commenter ce paradoxe3. S’il est vrai que des travaux empiriques ont été entamés sur les ronds-points occupés, la majorité des analyses relevant de cette « première salve » est toutefois demeurée adossée à du « déjà fait » (lectures historiques sur le temps long, enquêtes antérieures, grilles théoriques et concepts éprouvés)4.

2Dans son dernier ouvrage, le politiste Laurent Jeanpierre n’entend pas, lui non plus, exposer les résultats d’une recherche menée à partir de sources de première main. Un matériau dense est toutefois mis au travail – dans lequel le lecteur reconnaîtra nombre de motifs récurrents dans les tableaux du mouvement, brossés « à chaud ». Les données sont ici mobilisées au service d’une pensée très charpentée et, pour autant, relativement prudente dans son projet. En effet, l’analyse n’est pas censée porter « sur le mouvement », mais s’élaborer « à partir de lui ». Il s’agit moins là d’une posture que de la pleine assomption d’une thèse forte. Selon l’auteur, le mouvement des Gilets jaunes participe d’un plus large ensemble de recompositions protestataires inédites, accordées aux spécificités du moment néolibéral du capitalisme. Partant, leur étude réclamerait un rapport critique aux « certitudes savantes » et, au-delà, ménagerait des espaces aux « expériences de pensée » semblables à celles dont procède In Girum.

3Dans la première partie, l’auteur interroge le sens du congédiement systématique par les manifestants des modalités protestataires « classiques » –– c’est-à-dire les démonstrations de force nationales, façonnées autour des enjeux du travail et encadrées par les appareils partisans et syndicaux de gauche. Bien que le mouvement ait foncièrement rompu avec ces formes jugées dévitalisées (parce qu’adaptées aux seules spécificités du compromis fordiste), l’auteur observe qu’il n’en est pas moins parvenu à s’emparer de thématiques progressistes (la justice fiscale et la dignité, par exemple), ainsi qu’à instituer des espaces autonomes de politisation.

  • 5 Suscitée par des circonstances historiques exceptionnelles, la sortie de l’anonymat d’individus dép (...)
  • 6 Du péri-urbain aux petites villes désindustrialisées et aux campagnes déconsidérées, la colère jaun (...)

4La deuxième partie se centre sur les propriétés sociales des Gilets jaunes, tout en proposant des analyses détaillées des médiations ayant favorisé leur mobilisation. Les premières enquêtes l’ont établi, manifestants et sympathisants se recrutent davantage dans les classes populaires « consolidées », ainsi que dans les franges inférieures des classes moyennes. Ces agents partagent un même sentiment de dépossession politique, de fragilité économique et d’abandon par les pouvoirs publics. Toutefois, une désespérance ou des aspirations communes ne suffisent pas, à elles seules, à provoquer un soulèvement d’ampleur nationale. C’est alors l’un des mérites de l’ouvrage que d’insister sur ce que la socialisation politique des manifestants, comme de leurs porte-paroles5, a pu devoir à une immersion soudaine dans des réseaux de sociabilité spécifiques. Les médias sociaux numériques, d’abord, ont favorisé la mise en forme du mécontentement, puis la mobilisation de protestataires souvent isolés et rarement invités à prendre la parole. Les ronds-points, ensuite, pensés ici comme des « technologies de lutte » de plein droit, se voient également attribuer un rôle d’importance. En effet, dès lors que, dans les espaces du soulèvement, les obstacles à la mobilité géographique6 emblématisent les « entraves » à la mobilité sociale, ces équipements routiers – qui autorisent blocages et occupations – ont représenté une ressource symbolique d’envergure pour les protestataires. Au-delà encore, ils ont fourni le substrat d’une « politisation endogène », faite de contacts et d’échanges amicaux, denses et moteurs. Tout en débordant le cadre politique, la « vie de rond-point » a, de la sorte, favorisé l’étayage des socialisations militantes et une consolidation décisive du mouvement naissant.

  • 7 Selon Laurent Jeanpierre, les Gilets jaunes ne réclament pas, par exemple, l’abolition de l’organis (...)
  • 8 Au sens de Charles Tilly. L’hommage à la pensée du politiste américain demeure très partiel ici, da (...)

5Dans la troisième partie, Laurent Jeanpierre fait l’hypothèse que ces occupations du proche et du familier prennent place, en outre, dans une dynamique plus vaste de « relocalisation du politique ». Elles justifieraient, à ce titre, d’apparenter le soulèvement des Gilets jaunes à d’autres protestations territorialisées récentes (par exemple les mouvements dits des « places », Nuit Debout ou encore celui de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes). Certes, l’appartenance sociale des participants à ces luttes, comme la nature de leurs revendications, différent significativement7. Néanmoins, parce qu’elles recourent à des moyens d’action relativement semblables et parce qu’elles admettent un rapport commun à la représentation politique, ces contestations contemporaines contribueraient, chacune à leur manière, à dessiner un « nouveau répertoire de l’action collective »8.

  • 9 Ce dont témoigne, par exemple, l’inertie des maires, qui n’auraient pas soutenu le mouvement au-del (...)
  • 10 Comme y invitent des modèles comme ceux du syndicalisme dit « intégral » ou des kibboutz de Palesti (...)

6Quoi qu’il en soit, les possibilités démocratiques offertes par une telle relocalisation du politique sont loin, pour l’heure, de se traduire par une repolitisation corrélative du local9. Le chantier demeurant largement ouvert, Laurent Jeanpierre se propose d’y apporter une contribution réflexive. Dans une dernière partie, à tonalité prospective, il se livre à une revue raisonnée des réussites et des échecs attachés à un certain nombre d’utopies, susceptibles de servir de référence aux Gilets jaunes préoccupés par l’avenir politique de leur mouvement. Les utopies « communales » examinées réfèrent à des « tentatives d’autogouvernement structurées en “communes” », c’est-à-dire en unités politiques réduites et autonomes, qui valorisent des relations directes et égalitaires au sein d’une « microsociété ancrée sur un territoire ». Aux yeux de l’auteur, les caractéristiques géographiques du périurbain contemporain donneraient aisément prise à des appropriations démocratiques de ce type. Plusieurs écueils sont cependant pointés, parmi lesquels ceux liés à d’éventuels détournement du communalisme par les dominants à leur profit (des implantations communales en périphérie urbaine pouvant, par exemple, procurer des « externalités positives » au gouvernement néolibéral d’une métropole). De même, l’auteur invite à considérer le plus sérieusement possible la place réservée aux questions de division du travail et d’organisation économique, dans les réflexions dédiées à la structuration politique des communes10.

7Enfin, alors que le mouvement a pu parfois être réduit à une réaction populaire hostile à l’injonction élitaire à la citoyenneté écologique, Laurent Jeanpierre met en évidence les affinités repérables entre, d’un côté, les aspirations des Gilets jaunes à la relocalisation de la politique et, de l’autre, celles d’un écologisme militant, attentif à l’approfondissement de la démocratie dans le renouvellement du rapport au territoire. Ceci le conduit à pointer un dernier aspect crucial : celui de la nécessaire articulation de cette action locale avec d’autres échelles décisionnelles incontournables (qui impliquent en particulier de réfléchir aux modalités de reprise en main démocratique des organisations supranationales, monopolisant notamment les processus de régulation financière ou le traitement des questions migratoires).

8Publié dix mois à peine après le début du mouvement, In Girum fourmille de faits, remarques, hypothèses et nuances, très habilement tressés. Face à un effort aussi convaincant pour livrer une esquisse « du champ de bataille où ont évolué les protagonistes », il serait mal venu de reprocher obstinément à son auteur d’avoir emprunté la voie de l’essayisme rigoureux. Ce d’autant que les aspects les plus prospectifs de l’ouvrage comportent nombre d’articulations pertinentes entre analyses scientifiques et élaborations plus militantes (lorsqu’est rappelé, par exemple, que le « communalisme libertaire n’est pas qu’une fiction de papier », ou encore lorsqu’il s’agit d’examiner la compatibilité des utopies convoquées avec la réalité géographique française contemporaine).

9Sans doute ce livre relève-t-il toujours de la « première salve » d’écrits sur le mouvement des Gilets jaunes. Cependant, il en constituera aussi vraisemblablement le point d’orgue, en ayant offert à la réflexion collective un bilan d’étape parmi les plus clairs, complets et aboutis.

Haut de page

Notes

1 Depuis 2006 (année de la mobilisation contre le Contrat de première embauche), les mouvements nationaux structurés par des appareils et centrés autour des enjeux du travail se sont révélés faiblement rentables.

2 Le soulèvement se caractérise par une absence de leaders « stables » et par la faiblesse de sa structuration, comme de son patrimoine d’expériences politiques antérieures.

3 Cf. les enquêtes comme celles conduites par le sociologue Benoît Coquard ou l’anthropologue Serena Boncompagni, ou encore la recherche collective initiée par des membres du laboratoire PACTE de Grenoble.

4 Selon les termes d’Arthur Jatteau, « Les Gilets jaunes et les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 29 mars 2019 : http://journals.openedition.org/lectures/33053.

5 Suscitée par des circonstances historiques exceptionnelles, la sortie de l’anonymat d’individus dépourvus d’expérience militante participe d’un « protagonisme politique ».

6 Du péri-urbain aux petites villes désindustrialisées et aux campagnes déconsidérées, la colère jaune s’est initialement exprimée autour d’enjeux liées au déplacement (taxe sur le carburant).

7 Selon Laurent Jeanpierre, les Gilets jaunes ne réclament pas, par exemple, l’abolition de l’organisation économique dominante.

8 Au sens de Charles Tilly. L’hommage à la pensée du politiste américain demeure très partiel ici, dans le sens où les ancrages territoriaux du cycle de mobilisations qui s’engage dérogent fondamentalement aux lois du processus historique qu’imaginait ce dernier (c’est-à-dire un cheminement du local vers le transnational).

9 Ce dont témoigne, par exemple, l’inertie des maires, qui n’auraient pas soutenu le mouvement au-delà de ce que réclamait la promotion de leurs propres intérêts (dans la concurrence les opposant aux pouvoirs centraux et intercommunaux).

10 Comme y invitent des modèles comme ceux du syndicalisme dit « intégral » ou des kibboutz de Palestine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofian Beldjerd, « Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 12 novembre 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38399

Haut de page

Rédacteur

Sofian Beldjerd

Maître de conférences à l’Université de Poitiers, chercheur au Gresco (EA 3815).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page