Navigation – Plan du site

Michel Figeac, L’habitat des élites urbaines en Europe à l’époque moderne

Louis Georges
L'habitat des élites urbaines en Europe à l'époque moderne
Michel Figeac (dir.), L'habitat des élites urbaines en Europe à l'époque moderne, Pessac, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, coll. « Histoire et politique », 2019, 284 p., ISBN : 9782858924837.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les hôtels de Guénégaud et de Mongelas. Rendez-vous de chasse des Sommer au Marais, Paris, Citadell (...)
  • 2 Jean-Marc Larbodière, Hôtels particuliers de Paris, Issy-les-Moulineaux, Massin, coll. « Les essent (...)
  • 3 Natacha Coquery, L’Hôtel aristocratique. Le Marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publica (...)
  • 4 Alexandre Gady, Les hôtels particuliers de Paris : du Moyen-Âge à la Belle Époque, Paris, Parigramm (...)
  • 5 Jean-Pierre Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Le Temps, 1965.

1En appelant « hôtel » tout type de demeure urbaine de l’élite européenne, le présent volume formule en de nouveaux termes un sujet que l’on pouvait penser épuisé. Dans l’historiographie française, que dire en effet de neuf sur l’hôtel particulier ? Une littérature pléthorique, tantôt monographies techniques1, tantôt exaltations patrimoniales2, tantôt tableaux économiques3, semble avoir franchi toutes les portes cochères et visité toutes les galeries. La synthèse d’Alexandre Gady sur l’habitat de l’élite parisienne4 semble encore avoir clos une longue trajectoire de recherche, inaugurée par les travaux de Jean-Pierre Babelon5, dépassant la seule perspective architecturale pour aborder l’hôtel au travers de son habitation et inclure la demeure dans l’ethos nobiliaire. Pourtant, ce champ de recherche demeure singulièrement isolé, enserré dans une catégorie historiographique peu interrogée. Singulier dans sa forme, dans son inscription urbaine, dans son vocable même, l’« hôtel » serait une particularité française irréductible, sans communauté avec les « palais » du reste de l’Europe.

2Faire retour sur la définition et la pertinence des catégories historiographiques nationales en histoire de l’architecture est la particularité du projet de recherche mené par Michel Figeac depuis 2017. Réunissant des historiens et des historiennes de divers pays européens, il vise une approche synthétique de l’habitat des élites européennes, au-delà des traditions nationales contraignant les ambitions comparatistes. Première étape de cette entreprise, L’habitat des élites urbaines à l’époque moderne est le résultat d’un colloque réuni à Poznań en avril 2018, ébauchant une réflexion commune sur l’inscription spatiale, les traits constructifs et les usages de la demeure urbaine dans plusieurs villes du continent. Si les pierres parisiennes et romaines sont abordées, elles n’ont pas dans l’étude le traditionnel rôle de modèle déterminant les ensembles urbains plus modestes : Cadix, Lisbonne, Bordeaux, Milan, Gênes, Madrid, Nancy, Prague, Vienne, Vilnius, Poznań et la Haye sont tour à tour visitées pour elles-mêmes, en leurs palais princiers comme en leurs maisons marchandes.

3Pour nourrir un regard décentré sur la demeure des élites au-delà des disparités stylistiques, les études sont organisées selon une logique sociale : celle de la pratique de l’espace par les groupes dominants d’un ensemble urbain. La demeure est dès lors moins une forme architecturale normée qu’une manière d’être dans la ville, liée à la position particulière des élites pratiquant et produisant cet espace. L’organisation des contributions, composées d’études de cas considérant une ville ou une région particulière, respecte aussi la réflexion sur les modes d’occupation de l’espace : le premier temps du volume étudie la relation de l’hôtel à la ville et le deuxième ses usages comme espace social. La dernière partie met en lumière différentes configurations typologiques, à plus petite échelle.

  • 6 Albane Cogné et Éric Hassler, « L’insertion des demeures aristocratiques dans l’espace urbain. Pano (...)
  • 7 Alexandre Gady, « Voir et être vu. Stratégies foncières et architecturales de l’hôtel parisien », p (...)
  • 8 Gloria Franco, « Cadix. Typologie du logement dans une ville commerciale espagnole au XVIIIe siècle (...)

4Qu’elle soit hôtel particulier ou palais romain, la demeure élitaire est consommatrice d’espace. Les grands corps de logis, les dégagements des carrosses, les cours fonctionnelles, les jardins d’agrément, semblent contredire d’emblée la densité de la ville, milieu contraint et hérité. Le mérite des contributions de la première partie du volume est de ne pas limiter l’évolution de cette relation conflictuelle au seul déplacement vers les parcelles des faubourgs. Les processus de commande, d’acquisition et de restauration des hôtels permettent aux auteurs de saisir plus finement le geste social que représente l’implantation foncière d’une famille. Les villes européennes modernes sont déjà marquées par des logiques résidentielles horizontales regroupant des populations homogènes à l’échelle de la rue6. Le geste architectural et ornemental fait pareillement partie du geste social : il s’agit, pour la noblesse parisienne, de s’afficher dans la ville tout en s’en retirant, le portail monumental, mis en scène dans la topographie urbaine, ayant la double fonction de clôture et de démonstration, dans le même temps que les jardins garantissent la jouissance d’un paysage d’agrément privé7. Cadix et Lisbonne offrent deux exemples de dispositifs spatiaux contraints par la conjoncture8. Le déplacement du commerce atlantique et de la Casa de Contratación vers Cadix en 1717 provoque une croissance économique soudaine entraînant le marché foncier de l’étroite ville péninsulaire, et créant une logique d’habitation élitaire singulière, fondée sur les maisons bourgeoises préexistantes. Le tremblement de terre lisboète de 1755, privant la ville des deux tiers de son bâti, provoque une réorganisation complète de l’espace patricien, qui passe d’une concentration au sein des murailles médiévales à une dispersion de palais très lentement reconstruits aux marges de la ville et à Belém. La configuration de l’hôtel face à la ville dépend donc moins de préoccupations architecturales que de tensions sociales et économiques.

  • 9 Michel Figeac, « Des impératifs de la bienséance aux nécessités de l’intimité, les dispositifs spat (...)
  • 10 Caroline Le Mao, « L’hôtel, un lieu économique dans la ville : l’exemple des magistrats du Parlemen (...)
  • 11 Olivier Chaline, « La maison du grand marchand. Quelques remarques », p. 165-177.

5Les usages de l’hôtel, espace social, forment un deuxième angle d’approche. Il s’agit pour les auteurs de faire de l’habitation d’une demeure le sens pratique du dispositif spatial qu’elle produit. Au-delà de la seule symbolique de pouvoir, le palais est un lieu habité, pratiqué, et finalement forgé par les pratiques. Le passage, bien connu, de l’ordonnancement en enfilade à un autre distributif au début du XVIIIe siècle trahit moins un souci neuf pour le confort des « petits appartements » qu’une diversification des activités et une spécialisation des espaces : la « chambre » polyfonctionnelle laisse place à un ensemble de pièces spécialisées selon les milieux sociaux9. L’hôtel parlementaire, en particulier, est un lieu marqué par son usage politique et économique : extension du Parlement, le cabinet de travail sert à l’activité judiciaire comme à l’enregistrement des plaideurs et à la réception des magistrats, en l’absence d’espaces de travail dédiés au Palais10. La maison du négociant est marquée par la fragilité de la notabilité de ses habitants : tournée vers l’activité économique, elle ne connaît pas la frontière avec la densité urbaine de l’hôtel nobiliaire et s’articule autour de la circulation des marchandises dans la cour et les magasins ainsi que de la réception des clients au comptoir11.

6Une dernière partie de l’ouvrage examine les logiques nationales à l’œuvre dans l’espace élitaire. Elle consiste en une série d’études de cas s’éloignant des centres producteurs de modèles architecturaux pour étudier en actes les structurations sociales d’une ville ou d’une région sous l’angle de l’habitation. Les cités italiennes expriment la notabilité au travers du palais urbain, objet de convoitise et de transmission dans une société marquée par la convergence de la noblesse et du patriciat urbain aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le renouvellement de la noblesse curiale nancéienne après la paix de Ryswick engendre un intense effort constructif, ornant la ville d’hôtels à la française, laissant une place importante aux espaces de réception. La Haye montre encore la configuration originale d’une ville d’État où les représentants des dix-huit villes de la République, périodiquement conviés aux votes, profitent de cette résidence forcée et temporaire pour mettre en scène les rapports de force des corps de villes au travers de leurs demeures.

  • 12 Natacha Coquery, op. cit.

7La principale vertu de ce volume tient dans son effort de décentrement du regard, au sein d’un champ de recherche éprouvé. Engoncée dans des traditions nationales fermes, subjuguée sous l’intérêt patrimonial, la place de la demeure des élites dans les sociétés européennes n’a certainement pas été assez soumise à une confrontation transnationale. Le décentrement est ici double, déplaçant la réflexion de l’échelle nationale à l’échelle européenne et soulignant, à l’intérieur d’un territoire, l’influence ou le refus des modèles dans les espaces urbains plus modestes. Une telle perspective demande à la fois une mise en lien d’historiographies rarement confrontées, et une réévaluation des sources. L’évincement d’une perspective internaliste de l’architecture appelle en effet une exploitation plus systématique des sources économiques, bien connues pour le cas parisien12, mais parfois mal cernées ailleurs. On apprécie en particulier le souci porté à la maison marchande, unité économique longtemps tenue à l’écart des demeures élitaires, et qui trouve ici sa place comme espace central de la grande circulation commerciale.

8Outre un travail éditorial inégal qui nuit parfois à la clarté du propos et des illustrations, on regrette la simple juxtaposition des études de cas dans un volume qui semble pourtant vouloir saisir un phénomène transrégional en dépassant la forme des actes de colloque. L’effort de théorisation commun souffre de cette organisation, malgré des voies prometteuses annoncées en introduction et dans les quelques articles généraux. La réflexion lexicale sur la demeure élitaire, « hôtel », « palais » ou « maison », souvent esquissée dans l’ouvrage, aurait ainsi pu constituer un outil original pour lier les modèles architecturaux et leur activation socialement située en dehors des canons historiographiques. La circulation des architectes au-delà du seul dialogue France-Italie, comme celle des maçons et des entrepreneurs en bâtiment, semblerait encore décisive dans une approche décentrée d’un phénomène partagé. On espère toutefois que ce programme de recherche ambitieux trouvera vite d’autres réalisations, qui développeront l’approche prometteuse et l’effort de conceptualisation engagés dans ce volume.

Haut de page

Notes

1 Les hôtels de Guénégaud et de Mongelas. Rendez-vous de chasse des Sommer au Marais, Paris, Citadelles & Mazenod, 2006 ; Alexandre Cojannot, Louis Le Vau et les nouvelles ambitions de l’architecture française : 1612-1654, Paris, Picard, 2012.

2 Jean-Marc Larbodière, Hôtels particuliers de Paris, Issy-les-Moulineaux, Massin, coll. « Les essentiels du patrimoine », 2011 ; Claude Huver, Les hôtels particuliers de Montpellier, Villeveyrac, Le Papillon rouge, 2019.

3 Natacha Coquery, L’Hôtel aristocratique. Le Marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

4 Alexandre Gady, Les hôtels particuliers de Paris : du Moyen-Âge à la Belle Époque, Paris, Parigramme, 2008.

5 Jean-Pierre Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Le Temps, 1965.

6 Albane Cogné et Éric Hassler, « L’insertion des demeures aristocratiques dans l’espace urbain. Panorama européen à l’époque moderne », p. 27-34.

7 Alexandre Gady, « Voir et être vu. Stratégies foncières et architecturales de l’hôtel parisien », p. 61-71.

8 Gloria Franco, « Cadix. Typologie du logement dans une ville commerciale espagnole au XVIIIe siècle », p. 73-87 ; Nuno Gonçalo Monteiro, « L’hôtel urbain à Lisbonne du XVIIe au milieu du XIXe siècle », p. 89-104.

9 Michel Figeac, « Des impératifs de la bienséance aux nécessités de l’intimité, les dispositifs spatiaux de l’hôtel urbain entre vie publique et vie privée (vers 1620-vers 1790) », p. 129-149.

10 Caroline Le Mao, « L’hôtel, un lieu économique dans la ville : l’exemple des magistrats du Parlement de Bordeaux (XVIIe-XVIIIe siècles) », p. 151-164.

11 Olivier Chaline, « La maison du grand marchand. Quelques remarques », p. 165-177.

12 Natacha Coquery, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Georges, « Michel Figeac, L’habitat des élites urbaines en Europe à l’époque moderne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 novembre 2019, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39017

Haut de page

Rédacteur

Louis Georges

Doctorant en histoire moderne, Université Paris-Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page