Navigation – Plan du site

Patrick Boumard, Rose-Marie Bouvet, Bureaucratie à tous les étages

Erwan Autès
Bureaucratie à tous les étages
Patrick Boumard, Rose-Marie Bouvet, Bureaucratie à tous les étages, Paris, Editions de L'Onde, 2019, 173 p., post. Guy Berger, ISBN : 978-2-37158-155-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aron Raymond, Les grandes étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 521.

1Comme le souligne Raymond Aron, l’État moderne est un objet d’étude privilégié de la sociologie, dès les travaux de ses précurseurs, tels que Montesquieu, Comte, Tocqueville ou Marx. Dans le champ de la sociologie, la bureaucratie constitue un idéal-type définissant pour Max Weber « un aspect des institutions politiques qui ne couvre pas un régime tout entier et qui se retrouve maintes fois, à des moments différents de l’histoire »1. Si un État ne peut administrer une population sans une bureaucratie, la bureaucratie peut s’étendre bien au-delà de cette finalité, d’où la critique récurrente de la « bureaucratisation » du monde, qui est le point de départ et le fil conducteur de l’ouvrage. Ce dernier vise à dénoncer les effets pervers de cette extension et à analyser l’exaspération qui en résulte, le citoyen ayant tendance à se perdre dans un immense labyrinthe administratif, absurde et irrationnel. La démarche consiste en une critique tous azimuts de la bureaucratie moderne. L’ouvrage synthétise en effet les arguments des rhétoriques décriant les bureaucraties publiques qui subsisteraient, voire prospèreraient malgré les offensives libérales. Ces rhétoriques peuvent se définir comme des ancrages de discours portant une argumentation organisée, et dont on peut identifier les auteurs et les finalités. Les arguments « antibureaucratiques » sont ainsi passés en revue dans l’ouvrage à raison d’une rhétorique par chapitre : en littérature, en politique, en sociologie, en économie libérale, en psychologie et en anthropologie.

2Le premier chapitre revient brièvement sur l’histoire de la bureaucratie, en esquissant le lien entre administration et autorité étatique. Alors que, dans l’Égypte ancienne ou dans la Chine médiévale, l’administration est l’affaire d’une caste dominante mais restreinte, les États modernes se caractérisent par une administration envahissante et une bureaucratisation des relations sociales. Aussi bien au sein des États communistes, où la bureaucratie est toute-puissante, que dans les États libéraux, où les lois et règlements font office de main invisible du marché, la bureaucratisation est un phénomène global, un dédale de bureaux où se perdent la logique et les citoyens.

3Le deuxième chapitre est dédié aux représentations littéraires de la bureaucratie. Elles oscillent entre un pôle moquant l’absurdité ubuesque de l’administration, notamment ses employés « ronds-de-cuir », et un pôle kafkaïen qui dénonce la violence absolue qu’elle exerce sur les individus.

  • 2 Lapassade Georges, « Bureaucratie, bureaucratisme, bureaucratisation », Arguments, n° 17, 1960, p.  (...)

4Dans le troisième chapitre, les auteurs explorent les rhétoriques politiques « antibureaucratiques », dont les dénonciations anarchistes des dérives de l’administration stalinienne. Ils constatent que la thèse de Georges Lapassade relative à « la « bureaucratisation du monde »2 conserve toute son actualité : « si on laisse de côté certaines formulations marquées, par l’époque, on s’aperçoit, plus d’un demi-siècle après ce texte, que c’est exactement notre sujet : dans un monde où le système soviétique a été balayé, et où règne un ultra-libéralisme valorisant exclusivement les valeurs individualistes, la bureaucratie est plus que jamais florissante, perturbe et envahit les existences professionnelles comme professionnelles » (p. 60).

  • 3 Crozier Michel, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil, 1963.

5Le quatrième chapitre est consacré à l’examen de la construction de la bureaucratie comme objet de la sociologie depuis Max Weber, puis en France avec les travaux de Michel Crozier3. Les auteurs estiment que cette approche sociologique s’enferme dans une forme de « pensée unique » qui conduit à « anesthésier les esprits » : « ce qui nous importe ici, c’est que contrairement à l’entrée par le politique, qui montre une bureaucratie liée à un système répressif et violent, du côté de la sociologie on a l’impression d’une bureaucratie douce, insidieuse, contemporaine d’une résignation et d’une acceptation générale d’un fonctionnement social reçu comme inévitable » (p. 72). On retrouve ici la critique parfois adressée à la sociologie conventionnelle de conforter les dominations plutôt que de les renverser. La sociologie viendrait par ses explications atténuer les rhétoriques critiques de la domination bureaucratique, tout en échouant, par une forme de complaisance, à la comprendre (p. 110).

  • 4 Graeber David, La bureaucratie, Paris, Éditions les liens qui libèrent, 2015, p. 16 cité par les au (...)
  • 5 Voir par exemple la note de synthèse « Tendance de l’emploi public : où en est-on ? » publiée par l (...)

6Le cinquième chapitre étudie les liens entre bureaucratie et économie libérale, en prenant pour point de départ les travaux de l’anthropologue américain David Graeber, notamment la thèse du développement d’une « bureaucratisation totale » ou « bureaucratisation prédatrice » (p. 92), ainsi que de la thèse de Béatrice Hibou d’une « bureaucratisation néolibérale » (p. 110). Pourquoi la bureaucratie est-elle florissante alors que la rhétorique de l’économie libérale vise à réduire le rôle de l’État ? C’est qu’il existe un effet paradoxal qui serait même une « loi d’airain du libéralisme » selon David Graeber : « toute réforme du marché […] aura pour effet d’accroître le nombre total de réglementations, le volume total de paperasse et l’effectif total des agents de l’État »4. L’économie moderne serait ainsi saturée de règlements. Il est vrai que les innovations technologiques (drones, trottinettes électriques, utilisation informatique des données personnelles…) conduisent à des réglementations supplémentaires. Toutefois, la thèse de l’augmentation continue du nombre de fonctionnaires pour contrôler l’application des réglementations n’est pas soutenue par des données empiriques5. Si la bureaucratie entendue comme source de « paperasserie » se porte bien, il n’en est pas forcément de même des administrations publiques ; or l’analyse proposée par les auteurs distingue peu ces évolutions contrastées.

  • 6 Dupuy François, Thoenig Jean-Claude, L’administration en miettes, Paris, Éditions Fayard, coll. « E (...)
  • 7 Pour rester dans le champ des études françaises sur l’administration d’État, quelques exemples : Al (...)

7Le sixième chapitre propose une lecture psychologique de la bureaucratie. En 1985, dans L’administration en miettes6, Jean-Claude Thoenig et François Dupuy distinguaient six « comportements administratifs » : les assiégés, les bureaucrates insatisfaits, les répressifs, les arrangeurs, les conseillers et les commerciaux. Les auteurs ne reprennent pas les nuances d’une telle typologie. Tout à leur dénonciation, ils tendent à caricaturer le profil des bureaucrates : « tout sadique n’est pas bureaucrate, mais dans tout bureaucrate on trouve un côté (ou un moment) sadique » (p. 134). Ils concluent à cet égard que « le bureaucrate est à la fois conformiste socialement et sadique psychologiquement » (p. 138). L’étendue et la fréquence des vexations ou humiliations vécues aux guichets peut certainement interpeller quant au profil psychologique de « bureaucrates », mais de telles sentences fonctionnalistes ne tiennent pas compte des études qualitatives de l’État en action, depuis la sociologie des organisations, attentive aux comportements stratégiques des individus au travail, jusqu’à la sociologie du guichet, relevant les dilemmes moraux produits par le contact des usagers, en passant par l’ethnographie de l’action publique, documentant la réflexivité des agents de l’État7.

8Dans le dernier chapitre, d’une certaine manière en décalage avec l’approche proposée dans l’ouvrage, les auteurs évoquent l’intérêt d’une « anthropologie de la complexité » défendant une analyse ethnographique qui investiguerait en profondeur la bureaucratie (p. 139) : en « donnant la parole à tous les acteurs sociaux » (p. 156) pour comprendre les « expériences quotidiennes » et les « préjugés ordinaires » (quatrième de couverture). On atteint ici une limite méthodologique de l’ouvrage, non seulement car cette anthropologie existe déjà, mais aussi parce qu’elle n’est pas cette rhétorique moralisatrice dont se chargent les auteurs et qui vient s’ajouter aux rhétoriques à l’œuvre. En effet, il manque à notre sens une analyse reposant sur une ethnographie de terrain, qui aurait pu justifier ou conforter un tel ressentiment contre la bureaucratie. Alors qu’elle repose sur des lectures interdisciplinaires, ouvrant la voie à des perspectives croisées, la rhétorique de la dénonciation que déploient les auteurs au fil du livre nous semble prise au piège d’une vision réductrice de la bureaucratie, rabattue sur la violence ordinaire des interactions au guichet. La bureaucratie y est ainsi conçue comme « bras armé » des « stratégies d’empêchement de l’émergence de la parole des gens ordinaires » (p. 158). Il est pourtant possible de montrer ethnographiquement l’inverse si, méthodologiquement, l’analyse tient également compte des situations contraires qui ne rentrent pas dans ces prénotions faciles à conforter. Par exemple, l’objectif de rationaliser et d’organiser les ressources d’une société n’est pas abordé, ni l’aide ou conseils que peuvent apporter des administrations locales. L’analyse des rhétoriques « antibureaucratiques » aurait pourtant pu être le point de départ d’une question empirique pour l’anthropologie politique : à quel point sommes-nous dans une ère de bureaucratisation du monde ? Quelles activités ou relations sociales demeurent « sauvages », échappant encore à la paperasse, à la vigilance, et au contrôle ? Et surtout : pourquoi nous en accommodons-nous si facilement ?

9Le propos des auteurs se termine de la manière suivante : « nous espérons ainsi avoir contribué à rendre leur fierté aux acteurs sociaux exaspérés, humiliés voire écrasés par les diverses figures de la bureaucratie » (p. 162). Nous craignons donc que la vulgarisation universitaire cède dans cet ouvrage la place à la croisade morale. Les lecteurs victimes de l’administration y trouveront certainement une confirmation de leurs impressions, voire un motif de consolation. Au passage, l’ouvrage dit peu de notre accommodement moral aux bureaucraties privées, celles des assurances, des juristes, des relations commerciales, comme la soumission banale aux conditions d’utilisation des services en ligne. En contribuant à faire de l’administration un sujet politique à partir d’une indignation morale, les auteurs font certainement œuvre utile, refusant qu’on taise ou qu’on accepte les dérives « de sadisme minuscule » (p. 132). Mais dans quelle mesure est-ce un « travail d’émancipation » (p. 169) ? Dans quelle mesure comprend-on la bureaucratisation des sujets ? Au fond, après d’autres, les auteurs défendent une formule intellectualiste qui réduit l’administration à une entité abstraite, formule qui occulte le fait que le chercheur français n’est bien souvent qu’un fonctionnaire de la bureaucratie académique : « après sa lecture, le citoyen est mieux armé, en partant de l’hypothèse que quand les gens comprennent comment ça fonctionne, ils sont libérés » (p. 169). Il n’est pas certain qu’une critique abstraite, morale et sans réflexivité y parvienne.

Haut de page

Notes

1 Aron Raymond, Les grandes étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 521.

2 Lapassade Georges, « Bureaucratie, bureaucratisme, bureaucratisation », Arguments, n° 17, 1960, p. 1-7.

3 Crozier Michel, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil, 1963.

4 Graeber David, La bureaucratie, Paris, Éditions les liens qui libèrent, 2015, p. 16 cité par les auteurs p. 86.

5 Voir par exemple la note de synthèse « Tendance de l’emploi public : où en est-on ? » publiée par le Centre d’analyse stratégique en février 2011, disponible à l’adresse suivante : http://archives.strategie.gouv.fr/cas/system/files/ns-ecofinances-214.pdf_1.pdf, consulté le 09/11/2019. Selon le graphique p. 5, la proportion d’emplois dans les administrations publiques tend à se réduire entre 1995 et 2010 dans une partie des pays de l’OCDE.

6 Dupuy François, Thoenig Jean-Claude, L’administration en miettes, Paris, Éditions Fayard, coll. « Espace du politique », 1985.

7 Pour rester dans le champ des études françaises sur l’administration d’État, quelques exemples : Alam Thomas, Gurruchaga Marion, O’Miel Julien, « Science de la science de l’État : la perturbation du chercheur embarqué comme impensé épistémologique », Sociétés contemporaines, n° 87, 2012, p. 155-173 ; Dubois Vincent, « Ethnographier l’action publique. Les transformations de l’État social au prisme de l’enquête de terrain », Gouvernement et action publique, n° 1, 2012, p. 83-101 ; Latour Bruno, La fabrique du droit, une ethnographie du Conseil d’État, Paris, Éditions La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2004 ; Lequesne Christian, Ethnographie du Quai d’Orsay, les pratiques des diplomates français, Paris, CNRS éditions, 2017 ; Weller Jean-Marc, « La disparition des bœufs du Père Verdon. Travail administratif ordinaire et statut de la qualification », Droit et société, n° 67, 2007, p. 713-755.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Autès, « Patrick Boumard, Rose-Marie Bouvet, Bureaucratie à tous les étages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38701

Haut de page

Rédacteur

Erwan Autès

Membre de l’équipe « Dire la Santé mentale », IHRIM, ENS Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page