Navigation – Plan du site

Jonathan Haskel et Stian Westlake, Le capitalisme sans capital

Eric Keslassy
Le capitalisme sans capital
Jonathan Haskel, Stian Westlake, Le capitalisme sans capital. L'essor de l'économie immatérielle, Paris, PUF, 2019, 355 p., traduit de l'anglais par Laurent Bury, ISBN : 978-2-13-081410-8.
Haut de page

Texte intégral

1Le capitalisme a déjà connu des phases de mutation : au XIXe siècle, le capitalisme industriel a supplanté le capitalisme marchand ; et dans la deuxième partie du XXe siècle, le capitalisme industriel a laissé sa place au capitalisme financier (ou néolibéral). Les colères qui montent depuis quelques années dans le monde – et en France – témoignent certainement de la fin du cycle du capitalisme néolibéral ; mais la question qui reste complétement ouverte aujourd’hui est celle de son remplacement : quelle est la nature du capitalisme qui prendra la suite ? Dans cet ouvrage très bien documenté et relativement accessible (il est sans doute préférable de détenir quelques notions d’économie au moment d’ouvrir ce livre), Jonathan Haskel et Stian Westlake réfléchissent à l’avènement d’un « capitalisme sans capital ». Et ils défendent de façon convaincante la thèse que la transformation du capitalisme, à l’œuvre depuis quelques années, se caractérise par la très forte montée en puissance des actifs intangibles dans l’économie. Le capitalisme deviendrait immatériel…

2Les actifs des entreprises et le PIB seraient en effet de plus en plus constitués de possessions incorporelles, soit « quelque chose que l’on ne peut pas toucher », à l’image des brevets, du design ou encore des logiciels. Cette distinction tangible/intangible est fondamentale car les systèmes productifs immatériels développent des dynamiques très différentes en termes de concurrence, de risque et de valorisation des entreprises de celles qui prévalent dans le cadre des industries matérielles. Les auteurs démontrent combien ces actifs intangibles possèdent des caractéristiques spécifiques, qui les différencient des actifs corporels (comme le capital physique). Ils les nomment les « 4 S ».

3La première spécificité des actifs intangibles est d’être « scalables », c’est-à-dire qu’ils permettent d’obtenir des économies d’échelle importantes. Un exemple permet d’illustrer l’avantage de cette « nouvelle économie » : une compagnie de taxi qui souhaite entrer dans un nouveau marché se trouve dans l’obligation de réaliser des investissements très élevés (voitures, bureaux etc.) ; au contraire, en se positionnant sur une nouvelle ville, Uber n’a pas besoin de lourds investissements : il lui « suffit » d’adapter le logiciel à la configuration de cette ville. Ces économies d’échelle permettent à l’entreprise de croître beaucoup plus vite, d’avoir des prétentions mondiales mais aussi de réduire les parts de la potentielle concurrence.

4Les actifs intangibles sont des « spillovers » car ils génèrent des « retombées » positives. Il est beaucoup plus facile de copier la logique d’un logiciel ou d’un design que de s’approprier un capital physique (comme une usine). Les « retombées » positives sont donc obtenues par d’autres entreprises, ce qui signifie aussi que l’innovateur initial ne dispose pas longtemps d’une « rente de monopole » (il ne capte pas 100 % des profits générés par son innovation). La force juridique des brevets est alors d’une importance cruciale. Mais, pour les auteurs, cette conséquence expliquerait la faiblesse globale des investissements en actifs intangibles observés dans les pays développés à économie de marché (PDEM) : les entreprises qui seraient susceptibles de les réaliser auraient peur que les résultats des recherches soient trop facilement capturés par leurs concurrents.

5Les investissements dans les actifs intangibles sont encore « sunk cost » parce qu’ils génèrent des coûts irrécupérables. Un investissement dans du capital physique peut être facilement revendu, tandis qu’un logiciel qui n’aurait pas fait ses preuves n’a plus aucune valeur. Toutes les dépenses en recherche et développement seraient définitivement perdues. Il est donc logiquement plus difficile de parvenir à financer des investissements en actifs intangibles ; cette difficulté agit comme une « barrière à l’entrée » pour les entreprises qui se trouvent encore à l’extérieur du marché et qui voudrait y pénétrer.

  • 1 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

6Enfin, les actifs intangibles générèrent des « synergies » les uns avec les autres. Ces effets de synergie permettent aux entreprises leaders – comme les Gafam1 – de renforcer leur position.

7La conséquence fondamentale de ces caractéristiques des actifs intangibles est que l’entreprise qui domine parvient à remporter une immense partie du marché concerné (en anglais, l’expression retenue est « the winner takes all »). Par exemple, Google a quasiment un monopole en termes de moteur de recherche ; même chose avec You Tube pour ce qui concerne la diffusion de vidéos. Il est peu envisageable pour un nouvel entrant d’espérer prendre la place de ces leaders. Il y a donc une hausse des inégalités entre les firmes, mais aussi une productivité stagnante de l’économie. Dès lors, l’État doit-il agir pour réguler ces marchés qui font la part belle aux actifs intangibles ? Aux États-Unis, un débat a été lancé au sujet du démantèlement de Facebook. Grâce au Capitalisme sans capital, on en comprend les motivations économiques…

8Pour autant, il nous semble que cet ouvrage a tendance à se montrer un peu trop systématique dans le sens où les auteurs considèrent que leur thèse permet de « tout » expliquer. C’est ainsi que, selon eux, la montée des actifs intangibles serait une explication centrale de la « révolution populiste » que l’on connait actuellement. Par exemple, ils n’hésitent pas à considérer la victoire de Donald Trump comme le résultat de l’ubérisation de l’économie. N’est-ce pas un peu court ?

9Par ailleurs, il ne faut pas exclure que les mutations actuelles soient plus profondes : plus qu’un changement dans les formes économiques, la fin de cycle du capitalisme néo-libéral mériterait sans doute une analyse beaucoup plus large. Le prochain capitalisme peut très bien se caractériser par la transition écologique (pour satisfaire au développement durable) et par un retour de la justice sociale (tant les inégalités économiques et sociales sont devenues puissantes dans la plupart des PDEM).

Haut de page

Notes

1 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Jonathan Haskel et Stian Westlake, Le capitalisme sans capital », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39173

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page