Navigation – Plan du site

Antoine Bailly, Renato Scariati, Voyage en nouvelle géographie

Élise Martin
Voyage en nouvelle géographie
Antoine Bailly, Renato Scariati, Voyage en nouvelle géographie, Paris, Economica, coll. « Géographie », 2018, 127 p., ISBN : 978-2-7178-7013-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La table des matières est semblable à celle de Voyage en géographie paru en 1999 et près de 60% du (...)

1Dans ce livre, qui s’apparente à une édition augmentée de Voyage en géographie paru il y a une vingtaine d’années1, les auteurs maintiennent le postulat selon lequel chacun d’entre nous devrait s’emparer de la réflexion géographique pour guider son existence et sa lecture du monde. En d’autres termes, « puisque nous utilisons des connaissances spatiales aussi bien dans la vie quotidienne, simplement pour nous déplacer, que dans des situations exceptionnelles, choix d’un lieu de vacances ou d’un appartement, nous nous devons d’être attentifs à la géographie et à ses explications » (p. 8).

  • 2 Géographie qui s’intéresse à l’émergence de nouveaux circuits alimentaires où la distance géographi (...)
  • 3 « Nouvelle “tendance” à la mode, ou comportement révélateur d’une nouvelle relation aux lieux et à (...)
  • 4 Tiré de Hägerstrand Torsten, « What about people in regional science? », Papers of the Regional Sci (...)
  • 5 Approche centrée sur l’individu, qui permet de « décrire et comprendre avec précision l’ordonnancem (...)
  • 6 « À une époque où le monde est de mieux en mieux connu du fait de l’information en temps réel et du (...)

2Ce Voyage en nouvelle géographie possède une réelle visée éducative. Antoine Bailly et Renato Scariati invitent le lecteur à « faire de la géographie au quotidien » (p. 19) en partant d’exemples concrets et parlants, à savoir d’événements banals et ordinaires ou d’événements plus lointains qui ont une résonnance à l’échelle locale. Les deux géographes s’intéressent à la géographie des circuits-courts2, à la multiplication des modes de consommer local3 et portent une attention particulière aux mobilités quotidiennes des habitants des espaces urbains. Ils illustrent d’ailleurs cette approche des déplacements individuels à travers le diagramme tri-dimensionnel4 du géographe suédois Torsten Hägerstrand, figure de la Time-geography5, qui modélise le parcours spatio-temporel d’un individu dans une journée. Partis de l’espace familier du lecteur, les auteurs éclairent ensuite des faits d’actualité plus éloignés. Ils insistent sur le besoin de réflexion géographique6 pour comprendre la géopolitique mondiale et les conflits identitaires actuels. Sont évoqués pêle-mêle – peut-être trop rapidement – la question de l’autonomie de la Catalogne ou encore le devenir de la Crimée (p. 81). De façon plus structurée, les auteurs montrent la nécessité d’appréhender, par le biais d’une analyse spatiale fine, les catastrophes naturelles et industrielles (du tsunami de 2004 en Asie du Sud-est au cyclone qui a frappé les Caraïbes en 2017, de la catastrophe de Tchernobyl en avril 1986 à celle de Fukushima en mars 2011) et leurs conséquences sur les territoires et leurs populations (p. 16-18 et 29-31). La géographie des risques tient une place importante dans ce petit livre. Elle est décrite comme une géographie appliquée qui possède une forte dimension prospective et s’avère être un outil efficace pour les acteurs publics (décideurs et aménageurs, et ce à toutes les échelles). En somme, « la géographie explique et clarifie les problèmes spatiaux ; les pouvoirs politiques et institutionnels, quant à eux, choisissent parmi les alternatives proposées et les mettent en œuvre » (p. 122).

  • 7 Antoine Bailly et Renato Scariati renvoient aux travaux de l’école de Chicago (p. 48), école de pen (...)
  • 8 Néologisme qui témoigne de l’intrication des espaces ruraux et urbains voire leur hybridation.
  • 9 Il est fait mention des travaux récents de Lise Bourdeau-Lepage, géographe qui étudie la place de l (...)
  • 10 Voir par exemple l’article complet de Florence Nussbaum, « Quartiers fantômes et propriétaires invi (...)

3Les auteurs, en plus de proposer une initiation à la réflexion géographique, font donc un état des lieux des champs investigués par les géographes aujourd’hui. Ils s’arrêtent par exemple assez longuement sur la géographie urbaine. Une partie du chapitre 4 est consacrée à l’analyse de la ville et de ses enjeux. Dans celui-ci, Antoine Bailly et Renato Scariati analysent l’augmentation exponentielle de la population urbaine et rappellent qu’« [e]n 1950, moins d’une personne sur trois vivait en ville, [qu’en] 2016, ce taux était d’une personne sur deux, et [qu’il] passera à deux habitants sur trois en 2050 » (p. 45). Ils montrent aussi que la société urbaine est une société particulièrement divisée avec, d’un côté, des populations aisées qui peuvent jouir de l’offre de services que proposent les grandes métropoles et, de l’autre, une population « captive » (p. 47), qui vit dans les territoires urbains de l’exclusion7. Les auteurs font aussi référence, à juste titre, à d’autres dynamiques actuelles comme la rurbanisation8 (p. 38-39) ou encore le besoin de nature des habitants des villes (p. 39)9. Dans cette partie consacrée au fait urbain, on peut néanmoins regretter que certaines études de cas n’aient pas été actualisées. On y trouve par exemple une rapide réflexion (assortie d’une carte) sur la mortalité infantile liée aux morsures de rats à Détroit dans les années 1970 qui met en évidence les disparités existant entre les quartiers de la ville. On aurait attendu une étude plus récente de la situation. Depuis les années 2000, nombreux sont en effet les géographes qui ont étudié cette métropole, devenue l’archétype de la « ville rétrécissante » ou « shrinking city »10.

  • 11 Il s’agit là des cinq étapes qui amènent le lecteur à « penser géographique », selon les auteurs (p (...)
  • 12 « Être de chez soi et être citoyen du monde en même temps, comprendre la continuité qui relie désor (...)
  • 13 Les auteurs évoquent le succès des cafés géographiques (p. 27-28) qui sont des lieux d’apprentissag (...)

4En somme, ce petit livre à destination du grand public est un bon outil pour qui veut s’initier au « penser géographique ». Il donne des idées pour « raisonner de façon spatiale avant de juger ou d’agir » (p. 8) et fournit pour cela un véritable mode d’emploi : face à un fait socio-spatial donné, il faudrait se poser des questions sur l’espace concerné (qui y vit, comment, pourquoi), collecter des informations géographiques (différentes des informations parcellaires que nous donnent les médias), organiser et classer ces informations et, enfin, adopter une démarche d’analyse dynamique (approche par le processus, recherche des causes et conséquences) et prospective11. Cette méthode est enseignée – de façon simplifiée et graduelle – aux petits via l’école12 mais aussi au plus grands dans des lieux atypiques comme les cafés géographiques (un géographe vient aborder une question géographique et en débattre avec un public non spécialiste)13.

5L’ouvrage possède néanmoins des limites pour qui aimerait creuser certaines questions abordées. Des domaines de la géographie sont largement évoqués – jusque dans une approche historique et évolutive de la discipline –, comme c’est le cas avec les cartes dans le chapitre 5, tandis que d’autres sont survolés trop rapidement. Le fait migratoire n’est par exemple pas abordé – alors qu’il paraît indispensable de mentionner des travaux géographiques qui se ré-approprient cet objet accaparé par les médias. Le genre ou encore le handicap, objets dont se sont emparés les géographes français depuis une dizaine d’années, sont aussi absents de l’ouvrage. En somme, on a la sensation à la lecture de ce livre qu’il informe partiellement le lecteur sur les dernières avancées de la discipline géographique alors qu’il promet, par son titre, une vue panoptique de la géographie d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 La table des matières est semblable à celle de Voyage en géographie paru en 1999 et près de 60% du contenu est commun aux deux ouvrages. Des passages ont été modifiés dans tous les chapitres de façon plus ou moins conséquente. L’introduction, le chapitre 1 et le chapitre 7 ont connu le moins de variations.

2 Géographie qui s’intéresse à l’émergence de nouveaux circuits alimentaires où la distance géographique entre le producteur et le consommateur est restreinte.

3 « Nouvelle “tendance” à la mode, ou comportement révélateur d’une nouvelle relation aux lieux et à leurs échelles ? La géographie s’interroge sur ce besoin de proximité, alors que la libéralisation des marchés nous ouvre plus que jamais les portes du Monde » (p. 24).

4 Tiré de Hägerstrand Torsten, « What about people in regional science? », Papers of the Regional Science Associations, vol. 24, n° 1, 1970, disponible en ligne : https://link.springer.com/article/10.1007/BF01936872.

5 Approche centrée sur l’individu, qui permet de « décrire et comprendre avec précision l’ordonnancement et la coordination spatio-temporels des comportements humains » (définition Hypergéo http://www.hypergeo.eu/spip.php?article540).

6 « À une époque où le monde est de mieux en mieux connu du fait de l’information en temps réel et du développement des transports, où les nouvelles mondiales se confondent avec les nouvelles locales et défilent en boucle sur les chaines spécialisées et sur Internet, il est indispensable d’être conscient des événements se produisant sur la planète, de leurs lieux d’occurrence, de leurs explications et de leurs conséquences sur la vie des autres et la nôtre » (p. 18).

7 Antoine Bailly et Renato Scariati renvoient aux travaux de l’école de Chicago (p. 48), école de pensée américaine qui a proposé une analyse du phénomène de ségrégation urbaine aux États-Unis des années 1920 aux années 1930. Ils évoquent aussi, rapidement, les travaux de David Harvey, figure de la géographie radicale américaine qui renouvelle le champ.

8 Néologisme qui témoigne de l’intrication des espaces ruraux et urbains voire leur hybridation.

9 Il est fait mention des travaux récents de Lise Bourdeau-Lepage, géographe qui étudie la place de la nature en ville.

10 Voir par exemple l’article complet de Florence Nussbaum, « Quartiers fantômes et propriétaires invisibles. Les propriétés abandonnées, symptômes de la crise des villes américaines », Géoconfluences, 7 juillet 2015, disponible en ligne : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/corpus-documentaire/quartiers-fantomes-et-proprietaires-invisibles.

11 Il s’agit là des cinq étapes qui amènent le lecteur à « penser géographique », selon les auteurs (p. 8).

12 « Être de chez soi et être citoyen du monde en même temps, comprendre la continuité qui relie désormais l’espace vécu quotidien et le vaste monde, vivre ensemble en bonne intelligence et pour le bien de tous, tel est l’objectif de l’enseignement de l’histoire et de la géographie » (p. 80).

13 Les auteurs évoquent le succès des cafés géographiques (p. 27-28) qui sont des lieux d’apprentissage du « penser géographique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Martin, « Antoine Bailly, Renato Scariati, Voyage en nouvelle géographie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39167

Haut de page

Rédacteur

Élise Martin

Doctorante en géographie, laboratoire ART-DEV, université Montpellier 3.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page