Navigation – Plan du site

Le chant des sirènes à masque féministe

À propos de : Anne-Marie Lugan Dardigna, Femmes-femmes sur papier glacé. La presse « féminine », fonction idéologique, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019 [1974].
Nessrine Naccach
Femmes-femmes sur papier glacé
Anne-Marie Lugan Dardigna, Femmes-femmes sur papier glacé. La presse « féminine », fonction idéologique, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 312 p., 1ère éd. 1974, préf. Mona Chollet, ISBN : 9782348043789.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 20 ans, n° 109, cité p. 25.
  • 2 Elle, n° 1355, cité p. 136.
  • 3 « Elle [la tautologie] signifie une rupture rageuse entre l’intelligence et son objet, la menace ar (...)
  • 4 Voir au sujet de l’utilisation de l’image des femmes : Mona Cholet, Beauté fatale. Les nouveaux vis (...)

1À l’origine de ce livre, Anne-Marie Lugan Dardigna évoque son malaise à la lecture de plusieurs articles publiés dans la presse féminine que consomment des millions de lectrices. C’est en réaction à des tautologies telles que « la femme sera toujours la femme »1, ou encore « quand on est marié, on est marié ; quand on est divorcé, on est divorcé »2 – tautologies agressives, selon Roland Barthes3 –, et contre les idées prêtes-à-gober que les magazines féminins présentent aux femmes comme une vérité absolue qu’Anne-Marie Lugan Dardigna s’insurge. Initialement publié en 1974 par les éditions François Maspero sous le titre Femmes-femmes sur papier glacé, dans la collection « Cahiers libres » et ensuite en 1978 dans la « Petite collection Maspero » sous le titre La Presse « féminine », fonction idéologique, l’essai d’Anne-Marie Lugan Dardigna – désormais intitulé Femmes-femmes sur papier glacé. La presse « féminine », fonction idéologique – est réédité en 2019 aux éditions La Découverte, avec une préface inédite et actualisatrice signée Mona Chollet4.

2Dans cet ouvrage divisé en sept chapitres, l’essayiste – également romancière et figure du féminisme français – explore l’univers de la presse féminine (photos de mode, conseils de maquillage, recettes pour manger sainement ou mincir) des années 1970. Ainsi, tout en dépouillant deux-cent cinquante articles de magazines s’adressant aux femmes –à l’instar de Vogue, Elle, 20 ans, Marie-Claire, Votre beauté et Cosmopolitan –, elle décrypte les mécanismes de « la pédagogie de la soumission » (p. 9) mise à l’œuvre dans l’ensemble de la presse dite féminine d’apparence agréable, ludique et flatteuse. Analyser en profondeur ces magazines revient pour Anne-Marie Lugan Dardigna à exposer les ruses et les moyens (intellectuels, esthétiques, financiers) mobilisés non pour aider les femmes à s’affirmer dans la société, mais au contraire pour « enjoliver la domination », souligne Mona Cholet (p. 5). Moyennant des images féériques et des discours attachants et en apparence diversifiés, le magazine féminin fabrique un système de représentations, de canons de beauté et diffuse des stéréotypes féminins servant les intérêts du système patriarcal et de l’ordre économique et social. D’où l’importance d’une réflexion engagée par les femmes elles-mêmes sur le contenu de ce qu’elles lisent. D’autant plus que, selon Anne-Marie Lugan Dardigna, dans la presse féminine il ne s’agit pas de réflexion mais plutôt de reproduction de simples clichés (chapitre 1), de constats et de contes moraux (chapitre 6). Voilà pourquoi l’autrice appelle les lectrices à s’engager sur « le chemin d’une prise de conscience » (p. 300) qui peut commencer par la simple (et non évidente) introduction du doute dans la réception de cette industrie aux manipulations occultées.

3Comment la presse féminine fabrique-t-elle alors les stéréotypes ? C’est à cette question que l’autrice se propose de réfléchir en puisant dans des articles faisant l’objet de rubriques régulières, qui constituent les pierres angulaires dans l’élaboration de l’idéologie de chaque magazine. Elle se concentre sur les faits de langage qu’elle considère de manière synchronique, comme étant un système à part entière dont il convient d’inventorier les multiples composantes (images, concepts, modèles, etc.). Ensuite, elle examine l’évolution dans le temps de certains de ces phénomènes et procède au démontage de leur construction par l’analyse minutieuse du langage « médiatique » : ses mots et ses figures de style.

La presse féminine : magnifique et maléfique

  • 5 « La fonction du mythe c’est d’évacuer le réel. Le monde entre dans le langage comme un rapport dia (...)
  • 6 Elle, n° 1342, cité p. 28
  • 7 Roland Barthes, op. cit., p. 252.

4Partant du fait que le propre de la presse féminine est de ne pas être prise aux sérieux, Anne-Marie Lugan Dardigna souligne que la lecture de ces magazines dans le train ou sur la plage (autrement pour se divertir) facilite l’absorption inconsciente des idées véhiculées. Elle estime que, pour attirer les lectrices, le magazine féminin répond à un impératif ultime : l’euphorie. Sa mission consiste en effet à faire croire aux femmes que tout peut s’arranger grâce à quelques « recettes anti-frustration » (p. 129), agissant tout à la fois comme stratégies qui façonnent l’image des femmes et comme injonctions, par le biais de la progression du discours qui passe du réel au mythique, « de la “parole-constatation” d’un état concret à la “parole-idéalisation” fondée sur la simple affirmation » (p. 28). L’autrice démontre – plusieurs exemples à l’appui – que les magazines racontent le quotidien des femmes en le magnifiant à tout prix afin d’éliminer tout esprit critique. En ce sens, la presse féminine est une véritable machine à rêve tentaculaire et sophistiquée dans la mesure où elle joue un rôle fondamental dans l’endoctrinement des femmes. Ces dernières se trouvent réduites à des stéréotypes et à des images mythiques qui semblent « évacuer le réel »5. Cette évacuation se manifeste dans l’ensemble de la presse féminine. Pour Anne-Marie Lugan Dardigna, l’exemple le plus représentatif du schéma appliqué par tous les magazines féminins est un article tiré d’Elle : « Méfiez-vous des divorces de septembre »6, mis en avant en couverture et présenté dans la rubrique « Vie et mœurs ». Le démontage de cet article sur le divorce (qui se termine par une ode au mariage), lui permet de repérer un schéma en trois mouvements principaux. Le point de départ est un postulat : « c’est la vie commune qui tue l’amour » (l’autrice insiste sur le rôle amplificateur des images qui accompagnent l’article : vaisselle entassée, poubelles débordantes, désordre général causé par les enfants). Le ton de l’article devient très vite celui du recul ironique « c’est elle [la vie commune] qui piétine le rêve, entrave la liberté, empêche d’accomplir les grandes choses dont on serait capable ». Le deuxième moment comporte un processus de « retournement/basculement » du réel vers ce que Barthes appelle « le réel utopique » (p. 140). En effet, l’article explique aux femmes que seuls ceux qui ne l’ont pas connue ou qui l’ont perdue savent que la vie conjugale est une grande aventure, qui les laisse démunies quand elle se rompt. En examinant l’article de près, Anne-Marie Lugan Dardigna avance plusieurs remarques. La première concerne le style (les répétitions, les jeux de mots, l’éloquence et le rythme ternaires) qui est mobilisé sur une idée négative mais efficace : tous les individus, et plus précisément les femmes, refusant la structure du mariage et de la famille seront désemparés, solitaires voire stériles. Autrement dit, le langage sert clairement des fins idéologiques où se télescopent les intérêts sociaux, sexuels et politiques. Outre le style, les articles de magazines adressés aux femmes se concentrent souvent sur les détails et les particularités d’une situation donnée (comme la préciosité de la vie conjugale, par exemple) avec une avalanche d’anecdotes (parfois inventées). La deuxième remarque remet en cause le « lyrisme creux propre au discours du magazine féminin » (p. 144) et le vocabulaire de l’idéalisme qui servent à vendre aux femmes un bonheur illusoire. De plus, l’article d’Elle est étayé par plusieurs interviews (pathétiques, selon l’autrice) qui amènent les lectrices à la conclusion, qui s’impose dans un style littéraire : « La vie commune est un mystère : mystère des chaires confondues de l’intime connaissance […] Mystère de ce qui se passe des êtres et des choses, des souvenirs des joies, des chagrins partagés, mystère tel que même ce qui nous irritait nous attendrit quand la vie commune a cessé » (cité p. 30). Citant la définition du mythe par Barthes, Anne-Marie Lugan Dardigna observe que le rôle du mythe n’est pas de nier la réalité mais plutôt d’en parler tout en la sublimant pour lui donner « une clarté qui n’est pas celle de l’explication mais du constat »7. L’essayiste en déduit que ce type d’article n’a pas vocation d’aider les femmes à réfléchir sur leur situation mais au contraire de « les inciter à rester à “leur” place » (p. 31), neutralisant ainsi toute tentative de remise en question et renforçant par là même le système établi. Cela est valable pour tous les magazines (Elle, 20 ans, Marie-Claire, Bonne soirée, Mode de Paris, Mon ouvrage ma maison, etc.) qui créent et vendent aux clientes un univers mythique, « faux » parce qu’ils présentent (comme le montre l’article sur le divorce de septembre ou encore celui de 20 ans sur l’avortement) ce qui est insatisfaisant et frustrant comme une norme immobile, et « inaccessible » car les images proposées comme modèles ne correspondent pas aux réalités économiques et sociales des lectrices.

À la petite fée du logis ses marmites, à la bourgeoise sa jupe Dorothée bis

  • 8 Anne-Marie Lugan Dardigna prend à bras-le corps tous les clichés vendus aux femmes allant de la fem (...)
  • 9 Voir notamment Reimut Reiche, Sexualité et lutte des classes, Paris, François Maspero, « Cahiers li (...)

5La presse féminine n’est pas univoque. Elle ne décrit pas une seule femme et ne fabrique pas un seul modèle féminin8. Au contraire, et c’est la thèse d’Anne-Marie Lugan Dardigna, elle propose, à travers une multitude de recettes, de situations, de témoignages et d’images, un semblant de diversité. Voilà pourquoi elle met en cause aussi bien le décalage entre l’idéal proposé et la réalité des femmes que la différenciation dans le contenu des magazines en fonction de la classe sociale visée. Pour ce faire, elle explique que les normes d’adaptation et la marge de manœuvre de manipulation varient : plus la classe sociale est modeste, plus les méthodes sont brutales (jugement, répression et conclusion hâtive). Anne-Marie Lugan Dardigna prend à titre d’exemple de Mon ouvrage, ma maison et Jour de France. L’image que ces deux revues donnent de la femme de classe populaire est celle d’une femme douce refusant l’idée du changement, car en harmonie avec les valeurs traditionnelles et enfermée dans un univers très distant de celui des hommes. À celle-ci on propose des activités comme le tricot, la broderie, la cuisine et le bricolage. Inversement, plus la classe sociale est élevée, plus les stratégies et les éléments du langage (« récits simplistes et psychologie sommaire », p. 223) sont calculés afin de séduire les lectrices, les femmes aisées étant considérées comme « pionnières de la consommation »9. Si l’on ne concède aucun droit à l’écart aux femmes de milieu modeste, aux autres, on accorde le droit « aux libertés individuelles » (p. 39). Que le magazine soit luxueux ou modeste, l’objectif est le même : perpétuer le discours sur l’éternel féminin et pousser les femmes à consommer plus.

6Le tableau qui émerge du dépouillement que fait l’autrice des magazines féminins est inquiétant dans le sens où il fait apparaître ce que Mona Chollet appelle dans la préface « un travail de sape continu » (p. 9). Sape de l’estime de soi (à travers le retour obsessionnel d’une perfection physique inatteignable), des relations humaines (les magazines dissuadent toute spontanéité et incitent à l’artifice et la chosification de l’autre), de la prise de conscience et du changement. En témoigne un article du n° 109 de 20 ans intitulé « Carriérisme ou maternité », où l’on apprend que « la plus grosse erreur de la femme, c’est de ne pas s’accepter telle qu’elle est. En voulant se donner trop d’importance, elle perd parfois conscience de son importance » (cité p. 161). Ceci dit, Anne-Marie Lugan Dardigna rappelle que, malgré le pouvoir du papier glacé et de l’oppression des femmes, la prise de conscience des multiples formes d’aliénation s’est faite progressivement et diversement selon les milieux. Cependant, l’autrice souligne qu’avec cette évolution, le travail idéologique des magazines a changé de forme afin de récupérer « ces énergies d’éveil » (p. 47) et de les réintégrer dans la marche du système.

Fiction féministe, féminisme de mascarade

  • 10 Elle, n° 1374, cité p. 141.

7« Quelque chose change : la femme n’accepte plus d’être ce qu’elle était »10, titre Elle. À partir de cet article (et de bien d’autres), l’autrice remarque que l’évolution qu’a connue la presse féminine consiste simplement à la superposition de deux images de la femme. En effet, se poursuit en toile de fond la vision traditionnelle de la femme : l’individu du sexe féminin continue à être économiquement exclu (le monde du travail n’existe pas) et socialement situé uniquement en fonction du mariage et de la maternité, autrement de l’homme et des enfants. Au début des années 1970, une image dite nouvelle – « un peu époussetée, repeinte aux couleurs de la mode » (p. 300) – émerge en surimpression et elle est baptisée « féministe ». Anne-Marie Lugan Dardigna attire notre attention sur le glissement idéologique opéré avec ce nouveau modèle. En changeant de mode et d’habit, la presse féminine vise à « rentabiliser le féminisme » (p. 177) tout en donnant l’illusion de contribuer à la révolution des femmes, en mobilisant l’égalité et la libération comme des slogans publicitaires.

  • 11 « Éditorial », Votre beauté, n° 434, cité p. 143.

8Anne-Marie Lugan Dardigna prend comme exemple le titre d’un article de Marie-Claire, n° 306, « La douceur d’aimer une femme libérée », qui selon elle fonctionne à lui seul comme un slogan publicitaire. Sachant que ce sont toujours des « hommes qui en [la douceur de la femme libérée] témoignent après usage » pour mettre en avant l’idée de la surprise face à cette révolte des femmes pour leurs droits, qui semble être inattendue (p. 50). L’exemple le plus signifiant de la récupération du féminisme par la presse est donné par Votre beauté faisant l’éloge des nouvelles « femmes-femmes, consciente de leur rôle, féministe bien sûr, modernes […] belles et heureuses »11. Anne-Marie Lugan Dardigna constate le maintien de la domination de l’image mythique des femmes-femmes. Quant au féminisme, il est réduit à une simple rubrique intercalée entre la « beauté » et la « mode ». Aussi, malgré le changement supposé, elle porte à notre attention l’absence de raisonnement solide et le règne de la confusion savante dans toute la presse féminine. Par exemple, la maternité se transforme de « vocation » en « métier » et, dans 20 ans, « le métier » devient un ensemble de « mondanités » auxquelles il est d’ailleurs immoral de sacrifier l’équilibre d’un enfant. La stratégie du glissement sémantique n’est pas innocente dans la mesure où elle adapte l’idéologie et son discours, explique l’autrice à partir d’une étude qu’elle a effectuée en 1977 auprès de l’Association pour le soutien et la promotion de la femme au foyer. Ainsi, et grâce à « la magie du verbe journalistique », les femmes n’ont plus besoin de lutter car la libération est arrivée : non pas celle de toutes les femmes « mais [celle de] la femme mythique du magazine féminin » (p. 48-49). L’autrice met également la lumière sur les enjeux de ce féminisme apparent qui pourrait servir des intérêts économiques et politiques n’ayant rien à voir avec ceux de la femme.

  • 12 « L’homme est resté l’homme. Tel qu’il était il y a vingt siècles. L’homme !... mais la femme ? », (...)
  • 13 « Pourquoi les maris préfèrent les cheveux longs ? », « Travailler avec son mari », « Quand un mari (...)
  • 14 « La poitrine reste une des rares différences entre l’homme et la femme qui, depuis leur égalité so (...)
  • 15 Elle, n° 1371, cité p. 166.

9Les magazines féminins renforcent l’opposition entre les rôles féminin et masculin12. L’homme y est souvent considéré comme « l’altérité même » (p. 54), et il n’est envisagé que comme mari13. Anne-Marie Lugan Dardigna met au jour « la politique du mâle » qui se cache derrière le matriarcat apparent dans la presse féminine et se manifeste à travers la place réservée à l’individu masculin : la presse lui reconnait « le droit d’être fort, le droit d’être aimé, le droit d’être beau, le droit d’être un homme quoi » (p. 147). En face de lui, la femme est censée jouer le grand jeu pour être reconnue, en le séduisant, ce que l’essayiste appelle « la corruption enrobée de sentimentalisme » (p. 55). Selon l’autrice, l’objectif des magazines féminins demeure d’abord de déclarer le féminisme « inutile et passé de mode » (p. 144), puisque l’égalité est acquise14, pour ensuite l’éliminer complètement. L’auteur cite un article paru dans Elle qui caricature les militantes du MLF (Mouvement de libération des femmes) tout en expliquant aux lectrices qu’il est inutile de « s’habiller avec des défroques de mécano [et de] crier »15 car, de toutes façons, une révolution contre les hommes serait un échec.

10Grâce à la remise en question de ce qu’elle appelle la « tragi-comédie du réformisme » (chapitre 3), Anne-Marie Lugan Dardigna démontre comment, sous le label d’une image progressiste, c’est la même idéologie conservatrice et puissante qui continue à recycler les mêmes stéréotypes féminins (de la femme blanche mariée et hétérosexuelle) que l’on voit ressurgir dans le discours des magazines féminins (p. 170). Elle en conclut que le féminisme d’apparence soft et sexy (p. 157) n’est qu’un leurre au service de la parole médiatique mensongère manipulant féminisme et féminité selon la clientèle et les situations, toujours dans le même but : entraîner les femmes dans un univers mythique et les inciter à consommer plus.

En guise de conclusion : à bas les masques, ou l’éloge du doute

11Anne-Marie Lugan Dardigna déconstruit le mythe de l’éternel féminin sur papier glacé et réactualise des tensions toujours d’actualité dans la presse : les enjeux idéologiques qui se cachent derrière les discours médiatiques et les images publicitaires. Le mérite de cet essai – qui ne moralise pas mais éclaire, et s’avère pertinent encore aujourd’hui – est d’« introduire le doute » (p. 23) dans la lecture de la presse féminine. L’objectif est de mieux en comprendre les mécanismes internes agissant au bénéfice de l’ensemble du système social, économique, politique. L’autrice parvient à mettre en lumière l’ambiguïté de cette presse qui s’adapte aux besoins de sa clientèle afin de masquer ses enjeux essentiellement marchands. Une ambigüité qui doit interpeler le public et l’inciter à se poser des questions.

Haut de page

Notes

1 20 ans, n° 109, cité p. 25.

2 Elle, n° 1355, cité p. 136.

3 « Elle [la tautologie] signifie une rupture rageuse entre l’intelligence et son objet, la menace arrogante d’un ordre où l’on ne penserait pas », Roland Barthes, Mythologies, Seuil, Paris, 1957, p. 109.

4 Voir au sujet de l’utilisation de l’image des femmes : Mona Cholet, Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine, Paris, La Découverte, Zones, 2015.

5 « La fonction du mythe c’est d’évacuer le réel. Le monde entre dans le langage comme un rapport dialectique d’activités, d’actes humains : il sort du mythe comme un tableau harmonieux d’essences. Une prestidigitation s’est opérée, qui a retourné le réel, l’a vidé d’histoire et l’a rempli de nature, qui a retiré aux choses leur sens humain de façon à leur faire signifier une insignifiance humaine », Roland Barthes, Mythologies, Seuil, Paris, 1957, p. 251.

6 Elle, n° 1342, cité p. 28

7 Roland Barthes, op. cit., p. 252.

8 Anne-Marie Lugan Dardigna prend à bras-le corps tous les clichés vendus aux femmes allant de la femme au foyer, de l’employée, de la femme douce, docile, patiente aimante, l’épouse, la maman, la putain, etc.

9 Voir notamment Reimut Reiche, Sexualité et lutte des classes, Paris, François Maspero, « Cahiers libres », 1974, cité par Anne-Marie Lugan Dardigna p. 33.

10 Elle, n° 1374, cité p. 141.

11 « Éditorial », Votre beauté, n° 434, cité p. 143.

12 « L’homme est resté l’homme. Tel qu’il était il y a vingt siècles. L’homme !... mais la femme ? », Votre beauté, décembre 1971.

13 « Pourquoi les maris préfèrent les cheveux longs ? », « Travailler avec son mari », « Quand un mari s’accroche à sa maîtresse », « Mon mari me donne des complexes », « Ne touchez pas aux maris des autres », etc.

14 « La poitrine reste une des rares différences entre l’homme et la femme qui, depuis leur égalité sociale, intellectuelle, professionnelle, s’habillent et se coiffent et vivent de la même manière », Vogue, automne-hiver 1971.

15 Elle, n° 1371, cité p. 166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nessrine Naccach, « Le chant des sirènes à masque féministe », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2019, mis en ligne le 26 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39191

Haut de page

Rédacteur

Nessrine Naccach

Elle est doctorante en littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3, bénéficiaire d’une bourse d’excellence pour master et Doctorat (2015-2019), rattachée au CERC (Centre d’études et de recherches comparatistes, EA 172) et co-fondatrice du collectif « Les Parleuses ». Elle prépare, depuis 2016, sous la direction de Claudine Le Blanc, une thèse sur les représentations et usages contemporains de Shéhérazade dans les littératures et les arts (cinéma, peinture et bande dessinée).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page