Navigation – Plan du site

Géraud Lafarge, Les diplômés du journalisme. Sociologie générale de destins singuliers

Frédéric Nicolas
Les diplômés du journalisme
Géraud Lafarge, Les diplômés du journalisme. Sociologie générale de destins singuliers, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2019, 290 p., ISBN : 9782753577312.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Chupin Ivan, Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899- (...)
  • 2 Seules les 12 écoles (publiques et privées) reconnues par les instances professionnelles au moment (...)

1Malgré une perte de confiance dans la profession et la diminution des titres et des postes, la crise économique et symbolique du journalisme ne semble affecter ni le nombre de vocations, ni le nombre de formations : c’est sur ce paradoxe que s’ouvre la réflexion de Géraud Lafarge sur les diplômés du journalisme. Mis en lumière, un tel paradoxe pousse l’auteur à questionner les principes de sélection qui façonnent l’espace des écoles de journalisme et par ricochet le champ journalistique. Comme Ivan Chupin1, Lafarge s’intéresse au journalisme en termes d’« espace des écoles », mais sa focale temporelle est bien différente puisque son analyse porte sur des trajectoires individuelles d’étudiants entrant dans le métier au tournant des années 2000, à un moment où les processus de professionnalisation et de sélection s’intensifient. L’enquête repose sur un questionnaire passé au début des années 2000 pour « faire apparaître les logiques structurales et relationnelles de cet univers académico-professionnel » (p. 9), notamment au moyen d’une analyse des correspondances multiples qui constitue la clé de voûte de l’ouvrage2. Elle est complétée par un suivi des étudiants 7 ans après leur sortie de l’école et une série d’entretiens avec des étudiants de différents pôles de l’espace étudié. Un des apports de cette enquête est d’objectiver les principes de sélection et de hiérarchisation structurant l’espace des formations en journalisme et les trajectoires qui en découlent. L’auteur explicite les « principes de division et de hiérarchisation du champ journalistique » (p. 255) et les « transformations des classes supérieures et [de leurs] logiques et formes scolaires et sociales de reproduction » (p. 261).

  • 3 Entre ces deux pôles se trouve un continuum de positions occupées par les étudiants des autres écol (...)
  • 4 Argument par ailleurs classique en sociologie de l’éducation.

2La première partie défend un argument sur lequel repose le reste de la démonstration : « les conditions d’entrée dans les formations au journalisme les plus prestigieuses sont au début des années 2000 de plus en plus sélectives scolairement et socialement » (p. 21). Le chapitre 1 présente l’espace des écoles en fonction de leur public. Il se structure autour d’une double opposition (p. 34-43). D’une part, les étudiants de la « petite porte » disposent souvent d’un volume global de capitaux réduit et sont recrutés dans des filières post-bac courtes et de jeunes écoles moins réputées (en IUT notamment), tandis que les étudiants de la « grande porte » disposent souvent d’un volume important de capitaux et sont recrutés dans des écoles plus anciennes et prestigieuses (ESJ, CFJ, IPJ), au terme d’études dans des filières sélectives (prépa et IEP notamment)3. D’autre part, parmi les étudiants de la « grande porte », certains entrent dans les écoles grâce avant tout à leur capital scolaire (CFJ) et d’autres surtout par leur forte dotation en capital social (IPJ). Trois autres résultats sont notables dans le premier chapitre : une féminisation du recrutement par le haut ; les IEP comme « voie royale » ; et le statut de « position refuge » que revêt le journalisme pour les classes supérieures. Le chapitre 2 insiste ensuite sur le fait que les hiérarchies académiques s’inscrivent dans les faits comme dans la tête des étudiants et de leur entourage. Ainsi, en s’intéressant à l’espace symbolique des écoles, Lafarge interroge la construction – par élection, par élimination ou au gré de contingences – de l’espace des possibles professionnels. Il montre que se repérer dans l’espace des écoles est une compétence socialement située et inégalement distribuée4, y compris au sein de cette population relativement dotée en ressources. Il en ressort une forme d’affinité élective entre certains étudiants et certaines écoles, les étudiants ne tentant souvent que les concours auxquels ils sont les plus ajustés. Le chapitre 3 cible quant à lui le devenir professionnel. Comme leurs aînés, les étudiants des années 2000 deviennent majoritairement journalistes en rejoignant la région parisienne, en presse écrite, et généralement dans les médias les plus légitimes. Mais a contrario des générations précédentes, les étudiants des années 2000 sont plus souvent recrutés à la télévision et dans la presse en ligne, ce qui diminue tout de même la part des effectifs engagés en presse écrite. La répartition selon le type de presse donne également à voir la plus forte attractivité de la presse nationale (43 %) par rapport à la presse régionale (32 %) et aux presses spécialisée et professionnelle (20 %). Au-delà de ces constats chiffrés, Lafarge souligne que l’espace des débouchés en sortie d’école se superpose quasiment à l’espace des écoles, les écoles de la « grande porte » offrant à leurs étudiants un spectre de positions professionnelles plus étendu. Ainsi, les écoles de la « grande porte » tendent – du fait de leur recrutement, de leur réputation et de leurs moyens – à renforcer les inégalités de départ.

  • 5 L’accès à la presse nationale étant perçu comme une forme de consécration professionnelle, y compri (...)
  • 6 À la légitimité interne de la radio s’oppose la légitimité externe de la télévision.

3La deuxième partie traite des capacités différenciées à entrer, se maintenir et se distinguer dans le métier. Les principes de différenciation des trajectoires y sont le reflet des différences sociales des étudiants, reproduites et parfois amplifiées par les écoles, se traduisant sur le marché du travail par des hiérarchies en termes de support et de zone de diffusion du média. Le chapitre 4 porte sur les conditions de félicité sur le marché du travail. Il présente deux apports majeurs : d’une part, les écoles de la « grande porte » fournissent un meilleur réseau aux étudiants qu’elles forment, offrant davantage d’opportunités ; d’autre part, les sorties du métier débouchent principalement sur les secteurs de la communication et de l’éducation, tandis que le maintien dans l’activité peut impliquer de se tourner vers une presse moins légitime, professionnelle et spécialisée, qui fournit néanmoins plus d’opportunités de carrière, de stabilité, et le sentiment d’être vraiment pointu sur un sujet. Très dense, le chapitre 5 est consacré aux diverses hiérarchies entre les presses : même si les hiérarchies symboliques entre presses nationale et régionale d’un côté5 et entre supports de l’autre6 tendent à se maintenir, elles perdent de leur force au moment d’entrer sur le marché du travail. Sans surprise, les CSP des parents, la détention d’un diplôme d’IEP ainsi que la taille de la commune d’origine sont des variables prédictives des probabilités d’intégrer la presse nationale.

4La troisième partie permet de détailler les trajectoires individuelles et les destins singuliers après l’entrée dans le monde du journalisme. Les cas choisis permettent de mieux saisir les principes de division et de hiérarchisation de l’espace des formations, et leurs effets sur les individus. Consacré aux étudiants de la « grande porte » les plus dotés en capitaux, le chapitre 6 montre bien que des micro-différences en termes d’origine sociale peuvent produire des effets importants sur la culture journalistique, les conceptions du journalisme et les pratiques journalistiques des étudiants issus des fractions supérieures de la bourgeoisie. Il illustre aussi l’importance du capital social pour rentabiliser d’autres formes de capitaux et convertir efficacement des capitaux économiques, scolaires et culturels sur le marché du travail. La force du chapitre 7, focalisé sur les étudiants issus de la petite bourgeoisie, est d’insister sur les expériences de socialisation qui contribuent à forger leur conception du métier. La socialisation familiale et les expériences matrimoniales, les épreuves personnelles et professionnelles, les mobilités géographiques et résidentielles, sont tour à tour convoquées pour comprendre l’orientation politique, la culture journalistique ou la morale économique de ces étudiants et pourquoi certains d’entre eux s’en tirent mieux que les autres en développant un rapport réaliste à leur devenir professionnel. Le chapitre 8 peut se lire en miroir du chapitre 6 tant il illustre, par la négative, l’importance des ressources détenues par les étudiants de la « grande porte » pour se faire une place à l’école et dans le métier. Les cas présentés donnent à voir ce qu’un faible volume global de capitaux et le passage par les écoles de la « petite porte » produit comme effets sur les trajectoires individuelles : les sorties du métier sont plus fréquentes, et le rapport à l’avenir moins certain, conduisant rapidement les étudiants à renégocier leur rapport au métier, à ses spécialités et à ses formats.

5Au final, la rigueur argumentative de Lafarge et la grande cohérence théorique de son analyse permettent de mieux saisir les enjeux propres à un espace des écoles de journalisme et un champ journalistique essentiellement investis par les classes supérieures – et peut-être en creux les raisons de la crise symbolique du métier de journaliste.

Haut de page

Notes

1 Voir Chupin Ivan, Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018), Rennes, PUR, 2018.

2 Seules les 12 écoles (publiques et privées) reconnues par les instances professionnelles au moment de l’enquête sont prises en compte.

3 Entre ces deux pôles se trouve un continuum de positions occupées par les étudiants des autres écoles.

4 Argument par ailleurs classique en sociologie de l’éducation.

5 L’accès à la presse nationale étant perçu comme une forme de consécration professionnelle, y compris par les étudiants qui n’y accèdent pas.

6 À la légitimité interne de la radio s’oppose la légitimité externe de la télévision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Nicolas, « Géraud Lafarge, Les diplômés du journalisme. Sociologie générale de destins singuliers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39126

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Nicolas

Docteur en sociologie (INRA-CESAER et Laboratoire des sciences sociales du politique), je questionne les processus de professionnalisation dans les mondes ruraux, agricoles et médiatiques à partir des outils de l’ethnographie et de la sociologie historique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page