Navigation – Plan du site

Adam Przeworksi, A quoi bon voter ?

Chloé Alexandre
À quoi bon voter ?
Adam Przeworski, À quoi bon voter ?, Genève, Markus Haller, 2019, 251 p., traduit de l'anglais par Salim Hirèche, ISBN : 9782940427383.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Poguntske Thomas et al., Citizenship and democracy in an era of crisis : essays in honour of J (...)
  • 2 Voir Laclau Ernesto et Mouffe Chantal, Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democrati (...)
  • 3 Voir Van Reybourck David, Contre les élections, Arles, Actes Sud, 2014
  • 4 Voir Meny Yves, Imparfaites démocraties : frustrations populaires et vagues populistes, Paris, Pres (...)
  • 5 Voir le rapport 2019 de Freedom House, Democracy in retreat. Disponible en ligne.

1« Les bulletins de vote sont des armes de papier » écrit Adam Przeworski (p. 213). S’il y avait un seul message à retenir de l’ouvrage du chercheur américano-polonais, c’est bien celui-ci. Alors que dans de nombreuses démocraties la déception citoyenne à l’égard des élus ne cesse de croître1, que les partisans de la démocratie radicale2 réclament plus de dispositifs directs et participatifs3, que le populisme s’installe4 et que le risque autoritaire se rappelle à nous à travers la déconsolidation des régimes démocratiques5, ce livre nous engage à réévaluer la vertu des élections au prisme de l’une de ses facettes trop souvent oubliées : leur capacité à maintenir la paix civile. Les démocraties représentatives sont critiquables sous beaucoup d’aspects, accorde l’auteur. Il apparente l’idée d’un gouvernement pour et par peuple à un mythe et souligne les difficultés des gouvernements élus à représenter les intérêts de tous, à être responsables et réactifs et à produire du progrès économique et social. Il reste que l’auteur envisage le recours aux élections comme le « moins pire » des systèmes pour constituer un gouvernement car il permet, à minima, de canaliser les conflits politiques. Au fil des 241 pages de cet ouvrage au style clair et accessible, Adam Przeworski se donne ainsi pour mission d’examiner pourquoi de plus en plus de citoyens se disent « à quoi bon voter ? ». Chapitre après chapitre, l’évaluation est sévère, au point qu’un lecteur a priori convaincu de l’utilité d’aller voter, pourrait aussi en venir à se demander à quoi bon continuer. Le dernier chapitre introduit alors la raison suprême. La légitimité des élections ne réside pas dans les promesses démocratiques et économiques, qu’elles faillissent d’ailleurs à tenir. Le plus important est l’existence même du mécanisme électoral qui laisse une ouverture suffisante à tout aspirant gouvernant pour le convaincre qu’il a plus intérêt à briguer le pouvoir par les urnes que par les armes. Pour cette raison aux accents churchilliens, il serait bon d’aller voter.

  • 6 Francis Dupuis-Déri, Démocratie, histoire politique d’un mot : aux Etats-Unis et en France, Montréa (...)

2Dans une première partie, Adam Przeworski s’engage dans la réfutation de ce qu’il nomme le mythe de l’autogouvernement. Pour l’auteur, l’avènement des élections dans nos systèmes politiques relève d’une stratégie fructueuse d’adaptation des puissants pour se maintenir au pouvoir face à la pression de la souveraineté populaire et non de la volonté des gouvernants de mettre en œuvre la démocratie. Il en veut pour preuve que les élections ont le plus souvent porté au pouvoir des personnalités déjà dominantes socialement. De plus, ceux que l’on perçoit comme les pères de nos régimes démocratiques modernes étaient en réalité plus en faveur d’une République – un gouvernement aristocratique défendant le bien commun – que d’une Démocratie – un gouvernement émanant de la souveraineté populaire6. S’ils comptaient gouverner au nom de l’intérêt collectif, ils voyaient un danger à intégrer dans les processus décisionnels un peuple trop peu compétent mais capable de mettre en danger les intérêts des élites, notamment la propriété privée. C’est dans cette perspective qu’il explique l’origine de nombreux mécanismes visant à verrouiller le système politique, depuis le suffrage censitaire, l’inégibilité des plus pauvres, le vote indirect et public, jusqu’aux remparts constitutionnels encore existants aujourd’hui comme les majorités qualifiées, les droits de veto, les instances non élues. Parallèlement, Przeworski démontre aussi que la tenue d’élections n’est en toute rigueur pas gage d’un gouvernement démocratique quand celles-ci ne sont pas véritablement concurrentielles. Les possibilités de biaiser les élections sont en effet nombreuses. À travers le monde, certains régimes ont usé de fraude, d'intimidation, ont manipulé les lois, eu recours à des financements élextoraux démesurés, refusé de céder le pouvoir... Tout ceci dépossède les électeurs d'un véritable choix.

  • 7 Voir Magni Berton Raul, Démocraties libérales : le pouvoir des citoyens dans les pays européens, Pa (...)
  • 8 Voir Przeworski Adam, Susan Stockes et Bernard Manin, Democracy, accountability and representation, (...)
  • 9 Voir Przeworski Adam, Democracy and the limits of self-government, Cambridge, Cambridge University (...)

3Après ce sombre bilan, Przeworski illustre dans une seconde partie en quoi les élections sont vouées à décevoir ceux qui croient à ses vertus épistémiques, c’est-à-dire du point de vue de ce qu’on en attend en tant qu’outil pour produire des choix collectifs et provoquer du changement social. D’abord, les élections ne garantissent en rien la rationalité des futures décisions du gouvernement élu. Dans une société où les intérêts sont variés et conflictuels, il n’y a pas de « meilleure » politique qui satisfasse tout le monde et la prise de décision repose toujours sur un parti pris. Le meilleur parti pris serait alors celui d’une majorité d’individus, mais les élections ne produisent que des agrégats de soutien ou non-soutien à un programme global, sans permettre un jugement précis de politiques publiques. De plus, le vote s’exerce sur un nombre d’options limitées, qui ne reflètent pas forcément toutes les préférences existantes dans la population7. Ensuite, les élections s’insèrent en théorie dans un cycle de contrôle prospectif et rétrospectif des électeurs sur les élus. Prospectif car le vote fait savoir quel programme doit être appliqué par les élus, rétrospectif parce que si les représentants ont mal fait leur travail, ils courent le risque de ne pas être réélus. Cependant de nombreux biais peuvent entraver ce cercle vertueux, révélant l’impuissance des mécanismes de représentativité, réactivité et contrôlabilité8. Parmi eux, on trouve l’asymétrie informationnelle, l’évolution des conditions économiques et diplomatiques, l’absence de mandat impératif ou encore l’absence de leviers de révocation. Enfin, les élections ne sont pas décisives pour le progrès social et la création de richesses. Przeworski reconnait que le niveau de vie moyen est supérieur dans les régimes démocratiques. Cependant cela ne garantit pas une répartition équitable des richesses au sein de ces régimes9. Mais l’auteur va plus loin, en montrant que l’échec des démocraties à créer une société plus égalitaire sur le plan social finit par mettre en péril l’idéal normatif d’égalité politique : « l’égalité politique formelle ne suffit pas à garantir que les citoyens aient effectivement la même influence politique : en pratique, l’influence politique de chaque citoyen dépend des ressources qu’il investit dans le jeu politique » (p. 196).

4Pourquoi ne pas abandonner les élections si elles sont insatisfaisantes ? Car leur valeur n’est pas épistémique, mais instrumentale selon Przeworski. Leur principale vertu est d’être une méthode de sélection des gouvernants qui permet à la société de rester civilisée, et qui a aussi le mérite de produire le moins de mécontentement populaire. Il ne faut pas comprendre par là que les élections seraient un processus apaisé parce que les participants s’engageraient à l’avance à respecter le résultat majoritaire. Le chercheur l’explique plutôt par l’exécution d’un calcul coût-avantage par ceux qui briguent le pouvoir. D’une part, les élections mettent au jour l’état des rapports de force. « Les élections fournissent des informations sur les forces politiques en présence et sur leurs chances de l’emporter en cas de lutte violente » (p. 212). Elles ont un effet dissuasif pour ceux qui ne disposent pas d’un soutien majoritaire en soulignant les risques qu’ils prendraient en tentant de se révolter. D’autre part, quand elles sont réellement concurrentielles, les élections entretiennent l’intérêt de se plier aux règles de la concurrence car l’espoir reste chez les perdants de se transformer en vainqueur lors des prochaines échéances. Et si la possibilité de changer de gouvernement est réelle d’élection en élection, alors il est moins coûteux d’attendre pacifiquement plutôt que de tenter une prise de pouvoir violente. Dans le même temps, il ne faut pas que les probabilités de réélection du sortant soient trop basses non plus, auquel cas il aurait une motivation pour biaiser les élections et s’assurer de rester en place. Przeworski met en garde contre un effet corolaire qu’il nous faut accepter pour que ce système fonctionne : étant donné que les probabilités de remporter les élections doivent être à peu près égales entre le sortant et l’opposition (ceci afin que chacun y trouve son compte et se plie aux règles du jeu) il ne faut pas s’attendre à des changements sociétaux révolutionnaires via les élections. En effet, des changements trop profonds pourraient briser la confiance des aspirants au pouvoir dans l’alternance et donc la compétition pacifiée.

  • 10 La capacité des démocraties représentatives à produire des politiques publiques qui engendrent de l (...)
  • 11 L’auteur y dédit quelques mots de manière théorique à partir du principe de tirage au dé, sans exam (...)
  • 12 Voir Dalton Russell J.. Democratic challenges, democratic choices: the erosion of political support (...)
  • 13 Voir Adam Przeworski, Crisis of Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 2019

5La thèse défendue dans ce livre par Adam Przeworski est plutôt simple : il ne faut pas tout attendre des élections, notamment sur leurs conséquences épistémiques, au risque d’être déçu10. Il vaut mieux en revanche se concentrer sur leur point fort : le renouvellement périodique d’un espoir d’alternance qui maintient la paix civile. Pour suivre l’auteur dans ces conclusions il faut néanmoins partager ses deux axiomes de départ. D’une part, il considère que les élections et les gouvernements représentatifs ont un pouvoir limité, les élus ne pouvant s’affranchir en un mandat des structures sociales et du système économique. D’autre part, que nous sommes condamnés à être gouvernés car la prise de décision directe est irréaliste dans nos sociétés de masse. On regrette d’ailleurs que l’auteur n’ait pas accordé un peu de temps à défendre le point de départ de sa réflexion. Un autre angle mort important de la démonstration est l’absence d’interrogation sur les méthodes alternatives pour assurer la paix civile. Ainsi, si c’est la vertu principale des élections mais qu’elle faillit au reste, n’existe-t-il pas d’autres méthodes de constitution des gouvernements qui assureraient tout aussi bien la paix civile, tout en faisant mieux sur les aspects épistémiques ? Dans ce cadre, une évaluation des effets du tirage au sort aurait été la bienvenue11. Enfin, compte tenu de la polarisation de la société et du rejet croissant des institutions politiques12, pouvons-nous encore compter sur les élections pour canaliser les conflits et assurer la paix civile ? L’auteur conclut lui-même sur son inquiétude à ce sujet et il s’agit certainement d’une problématique explorée dans son plus récent ouvrage13.

Haut de page

Notes

1 Voir Poguntske Thomas et al., Citizenship and democracy in an era of crisis : essays in honour of Jan W. van Deth, Abingdon, Oxon, Routledge, 2015

2 Voir Laclau Ernesto et Mouffe Chantal, Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democratic Politics, Verso 2001 ; les auteurs défendent ici une radicalisation de la démocratie. Ils critiquent le présent système politique qui est basé sur la recherche du consensus, écrasant les oppositions d’intérêts et dépolitisant la société. Ils enjoignent au contraire à reconnaitre l’utilité du conflit politique et lui donner les moyens de s’exprimer grâce à la démultiplication des mécanismes de démocratie participative pour que les citoyens prennent part directement aux décisions politiques.

3 Voir Van Reybourck David, Contre les élections, Arles, Actes Sud, 2014

4 Voir Meny Yves, Imparfaites démocraties : frustrations populaires et vagues populistes, Paris, Presses de Sciences Po, 2019

5 Voir le rapport 2019 de Freedom House, Democracy in retreat. Disponible en ligne.

6 Francis Dupuis-Déri, Démocratie, histoire politique d’un mot : aux Etats-Unis et en France, Montréal, Lux, 2013

7 Voir Magni Berton Raul, Démocraties libérales : le pouvoir des citoyens dans les pays européens, Paris, Economica, 2012

8 Voir Przeworski Adam, Susan Stockes et Bernard Manin, Democracy, accountability and representation, Cambridge, Cambridge University Press, 1999

9 Voir Przeworski Adam, Democracy and the limits of self-government, Cambridge, Cambridge University Press, 2010

10 La capacité des démocraties représentatives à produire des politiques publiques qui engendrent de la richesse collective et à mettre en place un système politique réceptif aux demandes des citoyens est essentielle pour assurer sa légitimité. S’il y a déception sur les performances du régime, cela peut entamer à moyen terme la légitimité de son existence. La déception est donc un enjeu important compte tenu des conséquences qu’elle peut entrainer.

11 L’auteur y dédit quelques mots de manière théorique à partir du principe de tirage au dé, sans examiner directement les effets du tirage au sort et du hasard appliqué à la sélection des gouvernants.

12 Voir Dalton Russell J.. Democratic challenges, democratic choices: the erosion of political support in advanced industrial democracies, Oxford, Oxford University Press. 2004 ; Norris Pippa, Democratic Deficit: Critical Citizens Revisited, Cambridge, Cambridge University Press. 2011 ; Mair Peter, Ruling the Void: the Hollowing of Western Democracy, London, Verso, 2013 ; Ces auteurs pointent depuis deux décennies déjà une tendance structurelle à la baisse de la confiance dans nos représentants politiques ainsi que dans les institutions gouvernementales ainsi qu’une insatisfaction grandissante dans le fonctionnement des systèmes démocratiques. Si l’on ajoute à cela le constat du recul de la participation électorale et le rejet croissant de la politique partisane, ce sont autant d’éléments qui alertent sur la fragilisation du système représentatif aujourd’hui.

13 Voir Adam Przeworski, Crisis of Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 2019

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Alexandre, « Adam Przeworksi, A quoi bon voter ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38911

Haut de page

Rédacteur

Chloé Alexandre

Doctorante en science politique (PACTE, Sciences Po Grenoble).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page