Navigation – Plan du site

Helena Rosenblatt, Rousseau et Genève. Du Premier Discours au Contrat social, 1749-1762

Tristan Boursier
Rousseau et Genève
Helena Rosenblatt, Rousseau et Genève. Du Premier Discours au Contrat social, 1749-1762, Genève, Markus Haller, coll. « Modus vivendi », 2019, 415 p., traduit de l'anglais par Sylvie Kleiman-Lafon, ISBN : 978-2-940427-37-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rousseau, « Discours sur l'économie politique », in Œuvres complètes, tome III, Paris, Gallimard, c (...)

1Dans la préface de la traduction française de son ouvrage initialement publié en 1997, Helena Rosenblatt rappelle que la pensée de Rousseau suscita des admirations aussi diverses politiquement que celles de Fidel Castro et de John Adams. L’actualité récente n’échappe pas à ce constat. En (re)découvrant cet ouvrage, le lecteur français de 2019 aura peut-être à l’esprit certaines des revendications des Gilets jaunes réclamant plus de démocratie directe et une taxation plus juste afin de « transformer des charges onéreuses en d’utiles règlements de police, & de faire douter au peuple si de tels établissements n’ont pas eu pour fin le bien de la nation plutôt que le produit des taxes »1. Outre cet écho à l’actualité immédiate, l’ouvrage d’Helena Rosenblatt se situe dans un débat désormais bien connu en sciences sociales : dans quelle mesure le contexte influence la pensée des philosophes ? S’inscrivant dans l’école contextualiste de Cambridge, l’auteure propose d’expliquer les apparentes contradictions dans la pensée du philosophe en prenant en compte le contexte politique et socio-économique de Genève. Pour Helena Rosenblatt « certaines de ses idées les plus originales lui sont venues alors qu’il cherchait à résoudre les problèmes qu’il avait identifiés dans le fonctionnement de sa ville natale » (p. 17). Grâce à cette étude du contexte genevois, l’auteure espère ainsi apporter une réponse aux accusations d’incohérence au sein de la pensée de Rousseau qui, par exemple, a tantôt été lu comme un défenseur des droits de l’individu (dans le Second discours), tantôt comme un ennemi de ceux-ci (dans le Discours sur l’économie politique et le Contrat social).

2L’ouvrage expose les résultats d’une étude impressionnante d’écrits historiques. La lecture des œuvres majeures et des correspondances complètes du philosophe genevois est accompagnée de l’analyse de manuscrits et des registres tirés notamment des archives de l’État de Genève et de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève. Helena Rosenblatt donne ainsi une ampleur historique à une approche méthodologique contextualiste que peu d’auteurs avant elle avaient mise en œuvre. L’ouvrage couvre la période de 1749 à 1762, cependant un intérêt particulier est porté aux années 1754 à 1756. Durant cet intervalle, Rousseau a écrit la Dédicace, le Premier discours et est retourné une courte période à Genève. Des évènements prépondérants dans la défense du propos, car ils expliquent comment Rousseau est passé d’un « anti-genevois » à un défenseur des vertus de la République. Au sein de ce corpus, l’auteure cherche à identifier le « langage » de Rousseau en mettant au jour le sens des idiomes qu’il utilise : « doux commerce », « droit naturel », « républicanisme classique » et « calvinisme ». L’analyse de ces idiomes contribue à montrer et à expliquer comment Rousseau concilie à la fois républicanisme classique et contractualisme, deux courants jusqu’alors opposés en philosophie politique.

3Six chapitres découpent l’ouvrage et suivent des moments clefs dans l’évolution de la pensée de Rousseau. Les deux premiers chapitres se répondent pour expliquer comment le philosophe genevois est passé d’une posture critique à l’égard de sa ville natale, à celle d’admirateur des institutions républicaines de Genève. Pour cela Helena Rosenblatt offre une analyse historique du contexte genevois de la moitié du XVIIIe siècle ainsi qu’un développement des éléments qui ont contribué à forger l’esprit de Rousseau durant son enfance : la lecture de Virgile et Cicéron au sein d’une éducation intellectuelle à la romaine dispensée par son père, la structure politique républicaine de Genève et l’importance de l’éthique calviniste. Helena Rosenblatt prend néanmoins soin de ne pas tomber dans un holisme absolu en considérant le contexte historique non pas comme un déterminant, mais comme un cadre pour comprendre la pensée du philosophe. L’historienne installe un des axes majeurs de son argumentation : Rousseau souffre d’un conflit intérieur entre l’image qu’il avait de Genève, enfant, son attirance pour le luxe français (du moins avant 1750) et son aversion pour la corruption de Genève qu’il voit grandir à mesure que le Patriarcat gagne en puissance.

4Dans les chapitres 3 et 4, Helena Rosenblatt explore une question qui a soulevé bon nombre d’interprétations chez les philosophes et les historiens des idées : Rousseau était-il un défenseur ou un abrogateur des théories du droit naturel ? L’auteure se concentre sur le Second Discours afin de repérer quatre thèmes qui cristallisent cette tension : sa conception de la souveraineté, sa conception de la liberté, sa défiance face à la représentation et son admiration pour la démocratie. La manière dont Rousseau développe ces thèmes est mieux comprise grâce à leurs mises en contexte dans les débats de l’époque qui sont animés par les écrits d’Hugo Grotius, Samuel Pufendor, Jean Barbeyrac et Jean-Jacques Burlamaqui sur le droit naturel et le contrat social, mais également par les théoriciens du doux commerce tels que Bernard Mandeville, David Hume, Melon ou Montesquieu. En 1707, 1718 et 1734, de violentes querelles éclatent entre la bourgeoisie et le patriarcat. Ce dernier tente de collecter un nouvel impôt sans l’accord du Conseil général, l’organe porteur de la souveraineté des citoyens. Les bourgeois revendiquent les théories du droit naturel pour démocratiser les institutions alors que le patriarcat utilise les théories du contrat social et une réinterprétation du droit naturel à leur faveur.

  • 2 Leigh Ralph A. (dir.), Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, vol. VIII, Genève, Institu (...)

5Les chapitres 5 et 6 mettent en avant l’influence de Rousseau sur la politique genevoise de 1754 à 1756. Helena Rosenblatt explique comment Rousseau s’est fait connaître et a développé un réseau d’admirateurs parmi les militants bourgeois, dont Isaac-Ami Marcet de Mézières et Jean André Deluc avec qui il se liera d’amitié (p. 257). La sortie du Discours sur l’économie politique en 1755 répond à l’adoption de nouvelles lois fiscales à Genève qui taxent les biens de première nécessité (notamment le blé) et épargnent les biens luxueux. L’argumentation de Rousseau contre cette politique fiscale qui « n’avaient pas de but de réduction des inégalités et n’étaient pas décidées par le peuple » (p. 264) repose sur deux concepts qui sont devenus fondamentaux dans sa pensée : la distinction entre souveraineté et gouvernement, et l’importance de la volonté générale. L’influence de Rousseau est telle que des fêtes sont célébrées à son honneur à Genève et qu’un pasteur protestant, Paul-Claude Moultou, parle de lui comme l’« ange tutélaire » de la ville, l’implorant d’« élev[er] un monument qui proteste contre nôtre corruption, & qui fasse après vous des citoyens »2. C’est ce que Rousseau fera en écrivant le Contrat social quelques années plus tard.

  • 3 Voir la note critique d’Arthur Jatteau, « Les Gilets jaunes et les sciences sociales », Lectures, L (...)
  • 4 Voir par exemple la note critique de Thibault Le Texier, « Le néolibéralisme, voilà l’ennemi », Lec (...)
  • 5 Rousseau, op. cit., p. 277-278 (cité par Helena Rosenblatt p. 279).
  • 6 Rousseau, « Dédicace », in Œuvres complètes, tome III, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1964 (...)

6La traduction française de cet ouvrage dans un contexte contestataire à l’égard des démocraties représentative3 et d’un libéralisme que l’on dit « autoritaire »4 crée les circonstances idéales d’une réception favorable à l’égard d’un Rousseau, qui apparait sous la plume d’Helena Rosenblatt comme un homme engagé pour une forme de liberté républicaine que les démocraties représentatives semblent échouer à préserver. Rousseau s’oppose aux taxes qui « ne sont établi[es] avec l’exprès consentement du peuple »5 dans un paysage politique où le gouvernement genevois ne représentait plus que les grandes familles de notables dont il émanait. Cette interprétation contemporaine ne manquera pas d’être nuancée par des lectures plus prudentes d’un Rousseau qui fût également défenseur d’une vision conservatrice, non seulement des rôles au sein de la famille, mais également de sa vision du politique. Helena Rosenblatt cite Rousseau qui met en garde ses contemporains contre les initiatives populaires ou les référendums : « en s’accoutumant à négliger les anciens usages sous prétexte de faire mieux, on introduit souvent de grands maux pour corriger de moindres »6.

Haut de page

Notes

1 Rousseau, « Discours sur l'économie politique », in Œuvres complètes, tome III, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1964, p. 275 (cité par Helena Rosenblatt p. 283).

2 Leigh Ralph A. (dir.), Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, vol. VIII, Genève, Institut et musée Voltaire, 1965, p. 1344 (cité par Helena Rosenblatt p. 324).

3 Voir la note critique d’Arthur Jatteau, « Les Gilets jaunes et les sciences sociales », Lectures, Les notes critiques, 29 mars 2019, en ligne : http://journals.openedition.org/lectures/33053.

4 Voir par exemple la note critique de Thibault Le Texier, « Le néolibéralisme, voilà l’ennemi », Lectures, Les notes critiques, 27 mai 2019, en ligne : http://journals.openedition.org/lectures/34765.

5 Rousseau, op. cit., p. 277-278 (cité par Helena Rosenblatt p. 279).

6 Rousseau, « Dédicace », in Œuvres complètes, tome III, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1964, p. 114 (cité par Helena Rosenblatt p. 229).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Boursier, « Helena Rosenblatt, Rousseau et Genève. Du Premier Discours au Contrat social, 1749-1762 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38927

Haut de page

Rédacteur

Tristan Boursier

Tristan Boursier est doctorant en science politique à l’Université de Montréal et à Sciences po Paris. Ses recherches portent sur la structuration des politiques de solidarités sociales en milieu de diversité culturelle dans une perspective néo-républicaine. Il est membre du Cevipof et du centre Jean Monnet de Montréal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page