Navigation – Plan du site

Prisons : une réponse à Gabriel Voisin-Moncho

Laurent Solini
Prisons
Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Locus Solus », 2019, 181 p., préface d'Olivier Milhaud, ISBN : 979-10-351-0330-9.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1La recension rédigée par Gabriel Voisin-Moncho prête à notre ouvrage une thèse qui n’est pas la sienne. Selon lui, Prisons est emprunt d’une « écriture très descriptive, parfois poétique, se rapprochant alors de Penser/Classer de Georges Perec, [et] certains chapitres laissent à voir la prison comme un lieu paisible qui ne serait pas pire qu’un internat sévère ». Toujours selon notre recenseur, notre démonstration collective devrait « venir en complément de témoignages ou statistiques, sous peine d’oublier les effets, souvent néfastes, de l’incarcération, ainsi que ses problématiques économiques et sociales ».

  • 1 Chantraine Gilles, « La prison post-disciplinaire », Déviance et société, vol. 30, n° 3, 2006, p. 2 (...)

2Je le remercie de nous rendre sensibles à la dimension claustrale, sécuritaire, enveloppante des espaces carcéraux ; de nous alerter sur ce que la prison fait le mieux : produire et reproduire les inégalités sociales par sa mécanique « post-disciplinaire »1. Il est vrai que pour Jean-Charles Basson, Elsa Besson, Sylvain Ferez, Paul Landauer, Olivier Milhaud, Gérard Neyrand, David Scheer, Jennifer Yeghicheyan et moi-même, la chose ne nous est pas connue. Comment la serait-elle pour des chercheurs qui, dans leurs disciplines respectives, la science politique, l’histoire de l’architecture, la géographie sociale, la criminologie, l’ethnologie et la sociologie, défendent une approche par le bas dite de « l’expérience carcérale ou sécuritaire », portent leur intérêt sur les manières dont les populations enfermées et surveillées reçoivent et s’ajustent à la discipline et au contrôle des dispositifs auxquelles elles sont soumises, tentent en définitive de comprendre ce que les populations recluses font à la prison ?

3Enfin ! Soyons sérieux, puisque la recension de Gabriel Voisin-Moncho ne l’est pas. Le livre s’inscrit donc dans une lecture par le bas des prisons. L’approche ethnographique croisée et menée durant deux années a pour objectif de comprendre cinq prisons belges et françaises par leurs lieux, par les usages et les appropriations de leurs espaces de détention. Dès l’instant où les architectes se saisissent des projets de construction et des cahiers de sécurité du maître d’ouvrage – l’administration pénitentiaire – jusqu’à ce que la « prise spatiale » opère par l’intermédiaire des personnels et des personnes détenues, les espaces deviennent des lieux, des zones usitées qui sont autant de manifestations observables de ce que les acteurs font à la prison, des manières dont ils la vivent, l’éprouvent, la pensent, se la représentent. Voilà ce que tente de montrer notre livre. Il le fait de manière non exhaustive, l’équipe ayant choisi des espaces qu’elle juge empiriquement et heuristiquement féconds : l’atelier, la rotonde, le service médico-psychologique régional, la cellule, la fenêtre, le rond-point. Ce parti-pris implique alors trois mouvements qui échappent visiblement à notre recenseur.

  • 2 Nous pensons ici à certains de ses travaux fondateurs : Chauvenet Antoinette, Orlic Françoise, Beng (...)
  • 3 Voir notamment Joseph Isaac (dir.), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris, Rech (...)

4D’abord, la démonstration s’appuie sur une articulation originale entre une approche par l’expérience carcérale2 et une appréciation de l’espace telle qu’Isaac Joseph la pense en cherchant à faire tenir ensemble la micro-écologie urbaine, héritière des travaux de la première école de Chicago et une partie de l’interactionnisme symbolique3. « L’écologie sociale carcérale » – voici bien une manière de qualifier notre approche – « rend compte de prisons morcelées voire mosaïques, de détentions qui se reconfigurent de manière significative autour de l’enchevêtrement de zones abritant des temporalités multiples […], des fonctions multiples […] et des institutions multiples [...]. Loin d’être homogènes en leur sein ou complètes dans leur formule disciplinaire et de contrôle, les prisons que nous observons par le truchement de leurs localités semblent donc convoquer des ambiances, des sonorités et des matérialités distinctes » (p. 13). Cette perspective laisse donc une large place aux lieux ainsi qu’aux histoires de leurs transformations par effet d’appropriation. Là où Gabriel Voisin-Moncho relève une écriture descriptive et l’absence de discours provenant des enquêtés, je lui rétorque que la description fine des lieux et de leurs usages est centrale pour une étude dont c’est l’objet premier et que les propos des personnels et des détenus (parce qu’ils sont bien présents) sont mobilisés dans l’optique d’une mise en récit et en signification des appropriations spatiales.

5Ensuite, il y a les cent-un clichés, plans, schématisations exposés dans l’ouvrage. Là encore, notre recenseur n’écrit rien sur cette deuxième originalité de Prisons. Ses directeurs, et particulièrement Jennifer Yeghicheyan, parviennent à obtenir un accord croisé entre l’administration pénitentiaire, le fonds d’archives Guillaume Gillet et les éditions de la Sorbonne pour que soit publié en couleur l’ensemble de cette iconographie. Pas un mot dans la recension sur ce qui apparaît comme une prouesse en sociologie de la prison. Publier ces photographies et ces plans relève pourtant de la gageure face à une administration qui considère toutes représentations de ses zones de détention comme une possible faille dans son dispositif de sécurité. En revanche et bien que la recension ne fasse pas mention des difficultés de l’entreprise, elle livre une interprétation maladroite du résultat. L’idée selon laquelle nous percevons « la prison comme un lieu paisible qui ne serait pas pire qu’un internat sévère » semble être l’effet d’un visionnage trop prononcé de certains clichés (montrant jardins et espaces décorés) sans avoir entièrement considéré leur articulation au texte. C’est pourtant là une autre démarche centrale de l’ouvrage : travailler la tension problématique entre l’iconographie et le texte. L’image montre une chose que le texte cherche immédiatement à déconstruire et à replacer dans les mécaniques disciplinaires et de sécurité intra-muros. Autrement dit, ce n’est pas parce que nous montrons une fleur dans un jardin anglais que le centre de détention de Muret est « un lieu paisible ». C’est en fait tout le contraire, un paradoxe qui est justement le résultat principal de l’ouvrage, mais sur lequel le texte de Gabriel Voisin-Moncho ne vient pas.

  • 4 Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, « Tel », 1975.
  • 5 Solini Laurent, Scheer David, Yeghicheyan Jennifer, « “Une fenêtre ouverte sur l’extérieur ?” Écolo (...)

6C’est là le troisième mouvement de l’ouvrage. Nous livrons comme résultat principal le fait que les appropriations spatiales sont les manifestations observables de l’hybridation pénitentiaire. Un jeu de dupe consistant à présenter la prison comme une institution poly-fonctionnelle, tout à la fois institution de « sécurisation, sûreté, contention, contrôle, punition, prise en charge médicale, d’éducation, réhabilitation, réinsertion » (p. 158). Plus, qu’elle est capable de faire tenir ensemble, au sein d’une même détention, toutes ces fonctions. L’ouvrage montre alors que l’hybridation pénitentiaire est « une rencontre avortée […] des fonctions de l’enfermement » (p. 158). « Autrement dit, lorsque nous regardons de plus près le décorum et les usages relatifs aux espaces en détention, ce qui fonde l’enveloppe ressemble bien à un couple d’opposition malheureux : celui de la sécurité et des largesses qu’elle est dans l’obligation de tolérer pour être maintenue. Nous qualifions cela de couple d’opposition malheureux, car cette structure de la carcéralité empêche de prétendre à une peine renouvelée, voire repensée, à distance du carcer » (p. 162). L’économie carcérale veut donc être multiple, agir dans toutes les dimensions de la vie des personnes recluses. Toutefois, tant qu’elle sera fondée sur les principes de la carcéralité, et particulièrement « surveiller et punir »4, alors les espaces ouverts, jardins anglais, tableaux et autres couleurs, ne feront que rappeler que nous sommes bien en présence d’une enveloppe, d’un enfermement qui cherche à ne pas dire son nom, à se camoufler derrière un décorum qui en réalité l’expose au grand jour. C’est parce que la prison reste disciplinaire qu’elle est dans l’obligation de produire des lieux qui singent l’extra-muros, des lieux « hors les murs dans les murs »5 comme nous les nommons, et qui deviennent une caractéristique première du carcer.

Haut de page

Notes

1 Chantraine Gilles, « La prison post-disciplinaire », Déviance et société, vol. 30, n° 3, 2006, p. 273-288.

2 Nous pensons ici à certains de ses travaux fondateurs : Chauvenet Antoinette, Orlic Françoise, Benguigui Georges, Le monde des surveillants de prison, Paris, Puf, « Sociologies », 1994 ; Faugeron Claude, Chauvenet Antoinette, Combessie Philippe, Approches de la prison, Bruxelles, De Boeck, « Perspectives criminologiques », 1996 ; Rostaing Corinne, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, Puf, « Le lien social », 1997 ; Marchetti Anne-Marie, Pauvretés en prison, Toulouse, Erès, « Trajets », 1997 ; Le Caisne Léonore, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob, 2000 ; Chantraine Gilles, Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, Puf, « Partage du savoir », 2004 ; Milhaud Olivier, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS Éditions, « Espaces et milieux », 2017.

3 Voir notamment Joseph Isaac (dir.), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris, Recherches (Plan urbain), 1995 ; Joseph Isaac (dir.), Gare du Nord. Mode d’emploi, Paris, RATP/Recherches, 1995 ; Joseph Isaac (dir.), L’athlète moral et l’enquêteur modeste, Paris, Economica, « Études sociologiques », 2007.

4 Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, « Tel », 1975.

5 Solini Laurent, Scheer David, Yeghicheyan Jennifer, « “Une fenêtre ouverte sur l’extérieur ?” Écologie de deux espaces carcéraux », Sociologie, vol. 7, n° 3, 2016, p. 225-242, disponible en ligne : https://sociologie.revues.org/2851.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Solini, « Prisons : une réponse à Gabriel Voisin-Moncho », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38928

Haut de page

Rédacteur

Laurent Solini

Sociologue, maître de conférences à l’université de Montpellier, chercheur au laboratoire Santé, éducation et situations de handicap (Santesih, EA 4614).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page