Navigation – Plan du site

Claudia Aravena, Iván Pinto, Visiones Laterales: Cine y video experimental en Chile (1957-2017)

Ignacio Albornoz Farina
Visiones laterales
Claudia Aravena, Iván Pinto, Visiones laterales. Cine y video experimental en Chile (1957-2017), Santiago, Metales Pesados, 2018, ISBN : 9789569843419.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maison d’édition chilienne fondée en 2005, Metales Pesados contribue depuis lors à l’enrichissement (...)
  • 2 Financé par l’Institut Itaú Cultural, le cycle itinérant Visionarios: audiovisual en Latino-américa(...)
  • 3 Lerner Jesse, Piazza Luciano, Ismo, Ismo, Ismo: cine experimental en América Latina, Oakland, Unive (...)

1Paru aux éditions Metales Pesados1 en 2018, Visiones laterales vient combler un manque considérable dans l’univers de la littérature sur le cinéma en langue espagnole : celui des écrits académiques et spécialisés consacrés au cinéma expérimental, aire théorique encore peu explorée autour de laquelle certaines initiatives récentes commencent néanmoins à jeter quelque lumière. Parmi celles-ci on peut citer, notamment, le cycle itinérant Visionarios: audiovisual en Latino-américa (2009), présenté dans plusieurs musées et espaces d’art ibéro-américains2, et le volume Ismo, Ismo, Ismo: cine experimental en América Latina (2017), coécrit par Jesse Lerner et Luciano Piazza3.

  • 4 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.

2Coécrit par la vidéaste Claudia Aravena et le chercheur Iván Pinto, Visiones laterales a pour but de cerner, d’après les mots de ses auteurs, des pratiques filmiques se mouvant « dans des zones frontalières et difficiles à cataloguer, mais se caractérisant toutes par une claire vocation exploratoire et analytique [...], sur différents supports et dans des espaces de circulation divers » (p. 7)4. En ce sens, écrivent-ils plus tard, la démarche de l’ouvrage consiste à reconstituer, en ayant recours à une notion souple et « élargie » de l’expérimental, « la continuité du fil de l’audiovisuel expérimental [au Chili] » (p. 10), sans pour autant céder aux pressions d’un récit linéaire ou progressif (p. 8) et comprenant que celle-ci résulte, en fin de compte, du « partage d’espaces et temps politiques réels » et non pas d’un « programme esthétique commun » (p. 9).

  • 5 Panizza Tiziana, Dear Nonna, a Film Letter, 2005, numérique, couleur, 14’.
  • 6 Rupcich Nicolas, ML, 2011, numérique, couleur, 2’.

3En termes d’organisation, le volume est divisé en quatre parties principales, précédées par une introduction éloquemment intitulée « Champ élargi » et suivies par une postface et une annexe chronologique à deux volets. La première partie, « Une chronologie critique », est à proprement parler un recueil d’articles thématiques de courte extension (entre deux ou quatre pages, pour la plupart), portant chacun sur un film spécifique. Le recueil, dont les entrées ont été rédigées tantôt par l’un ou l’autre des auteurs, tantôt par les deux, dresse un bref mais très cohérent aperçu du cinéma expérimental sur le plan national, allant du célèbre Mimbre (1957) de Sergio Bravo, œuvre pionnière du Cinéma expérimental de l’Université du Chili, à des films récents tels que Dear Nonna, a film letter (2005) de Tiziana Panizza5 ou ML (2011) de Nicolas Rupcich6.

4La deuxième partie, centrée sur la période 2000-2017, adopte un principe d’articulation différent. Les auteurs y proposent un essai d’une quarantaine de pages dans lequel ils effectuent, de manière plutôt libre et associative, une sorte de « cartographie non exhaustive de lignes de travail et tendances de l’audiovisuel des dernières quinze ans » (p. 104). Sont relevés ici les principaux motifs et stratégies performatives de la production expérimentale récente, laquelle se voit ainsi organisée selon certains axes thématiques et formels précis : la critique de l’appareil et de la machine, le ralentissement de la cadence de l’image, l’intervention dans l’espace public, la réflexion sur le paysage, les poétiques dites « ethnographiques », les approches archivistiques reposant sur la pratique du found footage, etc.

5La troisième partie, « De la vidéo, revisitant des histoires », se compose de quatre conversations tenues entre les auteurs et quelques personnages de renom du monde de l’audiovisuel chilien, liés tous « à la scène des années 1980 et à ses postérieures transformations » (p. 18) : les commissaires d’exposition et théoriciens Justo Pastor Mellado et Néstor Olhagaray et les chercheurs Sebastián Vidal et Valentina Montero. « Mémoires de champ », la dernière partie du volume, reprend pour sa part cinq textes d’extension variable écrits par des chercheurs, critiques et vidéastes et publiées tous dans le courant des années 1980. L’on y compte, entre autres, des contributions de Nelly Richard, Guadalupe Santa Cruz y Guillermo Cifuentes.

6Visiones laterales est en somme un projet hybride et polyphonique, caractéristique que ses auteurs se soucient d’ailleurs de souligner en tant que geste délibéré. Cette diversité de sources et de stratégies peut certainement troubler le lecteur qui serait à la recherche d’une approche unitaire, axée sur quelques créateurs spécifiques ou présentant une vision d’ensemble plus exhaustive et totalisante – pour ne pas dire cartésienne. Or, il apparaît évident que l’agencement de textes de formats, genres, auteurs et provenances divers, réussit en l’occurrence à fournir au lecteur une documentation nourrie – une véritable archive à portée de main – lui permettant de donner un premier pas vers ce « terrain fertile de questionnements » (p. 254) qu’est l’expérimental, tout en respectant la nature hétéroclite de l’objet étudié.

  • 7 Aravena Claudia, Pinto Iván, Visiones laterales. Cine y video experimental (1957-2017), Santiago du (...)

7Il conviendrait de remarquer, finalement, le soin pris par les auteurs sur le plan de l’image, laquelle accompagne profusément, sous forme de photogrammes, les deux premières sections du livre. Suivant, comme l’a déjà remarqué Andrea Kottow7, une certaine « logique du collage », Visiones laterales déploie en effet, tout au long de ces pages, une considérable quantité d’images fixes tirées des films et des installations évoquées, lesquels peuvent ainsi être plus concrètement saisis par le lecteur. Bien que succombant par moments à son penchant pour le commentaire expéditif – l’on déplore parfois l’absence d’une analyse plus approfondie des œuvres qu’il glose –, l’ouvrage d’Aravena et Pinto constitue enfin une initiative inédite dont on se doit absolument de saluer l’opportunité et la justesse, car elle contribue, adoptant une approche qui valorise et reconnaît sa propre nature fragmentaire, à éclairer une zone méconnue du corpus – discontinu s’il en est – du cinéma chilien contemporain.

Haut de page

Notes

1 Maison d’édition chilienne fondée en 2005, Metales Pesados contribue depuis lors à l’enrichissement de la littérature philosophique, sociologique et esthétique dans le champ culturel chilien et latino-américain, publiant régulièrement des livres originaux et des traductions d’auteurs étrangers.

2 Financé par l’Institut Itaú Cultural, le cycle itinérant Visionarios: audiovisual en Latino-américa a parcouru les principaux musées et salles d’exposition d’Amérique latine et d’Espagne, présentant un total de 73 œuvres expérimentales de tous formats distribuées en neuf programmes thématiques.

3 Lerner Jesse, Piazza Luciano, Ismo, Ismo, Ismo: cine experimental en América Latina, Oakland, University of California Press, 2017.

4 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.

5 Panizza Tiziana, Dear Nonna, a Film Letter, 2005, numérique, couleur, 14’.

6 Rupcich Nicolas, ML, 2011, numérique, couleur, 2’.

7 Aravena Claudia, Pinto Iván, Visiones laterales. Cine y video experimental (1957-2017), Santiago du Chili, Metales Pesados, 2018 ; compte rendu d’Andrea Kottow pour laFuga : http://2016.lafuga.cl/visiones-laterales-cine-y-video-experimental-1957-2017/893.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ignacio Albornoz Farina, « Claudia Aravena, Iván Pinto, Visiones Laterales: Cine y video experimental en Chile (1957-2017) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38430

Haut de page

Rédacteur

Ignacio Albornoz Farina

Doctorant en « Esthétiques, sciences et technologies du cinéma et de l'audiovisuel » à l’université Paris VIII, Ignacio Albonoz prépare actuellement une thèse sur les figurations du témoin dans le cinéma documentaire chilien, sous la direction de Christa Blümlinger. Ses sujets de recherche incluent aussi la production cinématographique universitaire chilienne des années 1960 et 1970.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page