Navigation – Plan du site

François Héran, Migrations et sociétés

Marie Duru-Bellat
Migrations et sociétés
François Héran, Migrations et sociétés, Paris, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2018, 74 p., ISBN : 9782213711737.
Haut de page

Texte intégral

1Éminent démographe, à la fois chercheur fécond, pilote de vastes enquêtes et directeur de l’Ined pendant 10 ans, François Héran a été nommé en janvier 2018 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Migrations et sociétés ». Sous le titre Migrations et sociétés, il publie sa leçon inaugurale en un texte limpide, à la fois synthèse de connaissances et problématique de recherche1.

2Aux yeux de l’auteur, si l’immigration constitue un sujet aussi sensible, c’est qu’elle est parcourue par un certain nombre de contradictions ou de tensions. La première concerne l’estimation du poids des « immigrés » en France. Rappelons tout d’abord la définition de ce terme : est caractérisé comme immigré toute personne étrangère née à l’étranger et ayant franchi la frontière de notre pays pour s’y installer pour une durée d’au moins un an, qu’elle ait ou non acquis la nationalité française. On compte donc dans le total des « immigrés » des personnes devenues françaises (40% des immigrés le sont et cette « première génération » représente 10-11% de la population française totale). Avec la « seconde génération » qui, elle, n’est pas immigrée mais possède un ou deux parents immigrés, on arrive à un quart de la population française. Si ce chiffre est bien supérieur à celui observé dans la France des années 1930, il est proche des chiffres atteints en Allemagne ou aux États-Unis. Dans tous les cas, il s’agit là d’un « stock », d’un nombre de résidents à l’instant t. Une analyse en termes de flux, centrée sur les arrivées annuelles, montre que l’Europe possède un taux d’immigration de 4,7 pour 1 000 et accueille donc actuellement plus de personnes étrangères que les États-Unis (dont le taux est de 3,4 pour 1 000). De fait, l’Europe, et notamment la France, sont des régions d’immigration depuis fort longtemps (le milieu du XIXe siècle), si ce n’est que, chez nous comme ailleurs, l’origine des immigrés s’est largement diversifiée, avec beaucoup plus de non-européens.

3La tension que François Héran s’attache à souligner, c’est que si le flux reste modeste, il est stable et produit donc au fil du temps une réelle transformation de la population française : ce n’est pas une « intrusion massive » mais bien une « infusion durable » (p. 24). Avec pour conséquence qu’il n’y a pas de sens à être « pour » ou « contre » l’immigration : elle est là, elle est durable, et vu le brassage progressif qui s’opère en permanence, cela reviendrait à être pour ou contre une part de nous-mêmes...

4Une seconde tension vient du constat du caractère limité, cette fois, du fait migratoire à l’échelle du monde, puisque seulement 3,4% des habitants de la planète vivent à l’étranger. S’il était si facile de migrer, les candidats au départ seraient bien plus nombreux, notamment dans les pays pauvres. Mais le coût d’une migration est lourd, si l’on prend en compte la distance à parcourir, les aléas des transports, l’opacité sur les possibilités d’emploi ou de logement, l’obstacle de la langue (etc.). Certes, les migrants intègrent aussi dans leur calcul « coût/avantage » le fait de connaître déjà des personnes dans le pays d’accueil (la diaspora existante), leur capital social donc, ainsi que leur capital scolaire et professionnel. Et les plus démunis ne sont pas les mieux armés à cet égard. Certains pays sont trop pauvres pour que l’émigration y décolle (le Tchad et le Niger, par exemple). On peut prévoir une certaine croissance de l’émigration au fur et à mesure de l’enrichissement des pays les plus pauvres, sans que pour autant il soit fondé de parler d’invasion de migrants subsahariens, l’Afrique sub-saharienne étant une des régions du monde d’où on émigre le moins. Les prévisions en la matière montrent que le pourcentage de migrants sub-sahariens dans les pays de l’OCDE pourrait atteindre 2,4% de la population de cette zone en 2050, soit une forte hausse par rapport à aujourd’hui, ce qui est sans commune mesure avec une « invasion »... L’auteur conclut qu’on n’empêchera pas les personnes de migrer (sachant que leurs horizons migratoires sont par ailleurs de plus en plus ouverts : pays du Golfe, Asie…), tout en soulignant qu’il reste fondamental de continuer à aider au développement des pays les plus pauvres.

  • 2 Branko Milanovic, Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization, Cambridge, Harvar (...)

5La troisième tension concerne l’asymétrie entre droit d’émigrer et droit d’immigrer. D’un débat ancien, François Héran retient les positions d’Adam Smith : les entraves à la mobilité de fait ne feraient que perpétuer la pauvreté alors que rendre libres les migrations donnerait aux personnes la possibilité d’améliorer leur sort. De leur part, il s’agit d’un projet parfaitement rationnel, comme l’a montré Branko Milanovic (curieusement non cité)2, dès lors que les inégalités entre pays sont telles que même s’il n’accède qu’aux positions sociales les moins favorisées du pays d’accueil, le migrant en provenance d’un pays très pauvre verra son sort s’améliorer, même par rapport aux positions les plus favorisées de son pays… Il faut aussi compter avec des migrants, plus haut placés dans l’échelle sociale, qui fuient des régimes autoritaires, tant les possibilités d’émigration sont de fait plus faciles pour les plus favorisés.

6Il reste que la question de l’ouverture des frontières n’a rien de consensuel, et personne ne sait ce qui se passerait vraiment dans ce cas (au demeurant peu probable). Certains défendent de remplacer une aide au développement, dénoncée pour son manque d’efficacité, par des visas facilitant les migrations Sud-Nord. Mais cette question nourrit surtout, jusqu’alors, des débats politiques ou éthiques, et François Héran déclare vouloir monter des études empiriques simulant différents scénarii, tout en notant que cela ne dispensera pas d’une prise de position politique et éthique in fine. Cette dimension éthique est reprise dans la conclusion, quand l’auteur souligne que nous sommes largement responsables de l’immigration : non seulement elle est liée à nos politiques d’ingérence dans les pays du Sud, non seulement elle constitue une réaction des habitants des pays pauvres aux inégalités internationales, eu égard auxquelles nous avons évidemment une part de responsabilité, mais par ailleurs et surtout, elle est permise par l’extension de droits universels que nous avons nous-mêmes promus, ce qu’explicite la quatrième tension.

7Cette quatrième tension est couramment présente dans les débats publics actuels : faut-il défendre une migration qui nous serait utile ou une migration « simplement » de plein droit ? Cette question semble de fait déjà dépassée car actuellement, les flux migratoires sont largement découplés des nécessités économiques et découlent bien plus souvent d’une logique des droits, inscrite dans les conventions internationales. Celles-ci consacrent les droits des enfants et de la famille et s’attachent à préserver le plus possible l’unité de vie familiale. En France, moins de 10% des titres de séjour sont accordés pour une migration de travail, alors que l’immense majorité des migrants obtiennent ce titre tout simplement parce qu’ils en ont le droit. Les possibilités d’une régulation économique des migrations sont donc limitées, et c’est une politique avant tout censée contenter l’opinion qui domine, alors même que cette opinion a sur ces questions bien des idées reçues et des préjugés.

8Pour illustrer ce qu’il caractérise comme des « politiques d’opinion », François Héran termine son opuscule une analyse des pratiques d’accueil des différents pays européens lors de la « crise » de l’été 2015 qui a vu affluer de nombreux exilés, notamment syriens. On a parfois dit que la France s’était montrée particulièrement généreuse en accueillant 35 000 personnes (un chiffre plus de dix fois inférieur à celui de nos voisins Allemands). Mais l’auteur souligne que ce qui est significatif, c’est le nombre de personnes accueillies par rapport à la population du pays ; dans ce cas, le classement des pays européens est fort différent : si l’Allemagne est toujours bien classée (mais seconde après la Suède), la France l’est fort mal, très en dessous de la moyenne des pays de l’UE, devancée par tous les pays du Nord, dont nos voisins immédiats, la Belgique et les Pays-Bas, mais aussi Malte, Chypre, la Grèce ou l’Italie. Se sont montrés « moins généreux » que nous surtout les pays d’Europe centrale. Certes, il faut tenir compte des préférences des exilés eux-mêmes, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que notre pays n’apparaît pas si attractif que nous nous plaisons à le dire. En tout cas, François Héran dénonce le fait d’alimenter une politique de l’opinion dans notre pays en agitant des chiffres bruts pour alimenter la peur, et non des taux évaluant plus précisément l’effort des pays… Le démographe défend vigoureusement l’intérêt de verser des chiffres pertinents dans ces débats ; c’est à ses yeux la responsabilité de l’État : « il doit être comptable au double sens du terme : comptable de ses actes (sous le regard des citoyens) et capable de compter selon les règles de l’art (ce à quoi le scientifique veille)… » (p. 72).

Haut de page

Notes

1 Disponible en livre électronique à l’adresse : https://books.openedition.org/cdf/7711.

2 Branko Milanovic, Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization, Cambridge, Harvard University Press, 2016 et Branko Milanovic, Inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultras-riches et l'égalité des chances, Paris, La Découverte, 2019 ; nos comptes rendus pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22236 et https://journals.openedition.org/lectures/32066.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « François Héran, Migrations et sociétés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/38982

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et Irédu).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page