Navigation – Plan du site

Éric Marlière, Banlieues sous tensions : insurrections ouvrières, révoltes urbaines, nouvelles radicalités

Karl Berthelot
Banlieues sous tension
Eric Marlière, Banlieues sous tension. Insurrections ouvrières, révoltes urbaines, nouvelles radicalités, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2019, 120 p., ISBN : 9782343178554.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’y-a-t-il de commun entre les insurrections ouvrières de l’entre-deux-guerres et les émeutes urbaines plus récentes de banlieues populaires ? Voilà l’interrogation à laquelle essaye de répondre Éric Marlière. En effet, il poursuit une analyse sociohistorique des dynamiques et des ressorts des luttes socio-politiques dans une banlieue du Nord de Paris. Il met ainsi en comparaison les tensions issues des mouvements sociaux de métallurgistes des années 1930 et celles des révoltes des générations de jeunes des « cités » depuis les années 1980. L’ouvrage s’inscrit dans les courants de la sociologie des classes populaires et de la déviance. Il permet de rendre compte des ruptures et continuités liées aux protestations d’un quartier populaire urbain. En s’appuyant sur différentes enquêtes et entretiens réalisés depuis une trentaine d’années auprès de sa population, il souligne l’existence de tensions permanentes entre des habitants et des acteurs comme l’usine ou l’Etat.

  • 1 Dubet François et Lapeyronnie Didier, Les quartiers d’exil, Seuil, 1992
  • 2 Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Fayard, 2005

2Dans le premier chapitre, Éric Marlière retrace l’histoire sociale d’une cité ouvrière, la « cité des 74 », où résidait dans les années 1920 une majorité de métallurgistes, à partir des témoignages de leurs descendants. Les « métallos » formaient alors un groupe social homogène et uni, aspirant collectivement à élever leurs conditions d’existence et à lutter contre l’exploitation ouvrière. Cette conscience de classe ouvrière subsiste après-guerre notamment parce que l’amélioration des conditions de vie s’y fait plus tardivement que pour le reste de la société française des Trente Glorieuses. Surtout, cette conscience se renforce dans un contexte municipal favorable au rapprochement entre élus et ouvriers avec l’arrivée au pouvoir d’une majorité communiste en 1932. Toutefois, la période de crise économique des années 1970 conduit progressivement à la dislocation de l’essence de cette « banlieue rouge »1. Les configurations du chômage de masse et de la désindustrialisation ont conduit à la métamorphose des modes de vie populaires et au développement de l’individualisme dans le monde ouvrier. Cette « déstabilisation des stables »2 fait péricliter cette culture ouvrière dans le quartier étudié : ç’en est fini du temps des luttes collectives contre le patronat. Les années 1980, époque de résistance juvénile face aux forces de l’ordre, réaniment pourtant la mémoire ouvrière de la « cité des 74 ». Toujours soumis à des rapports de domination, ces descendants de la classe ouvrière en font néanmoins une expérience singulière face aux discriminations raciales qu’ils subissent de la part d’institutions étatiques (délits de faciès, contrôles d’identité abusifs). C’est pourquoi ces habitants populaires sont dès les années 1990 plutôt marqués par une « ethnicisation de leurs rapports sociaux » (p.10) que par l’héritage de la lutte des classes portée par leurs aïeux.

  • 3 Becker Howard S., Outsiders : Etude de la sociologie de la déviance, Métaillé, 1985
  • 4 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Editi (...)

3Dans une deuxième partie, l’auteur cherche à montrer l’existence des continuités de cultures vernaculaires conflictuelles à l’aube des années 1970, au-delà des recompositions sociologiques à l’œuvre dans ce quartier populaire. Il explique tout d’abord que les répertoires d’action collective propres au monde ouvrier des années 1930 à 1960 (grèves, occupations d’usines, séquestration d’encadrants d’ateliers) sont alors employés en réponse à la violence de l’exploitation dans le cadre des rapports de production. Contrairement au mouvement ouvrier bien représenté par le parti de masse qu’est le Parti Communiste, les revendications de justice sociale des jeunes issus de l’immigration désorientent les syndicats et partis de gauche. Le délitement de la classe ouvrière entraine une mobilisation éradique et inorganisée chez ces jeunes et éreinte l’image des banlieues. Surtout, elle traduit les écueils des dispositifs de participation et de représentation démocratiques de la République française. Les politiques d’accompagnement social menées par les travailleurs sociaux, clubs de préventions et associations locales se détournent de leurs missions originelles d’insertion à cause du marasme économique ambiant et de la réduction budgétaire allouée au secteur social. D’après l’auteur, ces politiques vont avoir tendance à engendrer une pénalisation de cette jeunesse populaire en devenant un instrument d’encadrement au service de la municipalité. Cette disqualification d’un pan de la jeunesse populaire instaure un climat de défiance généralisée envers l’Etat et la police, conduisant à la réminiscence de tensions envers des institutions. L’un des intérêts du livre d’Éric Marlière est donc de montrer les réactivations des conflits d’habitants populaires auprès d’institutions, de l’usine, aux travailleurs sociaux en passant par la police. En outre, Marlière mobilise des concepts sociologiques interactionnistes pour expliquer comment l’Etat se positionne en « entrepreneur de morale »3 face à cette jeunesse de banlieue populaire « étiquetée » comme déviante. Pour l’auteur, ces activités illégales sont le signe d’incertitudes vis-à-vis de l’existence et d’un champ des possibles cloisonné.  Ces « magouilles » représenteraient ainsi un moyen de survie individualiste, une résistance « infrapolitique »4 aux institutions étatiques et à « des élites bien plus prédatrices et moralisatrices qu’elles ne le laissent entendre » (p. 62).

  • 5 Dubet François, La galère : jeunes en survie, Fayard, 1987
  • 6 Merklen Denis, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques, Presses de l’Enssib, 2013

4Puis, dans un troisième temps, Éric Marlière s’attache à décrire les phénomènes émeutiers amorcés dans les années 1990 et exacerbés durant l’automne 2005 suite à la mort de deux adolescents électrocutés dans l’enceinte d’un poste électrique à Clichy-sous-Bois alors qu’ils tentaient d’échapper à un contrôle de police. L’émeute urbaine résulterait de l’expression de souffrances individualisées et de galères quotidiennes5, devenant parfois l’ultime possibilité d’expression politique de la jeunesse populaire. Elle cristallise des tensions découlant du mépris social face aux modes de vie populaires, comme en témoignent les incendies dans des espaces de « culture consacrée »6 : « la présence de bibliothèques et autres médiathèques est appréhendée comme une agression symbolique pour bon nombre de jeunes » (p. 69). De plus, cette rupture citoyenne au système institutionnel s’illustre par des stratégies d’évitement de la part des habitants. Elle provient par exemple des tentatives de récupération par le PS et SOS Racisme de revendications défendues lors de la Marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983. Ce fossé entre citoyens, instituions étatiques et représentants politiques peut marginalement générer des formes de radicalisation islamique. Celle-ci est le fruit d’une distanciation culturelle et symbolique entre violences policières, travailleurs sociaux et jeunes de quartiers selon Marlière. Elle dérive selon lui surtout de l’extériorisation de sentiments d’amertume et d’humiliation éprouvés par ces jeunes au regard des injustices et inégalités qu’ils subissent. Cette radicalisation ne touche d’ailleurs pas uniquement les banlieues et les classes populaires et vient questionner l’étendue de l’«  offre politique disponible » pour cette jeunesse en difficulté. Elle se distingue des aspirations de la majorité de la communauté musulmane qui prône un islam apaisé et pacifié. C’est pourtant cette dernière qui fait l’objet d’attaques virulentes de la part de certains élus et journalistes, ravivant sans cesse des relents islamophobes.

5Enfin, dans son dernier chapitre, Marlière revient sur les raisons de cette colère populaire, non-exclusive aux banlieues, et sur les formes actuelles de « radicalité post-industrielles ». L’une d’entre elles prend d’ailleurs appui sur certains canaux médiatiques conspirationnistes qui jouent sur le désenchantement et la paranoïa de ces jeunes de banlieue, alimentant ainsi au quotidien une atmosphère de « perplexité générale ». Les tensions découlant de ces stigmatisations et de la violence symbolique perpétuées par l’Etat contribuent à scléroser ces mobilisations dans des registres identitaires et ethno-religieux. L’auteur indique que ces conflits sont en réalité les conséquences de conditions de vie difficiles et d’injustices socio-économiques. L’isolement d’une certaine partie de cette classe populaire des manifestations politiques plus récentes n’empêche pas le jaillissement de mouvements comme le collectif Adama, voire une certaine valorisation de celui des Gilets Jaunes. Cependant, sans l’horizon commun d’une convergence des luttes, cette alliance avec d’autres classes populaires demeure fragile et instable d’après Marlière.

  • 7 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses, Tempus, 2007 [1958]

6Au final, cet ouvrage offre le mérite de restituer les révoltes sociales contemporaines d’une banlieue populaire à partir de leur affiliation aux insurrections ouvrières. Ces conflits ouvriers et populaires illustrent l’actualisation de questions sociales, des doléances liées aux conditions de travail à l’atelier jusqu’aux considérations identitaires, ethniques et culturelles plus contemporaines. En dépit de quelques redondances, Eric Marlière met donc en lumière le caractère politique de mobilisations communément présentées comme individualisées, symptomatiques des « classes dangereuses »7.

Haut de page

Notes

1 Dubet François et Lapeyronnie Didier, Les quartiers d’exil, Seuil, 1992

2 Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Fayard, 2005

3 Becker Howard S., Outsiders : Etude de la sociologie de la déviance, Métaillé, 1985

4 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Editions Amsterdam, 2009

5 Dubet François, La galère : jeunes en survie, Fayard, 1987

6 Merklen Denis, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques, Presses de l’Enssib, 2013

7 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses, Tempus, 2007 [1958]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karl Berthelot, « Éric Marlière, Banlieues sous tensions : insurrections ouvrières, révoltes urbaines, nouvelles radicalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39137

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page