Navigation – Plan du site

Marion Lemoine-Schonne et Matthieu Leprince (dir.), Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, regard des publics, estime des proches

Florian Besson
Être un chercheur reconnu ?
Marion Lemoine-Schonne, Matthieu Leprince (dir.), Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, regard des publics, estime des proches, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Métier de chercheur-e », 2019, 201 p., ISBN : 978-2-7535-7839-5.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’être un chercheur reconnu ? Dans leur très bonne introduction à cet ouvrage collectif, Marion Lemoine-Schonne et Matthieu Leprince expliquent d’emblée que la question implique de réfléchir aux différentes sphères dans lesquelles peut s’opérer cette reconnaissance. Ils proposent alors une convaincante approche en plusieurs cercles concentriques : la reconnaissance par les pairs, la plus importante aux yeux des chercheurs eux-mêmes, mais aussi aux yeux de l’institution universitaire ; la reconnaissance par le public, ou plutôt par les publics, ce qui suppose des formes très variées d’engagement dans la diffusion de la recherche ; la reconnaissance par les proches, enfin, souvent la plus difficile à approcher du fait de l’intimité du sujet.

2Pour travailler sur ces différentes reconnaissances, l’ouvrage adopte une approche résolument qualitative, à partir de dix-huit courts articles ou entretiens de chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales. Certains, comme Patrick Boucheron ou Jean-Max Colard, adoptent des approches centrées sur la restitution de leurs parcours ou de leurs initiatives personnelles, dans une forme assez proche de l’ego-histoire ; d’autres préfèrent des textes plus réflexifs, voire théoriques, ainsi en particulier des contributions de Sandrine Maljean-Dubois et Fabienne Pavis.

3Les auteurs occupent des positions institutionnelles très variées, allant de Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, à Tiphaine Rivière, ancienne doctorante et autrice de bande dessinée. Au fil des pages, on croise ainsi des profils divers, et c’est l’un des mérites de l’ouvrage que de montrer la forte hétérogénéité de ce milieu professionnel.

4Malgré un plan cohérent – qui reprend les trois cercles évoqués plus haut – et des introductions de parties très claires, les différents textes peuvent apparaître assez éclatés, et c’est de fait l’une des difficultés de l’ouvrage, qui laisse le lecteur renouer seul des liens, trouver des échos ou au contraire des divergences entre les différents articles. Le choix d’une approche uniquement qualitative n’est pas non plus sans susciter quelques frustrations : les chiffres donnés en introduction sur le sentiment d’accomplissement professionnel des chercheurs viennent d’une enquête de 2005, et il est permis de penser que les évolutions institutionnelles et politiques de ces dernières années ont fait évoluer assez radicalement ces indicateurs.

5Les différentes contributions, néanmoins, permettent de dégager des perspectives extrêmement intéressantes. Faute de pouvoir tout résumer, j’en retiendrais trois.

6L’ouvrage permet d’abord d’objectiver un certain nombre d’éléments que les chercheurs ressentent à une échelle individuelle, empirique. C’est le cas de la difficulté à « faire comprendre » à des proches non-universitaires en quoi consiste exactement le métier de chercheur. Il en est de même de la part très faible qu’occupe l’enseignement dans la valorisation du chercheur, que ce soit par ses pairs ou par l’institution. Être un « bon prof » est au mieux considéré comme allant de soi, au pire comme un peu suspect, comme si cela s’opposait au fait d’être un bon chercheur. Plusieurs auteurs soulignent avec justesse un décalage flagrant avec l’énergie et le temps qu’absorbe cette activité ; dans le bilan chiffré de son année 2018-2019, le chercheur Samuel Hayat estime avoir consacré un tiers de son temps de travail annuel à l’enseignement1.

7Le deuxième point de fort de l’ouvrage tient à sa capacité à mettre en lumière la grande diversité des parcours professionnels : « être chercheur » peut dans certains cas déboucher sur l’exercice d’autres professions, qu’il s’agisse d’intégrer la magistrature ou le service culturel du Centre Pompidou. Au-delà de ces perspectives d’évolution ou de reconversion professionnelles, souvent très peu connues, notamment des jeunes chercheurs, les articles mettent également en avant le dynamisme de cet univers : la plupart des auteurs reviennent sur des expériences très variées : lancer une revue d’art, rédiger une bande dessinée sur son parcours de doctorante, organiser des conférences grand public en partenariat avec la mairie de Rennes, ou encore travailler avec des associations, des collectivités territoriales ou des musées. Souvent sollicités par la presse ou par des éditeurs, les chercheurs y gagnent une forme de valorisation sociale, parfois assortie d’une contribution financière. Plusieurs auteurs ont à cœur de signaler que ces activités ne sont pas des choses « en plus », annexes à leur « vraie » occupation, c’est-à-dire la recherche : Thomas Frinault et Fanny Bugnon montrent combien ces « chemins de traverse » (p. 117 et p. 149) leur ont permis à la fois de découvrir d’autres univers et de reforger leur conviction de l’utilité sociale des chercheurs. La reconnaissance médiatique n’est plus, à ce moment-là, une question d’ego, mais une véritable pierre de touche permettant au chercheur de prouver – et de se prouver – qu’il fait œuvre utile. Jodelle Zetlaoui-Léger va jusqu’à dire que ses échanges, en tant que spécialiste en urbanisme, avec des porteurs de projet ont fait évoluer son rapport à la recherche. Patrick Boucheron, quant à lui, insiste sur la profonde complémentarité entre son travail de chercheur et sa recherche des formes alternatives de diffusion du savoir historique. Le métier de chercheur apparaît ainsi comme un métier porteur de nombreuses possibilités, permettant d’interagir avec des acteurs extrêmement variés. De ce point de vue, l’ouvrage délivre une belle leçon d’optimisme : il serait bon d’insister sur cet aspect auprès des doctorants, souvent contraints d’assister à de longues et fastidieuses formations sur « l’art de bien rédiger son CV », quand ils tireraient bien davantage profit du partage concret de ce genre d’expériences.

8Les situations, néanmoins, sont rarement univoques. Le dernier point fort de l’ouvrage est en effet, au fil des articles et des regards individuels, de faire mesurer l’existence de formes de reconnaissance parfois convergentes mais souvent divergentes, voire contradictoires. Plusieurs auteurs pointent du doigt la réaction très contrastée des pairs dès lors que l’on s’engage dans un effort de diffusion de la recherche : ceux-ci font preuve au mieux d’indifférence, refusant par exemple de prendre en compte cet effort lorsqu’il s’agit d’évaluer le travail d’un chercheur, au pire d’une forme d’hostilité, frappée souvent du sceau de la jalousie. L’article de Jean-Claude Kaufman analyse par exemple un véritable déchirement : la recherche volontaire d’une forme d’écriture non-académique, sous-tendant le succès public de ses ouvrages et in fine sa médiatisation, est mal perçue par ses collègues, le poussant à osciller sans cesse entre les deux pôles. En creux se pose toujours la question des coûts d’une telle posture : Jean-Max Colard va ainsi jusqu’à parler « d’écartèlement » (p. 77), Jean-Claude Kaufman de « tension » (p. 41). Gauthier Aubert, assumant des responsabilités administratives lourdes qui l’éloignent des expériences de diffusion de la recherche dans lesquelles il était investi et se traduisent par une perte immédiate de visibilité médiatique, écrit significativement avoir été « chassé du paradis » (p. 108). Pour le dire très simplement, on devine également beaucoup d’amertume, de déceptions et de frustrations derrière ces parcours : il n’est pas dit que ces cercles de reconnaissance soient véritablement concentriques tant il semble difficile de s’y accomplir dans tous. Dans son excellente conclusion, Christian Le Bart renvoie d’ailleurs aux travaux de Pierre Bourdieu, qui allait déjà jusqu’à parler de « loi anti-cumul » pour décrire l’impossibilité de gagner à la fois l’estime de ses pairs et l’appréciation du public.

9Cette dimension invite pour finir à souligner la double illusion d’optique qui caractérise l’ouvrage. La première est que la parole n’est ici donnée qu’à des chercheurs convaincus qu’il y a dans l’effort de diffusion de la recherche quelque chose d’à la fois nécessaire, de socialement utile et de souvent plaisant. Or ce n’est pas le cas de tous les chercheurs, loin s’en faut. Dès lors, l’ouvrage présente un tableau assez biaisé : outre que tous les chercheurs ne s’engagent pas dans cet effort, un grand nombre, peut-être même accru depuis que cet effort est devenu une injonction politique, le considèrent comme profondément illégitime. Il est évidemment toujours compliqué de trouver quelqu’un qui accepte de s’exprimer à contre courant, mais cela aurait pu être utile pour nuancer quelque peu le tableau finalement très lisse de l’ouvrage.

10De même, l’enquête ne donne la parole qu’à des acteurs qui ont une place dans le milieu universitaire, une place fragile parfois, temporaire occasionnellement, qui peut être source de doutes ou de frustrations personnelles, mais une place néanmoins. Dans son article, Camille Giraudon note ainsi avoir souffert pendant sa thèse de solitude, d’un syndrome de l’imposteur dont on sait depuis une enquête de 20162 qu’il est extrêmement répandu, et d’un déficit de légitimité, mais elle conclut finalement sur une note positive, tout comme Tiphaine Rivière, dont la décision d’arrêter sa thèse est en quelque sorte sublimée par le succès de la bande dessinée qu’elle en tire. Ce sont donc là deux parcours difficiles mais finalement marqués par une forme de reconnaissance, alors qu’on sait que les doctorants et doctorantes qui vivent une expérience de thèse éprouvante, marquée par la précarité matérielle, l’isolement et souvent l’abandon, sont extrêmement nombreux. C’est là que l’approche qualitative trouve ses limites, car elle conduit à ne donner la parole qu’à des chercheurs ayant un rapport apaisé à leur parcours et à leur monde professionnel. Même si les directeurs de l’ouvrage rappellent bien en introduction la précarisation croissante de ce monde, peuplé d’un nombre toujours plus important de « jeunes chercheurs » en attente de poste, faute notamment de financements publics satisfaisants, cette dimension est ensuite peu présente. Derrière les succès éclatants des plus médiatisés ou les fiertés méritées des plus innovants, il faudrait veiller à ne pas oublier l’immense masse de chercheurs, jeunes ou moins jeunes, qui n’ont jamais pu être reconnus... ne serait-ce que par eux-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Marion Lemoine-Schonne et Matthieu Leprince (dir.), Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, regard des publics, estime des proches », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39168

Haut de page

Rédacteur

Florian Besson

Historien médiéviste, spécialiste des États latins d’Orient, engagé dans la diffusion de la recherche en histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page