Navigation – Plan du site

Benoît Trépied et Manuel Schotté (dir.), « Est-ce bien naturel ? », Genèses, n° 115, 2019

Carmen Dreysse
Est-ce bien naturel ?
Benoît Trépied, Manuel Schotté (dir.), « Est-ce bien naturel ? », Genèses, n° 115, 2019, 159 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-410-01594-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2015.

1Le dossier de juin 2019 de la revue Genèses s’inscrit dans la ligne pluridisciplinaire de la revue en proposant à des sociologues et des historiens de se réunir autour de la question « Est-ce bien naturel ? ». Si la question du naturel n’est pas neuve en sciences sociales et peut même être vue comme un fil directeur du pan constructiviste de ces disciplines, (re)mettant en question la naturalité supposée des phénomènes sociaux, l’originalité de la démarche de ce dossier tient en ce que les deux coordonnateurs, Caroline Bertron et Julien Vitores, proposent de se concentrer sur la production de ce « naturel », sur les pratiques effectives de naturalisation mises en œuvre par les acteurs sociaux, profanes ou savants. Ces pratiques sont appréhendées, non comme de « purs actes discursifs » mais comme des « opérations de qualification des êtres et des choses » (p. 4), qui ont des conséquences pratiques. La définition de ce qui relève du naturel constitue un enjeu. À la suite de Descola1, Caroline Bertron et Julien Vitores estiment que « toute naturalisation […] concourt à renforcer l’architecture symbolique naturaliste, son caractère socialement institué et incontournable » (p. 5). Le dossier se compose de trois articles.

2Le premier article d’Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée », permet d’appréhender par quels processus les corps des athlètes femmes ont été construits par les instances sportives et par là même classés : selon des seuils, affirmés comme naturels, certaines athlètes sont exclues des compétitions, car elles seraient avantagées par rapport à leurs consœurs. Les « tests de féminité », mis en place à partir de 1966, visent initialement à débusquer d’éventuels hommes se faisant passer pour des femmes afin de remporter des médailles. Les « contrôles de sexe » ont été remplacés en 2012 par de « nouveaux règlements relatifs à l’hyperandrogénisme féminin » qui contrôlent la production endogène d’androgènes, notamment de la testostérone. Cette hormone est considérée comme responsable des écarts de performances entre hommes et femmes et son injection ou absorption est interdite par l’Agence mondiale antidopage. La confusion est entretenue par les agences chargées de la régulation du corps des sportives « entre pratique d’éligibilité [à la compétition] et pratique de soin » (p. 19). C’est une définition normative de la santé qui se dessine : les caractéristiques sexuées supposées naturelles – avoir un niveau de testostérone inférieur à 10 nmol/L – sont renforcées, il s’agit de « respecter la nature en la corrigeant » (p. 18). L’évolution des tests et contrôles de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) et du Comité international olympique (CIO), naturalise une nouvelle ligne de fracture, non plus entre « vraies femmes » et « athlètes intersexes » mais, au sein des athlètes intersexes, entre les avantages naturels et ceux jugés injustes. Anaïs Bohuon et Irène Gimenez soulignent le caractère extra-scientifique de cette hiérarchisation des corps des sportives : les instances reconnaissent un fort taux de testostérone comme un avantage injuste alors que la grande taille et le rythme de cardiaque lent sont perçus comme de simples variations individuelles.

  • 2 Edward O. Wilson, Biophilia, Cambridge, Harvard University Press, 1984.
  • 3 Georges Herbert Mead, L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF, 2006 [1934].
  • 4 Là encore, l’observation est fructueuse dans la mesure où elle permet de déceler les sanctions des (...)

3Le deuxième article, écrit par Julien Vitores, coordonnateur du dossier, propose une « critique sociologique de la biophilie » (p. 30). Cette notion a été inventée par le psychologue Edward Wilson2 et désigne « une tendance humaine innée à se rapprocher des autres êtres vivants ». En sociologue, Julien Vitores propose d’analyser l’intérêt enfantin pour les animaux, phénomène peu étudié par les sciences sociales. Il tire son matériau empirique d’une enquête de plusieurs mois réalisée dans un zoo, où il a effectué une quarantaine d’heures d’observation ainsi que quatre entretiens exploratoires et 124 questionnaires. L’observation ethnographique est riche ici, puisqu’elle donne à voir des comportements (le désintérêt enfantin à l’égard des animaux) qui ne sont pas toujours perçus et formulés par les parents. Dans un deuxième temps, Julien Vitores examine la pré-construction de l’intérêt enfantin. Lorsqu’ils viennent au zoo, les enfants veulent voir certains animaux bien précis : l’animal intéresse quand il peut évoquer « Simba », « Bagheera » ou « Batman » (p. 38). Plutôt qu’une biophilie spontanée, l’intérêt des enfants pour les animaux se comprend en relation avec leurs pratiques culturelles. Pour autant, il faut, selon l’auteur, se garder d’adhérer trop rapidement à une explication de l’intérêt des enfants aux animaux par l’existence d’une « culture enfantine » (p. 39) : si certains animaux éveillent autant l’intérêt, c’est aussi parce que leur existence a été rendue significative par leurs « autrui significatifs »3. Un extrait d’entretien judicieusement choisi montre ainsi que si une jeune enfant s’intéresse tant au tatou, c’est parce que cet animal apparaît dans une poésie vue en classe. Le caractère social de l’intérêt des enfants pour les animaux s’illustre aussi dans le fait que les préférences sont genrées (les filles sont plus nombreuses que les garçons à aimer la girafe et les garçons sont plus nombreux à citer le rhinocéros comme animal préféré). Enfin, Julien Vitores dépeint le travail d’intéressement opéré par les adultes qui accompagnent les enfants. Au zoo, les enfants apprennent à se conformer au comportement attendu, à s’émerveiller devant les bons animaux et de manière légitime4. L’observation complète les questionnaires, montrant comment les parents encouragent leurs enfants à fixer leur intérêt sur certains animaux (les animaux du zoo et non les fourmis du chemin) et d’une manière jugée appropriée, légitime (l’injonction au silence pour ne pas perturber les animaux est fréquente). Julien Vitores clôt son article en soulignant les différences sociales dans la perception du zoo. Ainsi, la pratique d’une visite calme et studieuse (le zoo comme « musée naturel », p. 47) est plus fréquente au sein des familles des classes supérieures et moyennes tandis que le zoo est associé à un divertissement spectaculaire par les familles des classes populaires.

  • 5 On parle ici d’ethnicisation mais on pourrait également utiliser les termes de « racialisation » ou (...)
  • 6 Un des experts internationaux qualifie les Éthiopiens d’« êtres les plus destructeurs jamais rencon (...)

4Dans le troisième article, « L’expert, le dirigeant et l’habitant. La fabrique globale de la nature éthiopienne (1965-1970) », Guillaume Blanc analyse la création des parcs nationaux éthiopiens, au prisme de la figure de John Blower, britannique formé dans l’Afrique coloniale qui assure le rôle de conseiller de l’empereur pour la protection de la vie sauvage à partir de 1969 et supervise ainsi la création des premiers parcs nationaux éthiopiens pendant cinq ans. John Blower, notamment, impose une conception idéalisée de la « nature africaine », éden originel luxuriant et vierge, et préconise le « resettlement » (réinstallation) des populations locales, jugées responsables de la destruction des forêts éthiopiennes. Guillaume Blanc analyse cette attitude des experts internationaux à travers le concept d’« éco-racisme », défini comme le « produit de la conversion du fardeau civilisationnel de l’homme blanc, légitimé par des théories racistes, en un fardeau écologique de l’expert occidental, légitimé par des théories déclinistes » (p. 60). En effet, les experts occidentaux assoient leur autorité en se fondant sur une supposée chute des effectifs faunistiques mais sans pouvoir étayer ce fantasme par des sources chiffrées. Cela s’accompagne de processus d’ethnicisation5 des populations locales par les professionnels internationaux, qui cherchent à opposer à leur caractère supposément destructeur6 leur supériorité morale et technique. Ces processus reposent sur « l’invention stéréotypée de l’agro-pasteur éthiopien » et permettent la « disciplinarisation des usagers de la nature » (p. 65) par des lois coercitives. Au côté de cette gouvernance occidentale, l’empire éthiopien utilise lui aussi les lois visant à protéger cette nature supposément vierge pour assoir son emprise sur des territoires qu’il peine à contrôler (vallée de l’Omo des Mursi ou l’Awash des Afar). L’article de Guillaume Blanc éclaire le fait que la construction de la nature éthiopienne a été un terrain d’affrontement, entre professionnels occidentaux et populations locales mais aussi entre dirigeants éthiopiens et experts internationaux et enfin entre l’empire d’Haïlé Sélassié et les populations semi-nomades insubordonnées. Gouverner la nature est un enjeu dans la mesure où il s’agit aussi de gouverner les hommes.

  • 7 Il s’agit de « de relever l’un des défis importants que pose la théorie bourdieusienne de l’habitus (...)
  • 8 Au sens où, comme le disent Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « le cas de la coureuse de haies espagno (...)

5Les trois articles donnent à voir la production du naturel en accordant une grande place à l’analyse des acteurs impliqués dans ce processus. L’article de Julien Vitores s’inscrit dans les réflexions amorcées par Wilfried Lignier et Julie Pagis sur les primes socialisations. Dans L’Enfance de l’ordre7, les deux sociologues portent leur attention non sur les effets de la socialisation mais sur son élaboration. Dans cette optique, la production du naturel se comprend dans une réflexion plus vaste sur la (re)production de l’ordre social. Alors que cette perspective invite à porter son attention sur les grandes instances de socialisation que sont l’espace domestique et l’école, celle adoptée par Anaïs Bohuon et Irène Gimenez mais aussi par Guillaume Blanc est autre, puisqu’ils choisissent de retracer le parcours de personnalités8 qui ont été décisives dans la production de normes. En analysant la multiplicité des acteurs présents et leurs intérêts antagonistes, les auteurs invitent à penser la production du naturel comme une coproduction, pouvant rencontrer des résistances, volontaires ou non, à une « mise en nature » (p. 7). Enfin, ce dossier questionne la « fonction sociale du détour par l’idée de nature, […] les avantages qu’elle procure à celles et ceux qui naturalisent les êtres et les choses » (p. 7). En cela, il fournit des arguments pour répondre à celles et ceux qui ont recours à la catégorie de naturel comme à « un opérateur de légitimation si puissant, un gage de vérité et de pureté » (p. 7) afin d’imposer ou de maintenir des ordres sociaux.

Haut de page

Notes

1 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2015.

2 Edward O. Wilson, Biophilia, Cambridge, Harvard University Press, 1984.

3 Georges Herbert Mead, L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF, 2006 [1934].

4 Là encore, l’observation est fructueuse dans la mesure où elle permet de déceler les sanctions des adultes lorsque les enfants expriment un intérêt jugé illégitime. Julien Vitores décrit ainsi une scène où une grand-mère semble agacée par le comportement d’un groupe de jeunes filles qui « poussent un cri de dégoût » face à l’orifice sexuel d’un lamantin, aperçu fugitivement (p. 48).

5 On parle ici d’ethnicisation mais on pourrait également utiliser les termes de « racialisation » ou de « racisation ». Voir par exemple l’entretien avec Éric Fassin paru dans la revue Corps : https://www.cairn.info/revue-corps-2012-1-page-21.htm.

6 Un des experts internationaux qualifie les Éthiopiens d’« êtres les plus destructeurs jamais rencontrés », ce qui permet à un autre d’estimer nécessaire l’emploi de « gardiens expatriés » (p. 64).

7 Il s’agit de « de relever l’un des défis importants que pose la théorie bourdieusienne de l’habitus, à savoir la question de la façon précise qu’a le passif de devenir actif » (p.303) dans Wilfried Lignier et Julie Pagis. L’enfance de l’ordre: comment les enfants perçoivent le monde social. Paris, France, Seuil, coll. « Liber », 2017.

8 Au sens où, comme le disent Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « le cas de la coureuse de haies espagnole María José Martínez Patiño a fait évènement » (p. 11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Dreysse, « Benoît Trépied et Manuel Schotté (dir.), « Est-ce bien naturel ? », Genèses, n° 115, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38935

Haut de page

Rédacteur

Carmen Dreysse

Élève agrégée de l’École normale supérieure de Lyon en sociologie et sciences politiques. Stagiaire recherche au CNRS, UMR Art-Dev.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page