Navigation – Plan du site

Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales

Patrick Cotelette
Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles
Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2006, 404 p., EAN : 9782753503151.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet imposant ouvrage, Yannick Marec fait retour sur une trentaine d'années d'études dévouées à l'analyse de la pauvreté et de la protection sociale en France en général et dans la ville de Rouen en particulier. L'intérêt du livre repose d'ailleurs principalement dans cet art du détail que Yannick Marec développe avec brio au fil des pages. Le livre permet ainsi d'illustrer pleinement par différentes entrées sur une même situation locale les évolutions qui touchèrent la protection sociale en France. Ces différentes entrées se matérialisent par quatre parties thématiques qui rendent compte dans son ensemble de la question de la pauvreté à Rouen et des réponses politiques et sociales et qu'elle y a reçues.

2Dans une première partie intitulée « Rouen et ses pauvres au temps de Flaubert et Maupassant », Yannick Marec propose de mêler l'analyse des réalités et des perceptions sociales de la pauvreté rouennaise dans la première moitié du XIXème siècle. Les informations empiriques rassemblées dans les différents chapitres sont riches tant sur le nombre de pauvres et de miséreux que sur les causes de ces états et de la frontière flottante entre ces deux états. L'analyse de différents instruments sociaux tels que le tour et les passeports intérieurs et de situations conflictuelles entre classes notamment en 1848 permettent d'entrer plus profondément dans les représentations sur les pauvres à l'œuvre dans les politiques de protection sociale.

3Une deuxième partie intitulée « A la fortune des pauvres » s'attache ensuite à analyser les pratiques économiques et sociales de ceux que l'on considérait alors comme pauvres et miséreux. Deux analyses très intéressantes portent sur les prêteurs sur gages (Mont-de-Piété) et les caisses d'épargne tout au long du XIXème siècle. Ces institutions ayant pour objectif initial de répondre à la question sociale montrent toutes deux dans le cas rouennais une évolution similaire tant dans ses utilisateurs, vers plus de diversité sociale, que dans ses fonctions, vers une dimension économique en rapport aux valeurs bourgeoises de prévoyance. Yannick Marec s'attache également à analyser des pratiques plus larges que celles portant sur l'économie en observant notamment le comportement associatif puis syndical des employés rouennais de la moitié du XIXème siècle à l'aube de la Première Guerre Mondiale ou l'attitude des démunis à l'égard de leur santé et les politiques sociales y répondant.

4Au-delà des institutions d'assistance des pauvres et des miséreux, Yannick Marec s'intéresse également à ceux qui y participent dans une troisième partie au titre explicite : « Des élites pour la République sociale ». Le propos s'intéresse alors tant à des ensembles d'acteurs qu'à des monographies individuelles. Il dresse par exemple un portrait global des institutions rouennaises d'aide à la petite enfance tout au long du XIXème siècle, illustrant en cela les constats dressés en d'autres lieux par Rémi Lenoir sur la double fonction de charité et de contrôle des centres d'aide aux familles des classes populaires. Yannick Marec nous propose également des portraits en miroir toujours remis dans leur contexte global, d'un côté celui d'un philanthrope mutualiste, Henri Vermont, Président de l'Emulation Chrétienne de Rouen, de l'autre celui d'un ouvrier en phase d'ascension sociale, Alfred Adeline, représentant de la Prévoyance mutuelle de Rouen. Une telle entreprise de comparaison a également lieu avec l'étude de deux hommes politiques d'envergure nationale mais d'implantation locale, Louis Ricard et Paul Guieysse, dans un article qui répond à la volonté constante de l'auteur, celle « d'éclairer le national par le régional, et réciproquement »

5.

6Une quatrième et dernière partie intitulée « La ville, acteur social » nous amène à considérer le poids des villes dans les politiques de protection sociale au cours des XIXème et XXème siècles. Yannick Marec illustre avec divers exemples français le rôle central des villes dans la protection sociale des plus démunis tout au long du XIXème siècle et leur déclin relatif à partir de la naissance de la IIIème République face aux politiques menées au niveau national. La relativité de ce déclin apparaît d'ailleurs bien dans l'originalité du « système rouennais » étudié avec grands détails : institué dans les années 1880, ce système a anticipé et en quelque sorte informé le niveau législatif, en l'occurrence la loi du 15 juillet 1893 instaurant l'assistance médicale gratuite aux individus privés de ressources. Ou dans l'histoire des centres sociaux communaux de Rouen de la fin du XIXème siècle à l'aube de la Seconde Guerre Mondiale.

7Le dernier chapitre et la conclusion permettent enfin à l'auteur de dresser avec une grande clarté une évolution générale tant de la place des villes en France et en Europe dans les politiques de protection sociale que des logiques guidant la protection sociale en France, et cela sans tomber dans le piège de la croyance en la linéarité de l'histoire. Par ces deux textes conclusifs, Yannick Marec remplit ainsi clairement son contrat et démontre bien l'importance de l'articulation entre les différentes échelles d'analyse qui a été ici explicitement privilégiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/390

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page