Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2019Louise Fines, Les systèmes d’abus...

Louise Fines, Les systèmes d’abus au pouvoir

Jessica Chryssomalis
Les systèmes d'abus au pouvoir
Louise Fines, Les systèmes d'abus au pouvoir. Les abuseurs veulent maintenir l'ordre des choses, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2019, 222 p., ISBN : 978-2-14-011990-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir entre autres Fines Louise, Négociations et crimes en col blanc. Immunités réciproques, Paris, (...)

1Les systèmes d’abus au pouvoir est l’un des nombreux ouvrages de la criminologue Louise Fines consacrés à l’analyse des infractions présumées qui demeurent impunies1. Parmi les types d’infractions qui échappent à la sanction pénale (parfois, malgré leur publicité), Louise Fines choisit ici de s’intéresser à ce qu’elle désigne comme des « systèmes d’abus », c’est-à-dire des actes commis au sein d’une organisation, de manière répétée et durable dans le temps, qui causent des dommages à un grand nombre de personnes. Cette première définition extensive permet à l’auteure de donner un caractère transposable à l’analyse proposée dans cet ouvrage : s’il s’agit principalement d’étudier les « systèmes d’abus » à caractère sexiste et sexuel, la notion doit pouvoir recouvrir d’autres types d’infractions. Elle choisit en outre de cibler des sphères sociales différentes (le milieu de travail, la sphère militante, la communauté religieuse).

  • 2 En octobre 2017, une douzaine d’accusations de viols et d’agressions sexuelles à l’encontre du prod (...)
  • 3 Union nationale des étudiants de France.

2L’ouvrage propose une analyse progressive des « systèmes d’abus » : après avoir problématisé le sujet et présenté la méthodologie de l’enquête, l’auteure expose sept études de cas. Chacune constitue un chapitre : un problème de harcèlement sexiste et sexuel dans l’entreprise Ford, aux États-Unis ; un cas similaire dans un service forestier de pompiers aux États-Unis ; des agressions sexuelles et viols commis à grande échelle par des agents de la police britannique ; des agressions sexuelles et viols dans une entreprise de nettoyage ; « l’affaire Weinstein »2 ; des accusations de viols et d’agressions sexuelles au sein de l’Unef3 ; et enfin, des agressions et viols d’enfants au sein de l’Église catholique australienne. Cinq derniers chapitres sont consacrés à l’analyse synthétique des « systèmes d’abus ».

  • 4 Notons que l’analyse du scandale qui a frappé l’Église australienne est enrichie d’une source suppl (...)
  • 5 Fines Louise, Recherche qualitative et cyber-espace-temps. Crimes en col blanc et autres problémati (...)

3On remarque que les cas étudiés ont tous constitué des « scandales » dont la presse s’est emparée. Ceci s’explique par la méthode de l’enquête : Fines s’appuie essentiellement sur des données issues de la presse. Pour chaque étude de cas, elle mobilise quatre à sept dépêches et articles de journaux (dont des témoignages de victimes)4. Les limites d’un tel procédé sont reconnues par l’auteure, quoiqu’elle n’explicite pas la nature de ces limites. Pour comprendre la portée heuristique de cette démarche, Fines nous renvoie à la lecture de travaux antérieurs dans lesquels elle aurait développé la méthode de « l’analyse ludique »5 (p. 26), apparemment conçue pour l’analyse de données médiatiques.

4Le questionnement qui guide le travail de Louise Fines est double. D’une part, il s’agit de mettre en lumière des caractéristiques saillantes et communes à plusieurs « systèmes d’abus » pour en déterminer les conditions de possibilité. D’autre part, il s’agit d’interroger les raisons pour lesquelles ces « systèmes d’abus » peuvent se reproduire et se maintenir durablement, quand bien même les « abus » en question auraient été dénoncés publiquement, et souvent à maintes reprises. Les « systèmes d’abus » sont donc à analyser du point de vue des infractions qui mettent en jeu infracteurs et victimes (niveau interindividuel de l’analyse), mais également du point de vue des organisations au sein desquelles ils se mettent en place et se maintiennent. En effet, selon Fines, les « abus » non sanctionnés sont souvent connus dans les échelons hiérarchiques compétents pour les traiter, qui les passent tout de même sous silence. C’est pourquoi l’auteure propose de recourir à la sociologie des organisations pour éclairer le mécanisme des « systèmes d’abus ». Enfin, Fines ajoute une troisième dimension à prendre en compte pour comprendre leur fonctionnement : « l’environnement politique, légal, économique, régulateur et législatif dans lequel évoluent les infracteurs présumés » (p. 19), qu’elle appelle « dimension systémique » des « systèmes d’abus ».

  • 6 « L’organisation » est un terme qui revient extrêmement souvent dans l’ouvrage, sans qu’on n’ait ja (...)

5Pour chaque étude de cas, l’auteure s’applique donc à faire ressortir ces trois dimensions (interindividuelle, organisationnelle et « systémique ») et tente de montrer la façon dont elles interagissent entre elles. Par exemple, chez Ford, c’est une culture d’entreprise sexiste qui serait renforcée par une relative impunité des infracteurs, qui elle-même n’incite pas « l’organisation »6 à gérer le problème. Ainsi, chaque étude de cas constitue l’occasion de narrer des faits sur une « affaire » qui autorise à trouver les indices de l’existence d’un « système d’abus », puis de les caractériser.

6Des sept études de cas, il ressort que les « systèmes d’abus » prennent place dans des contextes déterminés par plusieurs éléments structurels. D’abord, en matière de violences sexistes et sexuelles, les « systèmes d’abus » apparaissent souvent dans des organisations qui « abritent de nombreux misogynes » (p. 49) : chez Ford comme dans la caserne de pompiers et au sein de la police britannique, les travailleurs « considèrent les femmes comme des morceaux de viande » (p. 33) et les perçoivent « comme des compétitrices » (p. 51). Fines entend par là pointer une « culture viriliste » (p. 89) dans les organisations où se mettent en place les « systèmes d’abus ». Toutefois, le sexisme ne suffit pas à expliquer l’apparition de ces « systèmes », qui ne peuvent exister que s’il y a impunité des « abus ».

7Or, cette impunité semble organisée : pour chaque cas, l’auteure met en avant l’euphémisation de la gravité des abus, qui passe notamment par le mépris de la parole des victimes, au profit d’un discours justifiant le comportement des agresseurs. Ainsi en va-t-il des cas de Ford, du service forestier de pompiers, de l’entreprise de nettoyage et de l’Église australienne : quand elles ne sont pas étouffées avec le concours des autorités locales (l’Église australienne aurait bénéficié de l’aide d’inspecteurs de police pour détruire des preuves incriminant des prêtres), les plaintes des victimes sont traitées comme des « cas isolés », alors qu’elles devraient constituer, selon l’auteure, des éléments d’identification d’un « pattern de comportement » collectif au sein des organisations (p. 133). Ce ne sont pas seulement les agences de contrôle qui sont concernées par ce laxisme : les organisations elles-mêmes auraient tendance à nier la gravité des problèmes qui naissent en leur sein afin de « protéger leur réputation » (p. 120).

8Protectrices pour les « abuseurs », les organisations leur fournissent également des ressources. Par exemple, les policiers britanniques se sont servis des fichiers de l’institution pour identifier des victimes potentielles, Harvey Weinstein a pu profiter de sa position de pouvoir pour contraindre un nombre important de personnes au silence, et les cadres de l’Unef ont bénéficié d’un « culte de la personnalité » (p. 89) pour accéder aux militantes et se soustraire à toute possibilité de critique.

  • 7 Erving Goffman définit ainsi « l’institution totale » dans Asiles : « un lieu de résidence et de tr (...)
  • 8 Erving Goffman comptait dans les « institutions totales » deux types d’organisations que l’on retro (...)

9Ces déterminants identifiés, Fines nous propose une synthèse des études de cas, organisée en cinq chapitres. Tout d’abord, un chapitre revient sur le rôle des organisations dans la mise en place et la permanence des « systèmes d’abus ». L’auteure rappelle que ce sont bien souvent des ressources organisationnelles qui permettent aux « abuseurs » de commettre des infractions. En outre, les organisations préférant protéger leur réputation, elles ont de grandes difficultés à reconnaître les abus perpétrés en leur sein comme autre chose que des évènements isolés, notamment parce qu’elles seraient peu enclines à « remettre en cause [leur] mode de fonctionnement » (p. 120). Fines estime que ces organisations où naissent des « systèmes d’abus » sont assimilables à des « institutions totales »7. L’usage du concept demeure toutefois très libre : l’auteure justifie d’y recourir en affirmant qu’il s’agit d’organisations « structurées selon un modèle hiérarchique, [qui] favorisent le développement de rituels aptes à souder les membres entre eux et surtout aptes à les modeler suivant des lignes de fracture qui font en sorte que les priorités à l’ordre du jour ne sont pas nécessairement celles qui ont cours dans la société » (p. 123). Cette affirmation est surprenante8 : que les organisations soient des lieux de socialisation semble relever de l’évidence, alors qu’en revanche, la (supposée) rupture entre les organisations et « la société » paraît difficile à établir avec certitude, particulièrement au sujet du sexisme. L’auteure propose cependant de « revoir [l’]apport théorique » de Goffman (p. 125), en remarquant que ces organisations tendent à imposer à leurs membres un ensemble homogène de contraintes, qui les incite à partager les mêmes intérêts et les mêmes finalités aux dépens des victimes. C’est donc à un « nouveau type d’institutions totales » (p. 126) que l’on a affaire, où l’isolement des individus serait davantage psychologique que spatial et temporel, puisqu’il prendrait racine dans un désir partagé de protéger la réputation de l’organisation.

10Outre le fait que cette analyse « institutionnelle » paraît spéculative (aucune preuve n’est apportée quant à l’existence de finalités massivement partagées au sein des organisations en question), elle semble entrer en contradiction avec le contenu du chapitre suivant, qui consiste à considérer les « systèmes d’abus » comme des « crimes systémiques ». En effet, le caractère « systémique » des « systèmes d’abus » serait principalement visible dans la clémence dont font preuve les instances de contrôle juridique et politique à l’égard des « abuseurs ». Fines établit une symétrie entre une défaillance du contrôle social des organisations et l’impunité organisée en interne au profit des « abuseurs ». En dehors des organisations également, la parole des victimes est maltraitée, et la réputation des organisations va de pair avec la réputation des instances de contrôle. Enfin, la domination masculine fait que l’ensemble du « système » invite à « sacrifier » les femmes (et les enfants) « sur l’autel de la bonne marche des affaires » (p. 147), en écho à la priorité donnée par les organisations à leur réputation.

11Par la suite, un chapitre est consacré aux motivations des « abuseurs », qui peuvent être résumées dans le sous-titre de l’ouvrage : « maintenir l’ordre des choses ». Ce chapitre est probablement le plus énigmatique, puisqu’il y est doctement affirmé que ces « abuseurs » seraient des « intouchables » à qui « l’ordre des choses » procurerait « des avantages pluriels ». Hormis la difficulté à imaginer en quoi des ouvriers d’une usine Ford, par exemple, seraient « intouchables », l’ambition généralisante de l’analyse bute ici sur la variété des cas étudiés, dont les configurations semblent si diverses qu’on voit mal comment préciser davantage « l’ordre des choses » qu’il s’agirait de maintenir.

12Les deux derniers chapitres de l’ouvrage proposent d’éclairer les « systèmes d’abus » dans une perspective dynamique : il s’agit de montrer comment des particularités sociales et historiques informent et pérennisent des « systèmes d’abus ». L’auteure revient alors sur les liens qu’elle a dessinés auparavant entre les dimensions « organisationnelle » et « systémique » des « systèmes d’abus », en rappelant comment « les organisations » et « le système » servent à la fois de ressource et de protection pour les « abuseurs ».

13Finalement, et alors même que l’on ne compte plus les « sans conteste », « sans contredit » et autres « assurément », l’ouvrage de Louise Fines apporte plus de questions que de certitudes. Certes, l’auteure reconnaît volontiers que le choix du matériau d’enquête limite le raisonnement. Mais à la lecture, c’est bien plus l’exploitation du matériau qui s’avère insatisfaisante. En effet, l’auteure semble reprendre à son compte le traitement médiatique d’un certain nombre d’informations (en particulier les témoignages de victimes). La question du traitement médiatique des « affaires » n’est interrogée que lorsque ce traitement va dans le sens d’une dilution, voire d’une négation de la responsabilité des infracteurs présumés. Si, d’un point de vue moral et politique, une perspective féministe pourrait éventuellement expliquer ce choix, ici, elle semble entraver l’intégrité scientifique de l’analyse.

14Toutefois, le problème le plus flagrant de cet ouvrage, qui explique probablement son caractère extrêmement répétitif, réside dans l’imprécision des termes de la problématique. Alors qu’on s’attend à voir le concept de « système d’abus » précisé au cours du développement, l’auteure reprend pour chaque étude de cas les mêmes arguments génériques : l’organisation serait responsable dans la déresponsabilisation des « abuseurs », ceci par souci de protéger une réputation, mais aussi parce que les systèmes d’abus auraient une origine « systémique ». Par ailleurs, la distinction entre « système d’abus » et « crime systémique » n’est jamais clairement définie, et l’on peut croire qu’il s’agit probablement de la même chose, sans qu’on sache exactement quoi.

15Enfin, la dimension sociologique de l’ouvrage, évoquée dès l’introduction, s’efface souvent au profit d’une explication étrangement psychologisante, en particulier lorsqu’il s’agit « des organisations » ou « des abuseurs », dotés collectivement d’une volonté unique et sans équivoque, mais qui souffre là encore d’une absence de définition claire. Finalement, ni les contours de l’action de déresponsabilisation des coupables, ni les modalités concrètes de ce type de phénomène ne sont explorés. Au contraire d’une progression inductive suggérée par l’organisation de l’ouvrage, le développement ici proposé ressemble à une inlassable répétition de présupposés établis dès la première page, ce qui aboutit à une conclusion aussi énigmatique que tautologique : les « systèmes d’abus » seraient « systémiques », ce qui expliquerait qu’ils fassent « système ».

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres Fines Louise, Négociations et crimes en col blanc. Immunités réciproques, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2013 ; Fines Louise, Irresponsabilités récurrentes des élites. Accidents fortuits et crimes en col blanc, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2015 ; Fines Louise, Géographies policières. Ignorance concertée et propagande ennemie, Paris, L’Harmattan, 2017.

2 En octobre 2017, une douzaine d’accusations de viols et d’agressions sexuelles à l’encontre du producteur américain Harvey Weinstein sont publiées dans la presse américaine ; d’autres suivront, lançant le mouvement virtuel « Me too ». Il est inculpé en mai 2018 pour deux de ces accusations.

3 Union nationale des étudiants de France.

4 Notons que l’analyse du scandale qui a frappé l’Église australienne est enrichie d’une source supplémentaire : un rapport d’expertise policière sur le scandale.

5 Fines Louise, Recherche qualitative et cyber-espace-temps. Crimes en col blanc et autres problématiques contemporaines, Montréal, Presses de l’université du Québec, 2011. Dans cet ouvrage, Fines tente de poser le cadre d’une analyse du social à partir de données médiatiques, inspiré du « paradigme du jeu » esquissé dans Le droit ou les paradoxes du jeu, ouvrage dirigé par les juristes Michel van de Kerchove et François Ost (Paris, PUF, 1992). Ce « paradigme du jeu » consiste à proposer une vision dialectique du droit, qui serait toujours à la fois contrôle et fiction du réel.

6 « L’organisation » est un terme qui revient extrêmement souvent dans l’ouvrage, sans qu’on n’ait jamais d’idée claire de ce que l’auteure désigne par là. On peut la retrouver tantôt dans l’encadrement de proximité d’une entreprise, tantôt dans les hautes sphères de pouvoir, mais de manière générale « l’organisation » paraît trop souvent personnifiée, dotée d’intérêts propres et conscients, sans jamais que ce parti pris soit justifié.

7 Erving Goffman définit ainsi « l’institution totale » dans Asiles : « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d'individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées » (Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », [1968] 2017, p. 41).

8 Erving Goffman comptait dans les « institutions totales » deux types d’organisations que l’on retrouve dans les études de cas (entre autres) : les institutions qui n’existent qu’au nom de l’impératif de réaliser certaines tâches particulières, comme la caserne de pompiers, et celles qui sont vouées à la « retraite hors du monde » (ibid., p. 47), comme l’Église australienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Chryssomalis, « Louise Fines, Les systèmes d’abus au pouvoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 novembre 2019, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39155 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.39155

Haut de page

Rédacteur

Jessica Chryssomalis

Doctorante en sociologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search