Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2019Serge Maury, Une secte janséniste...

Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805)

Nolwenn Briand
Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française
Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805), Paris, L'Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire », 2019, 482 p., EAN : 9782343143248.
Haut de page

Texte intégral

1Près d’un siècle après les grandes querelles qui déchirent l’Église catholique autour de la question du jansénisme, un mouvement figuriste émerge dans le village de Fareins, à 40 kilomètres au nord de Lyon. Le mouvement s’exporte à Paris après la Révolution et prend la forme d’une secte de plus en plus organisée. L’importance accordé au contexte de développement de la secte, l’originalité de la méthode employée par Serge Maury et la discussion permanente de l’auteur avec les spécialistes du sujet destine l’ouvrage tout autant à un public de spécialistes – qui relèvera l’intérêt de la méthode d’enquête –, qu’à un public profane qui appréciera le récit fascinant qui lui est proposé.

2La doctrine chrétienne hérétique que représente le jansénisme est issue d’une relecture radicale de la pensée augustinienne, proposée à l’origine par Jansénius dans Augustinus (1620). Celui-ci soutient que la grâce divine ne sera accordée qu’à quelques élus, sans que l’action et la volonté humaine ne puissent jouer un quelconque rôle dans l’élection divine. Après un siècle de conflits sur la question, le mouvement prend un nouveau tournant en 1727. Cette année-là apparait un mouvement convulsionnaire janséniste à la mort du diacre Pâris. D’étranges phénomènes se produisent dans le cimetière parisien où il est enterré : aux miracles initiaux s’adjoignent, à partir de 1731, des « convulsions guérissantes ». Réprimé par les autorités, le mouvement devient clandestin et la dimension miraculeuse laisse peu à peu place aux convulsions « figuristes » : les adeptes, pris de spasmes se voient administrer des « secours », terme charitable qui désigne en réalité une série de sévices corporels violents – coups de poings, de pieds, de buches, d’épées, écartèlements, crucifixions.

3En 1775, alors que le jansénisme et l’œuvre convulsionnaire « agonise[nt] dans le reste du pays », deux frères, Claude et François Bonjour, prennent la charge successive du ministère paroissial de Fareins (p. 33). Le petit village devient alors le lieu de pratiques convulsionnaires, sur fond de conflits religieux, sociaux et générationnels. Les curés Bonjour administrent à leurs paroissiennes les « secours » violents qui caractérisent l’œuvre, tout en les teintant peu à peu d’une certaine dimension érotique. Ces sévices s’accentuent jusqu’à la crucifixion de la paroissienne Etienne Thomasson en 1787, à la suite de laquelle François Bonjour est condamné, emprisonné, et arraché à sa cure – physiquement du moins, puisque son influence sur les paroissiens survit à son éloignement géographique.

4L’ouvrage est construit en neuf chapitres, répartis en deux parties : la première présente le fareinisme naissant à l’aube de la Révolution française, et la deuxième le bonjourisme sectaire parisien des dernières années du XVIIIe et de la période concordataire. À l’aide des minutes du procès de François Bonjour, l’auteur propose dans les premiers chapitres une monographie du champ religieux et de l’espace social que constituent la région lyonnaise et la paroisse janséniste de Fareins dans la période prérévolutionnaire. Si le sujet a été l’objet d’une littérature abondante, l’auteur propose de renouveler son étude en portant un regard d’anthropologie historique qui n’ignore ni le contexte politique et social des premières années du mouvement, ni les relations interpersonnelles des paroissiens, ni même les logiques spécifiques qui animent les séances et les messes de François Bonjour.

5Le sujet est particulièrement fascinant : le mouvement bonjouriste est en effet une sublime actualisation du jansénisme figuriste. Né dans une petite paroisse rurale, initialement formé de jeunes filles qui s’émancipent de l’autorité parentale, le mouvement prend peu à peu la forme d’une secte convaincue de l’imminent retour du messie et du règne millénaire du peuple juif sur la Terre. L’analyse de la correspondance de François Bonjour et de l’une de ses deux maitresses permet à l’auteur de rappeler l’importance du contexte politique de la Révolution française dans la constitution de la théologie eschatologique bonjouriste, ainsi que de préciser l’événement décisif qui fait basculer ce jansénisme figuriste dans une logique sectaire millénariste. Pendant l’emprisonnement de François Bonjour, Claudine Dauphan devient rapidement son « Épouse » divine, appelée à « enfanter un fils qui sera à la fois le nouvel Elie et l’Esprit Saint » (p. 136). Cette rencontre – et l’assurance du caractère divin du lien qui unit le couple – marque le passage d’un groupe janséniste convulsionnaire à celui d’une secte millénariste et révolutionnaire, persuadée de l’infinie sacralité de leur enfant.

6La deuxième partie de l’ouvrage, des chapitres quatre à neuf, est centrée sur un deuxième épisode du mouvement bonjouriste, qui prend cette fois place à Paris entre 1791 et 1805. C’est peut-être la partie la plus originale de ce travail, puisque l’auteur y analyse une partie des trente-six volumes de discours de la prophétesse attitrée du groupe parisien, Sœur Élisée. Ici les prêches ont désormais pris la forme de séances durant lesquelles Sœur Élisée reçoit en elle l’Esprit-saint lors d’épisodes de transes, de convulsions, ou encore d’état d’enfance. L’analyse rigoureuse de la partie numérisée des discours de cette sibylle, retranscrits méticuleusement par le secrétaire du groupe parisien, permet à Maury de formuler une ethnographie des pratiques corporelles, littéraires, communicationnelles et de l’assise théologique qui sous-tend la croyance janséniste bonjouriste dans la période concordataire. Pendant plus de cinq ans, Sœur Élisée tient des séances régulières dans lesquelles elle articule un discours millénariste et apocalyptique – qui repose sur la croyance en un règne terrestre du Christ pendant mille ans, aux côtés des élus et des saints ressuscités – à un discours fortement subversif et anticlérical. Une connaissance précise de la Bible est nécessaire pour décrypter les discours ésotériques de Sœur Élisée, ce que Serge Maury parvient très bien à faire.

  • 1 Dell Hymes, In vain I tried to tell you, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1981.

7Un élément très intéressant de l’analyse réside dans la contextualisation précise des discours de Sœur Élisée : Bonaparte prend le pouvoir trois mois après le début de ces discours et devient une « réactualisation tardive d’une figure typique de l’idéologie millénariste » (p. 206). Dans l’univers conceptuel bonjouriste, Bonaparte apparait comme l’empereur des derniers temps, le bras armé de Dieu, qui précipite l’apocalypse, annonce le retour des juifs et le règne de mille ans du christ et du Paraclet (l’Esprit saint abrité dans le corps humain d’Elie Bonjour). La spécificité de Sœur Élisée réside également dans son positionnement politique : alors que les mouvements prophétiques français du XIXe sont en majorité légitimistes et contre-révolutionnaires, Sœur Élisée développe « un discours radical fait d’hostilité violente à l’Église » (p. 214). Elle fait preuve d’un anticléricalisme virulent, et affirme que l’Église catholique est une religion indigne de la Grace divine – à laquelle elle oppose l’« authentique sacrifice de la volonté et de l’amour propre » vers lequel tendent ses adeptes (p. 249). Sœur Élisée est un personnage assez mystérieux sur lequel les historiens ne savent que peu de choses, mais ses discours permettent de dégager les grandes lignes de la cosmologie du groupe bonjouriste, dont elle finit par prendre la tête. Dans une analyse qui frôle l’anthropologie linguistique, l’auteur revient sur les caractéristiques de la prédication de la prophétesse, les ruptures qu’elle opère avec le mouvement originel entaché par l’amoralité du curé Bonjour qui entretient un ménage à trois au grand jour, et sa relation avec le jeune messie Elie Bonjour. La gestuelle de la prophétesse, les caractéristiques des transes et des prophéties, l’assise théologique poussée qui transparait dans ces discours et les discours explicatifs qui suivent les séances sont étudiés avec précision. L’analogie entre les transes de Sœur Élisée et les « performances » de l’art contemporain surprend toutefois. Si l’auteur rend compte d’une certaine préparation des discours, la comparaison est tout de même peu convaincante. Il semble que les séances auraient potentiellement plus à voir avec les « représentations » hymesiennes qu’avec les formes récentes d’expression artistique, ne serait-ce que par la dimension religieuse des propos tenus1.

8Le dernier chapitre de l’ouvrage aurait quant à lui certainement mérité une partie complète tant le sujet qu’il aborde est fécond pour la recherche en sciences sociales du religieux. Après avoir élaboré son étude du phénomène convulsionnaire en tant qu’historien et anthropologue, Serge Maury propose dans son ultime chapitre de « faire comme si » les actes de Sœur Élisée pouvaient aussi se comprendre par le biais de l’analyse psychiatrique. Ce chapitre est particulièrement intéressant du point de vue épistémologique. Comment traiter de croyances qui semblent – comme l’auteur ne manque pas de le rappeler – ahurissantes pour le lecteur moderne non spécialiste, mais qui relèvent de pratiques extrêmement codifiées ? La psychiatrie peut-elle aider à comprendre plus finement la représentation du monde des croyants, prophétesses, gourous et messies dont les actes étourdissent les esprits cartésiens ? Ce sont finalement ces questions qui marquent le lecteur lorsqu’il clôt la dernière page de ce livre. Car la psychiatrie a-t-elle ou non sa place parmi les outils d’analyse de l’anthropologie religieuse ? Avant de songer à trancher le débat, il faudrait au préalable poursuivre une investigation rigoureuse des croyances qui sous-tendent les grandes théories psychiatriques. Mais la question reste ouverte, et le projet fascinant.

Haut de page

Notes

1 Dell Hymes, In vain I tried to tell you, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nolwenn Briand, « Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.39062

Haut de page

Rédacteur

Nolwenn Briand

Étudiante en master d’anthropologie sociale et culturelle, EHESS Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search