Navigation – Plan du site

Anthony Atkinson, Measuring poverty around the world

Igor Martinache
Measuring poverty around the world
Anthony B. Atkinson, Measuring poverty around the world, Oxford, Princeton University Press, 2019, 429 p., éd. John Micklewright & Andrea Brandolini, postface François Bourguignon & Nivholas Stern, ISBN : 9780691191225.
Haut de page

Texte intégral

1Publié à titre posthume, Measuring Poverty Around the World, constitue le testament intellectuel de l’économiste britannique Anthony Atkinson (1944-2017), l’un des plus grands spécialistes de la pauvreté et des inégalités, mais l’ouvrage ne se limite pas à cela. On y trouve en réalité au moins trois livres en un : un état des lieux de la pauvreté à l’échelle globale et dans un grand nombre de pays ; un traité épistémologique et méthodologique sur les multiples problèmes posés par la mesure de ce phénomène et l’harmonisation des données d’un pays à l’autre ; et enfin une sorte de making-off de l’écriture d’un ouvrage scientifique d’une telle ambition. Son auteur n’ayant en effet pas pu mener sa rédaction à son terme, c’est – chose suffisamment rare pour être soulignée – un manuscrit inachevé qui est proposé au lecteur, parsemé de parties laissées en blanc, avec le plus souvent des notes écrites par les « éditeurs » de l’ouvrage. John Mickelwright et Andrea Brandolini, compagnons de travail au long cours d’Anthony Atkinson, s’efforcent ainsi de préciser ses intentions à partir des notes et brouillons laissés par ce dernier. Deux postfaces rédigées chacune par deux économistes également proches d’Atkinson, François Bourguignon et Nicholas Stern, viennent compléter deux dimensions qui tenaient à cœur à Atkinson et qu’il n’a pas eu le temps d’étayer suffisamment dans son manuscrit : le lien très étroit entre pauvreté et inégalités d’une part, et la forte complémentarité entre la lutte contre la pauvreté et celle contre le changement climatique d’autre part.

  • 1 Notre traduction, comme pour les citations suivantes.

2Le caractère testamentaire de l’ouvrage se donne à sentir dès les premières phrases de l’introduction, lorsque l’auteur expose les raisons qui l’ont poussées à écrire ce livre, à savoir « souligner le manque de progrès dans la lutte contre la pauvreté et demander des comptes à nos gouvernements pour leurs défaillances »1 (p. 1). C’est bien une conception des sciences sociales résolument tournée vers l’action que défend ainsi l’auteur, bien qu’il admette avec une lucide modestie avoir mené l’essentiel de ses réflexions depuis son confortable bureau à Oxford, tout en n’ayant de cesse de montrer par l’exemple que celle-ci ne doit pas pour autant s’affranchir de rigueur méthodologique et de réflexivité, tout au contraire. Atkinson soulève ainsi de nombreuses questions auxquelles il se garde de d’apporter des réponses et des résultats définitifs, comme si son objectif, louable, était davantage de partager ces questionnements avec ses lecteurs et confrères : qu’est-ce que la pauvreté ? Peut-on la mesurer à une échelle globale ou faut-il s’en tenir plutôt au cadre de l’État-nation ? Faut-il la mesurer de manière monétaire ou non-monétaire ? Est-elle un attribut des ménages ou des individus ? Faut-il tenir compte davantage des revenus ou des dépenses de consommation ? La liste n’est pas exhaustive.

  • 2 Voir par exemple Amartya Sen, Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, (...)

3Dans une roborative introduction, Tony Atkinson commence par rappeler l’importance des statistiques pour alimenter les débats et politiques économiques, l’articulation étroite entre ces deux enjeux cruciaux que constituent la pauvreté et le changement climatique, les raisons pour lesquelles les riches habitants des pays riches doivent se sentir concernés. Il présente de premiers faits stylisés généraux sur la question – en soulignant le constat, plus problématique qu’il n’y paraît, que « les habitants des pays pauvres ne sont pas nécessairement pauvres, et les pauvres ne vivent pas nécessairement dans des pays pauvres » (p. 16). Le deuxième chapitre s’arrête logiquement sur la définition de la pauvreté, ou plus exactement sur les définitions de ce phénomène qui, comme pour bien d’autres, révèlent les intérêts, dans tous les sens du terme, de ceux qui les forgent et les utilisent. L’auteur présente d’abord les définitions politiques en termes de « ligne de pauvreté », absolue (moins de 1,90 dollar en parité de pouvoir d’achat, par exemple, suivant les Objectifs du millénaire pour le développement des Nations unies) ou relative (comme le seuil de 60 % du revenu médian par unité de consommation, pour les ménages de l’Union européenne), puis les démarches participatives qui consistent à partir de la vision subjective que les personnes interrogées se font elles-mêmes de la question. Il s’arrête ensuite sur les approches partant de la consommation et des « besoins de base » (basic needs), celles qui préfèrent envisager la pauvreté comme une privation de « capabilités », dans le sillage des travaux d’Amartya Sen2, et enfin celles, proches mais néanmoins distinctes, qui abordent la question en termes de droits humains.

4Intitulé « Clarifier les concepts », le troisième chapitre vise à élaborer une « checklist » d’éléments à vérifier dès lors que l’on reçoit des statistiques sur la pauvreté ou que l’on entend établir des comparaisons d’un pays à l’autre. L’auteur revient ainsi sur différents enjeux, tels que les corrections des revenus nécessaires pour tenir compte de la parité de pouvoir d’achat, sur l’unité statistique prise en compte – l’individu, le ménage ou la famille –, et le caractère multidimensionnel de la pauvreté, qui oblige à tenir compte d’aspects autres que monétaires (accès à l’éducation, à la santé, au logement, à une protection sociale, etc.), sans pour autant négliger ces derniers, et les enjeux relatifs à la construction d’indicateurs alternatifs. Le chapitre suivant est consacré quant à lui aux données en tant que telles et aux problèmes qu’elles posent en termes de collecte et de comparaison dans le temps et d’un pays à l’autre, avant de s’arrêter sur les techniques de triangulation avec d’autres informations qui peuvent permettent de tester la validité des données tout en les contextualisant davantage.

5Après ces minutieuses précautions méthodologiques, l’auteur consacre la suite de l’ouvrage à la présentation des données disponibles : le cinquième chapitre revient ainsi sur les 17 objectifs du développement durable des Nations unies, en tête desquels figure celui d’« éradiquer partout la pauvreté sous toutes ses formes », puis sur l’histoire des mesures de la pauvreté globale effectues par la Banque mondiale en expliquant de nouveau pourquoi il faut manier avec une grande circonspection les comparaisons d’une période à l’autre ou entre urbains et ruraux, tant elles reposent sur des conventions mouvantes. Ces constats posent deux défis aux chercheurs, selon l’auteur : élaborer de nouveaux outils conceptuels et enrichir des données recueillies pour tenir compte du caractère multi-dimensionnel des privations, d’une part, et de l’autre faire le chemin inverse de la consolidation pratiquée par la Banque mondiale, c’est-à-dire revenir des données globales vers les données nationales pour confronter les représentations de la pauvreté qu’elles véhiculent. C’est ce chantier auquel il s’attelle lui-même dans les chapitres suivants, chacun traitant d’une zone (Asie-Pacifique, Afrique, Amérique latine et Caraïbes et enfin « pays riches »), avec des considérations générales sur celles-ci suivies d’une série d’études de cas nationaux (« country reports ») placées en annexe, organisées suivant un même plan : lignes de pauvreté utilisées ; « qui est pauvre ? » ; les changements dans le temps ; la pauvreté non-monétaire et les inégalités générales. Un grand nombre de ces rubriques sont cependant laissées en blanc, tout comme une grande partie de la conclusion générale.

6Au total, si l’ouvrage peut logiquement susciter une certaine frustration du fait de son caractère inachevé, il n’en reste pas moins qu’il présente une richesse remarquable – si l’on ose dire –, tant par les considérations méthodologiques développées avec force pédagogie et qui peuvent servir bien au-delà du sujet traité, que par les données et références présentées, et enfin et peut-être surtout par les réflexions qu’il ouvre, tout particulièrement sur le lien entre pauvreté et changement climatique, trop souvent présentés comme des enjeux concurrents alors qu’ils sont tout au contraire étroitement complémentaires. On pourrait même ajouter que c’est plus largement le cas de la relation entre la question sociale et la question écologique, comme le montrent les travaux de plus en plus nombreux qui portent sur les inégalités et la justice écologiques. Quoi qu’il en soit, on ne peut qu’espérer, pour la mémoire d’Anthony Atkinson et plus encore pour le bien-être des générations qui lui succèdent, que son appel à sortir de l’inaction politique dans ces deux domaines sera entendu.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction, comme pour les citations suivantes.

2 Voir par exemple Amartya Sen, Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, Odile Jacob, 2003 et Amartya Sen, L’idée de justice, Paris, Flammarion, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Anthony Atkinson, Measuring poverty around the world », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39110

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page