Navigation – Plan du site

Stéphane Beaud, Joseph Confavreux, Jade Lindgaard, La France invisible

Thomas Dollé
La France invisible
Stéphane Beaud, Joseph Confavreux, Jade Lindgaard (dir.), La France invisible, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2008, 647 p., EAN : 9782707153746.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre se présente en deux parties, qui contiennent chacune des discours fort distincts : la première, intitulée "Récits, enquêtes, portraits" se compose uniquement de témoignages concernant des trajectoires, des situations de vie, des modes ou des styles de vie, qui sont pour la plupart suivis par une analyse d'un spécialiste à propos du sujet dont il est question, et est organisée en catégories classées par

2ordre alphabétique telles que les discriminés, les drogués, ou encore les surendettés (une trentaine au total). La seconde, "Connaissances et représentations du monde social" est elle divisée en trois sous-parties ("Outils, mesures" ; "Fausses représentations et imaginaires biaisés" et enfin "Question sociale, gestion sociale") et a pour objectif de mettre en lumière les processus d'invisibilisation ou de visibilisation des catégories invisibles décrites et présentées dans la première partie. Ecrit par un rassemblement de chercheurs, d'écrivains et de journalistes sous la direction de Stéphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard, ce livre propose ainsi une mise en relation de différents points de vue et mode d'écriture sur des questions auxquelles tous sont différentiellement confrontés et dont la visibilité ou le traitement par différents acteurs ou mécanismes sociaux (politiques publiques, outil statistique, discours et enquêtes journalistiques, droit, ...) ne permet pas de rendre compte de façon éclairée et judicieuse. C'est pourquoi cet ouvrage s'inscrit volontairement et délibérément dans une tradition de sociologie critique (comme on peut le voir dans la référence en introduction à l'ouvrage lui aussi collectif et dirigé par Pierre Bourdieu, La misère du monde) dont le but est de mettre à jour des mécanismes sociaux qui conditionnent les actions des individus ainsi que leurs représentations dans une perspective politiquement engagée : il est en effet présenté comme un "dispositif d'urgence, dans une situation d'urgence sociale".

3La première partie de l'ouvrage, tout comme la seconde d'ailleurs, se prête difficilement à un résumé qui nous conduirait tout droit à un catalogue de situations dont la présentation, en dehors de la cohérence donnée à l'ensemble par l'œuvre elle-même ainsi que par ses tenants et ses aboutissants, ne serait que de peu d'intérêt. Ceci est en outre corroboré par la remarque faite en introduction que "Chaque sujet abordé dans ce livre pourrait faire - et devrait faire - l'objet d'un livre à part entière". C'est pourquoi nous optons pour une présentation concise de l'esprit et des grandes lignes d'analyse mises en évidence par l'ouvrage dont la densité ne sera reproduite qu'à un niveau bien inférieur ici. La seconde partie montre et tente de discerner, de dévoiler les raisons qui concourent à la construction des catégories invisibles décrites et abordées dans un premier temps. C'est celles-ci que nous allons tenter de mettre en évidence.

4La première sous-partie de cette seconde partie discerne des raisons qui sont d'ordre juridique, intellectuel et politique : le droit ignore certaines catégories de personnes par différents procédés : une ignorance pure et simple (du fait d'un manque de visibilité propre à la catégorie en question, dans le cas de situations inconcevables (couple homosexuel jusqu'à une date récente)), une sélection (les "pauvres" ni "vagabonds" ni "mendiants" n'étaient pas pris en compte jusqu'à ce qu'ils soient considérés comme des exclus), une saisie indirecte (la catégorie "populations issues de l'immigration" n'est pas juridique, au contraire de celle d'étrangers ou de nationaux) tous ces procédés contribuant à la mise en place de processus d'occultation de diverses catégories qui ne sont pourtant pas à négliger dans la perception de la société française telle qu'elle est constituée actuellement. Par voie de conséquence, cela place les invisibles dans une situation dans laquelle ils ne possèdent aucun droit tandis que le système de lois ne les prend pas en compte. Cela crée donc des rapports au droit qui sont différents selon les situations : tantôt le droit sera répressif, tantôt plutôt intégrateur, selon le statut de la personne appartenant à telle ou telle catégorie : vagabonds et mendiants pour le premier rapport, exclus pour le second. Un processus réciproque peut donc être mis en place, dans lequel une moindre protection judiciaire alimente l'invisibilité et inversement. De surcroît, cette influence du droit sur l'invisibilité n 'est pas sans conséquence sur la façon dont la société se représente ces catégories que l'on ne voit pas : le droit contribue en effet à forger l'imaginaire collectif et par là un certain mode de représentation des liens potentiels que la société pourrait entretenir avec ces invisibles.

5Cependant, le droit n'est pas le seul facteur qui ait une action dans les processus d'occultation de certaines catégories de personnes : la façon dont la sociologie se fait aujourd'hui y participe également. La discipline couvre inégalement le champ social : elle prend en compte par exemple très bien des problèmes qui sont construits par l'agenda politique et médiatique tels que l'exclusion, l'immigration, les quartiers défavorisés,...et qui vont de pair avec une certaine demande sociale du moment mais semble peu se préoccuper de certains modes d'étude des conditions sociales d'existence des individus et des groupes sociaux. Ainsi, rares sont les enquêtes sur le logement et l'habitat qui abordent le problème sous un angle institutionnel, qui aurait pour fonction d'étudier les mécanismes d'attribution des logements sociaux, ceux-ci préconditionnant pourtant le mode de sociabilité dans les quartiers d'habitat social. Il existe également un manque d'études concernant ce que Beaud appelle la "dureté du monde social", c'est-à-dire les différents processus de domination (sociale et symbolique). C'est au même type de problème qu'a affaire la statistique : manque de visibilité de ses productions elles-mêmes (par exemple dans le cas de données concernant les dicriminations subies par des groupes issus de l'immigration, alors que le recensement ou des enquêtes permettent l'utilisation et la diffusion de ces résultats), difficultés d'intégrer de nouvelles questions (du fait des contraintes budgétaires et temporelles) : il n'existe pas de statistiques publiques concernant mal-logés, ou encore de diffuser certains chiffres. Même dans le champ politique, des candidats potentiels (et désormais officiels) à l'élection présidentielle ne parviennent pas à utiliser de façon correcte des sources d'informations qui leur sont pour la plupart communes. Ils font en effet de celles-ci des éléments de décisions stratégiques et de positionnements médiatiques alors qu'elles pourraient contribuer à rendre plus efficace et plus judicieux un vololontarisme politique. Ces processus d'occultation qui permettent de rendre invisibles certaines réalités sociales peuvent cependant se retrouver sur un autre plan, à savoir dans l'outil médiatique lui- même, diffusant des images souvent biaisées et dénaturées de certains phénomènes, mais égalment dans la formulation et le contenu d'une certaine idéologie républicaine. Ceci concerne la deuxième sous-partie de cette seconde partie.

6La deuxième sous-partie de l'ouvrage se concentre davantage sur la pertinence de l'emploi qui est faite ou non de certaines catégories ou de certains paradigmes dans des discours de nature différente, qu'ils soient politiques, idéologiques, ou encore journalistiques, contribuant plutôt à biaiser les représentations collectives. C'est par exemple ce que montre l'utilisation qui est faite de deux catégories aux destins divergents : celles de "bobos" et de "travailleurs pauvres". L'utilisation de la première ("bourgeois-bohèmes") s'est d'abord constituée aux Etats-unis, durant l'année 2000, lors de la parution d'un livre de David Brooks, Bobos in paradise. Très rapidement le terme fait une entrée fracassante dans l'espace médiatique français et est diffusé largement par bon nombres de journalistes, mais également par des géographes, pour décrire respectivement une "nouvelle catégorie sociale" (Alix Girod, journaliste au magazine Elle) et un nouveau type d'habitants (la nouvelle bourgeoisie de gauche) investissant massivement les anciens quartiers populaires de l'Est parisien. Cependant, cet usage est loin d'être celui pour lequel le terme avait été créé aux Etats-Unis et rassemble, sous couvert d'un terme langagier qui donne une illusion unifiée et unificatrice de cette population, des personnes aux profils socio-économiques très différents : il agit comme un masque et n'est rien d'autre qu'une "catégorie créée par un journaliste pour une journaliste". Il exerce ainsi un double effet : l'invisibilisation de phénomènes qui ont lieu à l'intérieur du groupe lui-même, tel que l'appauvrissement général des classes moyennes, et la disqualification sociale de volontés dorénavant considérées comme naïves (écologique par exemple). On a ainsi une focale qui se penche davantage vers des comportements que vers la question plus politique des revenus. Ce passage au second plan d'un problème considéré par les auteurs comme avant tout politique s'apprécie de pareille manière lorsqu'on étudie l'autre catégorie qui est celle des "travailleurs pauvres". Provenant du même pays d'origine (où elle fit son apparition dans les années 70) que celle de "bobos", celle-ci n'est prise en compte en France par la statistique (et l'on peut voir ici une autre illustration des divers rôles que peut jouer cet outil dans les processus d'occultation) a milieu des années 90. (période à laquelle les progressions du travail à temps partiel et des emplois précaires se sont fait sentir). Utilisé dans une étude de Sophie Ponthieux et de Pierre Concialdi en 1997, le terme n'est repris que timidement par la presse française et qui plus est de manière erronée (le nom anglais de "working-poor" étant la plupart du temps traduit par l'expression "pauvres au travail" en français). En outre, les médias semblent à chaque usage de l'expression la découvrir pour la première fois. Et là encore, l'utilisation de ce terme pour désigner une catégorie dont la définition et l'usage statistiques restent encore flous, cache en réalité la question concernant la dégradation de la situation générale des salariés. Méconnaître l'origine et l'usage d'un terme, se contenter d'une utilisation médiatique cachant la réalité et la complexité des processus à l'œuvre dans la diversité de cas regroupés sous ce même terme conduit donc à rendre ceux-ci invisibles ou pour le moins mal compris. Ce sont des processus du même ordre qui concernent l'emploi de concepts beaucoup plus sociologiques et propres à des périodes historiques précises tels que ceux de "classes populaires" ou de "classes moyennes". Enfin, l'invisibilisation s'effectue selon les auteurs à un troisième niveau, qui concernerait plutôt la progressive déstructuration de phénomènes structurants passés (la syndicalisation et le rôle des syndicats notamment) et l'état de fait d'une société qui donnerait des accents plus psychologiques à des processus dont la nature est avant tout sociale.

7La troisième partie montre davantage une perte de repères structurants dans la société française et la prise en charge de certains problèmes proprement sociaux par des biais médicaux plus précisément psychiatrique et psychologique. L'exemple des syndicats illustre très bien le premier phénomène : l'auteur observe une baisse très nette de la syndicalisation mais conjointement une concentration de celle-ci dans certains secteurs (grandes entreprises nationales, fonctionnaires de l'Education nationale, personnel des hôpitaux publics,...). Le modèle syndical français s'érode en effet lentement au fil des ans : la sélection des délégués du personnel par les bureaucraties syndicales (qui rend possible le contrôle idéologique par ces dernières des intentions de celui-là), le cumul des mandats accordés au syndicaliste (qui souvent lui permet une moindre attention à l'égard des conditions de travail à l'atelier, préférant le "travail syndical"), la création de la section syndicale d'entreprise après Mai 68, qui confèrent aux syndicalistes des moyens tels qu'ils n'ont plus besoin ni des adhérents ni des syndicats, l'institutionnalisation de ceux-ci (liquidation des collectifs ouvriers à partir des années 70, qui a permis les "plans sociaux") sont autant de facteurs qui ont contribué, depuis les années 70, à couper les travailleurs des principales organisations représentatives à la fois de leurs revendications en matière de conditions de travail, de mobilisation collective contre les licenciements, mais aussi des droits du travail, des possibilités d'organisation collective. Ainsi observe-t-on en France une dégradation des conditions de travail de la majorité des salariés du secteur privé, une augmentation des accidents du travail et des maladies professionnelles. Les chômeurs ou les travailleurs précaires n'ont plus de lien avec leur profession ou leurs anciens collègues du travail du fait que la plupart des syndicats n'assurent plus de permanence. Cet état de fait ne semble pas pourtant préoccuper ni les syndicalistes eux-mêmes, ni les employeurs, ni l'Etat alors que les organisations collectives sont un organe central voire vital dans une société. Ce processus est à mettre directement en lien avec celui qui met en place une psychologisation de la question sociale : celle-ci opère un déplacement de la responsabilité collective à la responsabilité individuelle dans le traitement actuel du chômage : une personne inemployable est responsable de sa situation parce qu'elle ne parvient pas à s'adapter aux transformations des structures économiques du monde moderne en raison de manques individuels. Elle n'est pas assez flexible, adaptable, soucieuse de la rentabilité de ses investissements. Ainsi la personne apparaîtra en mauvaise "santé mentale" mais pourra, pour l'aider à sortir de sa souffrance, aller consulter par exemple un psychiatre dans un centre médico-social (hors des structures traditionnelles de la psychiatrie), ce médecin étant apte à intervenir contre la pauvreté et l'exclusion sociale. L'individu aura alors les moyens psychologiques de faire face à sa situation. Et s'il ne le souhaite pas, l'institution psychiatrique ira elle-même lui proposer ses services, l'absence de demande de soins étant considérée comme un symptôme. Ainsi peut-on voir le lien entre une déstructuration de certaines structures remplacées par d'autres dans un souci de donner non pas des réponses sociales et collectives, mais plutôt de psychologiser celles-ci et de les faire aller au plus proche de l'individu.

8Ainsi pouvons-nous conclure en disant que loin de dresser un constat "décliniste" de la société française, ce livre met à jour, par un processus de description et d'analyse très puissant, les phénomènes qui sous-tendent et conduisent à l'oubli, à la non-reconnaissance, au mépris, à la non prise en compte, bref à l'invisibilité de nombreuses catégories de personnes. Loin d'être sans propositions pour atteindre une meilleure représentation de la société, il vise une conversion politique des sentiments d'exclusion, de rejet, de mépris, de déclassement et remplit de ce fait à merveille son rôle d'analyse sociologique critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Dollé, « Stéphane Beaud, Joseph Confavreux, Jade Lindgaard, La France invisible », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 05 mars 2007, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/388

Haut de page

Rédacteur

Thomas Dollé

Thomas Dollé est élève en sociologie à l'ENS Lettres & Sciences Humaines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page