Navigation – Plan du site

Frédéric Goulet, Faire science à part. Politiques d’inclusion sociale et agriculture familiale en Argentine

Marie-Aimée Romieux
Faire science à part
Frédéric Goulet, Faire science à part. Politiques d’inclusion sociale et agriculture familiale en Argentine, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Sciences et Technologies en Société », 2019, 266 p., ISBN : 9782875622075.
Haut de page

Texte intégral

1Les technosciences peuvent-elles apporter des réponses aux défis de demain ? Peuvent-elles améliorer les pratiques et la vie quotidienne des agriculteurs locaux ? Autant de questions auxquelles Frédéric Goulet, sociologue et chercheur au sein du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), tente de répondre à partir de l’exemple argentin. Cet ouvrage dresse un bilan sur les politiques d’inclusion sociale par les technosciences mises en œuvre par le gouvernement argentin depuis les années 2000. L’auteur s’inscrit dans la perspective d’une sociologie politique des sciences et des techniques1, c’est-à-dire qu’il interroge les dimensions politiques des sciences et des techniques, leur place dans la sphère publique et le rôle de ses acteurs. L’objet étudié, l’agriculture familiale – expression désignant les petits producteurs agricoles vivant principalement du travail fourni sur l’exploitation agricole par l’unité de production familiale – est au cœur de l’interventionnisme étatique argentin. Elle est en effet régulièrement au centre des attentions politiques argentines par exemple lors de la crise du lait de 2019. De plus, l’agriculture familiale a été également mise en avant sur la scène internationale par la FAO (Food and Agriculture Organisation) en 2014, « année internationale de l’agriculture familiale »2. Soulignons également que l’auteur fait lui-même partie d’un organisme, le Cirad, qui propose des réponses à ces questions sociétales.

  • 3 Jasanoff Sheila, « Future Imperfect: Science, Technology and the Imaginations of Modernity », in (...)
  • 4 Au premier rang duquel on trouve l’ouvrage Durkheim Emile & Mauss Marcel, « De quelques formes pr (...)
  • 5 Voir Gieryn Thomas, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science. Strains and (...)

2Après avoir minutieusement présenté la définition et les enjeux des objets discutés, l’auteur élabore trois axes de réflexion. Premièrement, Frédéric Goulet propose d’analyser la notion d’imaginaire sociotechnique afin de mieux comprendre la façon dont la société argentine pense la place des sciences et des techniques. L’enjeu est de montrer, dans la continuité des travaux de Sheila Jasanoff3, l’affrontement d’imaginaires concurrents au sein d’un même pays et leur impact sur les visions du rôle de la science et de son bon exercice, ainsi que du rôle de l’État et de ses institutions dans la société. Le deuxième axe de réflexion porte sur le découpage en catégories du monde de l’agriculture familiale et des publics vulnérables. Il renvoie ici à un pan d’étude classique de la sociologie4 parfois appelé les category studies. Enfin, le troisième axe de recherche interroge l’idée de démarcation chez les scientifiques5 et la flexibilité des frontières entre les activités intellectuelles et techniques et l’engagement social. Ces réflexions s’appuient sur un imposant travail d’enquêtes dont la nature est systématiquement explicitée par l’auteur, réalisées entre 2014 et 2016 à Buenos Aires et dans diverses localités du centre et du nord-ouest du pays.

3L’ouvrage s’organise en trois grandes parties, chacune s’ouvrant par une mise en perspective socio-historique des politiques sciences et technologiques contemporaines. Cette méthode donne non seulement un contexte à chaque partie mais elle structure le discours en donnant des repères au lecteur. On apprécie également que Frédéric Goulet prenne soin de rédiger une synthèse à la fin de chacune de ses parties afin de récapituler les principaux arguments avancés jusqu’alors.

4La première partie analyse la place et l’évolution de l’agriculture familiale dans le projet national et populaire argentin. La présentation du projet politique général mis en œuvre par le gouvernement argentin depuis 2003 donne plusieurs clés de compréhension. Au-delà d’une simple explication du péronisme, ce mouvement populaire national né dans les années 1940 autour de la figure de Juan Peron, Frédéric Goulet repositionne chaque acteur social à la place qui lui a été attribuée par les politiques publiques argentines. Il met en avant un processus de dualisation et de démarcation du secteur agricole qui progressivement monte en puissance dans le discours politique argentin. Le rôle ascendant de l’agriculture dans la reprise économique, suite aux crises de 1998 et de 2002, n’est pas seulement rhétorique. Le gouvernement mobilise l’ensemble de l’imaginaire social et créé une toile complexe d’institutions, d’instituts et d’universités pour mettre en œuvre cet imaginaire. L’interprétation des justifications prend ainsi une résonance particulière et incite implicitement le lecteur à s’interroger. Quelle place est donnée à l’agriculture familiale dans le monde aujourd’hui ? Quelles relations existe-t-il entre le discours, l’imaginaire politique et les politiques mises en œuvre ? La mise en œuvre de ces politiques n’est-elle que la conséquence d’un discours à justifier ? Quel est l’impact de ces politiques publiques sur le lien social argentin ? Autant de questions ouvertes au débat et qui font de cet ouvrage un révélateur puissant.

5Dans la deuxième partie, l’auteur s’attache à expliciter comment les sciences et les technologies sont mises au service de l’inclusion sociale. Le sociologue s’appuie sur l’exemple de l’Inta6 (Instituto Nacional de Tecnologia Agropescuaria), créé en 1956 et dont la mission actuelle est de faire de l’innovation scientifique et technologique un moteur du développement par un truchement de coopérations institutionnelles. Il analyse également le discours de la coordinatrice du Procodas7 (Programa Consejo de la Demanda de Actores Sociales), un programme conseil créé par la résolution ministérielle n° 609 en 2008 et dont l’objectif est l’identification des besoins sociaux qui feraient intervenir les sciences et technologies. Placé au cœur du projet sociotechnique, l’investissement accordé aux sciences et aux techniques est orienté de sorte qu’elles aient des répercussions concrètes dans la vie quotidienne des agriculteurs. Le but est de renforcer la coordination, les échanges et la co-construction de solutions viables pour l’agriculteur. L’auteur souligne dans ce cadre les difficultés de pilotage rencontrées au début du projet mais aussi les différents d’orientation qui apparaissent progressivement.

  • 8 Un exemple de trajectoire est celui de Marcos développé p. 148.
  • 9 Voir sur ce point le site du ministère des sciences et technologies argentin : https://datos.minc (...)

6La troisième partie est consacrée aux acteurs et aux pratiques de ces politiques d’inclusion sociales de l’agriculture familiale argentine. La dimension sociale et humaine a une place particulière dans la mise en œuvre de ces politiques publiques. Se développent en effet d’une part une proximité particulière entre les chercheurs, les agriculteurs et les technocrates des ministères et institutions publiques, et d’autre part une identité spécifique de ces institutions publiques dédiées à l’agriculture familiale. C’est dans cette partie que l’auteur s’appuie plus particulièrement sur ses enquêtes de terrain : il dresse en effet le portrait et les trajectoires8 professionnels de ceux qui ont contribué à la valorisation de l’agriculture familiale dans les politiques publiques. Souvent issus de milieux modestes, ces acteurs mettent en avant leur volonté d’être au service de la société et de l’intérêt public. Ils souhaitent « rendre » ce qui leur a été donné. Frédéric Goulet pointe le désir d’émancipation individuelle et collective qui rapproche ses acteurs des politiques publiques des agriculteurs et qui redéfinit la place de la science dans la société. La proximité des sciences et technologies et du terrain d’action ainsi que la vulgarisation scientifique et à l’accès aux innovations scientifiques9 ne sont pas seulement un impératif moral ! Il suffit d’observer le portail d’accès à ses informations (ci-dessous) : le gouvernement met l’accent à la fois sur la quantité des données accessibles mais aussi sur les visiteurs, classés par catégorie. Les interviews de chercheurs montrent finalement les critiques de pratiques émises par ses acteurs : les logiques de catégorisation et les démarcations entre développement et recherche sont ainsi remises en cause.

Portail d’accès aux innovations scientifiques et technologiques du ministère argentin des sciences et des technologies, exemple de vulgarisation mise en place à l’échelle de l’État.

7La richesse des discussions épistémologiques ainsi que l’inclusion des revendications des opérateurs de ces politiques publiques d’inclusion sociale de l’agriculture familiale font la force de cet ouvrage. Cette vision sociologique éclaire sous un nouvel angle l’interventionnisme argentin mais elle met aussi en avant les dissensions internes, les aspirations parfois personnelles voire institutionnelles qui apparaissent au fil du développement des projets. C’est cette dimension humaine qui donne un cachet à cet ouvrage particulièrement dense. Nous sommes de fait au cœur d’une interrogation épistémologique fondamentale : à quel point les recherches scientifiques doivent-elles être orientées par le terrain ? Le chercheur ne risque-t-il pas à terme de devenir un simple accompagnateur social ? L’auteur ouvre finalement la discussion sur les régimes de savoir et la place des sciences et technologies dans la société aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Pour une définition récente, voir Berard Yann & Roger Antoine (dir.), « Sociologie politique des sciences », Politix, n° 111, 2015.

2 Voir http://www.fao.org/family-farming/home/fr/.

3 Jasanoff Sheila, « Future Imperfect: Science, Technology and the Imaginations of Modernity », in Jasanoff Sheila & KIM Sang-Hyun (dir), Dreamscapes of Modernity: Sociotechnical Imaginaries and the Fabrication of Power, Chicago, Chicago University Press, 2018, p. 1-47, disponible en ligne : http://iglp.law.harvard.edu/wp-content/uploads/2014/10/Jasanoff-Ch-1.pdf

4 Au premier rang duquel on trouve l’ouvrage Durkheim Emile & Mauss Marcel, « De quelques formes primitives de classification », Année sociologique, n° 6, 1903, p. 1-72.

5 Voir Gieryn Thomas, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science. Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, n° 48, 1983, p. 781-795.

6 Voir https://www.argentina.gob.ar/inta.

7 Voir https://www.argentina.gob.ar/ciencia/informacion-al-ciudadano/tecnosocial/procodas.

8 Un exemple de trajectoire est celui de Marcos développé p. 148.

9 Voir sur ce point le site du ministère des sciences et technologies argentin : https://datos.mincyt.gob.ar/#/.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portail d’accès aux innovations scientifiques et technologiques du ministère argentin des sciences et des technologies, exemple de vulgarisation mise en place à l’échelle de l’État.
URL http://journals.openedition.org/lectures/docannexe/image/38441/img-1.png
Fichier image/png, 483k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Frédéric Goulet, Faire science à part. Politiques d’inclusion sociale et agriculture familiale en Argentine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 12 novembre 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38441

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page